La mise en service

La voie nouvellement construite est reliée au faisceau des voies de sortie de la gare de Roubaix-Wattrelos (gare du Pile) à hauteur du passage à niveau des trois ponts.

JDR-30-11-30-PN3Ponts96dpi
Le passage à niveau des trois ponts Photo Journal de Roubaix

On peut voir sur la photo au premier plan la voie-mère, puis la voie de la ligne Tourcoing-Orchies, des voies de garage, la barrière roulante du passage à niveau, et au fond à droite, la rue de Carihem.

L’inauguration de la gare annexe est prévue le 1er Décembre. Cette gare doit assurer « …la remise au départ et à la livraison à l’arrivée des marchandises expédiées par wagon complet à manutentionner par le public » (Journal de Roubaix du 30 Novembre 1930). Une taxe additionnelle est prévue par la Compagnie du Nord pour l’acheminement des wagons jusqu’à la gare de Roubaix-Sud. Finalement, cette gare ne comporte que deux voies sur les six prévues, une pour les chargements et déchargements, et une autre de manœuvre. On se réserve pourtant la possibilité d’en créer d’autres si besoin en était sur le terrain restant.

EntreeGare96dpi

L’entrée de la gare – photo Journal de Roubaix

La photo est prise depuis le rond-point au carrefour des avenues Delory et Motte. On voit au premier plan la courbe de la voie d’accès à la gare, puis la barrière protégeant l’accès au débord. A droite se trouve le bureau administratif. Le bâtiment abrite aussi le bureau de l’octroi. Il est prévu un convoi quotidien pour livrer les marchandises et enlever les wagons chargés sur place et amener les wagons à décharger.

Le jour prévu, un seul wagon était à l’arrivée : c’était un wagon de pommes de terre. L’inauguration est donc annulée et renvoyée au lendemain. Fâcheux présage !

Par ailleurs, dès 1931, on s’aperçoit que le revêtement des chaussées du boulevard se désagrège : la faute en incombe au sous-sol argileux insuffisamment stable. Il faut prévoir un revêtement supplémentaire sur la chaussée. De même, les talus de la gare de débord s’éboulent continuellement, pour les mêmes raisons, et il faut procéder aux travaux nécessaires.

Peu d »entreprises se sont installées dans le quartier, et les transports routiers se sont développés. La gare de débord a été finalement assez peu utilisée : les destinataires ont sans doute préféré aller retirer les marchandises directement en gare du Pile, finalement assez  proche, plutôt que de payer un supplément pour pouvoir charger à l’autre extrémité du boulevard industriel.

JDR-09-02-31-96dpi

Photo Journal de Roubaix

Les installations de la gare sont finalement détruites pendant la guerre, et en 1948, la municipalité demande à la SNCF  la désaffection de la plate-forme sur le boulevard et du terrain occupé par la gare. La Voix du Nord nous explique que ces installations ont perdu le caractère d’utilité publique qu’elles avaient en 1911…, en raison du peu d’usines qui s’y sont élevées et de la vulgarisation actuelle des transports lourds automobiles ». On pense alors planter deux rangées d’arbres, établir une piste cyclable sur le terre-plein central, et à construire des maisons sur l’emplacement du débord.

Un projet de gare

Roubaix est un noeud ferroviaire important à la fin du XIXème siècle. Pourtant, la municipalité envisage la création d’un embranchement ferré desservant le Sud de Roubaix. L’implantation de nombreuses entreprises dans les quartiers Sud semblent justifier cette création. La largeur de l’avenue des Villas, découpée par la suite en trois : avenue Gustave Delory, avenue Alfred Motte et avenue Roger Salengro, permettrait l’implantation de cet embranchement. Appelé voie-mère, il emprunterait le terre-plein central et se terminerait par une gare de marchandises, dite gare de débord, située au bout de l’avenue Motte, dans le quartier des Hauts-Champs.

Les voies desservant Roubaix - D'après une carte IGN  de 1939

Les voies desservant Roubaix - D'après une carte IGN de 1939

A la suite d’une délibération de 1910, la ville demande donc à la Cie du Nord de construire un embranchement à la ligne de Somain à Roubaix et Tourcoing sur le boulevard industriel « dans le but de mettre en valeur les terrains de la région Sud-Est de la ville de Roubaix et de desservir les établissements industriels qui sont en construction ou sur le point de s’élever sur ces terrains ». Cet embranchement desservirait une gare de débord, annexe de la gare de Roubaix-Wattrelos, « destinée au chargement ou au déchargement à découvert des marchandises locales par wagons complets ». Cette gare serait isolée des voies publiques par des clôtures. Les terrains seraient fournis gratuitement par la ville, qui les achèterait à ses propriétaires actuels.

D’autres options avaient été envisagées. C’est ainsi qu’on trouve trace à cette époque d’une pétition revêtue de nombreuses signatures en faveur de tracé plutôt qu’un autre empruntant les Boulevards de Lyon, de Reims et de Mulhouse.

En 1911, Eugène Motte, maire de Roubaix conclut avec la société Lemaire frères et Lefebvre, 44 rue du Curoir. propriétaire des terrains, une promesse de vente sur la base de 400 francs le mètre carré. La compagnie du Nord présente un avant-projet, alors qu’on examine en conseil municipal les conditions d’établissement de la voie-mère et de la gare de débord, et qu’on réalise les terrassements pour des chaussées provisoires.

Le décret du 10 mai 1914 déclare d’utilité publique la création d’un boulevard industriel et d’une gare de débord. Le projet peut se réaliser, mais survient la guerre…