Magris et le granito

Joseph Magris, est né dans un village près de Trieste et de Venise. Cimentier de son état, il vient en France après la première guerre. Il travaille à Reims, puis dans le Pas de Calais, enfin à Tourcoing, dans le cadre de la reconstruction. Puis Il s’installe à son compte en 1925 à Roubaix au 133 rue de la Mackellerie.

Joseph Magris et sa maison Photos NE

Joseph Magris et sa maison Photos NE

Cette maison à l’architecture insolite (dit la presse de l’époque) a été entièrement aménagée par son nouveau propriétaire, qui va y installer une entreprise de bâtiment prospère. De l’ancienne maison, il ne reste plus rien. Au rez-de-chaussée, front à rue, c’est l’usine avec l’entrée des bureaux, le vestiaire des ouvriers, et l’entrée du personnel. Il y avait aussi une petite salle d’exposition. La maison d’habitation située au-dessus comprend des balustres, des jardinières, un escalier extérieur, une large terrasse, comme il se doit d’influence italienne. C’est désormais la maison de Joseph Magris, le fabricant de « granito ».

Initialement, Joseph Magris est granitier, il fabrique des dalles avec des morceaux de marbre, il était aussi polisseur sur place. C’était fastidieux, il fallait poncer et re-poncer, mais ça durait et c’était beau. Mais c’était aussi cher. Joseph Magris invente alors une imitation de la pierre bleue (marque Sirgam). Puis ce sera le granito, qui est une pierre artificiellement reconstituée, utilisée pour les pavements, les revêtements et pour les monuments funéraires. Moins cher que la pierre naturelle (le marbre ou la pierre de Soignies), le granito permet de faire des monuments funéraires à bon marché.

En tête de l'entreprise Magris Coll Particulière

En tête de l’entreprise Magris Coll Particulière

Joseph Magris se lance ensuite dans la fabrication de carreaux de granito, toujours avec l’argument d’être bon marché, il propose de la couleur. A l’aide de ses deux fils Oscar et André, il développe cette nouvelle orientation. D’autres projets suivront, carrelages pré-fabriqués, sous forme de dalles.

La maison Magris aujourd'hui Photo Google Maps

La maison Magris aujourd’hui Photo Google Maps

Une anecdote concernant l’entreprise : sur le fronton de l’usine de la rue de la Mackellerie, l’artisan avait mis un s à Granito sur la façade, transformant notre italien en espagnol. Les lettres étaient en relief, et on décida de repeindre en blanc la lettre en trop. C’est pourquoi on la voit encore apparaître sur la façade.

L’entreprise s’est développée : cinq, dix puis vingt ouvriers. Il faut un autre local. C’est ainsi que Joseph Magris achètera en viager l’usine de la rue de Mouvaux, ex tissage Domino, anciennement savonnerie Vaissier, qu’il utilisera pour l’exposition de ses produits, mais aussi pour la fabrication des grands formats. En 1958, les Ets Magris fabriquent chaque jour 300 m² de carreaux en granito. Une exposition permanente de ces matériaux est visible au 2 de la rue de Mouvaux (ancienne usine de savonnerie Vaissier) avec entrée libre. Une autre exposition est installée au centre de documentation du bâtiment à Lille Place de la Gare.

Magris à la foire de Lille Photo NE

Magris à la foire de Lille Photo NE

Le stand Magris à la foire de Lille Coll Particulière

Le stand Magris à la foire de Lille Coll Particulière

En 1959, les Ets Magris exposent à la foire de Lille, et le ministre de la construction s’intéresse à leur production. Les carreaux de granito Magris sont présentés comme un matériau absolument remarquable de solidité et d’élégance. On évoque également le goût des coloris : ciment flammé, mosaïques de marbre, carrelages de granito, agréables à l’œil, au toucher, solides et confortables. C’est du beau, du bon et du pas cher ! Le stand Magris présentait une polisseuse de carrelage, qu’on utilisait pour poncer sur place sur les chantiers des particuliers, notamment pour qu’on ne voie pas les joints.

En tête de chez Magris Coll Particulière

En tête de chez Magris Coll Particulière

Progressivement l’entreprise s’est équipée avec des robots et des nouvelles machines. Elle fabriquait les grands formats rue de Mouvaux, et les petits rue de la Mackellerie. Quand elle a cessé ses activités, l’entreprise produisait quotidiennement 520m². Sur la fin, elle ne fabriquait plus de granito, mais des dalles d’usine et de trottoir, pour les aéroports, ou les usines. L’entreprise s’est arrêtée à Roubaix en novembre 2004. Une société des Carrelages Magris dont l’objet est la fabrication d’éléments en béton pour la construction est aujourd’hui implantée à Lieu Saint Amand près de Bouchain.

Merci à Patrick pour les précisions et les anecdotes

Les dominos de Brossolette

Depuis 1965, le CIL de Roubaix Tourcoing construit des dominos, qui sont des résidences pour personnes âgées, réservées aux « plus vaillants ». Les premiers dominos construits se trouvent dans le quartier de Beaumont à Hem derrière l’église Saint Paul, et rue du Caire à Roubaix. Depuis il y en a eu d’autres, à Leers, Wattrelos, rue de Toul, à Toufflers, à Lys lez Lannoy et à Roubaix, le béguinage Marlot sur l’emplacement de l’ex usine Salembier et le béguinage Brossolette, dans la rue et près de la tour du même nom…

Les dominos du béguinage Marlot Photo Nord Eclair

Un domino est une petite maison individuelle comprenant une chambre, une salle de séjour, une cuisine et un cellier. Un témoin nous emmène visiter un domino de la rue Brossolette.

Les dominos du béguinage Brossolette en construction en 1972 Photo Nord Eclair

Nous sommes dans les dominos qui sont situés rue Brossolette, au pied de la tour du même nom. Ils sont gérés par Villogia. Ce secteur n’est pas du tout résidentialisé, mis à part une grille qui a été posée, parce qu’il y avait des gens qui se servaient de cet espace vert comme d’un raccourci pour repartir sur les Hauts-Champs. C’est ouvert à tous vents, tout le monde peut entrer librement. Malgré tout, il ne s’y passe pas grand-chose. C’est très arboré. Il y a trois barres de maisons, avec des espaces verts qui sont entretenus par Villogia. Mais chacun des habitants essaye de s’approprier un peu les lieux et de personnaliser son espace vert, et le bailleur laisse faire. Accessoirement, les pots de fleurs empêchent les circulations intempestives en vélo au ras des portes. A l’arrière des dominos, la pelouse est entretenue par Villogia, mais les gens qui habitent là s’en servent comme de leur jardin : l’été on y met une chaise-longue, éventuellement un barbecue… Donc, les avantages, sans les inconvénients de l’entretien.

Les dominos Brossolette recto verso Photos Gérard Vanspeybroeck

Il y a une batterie de garages situés au pied de la tour, dont certains appartiennent à des personnes des dominos. Juste derrière, on aperçoit les murs de l’usine Jules. Il n’y a pas de régisseur, et pas de gardien. Ceux qui le souhaitent peuvent se faire livrer les repas du CCAS. Il est évident qui si on n’est pas autonome, on ne peut pas vivre dans un de ces dominos. C’est comme dans un appartement. Les prix sont en fonction des revenus, mais c’est à peu près de 300 euros par mois. Ça reste très raisonnable.

Mes parents arrivent dans ce domino à la fin des années 80, venant de leur appartement de la rue Fragonard. Pour ma mère qui venait du fin fond de la campagne de Wattrelos, aux confins d’Estaimpuis, la rue Fragonard, c’était un grand progrès du point de vue du confort. La rue Fragonard, pour ma mère, c’était vraiment le bonheur, c’était le centre du monde. Un jour mon père décide qu’on va partir habiter dans un domino. Autant dire que, pour ma mère, ça a été un crève-cœur. Elle est partie vraiment en marche arrière jusqu’au domino. Et, comble de malchance, c’est à ce moment là qu’on a commencé à démolir l’église Ste Bernadette, qui était juste derrière, et ma mère, comme consolation, a pu assister à toute la démolition de l’église. Autant dire qu’elle nous a fait une déprime à ce moment là…

Plan réalisé par Gérard Vanspeybroeck

On entre par la porte fenêtre, directement dans le séjour. Il n’y a pas de vestibule, pas de couloir une surface de 53 m2 environ. Un salon salle à manger, une chambre, une cuisine, une salle de bains et un cellier. Il n’y a pas d’autre fenêtre que la porte-fenêtre, ce qui oblige parfois à allumer, même en pleine journée.  Dans la chambre, il y a aussi une fenêtre. Au fond, on arrive dans la cuisine : un évier sur la gauche, la chaudière individuelle de chauffage central au gaz, et une porte fenêtre à l’arrière. Selon la disposition des maisons, les gens entrent par un côté ou par l’autre. Ensuite, un petit couloir avec un placard dans le fond, une trappe qui permet d’accéder aux combles pour y ranger quelques objets. La salle de bains comporte également le WC, et il y a un vasistas pour la lumière du jour, une douche adaptée pour les personnes âgées, sans rebord, qui a été installée récemment. Tout au fond, un cellier avec des possibilités de rangements des légumes. Les orientations diffèrent selon les rangées de bâtiments.

Vue générale des dominos de la rue Brossolette Photo Gérard Vanspeybroeck

En ce qui concerne la vie collective,  beaucoup d’évolution en fonction du turn-over. La piste de pétanque qui est aujourd’hui abandonnée, était autrefois très utilisée. Maintenant la plupart des gens qui habitent dans les dominos possèdent des voitures. Ça les rend très mobiles, ils vont se balader, ce qui n’était pas vrai avant, les gens vivaient plus là,  il y avait plus de vie collective.