Ibis à Roubaix

Le 31 janvier 1988, la première pierre d’un nouvel hôtel est posée, comme signe tangible de la volonté de transformation de Roubaix voulue par l’équipe Diligent : transformer une ville repoussoir en un pôle d’attraction. Et en premier lieu, loger les visiteurs ! André Diligent rassure le monde hôtelier existant à Roubaix : avec un trois étoiles de 92 chambres, un deux étoiles de 13 chambres, quatre une étoile de 20 chambres, nous ne disposions que de 200 chambres pour tout Roubaix. D’un seul coup, nous augmentons notre capacité hôtelière de 50 % et ce n’est pas fini. Mais je suis convaincu qu’il y a de la place pour tout le monde.

Le Sénateur Maire André Diligent posant la première pierre Photo NE

Le partenaire, c’est la chaîne Ibis, dont le premier hôtel ibis a ouvert à Bordeaux en 1974, construit par la société hôtelière Novotel-SIEH, qui a absorbé les hôtels Mercure en 1975 et deviendra le futur groupe Accor en 1983. L’objectif de cet hôtel est de créer une chambre 30% moins chère que celle de Novotel. En 1977, 14 hôtels Ibis ont ouvert en France. En 1980, Ibis ouvre son 50ème établissement. La même année, la société Aéroports de Paris autorise pour une durée de 50 ans les hôtels Ibis à exercer une activité hôtelière (556 chambres) sur les domaines publics des aéroports. Le groupe hôtelier Accor prend naissance en 1983 et ouvre son premier hôtel Ibis aux États-Unis en 1983. En 1984, Accor et la banque La Hénin réunissent les 123 hôtels ibis et Urbis au sein de la structure Sphère SA, qui devient le premier opérateur d’hôtels 2 étoiles en France. Roubaix sera le 215e Ibis.

Avant l’Ibis, un café restaurant CP Méd Rx

Estaminet déjà présent en 1898, bénéficiant de la clientèle des Halles Centrales, dénommée Brasserie de Belfort en 1908, toujours café dineurs en 1929, puis café de la poste en 1972, l’emplacement a toujours eu une vocation d’accueil du public en s’adaptant à son environnement. Nous sommes à présent face à l’IUT, à deux pas de l’ancienne filature Motte-Bossut qui est sur le point d’accueillir les Archives nationales du monde du travail (ANMT). Elles y seront installées en 1993. Le nouvel Hôtel est un deux étoiles, propose 64 chambres, un restaurant bar de 70 places. La presse cite d’ailleurs un programme en six points : dans les deux ou trois ans, Roubaix va se doter d’un formule un de la chaîne Accor, d’un Campanile deux étoiles, d’un trois étoiles de standing Accor Srai inséré dans un projet de centre d’affaires, un deux étoiles de la chaîne Ibis, celui-là vient de commencer et un Hotelia équipement hôtelier original pour personnes âgés qui s’installera à la place de l’ancienne CAF.

L’Ibis en attente de l’Eurotéléport et des ANMT Photo Guy Sadet

Inauguré en septembre 1988, l’hôtel Ibis connaît un démarrage assez calme, du selon le directeur de l’époque à la concurrence de Lille, de son animation et de ses restaurants. À l’occasion, l’Ibis joue le rôle de déversoir quand Lille affiche complet. Roubaix est par ailleurs en pleine transition. L’Ibis accueille plutôt un public de cadres, comme ceux du Lloyd continental. L’ouverture prochaine de l’Eurotéléport porte de grands espoirs. On sert 80 à 100 repas par jour et c’est souvent le midi. Le manque d’animation (il n’y a plus qu’un seul cinéma à Roubaix) et trop peu de restaurants pour intéresser les clients à rester le soir.

Sources : presse locale, Ravet Anceau, Wikipédia

Le café effondré

Au confluent de la rue des longues Haies, de la rue du Moulin et du boulevard Gambetta s’installe très tôt un estaminet. Tenu par M. Barot en 1886, l’estaminet change assez souvent de propriétaire. Il abrite diverses sociétés telles que le Club des Méli-mélo, en 1895, le stade Roubaisien dès 1922, la société des anciens militaires de l’armée de mer, la société des médaillés et le syndicat des contremaîtres en 1925, et surtout la ligue des sports, qu’on retrouve là durant presque toute l’histoire de l’établissement.

Document médiathèque de Roubaix

 Le 7 octobre 1964, alors qu’on réaménage le carrefour, le café de la ligue des Sports, propriété de Mme Veuve Florin-Caron, est lui aussi en travaux : on y effectue des transformations sous la direction d’un architecte Lillois, M. Buhot. Brusquement, alors que les ouvriers se trouvent providentiellement dans la cave du café, une grande partie de l’immeuble s’effondre. Le mur de la maison voisine, au n°1 rue Edouard Anseele, est suffisamment lézardé pour qu’on doive évacuer ses occupants et leur trouver un gîte provisoire.

Photos Nord Eclair

 Le tribunal administratif de Lille estime que l’estaminet est lui-même dans un tel état qu’il faut l’abattre. On fait appel à une entreprise de démolition, qui intervient avec circonspection, des craquements continuant à se faire entendre. Finalement, le danger paraissant évident pour les ouvriers, on abat ce qui reste du bâtiment à l’aide du bulldozer. On s’affaire ensuite déblayer les gravats et pour rouvrir la rue du Moulin au plus tôt.

Photo Nord Éclair

 On se demande un instant s’il faut reconstruire le café, mais on y renonce apparemment, puisque les photos aériennes des années suivantes montrent d’abord le chantier clôt par une palissade, puis transformé en parking dans les années 80. Finalement, la percée de l’avenue des paraboles et les constructions qui la bordent remodèlent complètement l’ancien carrefour.

Photo collection particulière