Péripéties avant l’ouverture

maquetteLa maquette du centre commercial Photo Nord Éclair

On connaît la configuration du futur centre commercial au moins par l’exposition de sa maquette, en juin 1969 dans un magasin de l’allée centrale du Lido, le centre provisoire de transit entre les commerces de la rue de Lannoy et Roubaix 2000. Elle provient des bureaux d’études de la S.E.G.E.C.E à Paris. En novembre 1969, le hall d’information ainsi équipé reçoit les candidatures et les demandes de renseignements, mais il est également possible de s’adresser aux bureaux parisiens de la S.E.G.E.C.E.

rx2000ducielLe centre commercial en chantier Photo Nord Éclair

Mars 1971, M. Maisonneuve, directeur de la S.E.G.E.C.E vient commenter devant la presse la maquette du centre commercial, et un de ses collègues annonce que des études sont en cours pour permettre aux commerçants indépendants d’avoir accès à une formule de prêt leasing sur 14 ou 16 ans. Quelques péripéties ont retardé son ouverture : le grand magasin qui devait jouer le rôle de locomotive s’est désengagé, un projet d’un collectif de commerçants indépendants aurait contribué à arrêter le chantier, et surtout on s’est aperçu que le terrain du centre commercial ne pouvait être vendu aux commerçants puisqu’il appartenait à l’Etat ! En effet, il est construit sur l’emplacement de la rue de Lannoy qui est une route nationale, et on a oublié de la déclasser, sept ans après sa fermeture à la circulation !

Le crédit lyonnais s’installe dès l’été 1971. Suivent l’ouverture du parking en septembre 1971 et du cinéma en octobre 1971. En décembre, la moitié des commerces sont vendus, la plupart roubaisiens, mais peu réintègrent la rue de Lannoy qu’ils ont quitté quelques années plus tôt, parmi lesquels les Ets Blondeau.

Trente cinq parcelles ont été attribuées : huit magasins de confection, quatre de chaussures, deux marchands de tissus, un pressing, une maroquinerie, une droguerie, une boutique loisirs hommes, un magasin d’électroménager, deux banques, un opticien, un assureur. Il faut y ajouter un drugstore, le cinéma, une crêperie restaurant, un café brasserie. Il reste une trentaine de cellules : une boulangerie, une charcuterie, un traiteur sont souhaités et on cherche un libraire…

demlondeauPublicité Blondeau dans Nord Éclair

Le magasin Blondeau annonce son transfert du Lido vers le nouveau centre encore nommé Lannoy 2000 en décembre 1971, et c’est l’occasion des ventes exceptionnelles. On discute encore du nom du centre commercial, et ça se joue entre centre commercial de la rue de Lannoy et Roubaix 2000. La fédération des groupements commerciaux de M. Coquant opte pour la 1ere, qui lui semble sans doute moins agressive commercialement parlant. Alors que l’ouverture se profile pour le printemps 1972, on apprend qu’un supermarché Lemaire ouvrira ses portes le 12 janvier.

Le cinéma de Roubaix 2000

colisee2bisPrésentation de la nouvelle salle aux officiels Photo Nord Éclair

En septembre 1971, alors qu’on se prépare à l’ouverture du centre commercial, la presse annonce l’ouverture de deux cinémas, l’un dans le centre lui-même, le colisée 2 et l’autre, à deux pas, dans la grand Rue, le Club.

Le colisée 2 est situé au premier étage  du centre commercial, juste à côté de l’escalator. C’est une salle de 220 places qui sera présentée à la municipalité et aux personnalités le 5 octobre à 18 h 30. La première manifestation officielle du centre commercial Roubaix 2000, après l’inauguration du parking, c’est donc la présentation du nouveau cinéma aux officiels, avec drapeaux tricolores, visite guidée et démonstration. Le maire Victor Provo et M. Thibeau adjoint sont présents parmi les personnalités. MM Deconninck et Desrousseaux, gérant et directeur du Colisée guident leurs hôtes dans la nouvelle salle. M.Deconinck signale que le public revient au cinéma à Roubaix. M. Fabre, l’architecte, explique le but recherché : l’époque est aux petites salles, avec simplicité et confort, pour attirer la clientèle dans le centre commercial. Victor Provo remercie M. Deconinck pour son audace créative, et il coupe le ruban qui barrait le système de commande de la projection. Pendant vingt minutes, les premiers spectateurs ont pu admirer la qualité de l’image et du son grâce à quelques documentaires.

colisee2Le système de projection automatique Photo Nord Eclair

L’inauguration proprement dite se fera le 12 octobre avec la projection du premier film et une réception. Pour l’occasion, on joue la première à Roubaix du film de Claude Lelouch « Smic Smac Smoc ». Le décor est minimaliste, pas de scène, un mur de briques et de moquette, pas de jeux de rideaux compliqués devant l’écran. Les fauteuils sont spacieux et confortables, le sol recouvert de moquette… L’espacement des sièges, la climatisation, la bonne déclivité facilitant une vision toujours dégagée contribuent à faire de cette salle un agréable lieu de loisirs. La projection est automatique : mise en route du film, ouverture et fermeture de la lumière dans la salle, réglage de l’écran à la bonne dimension, diffusion de la musique d’ambiance. L’appareil de projection est équipé d’un système à plat qui permet la projection de plus de quatre heures sans discontinuité. Un petit ordinateur à cartes perforées donne l’ordre des modifications en cours de programme.L’exploitation de cette salle demande un personnel réduit : un opérateur (qui pourra s’absenter) une caissière et une ouvreuse. Un circuit de télévision permet de suivre le déroulement du programme depuis la caisse. Deux maisons roubaisiennes ont contribué à l’équipement du Colisée 2 : les travaux de marbrerie ont été effectués par les Ets Duquesne 210 grand rue, et les Ets Scrépel Pollet ont réalisé le contrôle de projection par télévision en circuit fermé. De fait ce cinéma se présente comme la première salle automatisée du Nord. Le prix de l’époque : 6 francs jusque 17 heures, et  8 francs après, le cinéma étant permanent.

salle colisee2La salle du Colisée 2 Photo Nord Eclair

Dès le lendemain, le Colisée 2 est ouvert à l’exploitation. C’est une salle qui fonctionne de 14 h à 23 heures, c’est-à-dire qu’il y a quatre projections par jour sans interruption. Des séances pourront être présentées le matin et à l’heure de midi. Assez paradoxalement, la presse annonce que les films présentés là ne seront pas ceux qui attirent la grande foule. Il est également envisagé la projection une fois par semaine d’un film d’art et d’essai. Le Colisée 2 est le premier cinéma de poche permanent de Roubaix, il sera suivi le 15 novembre par le Club, salle annexe du Casino, dont l’entrée se situera Grand Rue.

La boulette !

lannoy2000Publicité parue dans Nord Éclair

Juin 1971, l’ouverture du centre commercial est à présent imminente. Une campagne publicitaire est alors lancée, d’une part pour annoncer l’événement prévu à l’automne, et d’autre part pour relancer la vente des surfaces commerciales. Mais stupéfaction générale, le centre commercial a pris le nom de Lannoy 2000 !

Voici qui replonge les deux cités dans leur combat médiéval, à l’époque où Pierre de Roubaix, de la Maison de Bourgogne, s’en allait à la tête de ses chevaliers, châtier Jean de Lannoy, inféodé au roi de France ! Etre un roubaisien heureux, c’est devenir lannoysien (comprendre lannoyen) c’est donc quitter Roubaix ? Inversement, Lannoy devient le cœur de Roubaix ? C’est à y perdre son latin !

Accessoirement, parler de Lannoy 2000, c’est éviter de parler des longues haies (ou oublie définitivement) et d’Edouard Anseele (un flamand, collectiviste qui plus est !).

La rue de Lannoy deviendrait donc un quartier ? C’est oublier un peu vite les quelques kilomètres de commerces qui portent encore ce nom du boulevard de Belfort jusqu’à Lys Lez Lannoy !

Cette boulette publicitaire est dénoncée par la presse roubaisienne, comme « l’œuvre imprudente de publicitaires parisiens ignorant la géographie locale ».

De fait la question du nom n’est pas tranchée. En septembre, diverses propositions ont été lancées, dont Lannoy 2000, Point Nord, ou encore Lido…En décembre, la dénomination Roubaix 2000 semble faire l’unanimité. Ce centre commercial aura finalement été bien mal nommé, puisqu’il ne connaîtra pas l’an 2000, ayant été démoli juste avant. Mais ceci est une autre histoire…

L’ouverture du parking

tuileriesLe Café Les Tuileries Photo Nord Éclair

En janvier 1970, l’ouverture du café « aux tuileries », au rez-de-chaussée de l’os à moelle semble être le signe annonciateur du retour des commerces dans la zone du bloc Anseele. Ce café vaste et moderne, situé rue Winston Churchill, présente des luminaires publicitaires, de larges baies vitrées, un bar élégant avec des petites lampes rouges, une grande salle de réunion. Il faudra cependant attendre deux ans encore pour l’ouverture du centre commercial.

Août 1970, Roubaix est donc une ville test, un champ privilégié pour les opérations de rénovation urbaine et de résorption de l’habitat insalubre. La perspective historique est rappelée par le journaliste, loi sur les HBM, le CIL, la loi Vivien sur l’éradication de l’habitat insalubre. La grande opération Edouard Anseele démarrée en 1957 s’achève, on en est au moment de l’installation de l’équipement central du quartier, un grand centre commercial régional construit sur un parking souterrain de 1200 places.

edans1971Le bloc Anseele en 1971 Photo Nord Éclair

L’opération serait une réussite sur le plan social et humain, mais présente un déficit de 400 à 450 millions d’anciens francs. Les spécialistes en analysent les raisons : les logements sociaux entraînent une faible rentabilité des loyers, et au moment des expropriations commerciales, on a racheté les fonds de commerce, mais on ne vend à présent que des pas de porte dans le nouveau centre, dont on annonce l’ouverture pour le milieu de l’année 1972.

Construit sur le modèle suédois avec galerie marchande en plein air, ce bâtiment de 240 mètres de long  comportera 80 commerces répartis sur deux niveaux : commerces d’alimentation au niveau inférieur, des magasins de confection, et d’ameublement, au niveau supérieur, et même une petite salle de cinéma de 300 places, un restaurant grill, le tout agrémenté de parterres de fleurs. Ses atouts sont la proximité du centre ville et son fameux parking de 1250 places. Cependant il éprouve quelques difficultés au niveau de la vente de ses cellules commerciales, retardée par la rareté et le coût élevé du crédit.

En mars 1971, la construction du nouveau centre est pratiquement achevée : les escalators sont en place, on procède aux ultimes travaux : pose du dallage, installation des faux plafonds, et de l’électricité, le centre sera terminé vers le mois de juin.

parkingPhoto Nord Éclair

M. Maisonneuve, le Président de la SEGECE, société chargée de la promotion du centre commercial, commente la maquette et les atouts du centre. Il évoque l’ouverture du parking avec places payantes en mai ou juin, dont la gestion est confiée à la Communauté Urbaine. L’achèvement des travaux va accélérer les demandes de cellules commerciales. A ce moment, seulement 20% sont vendues et 40% sont en négociation ! Il est vrai que les surfaces se vendent à un prix moyen de 12.000 à 13.000 francs le m².

Le parking souterrain ouvre en septembre 1971 et ses tarifs sont annoncés dans la presse : 4,50 F pour la journée, la nuit pour 2 francs, le dimanche pour 1 franc, et l’abonnement stationnement est de 40 francs par mois. Comparés aux prix actuels du parc de stationnement, ça laisse rêveur ! Ce parking est annoncé comme le plus grand du Nord. Il ne reste plus qu’à lui donner des raisons d’être utilisé, au-delà des habitants du quartier, avec l’ouverture du centre commercial.

D’après Nord Éclair