Les maisons enchâssées (1)

Le carrefour formé par la rue de l’Epeule et la rue des Arts a subi des modifications d’urbanisme, notamment dans l’angle épeule/arts/rémy Cogghe. Le résultat de ces travaux présente un curieux assemblage de deux maisons enchâssées dans un nouvel immeuble qui semble les entourer. À l’arrière de cette façade de rue, d’anciennes courées ont disparu, entraînant avec elles les front-à-rue de la rue des Arts et de la rue Rémy Cogghe. Comment cette transformation s’est-elle opérée ? Voici la reconstitution des opérations.

Vue de la rue de l’Epeule autrefois Coll Particulière

Pendant les années soixante dix, la surface délimitée par la rue de l’épeule (du n°53 au 61), la rue des Arts (du n°174 à 194) et la rue Rémy Cogghe (du n°32 à 54) va faire l’objet de profondes transformations. Au milieu des années soixante, la rue de l’épeule affiche un front-à-rue intégralement commerçant, notamment du n°53 au n°61. En effet, après la cour Desrousseaux, au n°53, on trouve la boulangerie de M. Henri Molle, la crémerie de M. Lamblin Demil à l’enseigne « à la petite ferme », au n°57 le dépôt Anet de blanchisserie de M. Flament Deleval, l’épicerie de M. Bacro au n°59 et la Brasserie de l’épeule aux n°61-63.

Le n°53 rue de l’épeule Coll Particulière

Du côté de la rue des Arts, il y a un boucher, M. Bouchelaghem au n°174, un libraire au n°176, l’entreprise Parks Cramer France matériel textile au n°180, l’électricien M. Tonneau et le dépôt de la teinturerie Duhamel au n°186 et le salon de coiffure dames Michèle au n°190. Quant à la rue Rémy Cogghe, on y trouve au n°32 la société Flandre-mercerie, commerce en gros, des maisons individuelles au n°34 et 36, un courtier en laines au n°38, la maison de l’ingénieur De Laubier Vernier au n°40, la cour veuve Desrousseaux au n°46, et le café Claeyman au n°54.

Les Ets Fiévet au n°32 de la rue des Fleurs Coll Particulière

Derrière ces façades de commerces et d’habitations, se situe l’importante cour Desrousseaux, composée de trois barres de maisons entre la rue de l’épeule et la rue des arts (cinq, douze et neuf maisons), et de quatre barres entre la rue des Arts et la rue Rémy Cogghe (douze, seize, vingt et dix maisons). Soit quatre-vingt quatre maisons.

Plan des lieux pour le projet de réserve foncière doc AmRx

Cet ensemble de maisons construit à l’initiative de la famille Desrousseaux, apparaît déjà en 1884 sur le plan cadastral. En 1973, les propriétaires de cette courée sont les héritiers Desrousseaux, Jean et Agnès, épouse De Laubier. Il semble que cette famille soit apparentée à celle d’Emile Roussel-Desrousseaux, l’important teinturier de la rue de l’épeule et de la rue Watt. L’ancêtre de cette famille est Jean Baptiste Joseph Desrousseaux Honore (1794-1872) fabricant à Roubaix, son fils Jean-Baptiste Desrousseaux-Meurisse (1824-1874) l’est également et habite rue de l’épeule. Le petit-fils Felix Desrousseaux-Dupire (1873-1907) est imprimeur rue du grand chemin, sa femme Hortense Dupire est la fille de l’architecte Auguste Dupire. De ce couple sont issus les héritiers cités plus haut. Michel de Laubier-Desrousseaux est issu d’une importante famille de notaires et d’architectes, il habitera au n°46 de la rue des fleurs, future rue Rémy Cogghe. On accédait aux cours Desrousseaux entre le n°51 et le n°53 de la rue de l’épeule, dans la rue des Arts avant le carrefour et dans la rue des fleurs (aujourd’hui Rémy Cogghe) par le n°40.

Le 13 décembre 1967, la commission des logements insalubres s’intéresse à l’immeuble situé au n°49 rue de l’épeule appartenant à Mme De Laubier Desrousseaux demeurant 40 rue Remy Cogghe à Roubaix et à M Desrousseaux Jean 40 rue blanche à Lille et occupé par Fernand Fastre, son épouse et leurs deux enfants. Après les constatations d’usage, cette construction ancienne est dite ne plus correspondre aux normes actuelles du logement. Il est remarqué un manque d’entretien prolongé, la vétusté des chevrons de la toiture, dont les poutres fléchies indiquent qu’elle est endommagée. Un arrêté est alors pris : les propriétaires ont un mois pour démolir la partie supérieure de la maison ! Le 30 juin 1969, au n°51bis de la rue de l’épeule, c’est à dire cour Desrousseaux, les immeubles n°25 à 33 menacent ruines. S’ensuit une action en justice, après une mise en demeure en date du 8 mai dans laquelle on peut constater que deux de ces maisons sont libres d’occupation et trois autres portes et fenêtres murées ! Les cinq dernières sont encore habitées ! Le rapport est accablant : le gros œuvre en maçonnerie de briques se lézarde, des fissures sont apparentes au dessus des portes et des fenêtres, il n’y a pas de canalisation d’évacuation des eaux de pluie et ménagères, les eaux stagnent dans la cour commune. Menuiseries, planchers et escaliers sont vermoulus. Tout cela présente un danger grave. Les propriétaires sont sommés de procéder à la démolition. En mai 1970, les démolitions ont fait apparaître de graves fissures aux n°47 et 49 de la rue de l’épeule qui jouxtait les maisons de courée. Leur destruction est demandée aux propriétaires. Le 18 août 1971, exigence renouvelée.

Les deux maisons isolées au milieu d’un parking doc AmRx

Le 26 juin 1972, la ville de Roubaix envisage de constituer une réserve foncière sur le quadrilatère concerné, et déclare vouloir acquérir les propriétés suivantes : 49, 51, 51bis rue de l’épeule, cour Desrousseaux 25 à 33, et toute une série d’immeubles en courée et en front à rue rue des arts, rue de l’épeule, 182 à 194 qui appartiennent désormais à André Sidoine Desrousseaux et à Mme veuve Desrousseaux-Vandevelde demeurant à Clichy. Les 47 et 49 rue de l’épeule ont été démolis d’office par la ville le 9 février 1972 aux frais des propriétaires qui ont déjà payé pour la démolition de la courée 25 à 33 et qui demandent un délai pour régler la somme due. Le 25 novembre 1974 le plan d’occupation des sols fait mention du projet d’établir un édifice communal à cet endroit, on négocie l’achat du terrain, les démolitions vont bon train. Le décret d’expropriation paraît en 1975, les pourparlers en 1976. En 1982, les deux maisons enchâssées aux n°53 et 55, ne le sont pas encore. Elles sont à ce moment entourées par un parking !

à suivre

d’après la presse de l’époque et les délibérations municipales

L’opération Balzac

Jusqu’au milieu des années 60 on pouvait voir, côté pair de la rue de l’Ommelet, entre les rues Pellart et Lavoisier, on trouve un ensemble d’habitations vétustes : la courée Hourez-Castelain, située entre les numéros 36 et 38, et le fort Balzac, entre les numéros 44 et 60, composé lui-même de plusieurs courées. Il comportait alors 84 maisons réparties en six alignements parallèles, fermés par une longue rangée perpendiculaire qui s’étendait jusqu’à la rue Lavoisier. Ces ensembles étaient reportés derrière les maisons placées en front à rue. Un passage plus large situé au centre du dispositif, noté impasse Balzac dans le Ravet-Anceau de 1885, commandait deux autres accès perpendiculaires plus étroits qui desservaient les différentes courées. L’ensemble est partiellement édifié en 1845, alors que, sur le plan cadastral de 1884 il apparaît construit dans son ensemble. A cet époque, il appartient pour l’essentiel à la veuve Henri Mulliez-Despatures. La cour Hourez-Castelain doit son nom à son propriétaire, qui tenait une crèmerie au 34 entre les deux guerres. Derrière le site, l’abattoir et la savonnerie Bass et Compagnie.

Document IGN

Document IGN

La fin des années 60 est le théâtre de vastes opérations visant la lutte contre les taudis, la suppression des courées et des logements insalubres. Dans ce but, le PACT (Propagande et Action contre les Taudis ) se porte acquéreur en 1969 du fort et le CIL construit avec le concours financier de l’État un collectif comprenant 39 logements de type P.S.R. (Programme Social de Relogement). C’est une cité de transit, destinée au logement les gens expulsés par l’opération de résorption des courées et ne disposant que de trop peu de moyens pour payer un loyer, même dans un HLM. L’ensemble comporte une antenne sociale placée au rez de chaussée.

Photos IGN et Nord Matin - 1969

Photos IGN et Nord Matin – 1969

Les finitions sont en cours en Août, et l’ouverture a lieu début 1970, la gestion étant confiée à la société d’HLM « Le Toit Familial ». La presse salue alors la construction de ce « magnifique collectif », aux « lignes sobres et modernes ».

Pourtant, dix ans après, le ton a changé : Dès 1981 les journaux dénoncent l’état de l’immeuble. Un représentant des locataires de l’immeuble déclare « le groupe Balzac n’a rien à envier aux bidonvilles ! ». On réclame des travaux importants de réhabilitation : Nouvelles portes aux entrées, (toutes les vitres en sont brisées), remplacement de l’installation électrique dans les entrées, dératisation régulière, (les rats pullulent depuis la démolition de l’abattoir), échange des boites aux lettres, remplacement au rez de chaussée par du béton du bardage isolant arraché sur les façades, rénovation des peintures, équilibrage du chauffage.

Les boites à lettres – photo Nord Eclair

Les boites à lettres – photo Nord Eclair

Le CAL, qui assure la gestion, promet des réparations, tout en doutant de leur pérennité, insiste sur le fait que les rentrée dues aux loyers ne permettent pas de faire face aux dégradations continuelles et fait un appel au civisme des locataires. Il faut dire que les 150 enfants utilisaient provisoirement comme terrain de jeu un espace libre, propriété du lycée Jean XXIII, avant qu’on y construise de nouvelles classes.

Photo la Voix du Nord

Photo la Voix du Nord

On songe à détruire ce véritable ghetto avant qu’il ne devienne invivable pour tous. 1982 voit un projet de projet de démolition. Mais les locataires, d’accords pour quitter les lieux, veulent disposer de nouveaux logements satisfaisants à proximité et forment un atelier-relogement, qui joue le rôle d’intermédiaire dans les discussions et les démarches. L’année suivante, quelques familles déménagent, mais les logements libérés sont vandalisés. Les autres sont en attente et la situation se dégrade pour eux. On met en cause l’inertie des organismes de gestion et de la mairie. L’association de quartier prend sur elle de murer certains appartements. Les dernières familles quittent les lieux en mai 1984. Vingt cinq familles sont relogées dans le quartier, les autres doivent aller plus loin. La démolition prévue pourrait être différée à cause du coût des travaux. Finalement, ceux-ci débutent en Novembre.

Photo la Voix du Nord

Photo la Voix du Nord

Les photos aériennes montrent en 1986 un terrain vague en bordure de l’avenue des Nations Unies qu’on vient de tracer. Deux ans plus tard, on assiste à la construction d’un nouvel ensemble : C’est un hôtel Formule 1 qu’on édifie sur l’emplacement de l’ancien fort Balzac.

Photo Jpm

Photo Jpm

Les documents proviennent de la médiathèque et des archives municipales