La tutelle de Carpeaux

Suite à la réunion de l’association des locataires des Trois Ponts en mai 1972, un inventaire des besoins est dressé, qui regroupe les pétitions faites par un grand nombre d’habitants et donne un regard significatif sur l’état des travaux dans la toute nouvelle cité. On y retrouve les points suivants : une seule cabine téléphonique pour toute la cité, la question du centre commercial, les aires de jeux et espaces verts, la crèche, le centre social, le foyer des vieillards… Puis on apprend que d’ici à la fin de l’année 1972, 5.000 personnes vont habiter la cité et que  l’ouverture du centre commercial doit intervenir en juin ou juillet, celle de la crèche fin 1973. Les autres projets suivront…

 Une vue de la cité des Trois Ponts dans les années soixante dix Photo Collection Particulière

Déjà un certain nombre de dames des Trois Ponts participent aux activités du Centre familial de la rue Carpeaux pourtant situé à plus de trois kilomètres de la cité. Un collectif de dames sollicite alors la Ville en la personne de Mme Prouvost Franchomme pour que des activités de loisir enfants et adultes puissent se tenir dans les m² sociaux des Trois Ponts. La demande est orientée vers l’office HLM, propriétaire des locaux, qui répond que les m² sociaux ne peuvent être confiés qu’à une association ou un centre social. Une démarche est faite auprès du Centre Familial Carpeaux, qui accepte d’ouvrir une antenne aux Trois Ponts dans la Tour E au printemps 1972, où se trouve déjà l’association de locataires.  En Juin 1972, 153 personnes fréquentent ce premier centre social des Trois Ponts, où l’on peut trouver les activités suivantes : un club féminin animé par Mmes Delannoy, Delsalle, Manoury et Melle Leveugle, des loisirs pour la jeunesse avec une monitrice du Centre Familial Carpeaux, Mme Lescroart[1], et un club du 3ème âge pris en charge par Mme Ricard.

 

Activités au Centre Familial des Trois Ponts en 1973 Photos Nord Éclair

Un an plus tard, alors que les projets de construction se transforment, on parle à présent de réunir dans un même immeuble le centre social et le centre de soins, mais dans un avenir indéterminé, le centre commercial a été réalisé et on parle déjà de l’agrandir. En mai 1973, les activités du centre familial des Trois Ponts, qui occupe à présent provisoirement deux rez-de-chaussée (tours D et E),  se développent et se diversifient : club féminin, loisirs enfants, club du 3ème âge, cours de couture, cours de cuisine, club adolescents, danses collectives. Le personnel est le même que celui du Centre familial Carpeaux, qui a les Trois Ponts dans son secteur géographique. On prévoit la construction du futur centre pour la fin de l’année 1973 et l’ouverture en 1974. En Octobre 1973, toujours dans les m² sociaux des tours D et E, s’ajoutent aux activités déjà citées, une permanence pour les veuves civiles, une permanence HLM, la présence d’une assistante sociale. Le groupement des locataires est également présent dans ces locaux. En Juin 1974, signe du bon fonctionnement du centre familial des Trois Ponts, une exposition des travaux réalisés par les clubs est proposée dans les locaux des tours D et E : on y présente des confections de vêtements, émaux, vannerie, broderie, travaux des enfants et même dégustation des somptueux mets de l’atelier cuisine.

 

L’exposition de 1974 Photo Nord Éclair

L’antenne des Trois Ponts se développe rapidement : une équipe professionnelle  autonome est constituée en 1974, un directeur est nommé en fin d’année, des activités complémentaires sont mises en place.  En Avril 1975, lors de la fête exposition du centre des Trois Ponts, qui,  pour l’occasion se déroule dans les locaux de l’école Léo Lagrange, 26 rue d’Ypres, le directeur du centre Bernard Lescrauwaet souligne la difficulté que représente l’éparpillement des nombreuses activités dans les différentes tours. Enumérant les différentes activités et réalisations, il conclut : Le Centre Social des Trois Ponts existe, il ne manque que des murs.

 

 

Remerciements à Mme Gisèle Delannoy pour son témoignage et la consultation de ses archives


[1] Peut-être s’agit-il de Mme Lescrauwaet, épouse du futur directeur du Centre Social ?

Naissance du centre familial Carpeaux

L’immédiat après guerre voit le développement des œuvres de solidarité et d’aide aux familles. Dès 1947, la Croix Rouge crée à proximité de ses dispensaires des centres sociaux[1],  où se pratiquent l’enseignement ménager, le prêt de livres ou la consultation sur place de la bibliothèque, le chant, la danse et la garde des enfants pendant ces activités. Vient ensuite la création du centre social La Maison rue de Lille, agréé en 1953 par la Caisse d’Allocations familiales. Toutes ces expériences vont inspirer celle du quartier du Nouveau Roubaix, à l’initiative des associations populaires et familiales, qui se mettent à la recherche d’un endroit pour la création d’un nouveau centre familial.

L’ancien garage aménagé en centre familial au n°68 rue Carpeaux Photo PhW

Le garage Coetsier situé à l’angle des rues Ingres et Carpeaux est mis en vente en 1956, et Mme Pollet  Béghin[1], l’une des fondatrices du centre, fera usage de sa fortune personnelle pour acquérir ces locaux. Le garage possédait à l’époque une entrée rue Carpeaux et une sortie pour les voitures réparées rue Ingres. Bien qu’il ne se situe pas au milieu du quartier du Nouveau Roubaix, ce local permettait de faire la jonction entre ce quartier et celui de Moulins Potennerie.

Mesdames Pollet Béghin, Heyndrickx et M. Jacques Michaux constituent un conseil d’administration pour l’essentiel composé d’associations dévolues aux familles : l’association populaire de Roubaix, le Foyer de l’Enfance, l’Association populaire des aides familiales, l’Association des familles, La Maison de la Famille, l’Aide aux mères de famille, le PACT[2]. C’est là un genre d’exploit, ces associations étant souvent concurrentes dans d’autres quartiers de la ville.

 

Une première assistante sociale vient au centre familial pendant six mois, elle est remplacée à son départ par Melle Raymonde Denis. Au début de l’année 1957, celle-ci reprend le porte à porte dans le quartier, et recueille besoins et attentes de la population. Elle deviendra la directrice du centre familial Carpeaux, mi temps assistante, mi temps directrice du centre, et s’occupera de l’écriture des statuts et du dossier de demande de centre familial auprès de l’association des centres familiaux.  Le conseil de direction est alors composé comme suit : Président, M. Jacques Michaux, Vice-présidents, Mmes Meunier, Pollet-Béghin et M. Seynave, secrétaire, M. Audooren et trésorier,  M. François Motte.

A partir d’octobre 1958, des réunions sont organisées pour recueillir les besoins et les attentes de la population. En Janvier 1959, il est procédé à l’ouverture du centre familial Carpeaux sous l’égide de l’association des centres familiaux. On y trouve des cours de coupe couture, une section de bricolage, un club de dessin, une bibliothèque, des cours de pâtisserie et d’enseignement ménager, un cours de danse et de cuisine. Ce sont les mères de famille qui accueillent. On vient au centre familial pour apprendre et communiquer aux autres, et on peut amener les jeunes enfants qui ne vont pas à l’école. L’assistante sociale reçoit les familles le jeudi et vendredi de 10 à 12 sur rendez vous. Le centre familial de la rue Carpeaux vient de faire ses premiers pas, et déjà échafaude de nouveaux projets.

(à suivre)

Remerciements à Madame Gisèle Delanoy pour son témoignage et pour le document

[1] Il y en a deux  à Roubaix : l’un est situé au 46bis rue de la chaussée dans le quartier de la Guinguette et l’autre est à au n°51 du boulevard de Belfort. Voir le blog Edouard Anseele pour en savoir plus.
[2] Madame Etienne Pollet Béghin, est la fille de Joseph Béghin, industriel à Thumeries (sucre, pâte à papier, presse) et elle épouse Étienne Pollet, industriel lainier, dirigeant des établissements Les fils de César Pollet. Jeune fille, elle se forme au dispensaire école de la Croix Rouge des Longues Haies. Adulte, elle poursuit l’action caritative par son engagement dans l’action sociale. D’après Jacques Eloy Maître de conférences à l’Université de Lille 3.
[3] id

 

Les 30 ans du Centre Social des 3 Ponts

centresocial2Novembre 1971, un collectif d’une quinzaine de dames du Pont Rouge, déplorant l’absence de locaux d’animation dans leur quartier, sollicite la Ville de Roubaix pour organiser  des activités de loisirs enfants dans les « mètres carrés sociaux » des Trois Ponts. Depuis les années soixante, la législation prévoit que des surfaces généralement situées au rez-de-chaussée des immeubles nouvellement construits, soient prévues pour accueillir la vie associative des résidents. Ces « mètres carrés sociaux » seront bientôt appelés les locaux collectifs résidentiels (LCR). La demande du collectif est donc orientée vers l‘Office HLM propriétaire des locaux, lequel déclare qu’il ne peut confier de tels locaux qu’à une association ou à un centre social. Une démarche est faite en direction du Centre Familial Carpeaux qui était à l’époque le centre social le plus proche du secteur.

Après mûre réflexion, le Conseil d’Administration du Centre Familial accepte de tenter l’expérience, et les premières activités s’ouvrent au printemps 1972 à la Tour E, avec l’encadrement de monitrices de loisirs partiellement détachées de Carpeaux. En Septembre une activité couture adultes est ouverte à la Tour D.

La demande s’amplifie tant de la part des adultes que du coté des enfants. L’antenne des Trois Ponts se développe rapidement : une équipe professionnelle  autonome est constituée en 1974, un directeur est nommé en fin d’année, des activités complémentaires sont mises en place (enseignement ménager, loisirs maternels, accueil jeunes), de nouveaux locaux sont ouverts Tours F (1975) et B (1976).

Pendant la même période, la dynamique des usagers s’organise avec la création d’un Comité d’Usagers, et la participation de ses représentants au Conseil d’Administration du Centre Familial Carpeaux.

La construction du centre social des Trois Ponts, avenue Kennedy, commence en début 1977. Quelques mois plus tard la Ville annonce que le futur équipement sera municipal, la gestion en étant confiée au Centre Communal d’Action Sociale. C’est la surprise et la consternation pour l’antenne des Trois Ponts qui espérait une gestion associative. Les usagers ne se découragent pas pour autant et engagent des négociations serrées avec la Ville pour défendre leurs valeurs et faire prendre en considération leur volonté de participation active à la gestion de leur structure. Ils sont fortement soutenus dans leur action par les centres sociaux de Roubaix et la Caisse d’Allocations Familiales. Pour conforter leur démarche, ils constituent en fin d’année 1977 l’Association des Usagers du Centre Social des Trois Ponts.

Les négociations aboutissent finalement en Mars 1978 à une convention entre cette association et le CCAS, reconnaissant ainsi l’originalité de la démarche des usagers. Le centre social sera géré par le CCAS, mais l’ensemble des décisions concernant son fonctionnement seront prises par un Conseil de Maison au sein duquel les usagers sont majoritaires, la présidence en étant assurée par un usager. Les locaux du centre social sont inaugurés en Mars 1978, les activités démarrent effectivement en Mai 1978.

Le centre social des Trois Ponts fête donc son trentenaire, le vendredi 5 décembre 2008 à partir de 17 heures, en organisant une exposition, une rétrospective des activités à laquelle va contribuer l’atelier mémoire, et un spectacle hip hop.