Histoire d’une filature

Le 18 avril1893, Carlos Masurel-Leclercq, alors âgé de 31 ans et demeurant 78 boulevard de Paris, demande l’autorisation de construire une filature de coton sur le boulevard de Fourmies. Cette voie, récemment construite, s’arrête alors à la place de l’Avenir (future place Spriet).  Sa prolongation jusqu’à la future avenue Motte ne sera pas décidée avant 1896. L’usine sera construite sur un terrain situé à droite en venant de la place du Travail, et s’étendant jusqu’à la rue Henri Régnault. La façade de l’usine doit se prolonger vers la gauche par un mur de clôture interrompu par un portail d’accès, lui même suivi de la maison du concierge. Le bâtiment compte trois étages et six modules d’une fenêtre surmontés chacun d’un toit pointu, ainsi qu’une tour abritant un monte-charge.

Le plan original – Document archives municipales

Ce sont les premières années d’existence du boulevard, et on y trouve seulement l’usine Ternynck et fils, et l’estaminet Dubron. En 1903, notre filature prend le numéro 20, alors que le numéro 1, première maison sur le trottoir d’en face, abrite le directeur de l’usine H. Rive. Au 28, juste à côté de la maison du concierge, s’installe l’estaminet Herbaut.

En 1905, la filature change de raison sociale, et prend le nom de Dazin-Motte Fils. Le nouveau propriétaire demande en 1909 l’autorisation d’agrandir l’usine. Le plan joint à la demande prévoit 7 modules-fenêtres supplémentaires identiques aux anciens, mais sans la toiture en pointe correspondant. Une nouvelle demande d’agrandissement est faite en 1927. L’entreprise se préoccupe du bien-être de ses employées, avec une demande de construction pour une garderie d’enfants déposée en 1926. On distingue également sur les photos aériennes des jardins aménagés pour les ouvriers près de l’usine le long de la rue Bernard Palissy. Une photo datant des années 30 montre par ailleurs que la tour d’angle a été surélevée de deux étages.

Photo collection Bernard Thiebaut

Les photos aériennes depuis les années 30 montrent l’usine dans son état définitif. On y voit nettement deux extensions au bâtiment principal, ne comportant pas de toits pointus comme la construction d’origine. On distingue également les jardins ouvriers et la disposition interne de l’usine avec un bâtiment derrière la maison du concierge et deux bâtiments annexes situés le long de la rue Henri Régnault.

Photo IGN 1962

Cette photo nous montre l’usine à la fin de son existence, puisqu’elle va disparaître en 1963.Un reportage de la Voix du Nord de l’époque nous montre le bâtiment en cours de démolition et nous apprend que les travaux ont donné lieu à un accident puisque le vent, soufflant en tempête, a fait s’écrouler un mur affaibli par les travaux, tuant un ouvrier qui se trouvait là.

Photo La Voix du Nord

Le terrain de l’ancienne usine reste en friche très longtemps, et des photos de 1970 nous montrent cette zone transformée en terrain vague, les restes des anciens bâtiments, et de nombreux gravats. Cette situation perdure au delà de la construction de la résidence Palissy, érigée à l’emplacement du bâtiment principal de la filature.

Documents archives municipales

Ainsi se scelle le destin d’une des nombreuses entreprises textiles roubaisiennes, qui prélude à bien d’autres disparitions.

 

Le Boulevard de Fourmies en 1930

fourmiesblogCette carte postale représente le boulevard entre 1930 et 1950, vu en direction de la place du Travail. On y voit la filature Dazin-Motte, surmontée d’une tour. Sur son emplacement se trouve aujourd’hui la résidence Palissy. En se rapprochant, on découvre successivement la rue Puget puis la rue Carpeaux et, au premier plan la rue David d’Angers.

On assiste à une première vague de construction dans les années 1890, lors de l’ouverture du boulevard : d’abord les usines s’implantent, puis les premières maisons particulières et quelques commerces. La majorité des constructions actuelles sont en place à partir de 1925. En particulier, on compte à cette époque 10 estaminets entre la rue Messonnier et l’avenue Linné : ce nombre est lié à la présence de trois grosses entreprises dans cette zone.

Le Ravet Anceau nous permet d’identifier les commerçants avec, de gauche à droite : la mercerie Lassou, l’estaminet de Mme Desreumaux (puis Derache-Planquaert), la boucherie-charcuterie Baelde, l’épicerie Brouwers transformée avant 1939 en droguerie, le marchand de chaussures Degeldère, la mercerie Willaumez, le bureau de tabac Horent (Vanneste par la suite). Après la rue Carpeaux, la boucherie Belpaume, et après la rue Puget, l’estaminet Deleporte repris avant la guerre par le marchand de meubles Leblanc.

Le tramway visible sur l’image, emprunte la ligne D (Mouvaux – Bd de Fourmies par la place de Roubaix). Cette ligne avait son terminus devant les ensembles HBM, à la limite de l’avenue Motte.

Tout n’est donc pas encore bâti ; on voit bien sur la photo qu’il reste des «vides» côté impair, mais en ce qui concerne les bâtiments existants à l’époque, on retrouve aujourd’hui les constructions d’alors :Montage

Ce montage montre bien que les constructions sont les mêmes bien que les façades de magasins aient changé. Le café du coin s’est agrandi d’une terrasse couverte, la boucherie comporte maintenant un garage surmonté d’un étage, la boucherie au coin de la rue Carpeaux s’est trouvée augmentée d’un bâtiment bas qui n’existait pas à l’époque.

Si cette vue du temps passé vous suggère des commentaires, n’hésitez pas à les placer ici ; toute contribution est la bienvenue, car elle permet d’enrichir la mémoire du quartier.

Les débuts du Nouveau Roubaix

hcnvCarte 1919 AmRx

Traces de campagne

Une rangée de petites maisons de journaliers marque encore l’ancien tracé de la petite rue placé en retrait de l’actuelle avenue. En 1906, la petite rue Linné mène à Hem en partant de la rue Paul Wante. Elle devient l’avenue Linné et rejoint le boulevard de Fourmies. C’est pour ainsi dire la première frontière du futur quartier du Nouveau Roubaix. On peut encore apercevoir l‘ancien alignement de la rue, car ces petites maisons existent encore, l’une d’elles s’est transformée en café de la Poste.

linne2colorLes maisons de l’ancienne rue Linné Photo Nord Eclair

Une école entre ville et campagne

C’est sous le mandat d’Henri Carrette, en 1898, que fut décidée la construction de la future école primaire à laquelle on donnera après la première guerre mondiale, le nom de Léon Marlot, jeune résistant tombé sous les balles allemandes. Ce groupe scolaire  forme l’angle de l’avenue Linné et de la future rue Jean Macé. Il faudra dix ans pour que ce projet aboutisse et soit réalisé par l’architecte Paul Destombes. En 1908, cette école fait encore face à des terres agricoles.

ecoleLinneLe Groupe scolaire de l’avenue Linné CP Méd Rx

Des terrains libres

En 1919, après la place du Travail, le long du récent boulevard de Fourmies, il y a principalement des entreprises. La rue Ingres est inachevée, mais le groupe scolaire de l’avenue Linné existe déjà, avec une vue sur des terrains vagues ou des champs. Seuls vestiges des anciens chemins, l’avenue Linné, autrement dénommée chemin d’intérêt commun n°118, dans sa partie vers Hem. Cependant l’avenir est déjà tracé : un long boulevard préfigure la nouvelle ceinture de Roubaix, l’avenue des Villas et le boulevard industriel, dont une partie a été rebaptisée avenue Alfred Motte. L’usine de velours Motte Bossut existe déjà depuis 1903, l’usine Dazin-Motte ouvre le boulevard de Fourmies, et le développement industriel s’annonce avec un projet de chemin de fer. La Municipalité de Roubaix, sous l’impulsion de Jean Lebas, va démarrer un grand chantier d’habitat social sur les vastes terrains agricoles exploités dans le passé par les censiers des fermes de la Haye et de Gourguemez.

fourmies