Les pompiers Notte, Wante et Vercoutère

Charles Tiberghien est un industriel dans le textile. Son entreprise se trouve sur le Boulevard Industriel à Tourcoing. Son magasin et ses bureaux se situent au 36 rue du Pays à Roubaix, comme de nombreuses sociétés textiles dans cette rue.

( Document collection privée )

Le bâtiment de la rue du Pays est un immeuble imposant, avec une large façade, bâti sur trois étages. Il se trouve au bout de la rue, à deux pas de la rue des Lignes.

Tôt dans la matinée du Vendredi 8 Novembre 1901, le feu se déclare dans l’entreprise. Un violent incendie détruit le magasin de stockage situé à l’arrière du bâtiment, et se propage aux maisons voisines : les entreprises Delannoy et Piat-Agache. Les secours arrivent sur place et les pompiers réussissent à maîtriser l’incendie.

C’est alors qu’un simple sinistre va se transformer en tragédie. En effet, le pignon d’une hauteur de plus de dix mètres, qui sépare la maison de Charles Tiberghien et celle de M Piat Agache, s’effondre sur le personnel de secours, dans un fracas épouvantable.

( Document Journal de Roubaix Novembre 1901 )

Un sapeur pompier, Jean Baptiste Vercoutère, est découvert vivant sous les briques et poutres brûlantes, mais dans un état très grave et désespéré. Il est emmené par les médecins dépêchés sur place, à l’Hôtel Dieu de la rue de Blanchemaille. D’autres personnes, blessées plus légèrement, y sont également emmenées pour recevoir des soins.

Le commandant des pompiers M. Hubert, fait l’appel de ses hommes. Deux pompiers ne répondent pas. Il s’agit de Jean Baptiste Notte et de Paul Wante. Des recherches sont entreprises, mais malheureusement les deux corps sont retrouvés sous les décombres, quelques heures plus tard. Paul Wante, 25 ans, célibataire, ouvrier gazier et fils de pompier, habitait rue de l’Epeule. Jean-Baptiste Notte, 32 ans, marié, père de trois enfants, peintre, habitait rue de la Fosse-aux-Chênes.

Portraits des 2 sapeurs ( Document Journal de Roubaix )

Une grande émotion envahit alors les lieux. Les deux hommes étaient d’excellents pompiers, jouissant de l’estime de leurs chefs et de leurs collègues.

Dans l’après midi, les blessés ont reçu la visite d’Eugène Motte, député, Henri Carrette, maire, ainsi qu’ Achille Lepers, Edouard Roussel, Paul Despatures, et Henri Ternynck.

Une souscription est alors ouverte, pour aider financièrement les familles des pompiers disparus. L’administration municipale décide que les funérailles des deux victimes auront lieu aux frais de la ville le lundi 11 Novembre, à l’église Notre Dame.

Le cortège passe sur la Grande Place ( Document collection privée )

Le cortège part de l’hôtel de ville, va chercher les corps à l’hôtel Dieu, puis se rend jusqu’à l’église Notre Dame. Après la cérémonie funèbre, le convoi prend la rue des Lignes, la rue Nain, la Grande Place, la Grande rue, jusqu’au cimetière. La manifestation est grandiose, imposante et émouvante. De nombreuses personnalités de la ville et de la région et même de Belgique participent au cortège funéraire. Une foule immense de roubaisiens se pressent sur le parcours, pour rendre hommage à ces deux hommes.

( Document Journal de Roubaix Novembre 1901 )

Jean-Baptiste Vercoutère avait été emmené à l’hôpital dans un état désespéré, le jour de l’incendie. Malheureusement il succombe à ses blessures, le Mardi 12 Novembre, le lendemain des funérailles de ses deux camarades.

Portrait de JB Vercoutère ( Document Journal de Roubaix )

Jean-Baptiste Vercoutère, 47 ans, marié, père de 7 enfants, était peintre. L’administration Municipale décide que ses funérailles auront lieu le Jeudi 14 à l’église Notre Dame, avec le même cérémonial et les mêmes honneurs rendus à ses deux camarades. Le bilan est très lourd : trois valeureux sapeurs-pompiers décédés, victimes de leur devoir. La devise du pompier reste la même : Sauver ou Périr.

Les 3 sapeurs pompiers ( Document collection privée )

Le conseil municipal du 13 Août 1902 envisage de donner les noms des 3 pompiers décédés à des rues de la ville. Finalement en 1908, la décision est prise de donner leurs noms à des voies nouvelles afin de ne pas perturber la population. Ces trois rues se trouvent dans le quartier de la Potennerie, dans des portions successives de la rue d’Hem. Les trois pompiers restent ainsi unis, comme ils l’ont été dans l’accomplissement de leur devoir.

Plaques d’origine des deux rues P Wante et JB Notte. La plaque de la rue JB Vercoutère a été remplacée dernièrement par une plaque neuve ( Photos BT )

.

Remerciements aux Archives Municipales.

.

 

Une caserne au Pile

La caserne des pompiers du boulevard Gambetta avait bien besoin d’être remplacée : construite en 1910 pour un effectif de 80 sapeurs dotés de pompes à bras et de véhicules d’intervention hippomobiles, elle est notoirement dépassée dans les années 70 lorsqu’il faut accueillir 100 pompiers et un matériel toujours plus nombreux et plus lourd.

L'ancienne caserne - Document médiathèque de Roubaix

L’ancienne caserne – Document médiathèque de Roubaix

On projette donc de la transférer dans des locaux plus vastes et plus commodes. La Communauté Urbaine, pour y installer le nouveau centre de secours, jette son dévolu sur un terrain de 12000 mètres carrés situé au coin du boulevard de Mulhouse et de la rue de Nancy, où est implantée une usine désaffectée. Sur cette parcelle, qui faisait initialement partie des terres de la ferme de Courcelles, démembrées par les ouvertures du boulevard de Mulhouse et des rues de Nancy et Victor Hugo, s’installe dans les années 1910 une teinturerie, la société anonyme Grulois-Gaydet qu’on retrouve au 34 boulevard de Mulhouse jusque dans les années 60. Une large bande de terrain longeant la rue de Nancy est jusqu’entre les deux guerres dévolue à des jardins ouvriers, avant d’être absorbée par l’usine.

Documents IGN

Documents IGN

L’usine, devenue en 1970 la teinturerie sur textiles Jean Lagrange et Cie, ferme dans les quelques années qui suivent. La friche est le théâtre de deux incendies à quinze jours d’intervalle en 1978 : le premier, un feu de plancher, est suivi d’un autre qui embrase 150 mètres carrés de toiture. Les journaux ne manquent pas de remarquer que les pompiers interviennent à l’emplacement même de leur future caserne. L’usine désaffectée est finalement démolie peu après.

L'usine après le premier incendie - Photo La Voix du Nord

L’usine après le premier incendie – Photo La Voix du Nord

C’est sur ce terrain que s’installe la nouvelle caserne. Monsieur Notebart pose la première pierre de l’édifice en septembre 1982, alors qu’on prévoit 27 mois de travaux. Le gros œuvre est terminé en septembre 83 et l’année suivante voit la fin des travaux.

Photo Nord Eclair

Photo Nord Eclair

Le nouveau bâtiment forme un quart de cercle permettant au rez de chaussée le garage et la réparation des véhicules, ainsi que le réfectoire. A l’étage, une salle de sport, les chambres et l’infirmerie. L’implantation doit permettre des interventions dans une durée allant de 3 minutes pour Roubaix à 8 minutes pour Toufflers, la nouvelle caserne permettant une meilleure organisation des secours, générateur de gain de temps.

La caserne doit être entièrement informatisée, pour traiter les appels en provenance de 26 communes. Le logiciel permettra de suivre en temps réel l’ensemble des véhicules disponibles et de localiser ceux en mission. Il aidera également à décider du nombre d’hommes et de véhicules à envoyer après un appel. A cet effet, on organise des stages d’informatique à destination des officiers et des hommes. Des capteurs solaires et un système de pompe à chaleur permettront d’économiser l’énergie.

 Photo La Voix du Nord – 1984

Photo La Voix du Nord – 1984

Le nouvel établissement remplit alors vaillamment la mission pour laquelle elle a été construite. Elle continue d’ailleurs encore aujourd’hui à l’assurer à la satisfaction générale.

Documents archives municipales.

La caserne disparaît

Le premier hôtel des pompiers fut édifié et inauguré en 1876. Il se trouvait sur la Grand Place, et on y accédait en passant entre l’ancienne mairie et l’ancienne bourse du commerce. Cet ensemble de bâtiments disparaissent à partir de 1907, pour laisser place au nouvel hôtel de ville dont l’une des ailes est occupée par la nouvelle bourse du commerce, et qui sera inauguré le 1er mai 1911. Les pompiers quittent la Grand Place car on leur construit boulevard Gambetta, une nouvelle caserne, dont les plans sont réalisés par l’architecte Barbotin. C’est un superbe édifice en béton armé, dont les travaux sont terminés en novembre 1910, les pompiers s’y installant le même mois.

La caserne des pompiers, derrière laquelle on aperçoit le gazomètre de la rue Bernard Collection Particulière

Le 19 juin 1911, c’est la journée des sapeurs pompiers dans le cadre des congrès tenus pendant  l’Exposition Internationale du Nord de la France, qui se tient à Roubaix. Les combattants du feu sont reçus à 10 heures par l’administration municipale à l’Hôtel de Ville, puis à 11 heures, intervient l’inauguration de la caserne des Pompiers du boulevard Gambetta. Constatant que depuis leur installation en novembre, le service des pompiers se fait avec une rapidité toujours plus grande, le maire Eugène Motte remet solennellement la caserne au commandant des Sapeurs Pompiers.

Les Sapeurs Pompiers de 1911 Photo Journal de Roubaix

Des manœuvres d’incendie sont ensuite exécutées par les pompiers de Roubaix. A midi, l’union des Sapeurs Pompiers tient son conseil d’administration dans la caserne même, avant de rejoindre l’Hôtel de Ville à midi et demie où se déroule l’assemblée générale de l’Union, dans la salle Pierre de Roubaix. Le banquet se déroulera à 14 heures au 50bis de la Grand Rue, dans la grande salle du Casino Palace.

Une vue de la caserne plus contemporaine Collection Particulière

Cette caserne idéalement placée sur le grand boulevard central roubaisien, à peu de distance du centre géographique de Roubaix, servira donc près de trois quarts de siècle.

La démolition commence en mars 1985 Photo Nord Eclair

En mars 1985, démarre la démolition de la caserne, les pompiers ayant été relocalisés boulevard de Mulhouse. Des artificiers ont placé des charges explosives sur le vieux bâtiment, qui s’écroule dans un grand nuage de poussière. L’aile de la caserne qui donne sur la rue Pierre de Roubaix sera achevée à l’ancienne par les démolisseurs. C’est un témoin important de l’ancien quartier des longues haies qui disparaît ainsi, et qui lui aura survécu vingt ans.
C’est désormais l’immeuble de bureaux de la caisse d’allocations familiales de Roubaix Tourcoing qui occupe le n°128 du boulevard Gambetta, dans l’angle formé par la rue Pierre de Roubaix et ledit  boulevard.