On prolonge l’avenue Linné

Les travaux d’ouverture de l’avenue Linné se terminent en 1910. L’avenue est pavée dans sa partie centrale sur une largeur de quatre mètres, le reste de la largeur étant empierré. Elle se termine au niveau de la rue Ingres en laissant subsister une difficulté. En effet, l’avenue se raccorde à l’ancienne rue Linné par un « S » brutal, qui risque d’ entraver et de rendre dangereuse la circulation. C’est pourquoi on prévoit, en 1913, de redresser ce carrefour et de prolonger l’avenue en ligne droite. Mais l’ancienne rue Linné est bordée à cet endroit de constructions, certaines situées dans l’alignement de l’avenue, directement sur le tracé projeté.

Le carrefour en « S » et le projet de tracé – document archives municipales

 Le terrain convoité par la municipalité appartient à la veuve Herchuez et comporte deux alignements de bâtiments formant un angle ouvert. Au total 14 maisons dont cinq en front à rue, l’une abritant un estaminet, il faudra en démolir huit. Le café, dont le tenancier est M. Catteau, comprend une bourloire. Ce terrain est encadré par des propriétés de la société Lemaire frères et Lefebvre. Au débouché de la future avenue sur la place de l’Avenir, le terrain appartient à Narcisse Jaune. Ces terrains seront acquis par voie d’échange avec leurs propriétaires en 1913.

Le débouché de l’avenue sur la place – Document Archives municipales

 La guerre suspend l’exécution du projet, qui reprend en 1925 avec l’approbation du tracé par le conseil municipal, suivi de négociations pour l’achat des maisons Herchuez. C’est chose faite en 1926, mais les locataires ne se pressent pas de libérer les lieux (un seul départ dans les six ans qui suivent). Il faut indemniser les occupants pour récupérer les maisons ; la municipalité leur offre mille francs à chacun. M. Catteau, le tenancier du café, sera indemnisé de la perte de son commerce par le don d’un terrain en bordure de la nouvelle avenue en 1932. Il faut maintenant démolir les maisons. On mène activement les travaux dans le cadre des mesures de lutte contre le chômage et, en 1934, les bâtiments gênants sont abattus, l’avenue est tracée, et on lance l’adjudication pour le revêtement de la chaussée en tarmacadam jusqu’à la place. Celle-ci a maintenant pris le nom de Spriet, alors qu’on vient de procéder au revêtement définitif par le même procédé du reste de l’avenue jusqu’à la place de la Fraternité. Les travaux prolongement de l’aqueduc sont réceptionnés l’année suivante.

La ville met en vente le terrain qui lui est inutile pour y construire un lotissement entre les rues Ingres et Rubens.

Le lotissement – document archives municipales

 Les travaux se terminent par la plantation d’arbres le long de la nouvelle avenue. Il ne reste plus qu’à rétrocéder le terrain entre l’ancien tracé de la rue Linné et celui de l’avenue, selon l’engagement pris lors de l’acquisition des terrains par la ville. Le triangle allant de la nouvelle voie aux maisons anciennes désormais en retrait est donc vendu aux ayants-droits de la société Lemaire frères et Lefebvre moyennant un prix de 5 francs le m². Cette rangée de maisons, jadis en front à rue, est désormais en retrait de l’avenue. Elle témoigne encore aujourd’hui de l’ancien tracé de la rue.

L’avenue a pris l’aspect que nous lui connaissons de nos jours. Les seuls travaux qu’elle a connu depuis ne relèvent que de l’entretien.

La Voix du Nord – 1959

Visite au square des platanes

La société anonyme Roubaisienne d’habitations ouvrières, dont le siège est situé 1bis rue du Pays, désire construire une cité jardin avenue Linné. Elle adresse en 1923, par la voix de son secrétaire M. Hache, une demande portant sur 26 maisons doubles.

Document archives municipales

 L’autorisation est donnée en janvier 1924, mais les constructions sont différées. En 1925, la société réitère sa demande, mais pour 32 maisons. M Hache demande l’autorisation de construire la 32ème sur un terrain lui appartenant à l’est du lotissement sur le même plan que les autres. Au total, le lotissement comprend 65 logements. Ces maisons sont réparties en deux types distincts architecturalement, les unes revêtues de briques sont situées le long de l’avenue Linné. Les autres aux murs cimentés sont situées en retrait et constituent le square des platanes proprement dit.

Le lotissement lors de la construction – document archives municipales

 Nous avons eu l’occasion de visiter l’une de ces maisons, habitée jusqu’à aujourd’hui par la même famille et restée pratiquement dans son état d’origine. Laissons à Carole le soin de nous présenter cette maison sortie tout droit des années 30.

La maison aujourd’hui – photo Jpm

 En 1924, mon grand-père était garde chasse, employé par le patron de la bonneterie Rousselle, au château des deux lions, et on lui a proposé un logement ici. Il ont emménagé au mois de juin. Les premiers locataires c’était eux ; les autres maisons sont plus récentes. Il y avait deux ménages dans la maison : Quand mes grands parents sont morts, mes parents, qui habitaient au premier, ont repris la location.

La grand-mère, la sœur et les parents de Carole ; le jardin- photos collection particulière

 Au début, mes parents avaient un petit jardin, puis après, on leur a donné un autre morceau, pris sur un chemin qui menait de l’avenue Linne à l’avenue Motte. Le garage a été construit par mes parents dans les années 50.

Le garage. Le jardin d’aujourd’hui a inclus l’ancien chemin menant vers l’avenue Motte (photo de droite)

 La maison comporte trois pièces principales au rez de chaussée comme à l’étage. La chambre 1, au dessus de la cuisine, a été utilisée très longtemps comme cuisine par les parents de Carole.

 

La pompe actuelle a remplacé l’ancienne, en fonte, mais elle puise toujours l’eau de la citerne située sous la maison, avec un regard dans le séjour. Pas d’eau chaude à l’évier, mais la cuisine était équipée à l’origine de placards. Une cave, souvent remplacée par une penderie dans les autres maisons n’était qu’un petit espace sous l’escalier : on y mettait le beurre, quand il n’y avait pas de frigo.

Tout est pratiquement resté d’origine dans la maison– photos jpm

 Trois belles chambres à l’étage. Il y avait un feu en bas, et un en haut, c’était suffisant : Les gens ne chauffaient pas comme maintenant.

Une chambre et son papier peint dans le style des années 30– photos jpm

 Le cagibi extérieur, construit avec des plaques de ciment, était équipé d’origine avec un clapier à lapins. Tout était prévu par les concepteurs !

Les parents de Carole– photo collection particulière

Un grand merci à Carole pour avoir partagé avec nous souvenirs et documents.

 

Origines de l’avenue Linné

A la fin du 19e siècle, la municipalité se préoccupe de structurer les quartiers situés au sud de la ville, ceux-ci étant alors constitués de grands domaines et de terres agricoles.  Il s’agit de tracer des voies de circulation mais aussi de mettre en place les infrastructures nécessaires à la vie des futurs habitants. C’est ainsi qu’on trace en 1894, le long de la rue de Lannoy, la place de la Justice, (notre place de la Fraternité actuelle), mais celle-ci n’est encore reliée à aucune autre voie.
A cette époque, le chemin n°2 de Roubaix à Hem, après avoir emprunté les rues du Moulin et de Hem, longe le domaine de la Potennerie, traverse le boulevard de Lyon, laisse à sa droite la ferme de la petite Vigne et prend un virage à 90 degrés vers la droite pour se diriger vers la ferme de la Haye et Hem en coupant l’extrémité du boulevard de Fourmies, qui se termine encore à cet endroit, et celle de la rue Henri Regnault, nouvellement ouverte.
Les élus voudraient prolonger ce chemin vers l’est en ouvrant une voie partant du coude qu’il forme et rejoignant la place de la Justice. Depuis cette place, il faudra traverser le domaine des prés que vient d’acheter Jules Dhalluin à Louis Cordonnier, passer près du château, et arriver au chemin n°2, dont la dernière partie va bientôt prendre le nom de rue Linné.


Cette rue longe un  groupe de maisons dont une partie sera démolie lors de la prolongation de l’avenue, mais dont certaines existent encore aujourd’hui, à peine modifiées :

Les maisons de l’ancienne rue Linné Photo Nord Eclair

On lance en 1899 la construction d’une voie en scorie dotée d’un aqueduc qui s’embranchera sur celui de la rue de Lannoy. Elle partira du coin de la place de la Justice, longera l’avenue Cordonnier, traversera la rue Jouffroy, côtoiera le château Cordonnier, et rejoindra en droite ligne le coude du chemin numéro 2. Les plans montrent également une avenue Bossut partant du boulevard de Reims et allant jusqu’au chemin numéro 9, mais n’est-ce pas seulement un tracé envisagé, qui ne prendra forme réelle que bien plus tard sous le nom de rue Braille ? Il semble bien, en tout cas que la partie vers le boulevard de Reims n’ait jamais été réalisée.

Louis Colin est choisi comme adjudicataire. Il réalise les travaux et la réception de la voie, tracée sur une largeur de 20 mètres, a lieu en 1902. Dès l’origine, deux prolongements semblent envisagés à partir du nouveau carrefour, l’un vers le sud-est (la future rue Léon Marlot), et l’autre vers le sud-ouest dans un tracé prolongeant en ligne droite la future voie. On a profité de l’occasion pour acheter, le long de ce tracé, des terrains, anciennement attachés à la seigneurie de la petite vigne, et connus comme « terre des pauvres », qui appartiennent au bureau de bienfaisance et sont alors cultivés par Jean-Baptiste Teneul. Ces terrains sont destinés à la construction d’un groupe scolaire « qui desservirait à la fois le quartier du Pont Rouge et celui de Beaumont ». La vente des terrains convoités est effective en 1902.

On remarque qu’au croisement de la future rue Ingres, le tracé projeté forme un « S » pour se raccorder à la rue Linné en se glissant entre les deux alignements de maisons. C’est ce tracé qui sera finalement choisi, et la municipalité rétrocède les terrains constituant l’ancien tracé de la rue Linné (en rose à gauche sur le plan). Les terrains placés le long de la nouvelle voie appartiennent pour la plus grande partie, au nord à la famille Bossut-Plichon et à la société Lemaire et Lefebvre, tandis qu’au sud, on trouve parmi les propriétaires Louis Cordonnier, Jules Dhalluin, ainsi que le bureau de bienfaisance.
Les travaux de prolongement jusqu’au niveau de la rue Ingres sont menés dans les années qui suivent : construction de l’avenue et des voies autour de l’école, des aqueducs correspondants et du groupe scolaire lui-même. La chaussée sera empierrée et bordée de fils d’eaux pavés. Les travaux de voirie sont terminés en 1910, et on plante des arbres le long de la nouvelle avenue.

Documents archives municipales

 

Les débuts du Nouveau Roubaix

hcnvCarte 1919 AmRx

Traces de campagne

Une rangée de petites maisons de journaliers marque encore l’ancien tracé de la petite rue placé en retrait de l’actuelle avenue. En 1906, la petite rue Linné mène à Hem en partant de la rue Paul Wante. Elle devient l’avenue Linné et rejoint le boulevard de Fourmies. C’est pour ainsi dire la première frontière du futur quartier du Nouveau Roubaix. On peut encore apercevoir l‘ancien alignement de la rue, car ces petites maisons existent encore, l’une d’elles s’est transformée en café de la Poste.

linne2colorLes maisons de l’ancienne rue Linné Photo Nord Eclair

Une école entre ville et campagne

C’est sous le mandat d’Henri Carrette, en 1898, que fut décidée la construction de la future école primaire à laquelle on donnera après la première guerre mondiale, le nom de Léon Marlot, jeune résistant tombé sous les balles allemandes. Ce groupe scolaire  forme l’angle de l’avenue Linné et de la future rue Jean Macé. Il faudra dix ans pour que ce projet aboutisse et soit réalisé par l’architecte Paul Destombes. En 1908, cette école fait encore face à des terres agricoles.

ecoleLinneLe Groupe scolaire de l’avenue Linné CP Méd Rx

Des terrains libres

En 1919, après la place du Travail, le long du récent boulevard de Fourmies, il y a principalement des entreprises. La rue Ingres est inachevée, mais le groupe scolaire de l’avenue Linné existe déjà, avec une vue sur des terrains vagues ou des champs. Seuls vestiges des anciens chemins, l’avenue Linné, autrement dénommée chemin d’intérêt commun n°118, dans sa partie vers Hem. Cependant l’avenir est déjà tracé : un long boulevard préfigure la nouvelle ceinture de Roubaix, l’avenue des Villas et le boulevard industriel, dont une partie a été rebaptisée avenue Alfred Motte. L’usine de velours Motte Bossut existe déjà depuis 1903, l’usine Dazin-Motte ouvre le boulevard de Fourmies, et le développement industriel s’annonce avec un projet de chemin de fer. La Municipalité de Roubaix, sous l’impulsion de Jean Lebas, va démarrer un grand chantier d’habitat social sur les vastes terrains agricoles exploités dans le passé par les censiers des fermes de la Haye et de Gourguemez.

fourmies