Le mairie-bus

A la fin des années quatre-vingt, il y avait chez les élus une volonté de décentraliser les services, car il fallait désengorger l’hôtel de ville. Pour une fiche d’état civil, il arrivait qu’on fasse la queue pendant une heure trente. Par ailleurs, le personnel n’était pas polyvalent, on fonctionnait quasiment à un guichet par opération (fiches d’état civil, cartes d’identité,…).

Avant qu’on parle de mairie de quartier, il y eut d’abord l’expérience des mairie-bus en 1989.  Le service mobile existait déjà, avec les camions de radioscopie, ou le bibliobus de la médiathèque. Il y avait l’idée de cibler certains quartiers, estimation des besoins, pour une future implantation de mairie annexe.

Le mairie-bus d'Amiens Photo NE

Le mairie-bus d’Amiens Photo NE

Dans un premier temps, on teste les points de chute, pour savoir quels sont les lieux les plus favorables pour le service à la population. C’est ainsi qu’il y aura neuf points de chute au départ : devant la salle de sports Oran Cartigny, rue du Stand de tir au Carihem, face au centre social des Trois Ponts, devant le magasin l’Usine pour les Hauts Champs, face au centre médico-social du boulevard de Fourmies pour le Nouveau Roubaix, face au supermarché Unico rue Jules Guesde pour Moulin Potennerie, face au magasin Gro de la rue de l’Epeule, face au centre social du Fresnoy Mackellerie, et face à la Madesc rue de Flandre au Cul de Four. Notre témoin se souvient que la permanence de la rue Jules Guesde face au parking Unico n’a pas fonctionné, et on ne l’a pas gardée.

Un nouveau poste avait été créé, celui d’agent pilote. Ce service nécessita que le personnel suive une formation,  pour devenir polyvalent, autant pour conduire le véhicule, que pour les démarches administratives, Dans le mairie-bus, il n’y avait qu’un seul agent, il fallait prévoir, les congés, les maladies, les remplacements. On tournait une semaine sur trois, Les autres semaines, on travaillait  au cimetière, ou à la comptabilité. Les trois agents pilote de l’époque étaient Bernard Souxdorf, Guy Carlier et Alain Gellé.

Intérieur du mairie-bus Photo NE

Intérieur du mairie-bus Photo NE

Un seul agent donc pour le bus, qui était équipé d’un radio téléphone. A l’intérieur, une salle d’attente, deux banquettes, le bureau de l’employé, une porte pour sortir. Une petite gâchette en cas de souci, et  les portes se ferment automatiquement. Pas d’argent dans le bus,  on ne traitait que de l’administratif : délivrance de sortie du territoire, certificats d’hérédité, copies certifiées conforme, fiches d’état civil. Pas d’acte de naissance, il n’y avait pas d’informatique à l’époque. On venait passer commande, c’était transmis à l’état civil et les gens recevaient dans les 48 heures.

Le mairie-bus roubaisien Photo Ville de Roubaix

Le mairie-bus roubaisien Photo Ville de Roubaix

Un an après, le point c’était positif, plus au sud qu’au nord. Restait le problème l’accessibilité pour les handicapés, raconte notre témoin, alors on descendait du bus. Ça a duré de 1989 à 1991 pour le secteur Fourmies. L’arrêt devant le centre médico-social fonctionnait bien. Là on allait pouvoir installer une mairie de quartier.

Le mairie-bus fut encore utilisé lors d’une nocturne pour l’inscription sur les listes électorales. Il stationna à côté de la salle Watremez, où se déroulait un concert de raï. Si on s’inscrivait, on avait une ristourne sur l’entrée du concert. L’opération n’eut pas vraiment de succès : 11 inscriptions seulement ! On ne pouvait pas parler de « merry bus ».

Remerciements à Alain Gellé et Gérard Vanspeybroeck pour leurs témoignages

Activités du centre médico-social

Le centre médico-social du boulevard de Fourmies Photo NE

Le centre médico-social du boulevard de Fourmies Photo NE

La population du Nouveau Roubaix augmente après la construction des HLM de la rue  Fragonard. On commence à décentraliser les services. La décision de construction d’un centre médico social est actée en conseil municipal le 15 juillet 1956. Il y aura six centres sanitaires et sociaux à Roubaix : rue de Cassel, rue Decrême, rue Franklin, boulevard de Metz, rue Watt, et boulevard de Fourmies[1].

Le centre sanitaire et social du boulevard de Fourmies fut inauguré le 22 décembre 1962. A l’époque, il abritait le contrôle médical scolaire, la protection maternelle et infantile, un dispensaire de soins gratuits, des séances de consultations de nourrissons. Mme Tacquet-Delcourt fut la première directrice de l’établissement. Il faut ajouter qu’à côté du centre médico-social, il y avait une crèche modèle de 210 lits,  et un foyer pour le troisième âge dont l’appellation de l’époque était foyer de vieillards. La crèche et le foyer existent toujours.

La crèche photo NE

La crèche photo NE

Le foyer du vieillard Photo NE

Le foyer du vieillard Photo NE

Avec les années, ce centre médico-social accueillera les activités suivantes : permanence maternelle et infantile, service des vaccinations, visites prénatales, médecine sportive. Il y avait également une permanence de la CRAM (caisse régionale d’assurance maladie). La ville organisait des séances de vaccination obligatoire (diphtérie, tétanos, polio et BCG et tuberculose dans les écoles). Une fois par mois, il y avait  une séance de vaccination dans chaque centre. Le centre du boulevard de Fourmies travaillait entre autres médecins, avec le docteur Mercier qui était installé avenue Motte. On procédait à quatre injections, la seconde trois mois après la première, puis la troisième, trois mois après, avec un rappel  tous les 5 ans, pour un délai maximum de dix ans. Peu de gens sont à jour ! Le service des vaccinations roubaisien s’est arrêté en 1990, et les vaccinations sont à présent gérées par le Conseil Général.

La consultation des nourrissons en 1963 Photo NE

La consultation des nourrissons en 1963 Photo NE

En 1986, il y avait sept infirmières municipales, deux sur place et cinq qui allaient à domicile, c’était gratuit, du lundi ou samedi, avec un service de garde le dimanche. Ça s’est arrêté en 1990, et il a fallu reclasser ces personnes. Par ailleurs, il y avait deux permanences de la CPAM, et les agents payaient les prestations en liquide.  Ça s’est arrêté fin février 2000, faute de visiteurs. Le centre médico-social s’occupait aussi de  la médecine sportive : visites médicales gratuites, pour les différents clubs sportifs de football, basket, volley. Les docteurs Ghysel, Seguin, Prévost en étaient chargés. Enfin, une activité importante se trouvait à l’étage : le service de médecine scolaire.

Merci à Alain Géllé, et Gérard Vanspeybroeck pour leurs témoignages

Sources : Nord Eclair

 


[1] D’après le Ravet Anceau de 1973

Les plus anciennes maisons du boulevard

A la demande de la société Lemaire et Lefebvre, le conseil municipal permet l’ouverture du boulevard en 1892 depuis la nouvelle place du travail jusqu’au chemin d’Hem. Un plan de travail du service de la voirie daté de 1896, mais basé sur un état antérieur, ne montre que la ferme Cruque place du travail et la chapelle Vandamme, située le long d’un sentier au bord du ruisseau des trois ponts, près du coin de la rue Carpeaux.

1896-96dpi

Les constructions ne vont pas tarder à s’y élever, et, en particulier, les usines. Carlos Masurel fait une demande de permis de construire dès 1893 pour sa filature, et Henri Ternynck a installé son établissement avant 1894. Les constructions particulières suivent, et notamment les estaminets qui s’installent en nombre aux portes des usines.

Le boulevard en 1899 et la numérotation actuelle

Le boulevard en 1899 et la numérotation actuelle

Les premières demandes de construction datent de 1894 avec, pour l’actuel numéro 104, une demande au nom du brasseur Guy Lefrançois, rue d’Inkermann concernant une maison à usage d’estaminet, mitoyen à propriété Carlos Masurel. Cet estaminet apparaît au Ravet-Anceau de 1898 au nom de H.Dubron. Il est situé entre les usines Carlos Masurel (puis Dazin-Motte) et Ternynck (puis Damart). On a gardé trace d’une demande de permis de construire pour les numéros 93-95 actuels, concernant plusieurs maisons, par la société Lemaire et Lefebvre en face de l’usine Masurel et près de la chapelle. Leur architecte est Louis Déferet.

Le 104, Plan d'origine et photo 1947. En bas les 93 et 95

Le 104, Plan d’origine et photo 1947. En bas les 93 et 95

Les demandes de construction suivantes datent de 1896, avec une demande permis au nom de O.Fievez au n°3, renuméroté 23, puis 63, la maison ayant été démolie ensuite. C’était, en 1901, l’estaminet Beauventre. Une autre demande cette même année au coin rue David Danger aujourd’hui numéro 135, c’est à dire le pâtisserie « La Florentine ». La demande est signée par M. Lefremouille (?), et ce sera l’estaminet Planckaert en 1901. De l’autre côté de la rue, au 143 la société Lemaire et Lefebvre demande, à l’angle de la rue David David D’Angers «prolongée vers briqueterie » l’autorisation de faire construire un estaminet, encore par l’architecte Déferet, qu’on retrouve sous le nom d’estaminet E.Leconte en 1901. Ce sera beaucoup plus tard « Jany fleurs ».

Les numéros 63, 135 et 143

Les numéros 63, 135 et 143

Le 147 abrite en 1901 l’estaminet O.Fievez (qui en possède un autre au 63). Sa date de construction manque sur la demande adressée à la mairie.

Par contre, et toujours en 1896, M. Mulle-Watteau, brasseur rue de Lille fait également une demande pour deux maisons attenantes où on retrouvera l’estaminet E.Duvillers en 1901. L’architecte en est J. Selle. De nos jours, elles portent le numéro149. Au 153 correspond une autre demande de permis de construire de la société Lemaire et Lefebvre. Cette construction, toujours de l’architecte Déferet, se trouve à l’angle G. Pilon, et c’est l’estaminet A Van Ost en 1901.

 

Document médiathèque de Roubaix

Document médiathèque de Roubaix

On reste en 1896 pour une demande de la brasserie Dazin pour un estaminet au 159, dont l’architecte est Louis Barbotin (l’estaminet L.Pennequin en 1901). Au 161, on trouve cette même année la demande émanant du brasseur Paul Desprets. Ce sera l’estaminet Bacro-Watteau en 1901

159-161-96dpiNous arrivons à l’année 1897, avec la demande d’Henri Deboschere, dont l’architecte est Achille Dazin pour un immeuble qui sera, plus tard, numéroté 114 – la future boucherie Dumeige, et, pour les numéros 118-120 une demande de permis de construire pour trois maisons formant l’angle de la rue Carpeaux (propriétaire Horent) vins spiritueux Desoubry en 1901, et tabacs Veuve Crepel en 1902 – le Flint aujourd’hui).

Du côté impair, au 163, A.Bacri fait une demande pour construire « après la dernière maison de la rue »

114-118-163-96dpiL’année suivante, voit se construire aux numéros 131 et 133 deux maisons au nom de Maurice Fievet. On trouvera au 133 une mercerie en 1901. Enfin, la société « La Ruche » demande la construction d’une maison à situer (sans doute au numéro 41, qui a longtemps abrité le directeur de l’usine Dazin-Motte). L’architecte en est A.Vaillant.

41-133-96dpiEncore quelques constructions côté pair, l’année suivante : en 1899 Jérémie Declerck demande pour Mme veuve Picavet l’autorisation de construire un groupe de trois maisons à usage de commerce. C’est, en 1901, l’épicerie Manche-Bruyelle (124, 126 ou 128), l’estaminet H.Herbaut (126, 128 ou 130) ; puis, en 1902, le commerce de fruits et légumes R.Tackens (124), la boucherie J.Declerck (126), l’estaminet Mme Marlier (128), et l’épicerie Manche-Bruyelle (130).

126-130-96dpiC’est donc, en peu d’années, une première vague de constructions. Il y en aura encore quelques unes vers 1910, le gros des bâtiments ne s’élevant que dans les années 20, après la guerre. Le boulevard n’évoluera pratiquement plus jusqu’à aujourd’hui, à part les façades des magasins, qui subiront des modifications au fil du temps.

Documents archives municipales. Photos Jpm

 

 

 

Du coton à la ruche

Il existait à Roubaix au début du vingtième siècle trois usines Cavrois-Mahieu : la filature de coton de la rue Chanzy, créée en 1865, la filature et le tissage mécanique de la rue Montgolfier fondés en 1887, et l’usine de la rue Carpeaux datant de 1897. C’est ce dernier établissement, situé au n°47 de la rue Carpeaux, qui nous intéresse. En 1914, les deux filatures de coton Chanzy et Carpeaux formaient un ensemble de 50.000 broches à filer et 20.000 broches à retordre et employaient 300 ouvriers. La maison Cavrois Mahieu fabriquait alors des filés de coton, cardés et peignés simples, retors et câblés, gazés et non gazés, mercerisés.  Ses productions firent l’objet de nombreux prix, notamment lors de l’exposition internationale de Roubaix en 1911. Léon Cavrois puis ses fils dirigèrent cette entreprise.

Les usines Cavrois Mahieu Coll privée

Les usines Cavrois Mahieu Coll privée

En 1953, l’usine de la rue Carpeaux est dénommée La Cotonnière de Carpeaux, anciens établissements Cavrois Mahieu. Il semble qu’elle ait cessé toute activité en 1955. Le laboratoire de fabrication pharmaceutique Cruet occupe les lieux en 1961. En 1973, c’est la S.E.P.P.S, toujours productrice de spécialités pharmaceutiques, à laquelle succéderont pour un temps les laboratoires Schering, avant qu’ils s’installent à Lys Les Lannoy.

Publicité Cruet Coll Particulière

Publicité Cruet Coll Particulière

Les bâtiments font l’objet d’une opération immobilière en 1982, on commence à réhabiliter et à reconvertir les anciennes friches industrielles. Mais dès 1983, un projet de ruche d’entreprises est envisagé à Roubaix et c’est dans le site rénové de la Cotonnière Carpeaux –le nom lui était resté- que la ville de Roubaix et le Conseil Général  vont installer ce pôle d’entreprises créé sur le principe de la mutualisation des services (standard téléphonique, cafétéria, télécopie, secrétariat, informatique…). C’est la quatrième opération montée dans le Nord, après Saint Pol sur mer, Denain, Maubeuge.

Projet immobilier Carpeaux Pub NE

Projet immobilier Carpeaux Pub NE

Le projet est mis en œuvre en septembre 1988, sous la houlette d’une directrice, Annie Favrie. L’inauguration de la Ruche d’entreprises intervient le 7 février 1989. Le Conseil Général vient en autobus à Roubaix pour visiter et inaugurer cet établissement qui fait honneur à Roubaix et au département. Sa capacité d’accueil est de quarante créateurs d’entreprise, et déjà seize sociétés s’y sont implantées pour cinquante emplois créés.

Inauguration de la ruche Photos NE

Inauguration de la ruche Photos NE

Le 104 boulevard de Fourmies

En 1946, Monsieur et Madame Delplace, propriétaires d’une papeterie-imprimerie située 48 avenue Jean Lebas, décident d’ouvrir un deuxième magasin. Leur choix se porte sur un ancien café situé au coin du boulevard de Fourmies et de la rue Puget, tout à côté de l’usine Dazin-Motte. Ce commerce, sans doute le plus ancien de la rue, était un estaminet en 1898, tenu par H. Dubron, et c’est la seule maison individuelle recensée dans le Ravet-Anceau cette année là. Ce commerce va ensuite évoluer et devenir une boutique de vannier en 1936, puis un commerce de meubles en 1939. En s’installant à cet endroit après la guerre, la famille trouve – vestige de l’estaminet – une bourloire dans la cour, le long du mur de l’usine.

La papeterie en 1946

La papeterie en 1946

 En 1946, la façade est dans son état d’origine. On distingue à droite le mur d’enceinte de l’usine Dazin-Motte. A droite, le terrain formant le coin de la rue Puget est fermé par une clôture de ciment. La boutique vend de la papeterie, des registres, des articles de bureau, des fournitures scolaires. Assez tôt, on associe à tout cela la vente de jouets éducatifs. Au début, le magasin est tenu par une des filles du couple, toute jeune, pendant que ses parents continuent à officier avenue Lebas, tout en logeant boulevard de Fourmies. Au bout de quelques années, ils laisseront l’ancien commerce de la rue de la gare à une autre fille, pour venir diriger le magasin du Nouveau Roubaix.

L'intérieur du magasin

L’intérieur du magasin

Le commerce évolue graduellement et se transforme. On commence par y vendre des journaux et des magazines. Par la suite, y trouve de plus en plus des jouets et la place manque pour exposer . On commence par agrandir la vitrine. Cette nouvelle vitrine intègre une porte en verre, et sa partie haute permet de présenter aux passants les jouets volumineux.

La deuxième vitrine

La deuxième vitrine

Mais la place manque encore. La jeune fille se marie et on construit, dans les années 50, le long de la rue Puget une maison pour loger les parents, et, sur le coin, un bâtiment bas qui permet d’augmenter la surface du magasin. A la même époque, on modifie la vitrine qui recule pour augmenter la surface d’exposition. Le renfoncement, offre aussi la possibilité d’exposer de la marchandise supplémentaire dans des présentoirs mobiles. On voit sur la photo des sacs à main ce qui montre que le commerce s’étendait également à la maroquinerie.

La nouvelle vitrine en retrait de la rue

La nouvelle vitrine en retrait de la rue

Par ailleurs, Mme Delplace fait creuser une ouverture sur le sous-sol, qui lui permet d’exposer les voitures d’enfants en contrebas. Un escalier permettait aux clients d’aller examiner ces objets de plus près. La vitrine du bâtiment bas formant le coin prend toute la surface possible, tandis que le magasin s’étend à tout le rez-de chaussée à la fin des années 50. Le premier (ancien et nouveau bâtiment) étant dévolu au logement des différents couples.

Le bâtiment formant le coin.

Le bâtiment formant le coin.

Dans les dernières années, l’imprimerie, encore sise avenue Jean Lebas, vient s’installer au boulevard de Fourmies. M. Delplace installe alors son atelier sur l’emplacement de l’ancienne bourloire.

Ce commerçant s’y entendait en fait de publicité, et n’hésitait pas à décorer sa camionnette pour attirer l’attention des clients potentiels lors des fêtes :

 publicites-96dpi

Leur fille quitte le commerce en 1964, mais celui-ci continue quelques années encore, tenu par les seuls parents. Puis, vient l’âge de la retraite et le commerce est fermé en 1974. Monsieur et Madame Delplace vont s’installer dans une ferme et déménageront tout le mobilier du magasin, comptoirs compris, dans la camionnette ! C’est enfin un cabinet médical qui ouvre à cet emplacement en 1978.

Le magasin, dans son état final

Le magasin, dans son état final

 Nous tenons à remercier la fille de la maison, qui a tenu le commerce de longues années, et grâce aux souvenirs et aux documents de qui cet article a pu être réalisé.

 

 

 

 

 

 

Un hôtel pour les impôts

Il y a quarante ans débutait le chantier d’un bâtiment abritant une institution bien connue des roubaisiens, l’hôtel des impôts de la rue Charles Fourier. L’idée était dans l’air depuis quelques temps et on avait imaginé de construire sur l’ancien emplacement du Lido, place des Halles, un nouvel hôtel des postes et un nouvel hôtel des impôts. Mais ce fut une médiathèque qui côtoya bientôt les murs des nouveaux locaux de l’administration postale. Il est vrai que le centre des Impôts et du Trésor public avait pris lieu et place de l’ancienne bibliothèque située n°22 grand place. Mais les services fiscaux réclamaient des locaux plus adaptés.

La situation en 1962 Photo IGN
La situation en 1962 : en 1 l’usine Boulangé, en 2 le centre médico-social, en 3 le terrain du futur hôtel, en 4 l’immeuble Ternynck, dit la Banane Photo IGN

Une nouvelle opportunité se présente pour les services de l’Etat, avec la vente par la ville d’un terrain, qui se situait derrière ce qu’on appelait encore à l’époque le centre médico social du boulevard de Fourmies, aujourd’hui la mairie de quartier est. Sur ce terrain important se trouvaient autrefois des jardins ouvriers.

L'emplacement derrière le centre médico-social Photo NE
L’emplacement derrière le centre médico-social Photo NE

On prévoit d’y bâtir un immeuble à quatre niveaux, qui accueillerait les 180 fonctionnaires dont la fonction est de desservir les localités du canton de Lannoy. Le chantier débute à l’été 1974. Et l’ouverture est annoncée pour février 1975. L’article de journal indique que les autobus des lignes 15 et 26 desservent régulièrement ce quartier.

Le chantier début 1975 Photo NE
Le chantier début 1975 Photo NE

Cet hôtel des impôts accueille les contributions directes et indirectes, l’enregistrement et les recettes, et la totalité des services fiscaux roubaisiens. Ce regroupement de services évitera aux roubaisiens les aller et retours entre le n°8 de la rue du Curoir, où se trouvait le service des contributions directes et le n°27 rue du vieil abreuvoir où se trouvait le service de vérification générale des impôts et la recette municipale. Mais désormais et comme toujours, ils n’auront garde d’oublier l’échéance du dépôt de la déclaration, et celle du paiement du tiers.

L'hôtel des impôts aujourd'hui Photo PhW
L’hôtel des impôts aujourd’hui Photo PhW

 

Le Jardin Ma Tante

Lors d’une séance plénière de l’atelier mémoire, notre ami Paul Meunier évoquait un endroit bien connu des anciennes générations de roubaisiens, le Jardin Ma Tante. Sa mère avait l’habitude de s’y promener, étant jeune. Cet endroit participe d’un mystère, celui de l’évolution de la propriété des Près appartenant à M. Cordonnier. Une grande partie de la surface sera utilisée pour la réalisation des deux stades du quartier, le stade Dubrulle Verriest, et le stade Maertens. Le Jardin Ma Tante aurait été une situation transitoire entre les deux époques, c’est-à-dire entre le décès de Monsieur Cordonnier survenu en 1876 et l’apparition des espaces sportifs.

Roubaix  au début du vingtième siècle AmRx

Roubaix au début du vingtième siècle AmRx

Que savons-nous du Jardin Ma Tante ? C’était un grand parc floral avec des gloriettes, des labyrinthes de haies où les familles pouvaient venir se promener. Jean Piat, le journaliste et historien de Roubaix l’évoque ainsi : les promeneurs se reposaient au Jardin Ma Tante, y jouaient une partie de boules, ou dégustaient une portion de jambon avec des frites et du pain au son.

Publicité du journal l’Étoile du Nord Bibliothèque Gallica

Publicité du journal l’Étoile du Nord Bibliothèque Gallica

Nous trouvons des traces de l’endroit dans les publicités d’un journal roubaisien éphémère, l’Etoile du Nord. On peut y lire que le Jardin Ma tante est la propriété des sympathiques directeurs Robyns et Loucheur, que c’est un jardin de verdure pittoresque et magnifique, un véritable paradis rustique et agréable. Un café moderne s’y trouve où l’on peut prendre un five o’clock campagnard à base de café et de pain bis. On y vient régulièrement le dimanche et le jeudi. Un concurrent du Beau Jardin, alias le parc de Barbieux ? On pourrait le croire, car le Jardin Ma Tante est qualifié de Versailles roubaisien, lieu préféré des familles roubaisiennes, où il a des jeux divers pour enfants, et une grande salle de dégustation en cas de mauvais temps. Mieux encore, à l’occasion de la Pentecôte 1913, un concert et une braderie y sont organisés. Ceci situe l’action avant 1914.

Publicité de l’Étoile du Nord 1913 Bib Gallica

Publicité de l’Étoile du Nord 1913 Bib Gallica

Fait curieux, pendant l’occupation allemande, le bulletin de Roubaix, journal à la solde des allemands, annonçait la réouverture du Jardin Ma Tante, en avril 1918. Signe d’un assouplissement de l’occupation, ou indication de leur futur départ ?

On ne parle plus du Jardin Ma Tante après guerre. La reconversion en terrains de football s’est vraisemblablement opérée à cette époque. Dans la rubrique sportive de 1919, le Stade Roubaisien joue au Stadium, alors que le Racing club de Roubaix est encore au terrain de Beaumont. Les deux clubs ne vont pas tarder à s’installer au lieu-dit du Pont Rouge, transformant ainsi une grande promenade de jardins, en pelouses plus sportives. Mais ceci est une autre histoire.

 

 

 

Evolutions d’une façade

A travers les années, la vitrine de la pharmacie de l’Avenir a bien évolué, en suivant les modes successives. La voici en quelques photos.

Années 50 : la façade a été rénovée. Signe des temps, remarquer le porte-vélos à droite de la porte d’entrée

1968-2-96dpi

1970 : Deux vitrines, une de chaque côté de la porte. Le porte-vélo y est toujours. Le bandeau est éclairé par des spots

 1970-96dpi

1988 : le bandeau est refait, mais conserve le même graphisme. Les lettres sont rouge sombre . On ajoute les mentions herboristerie et homéopathie, et un rideau pare-soleil (associé à l’installation de la climatisation).

1988-96dpi

2000 : Le graphisme de l’enseigne a de nouveau changé : lettres blanches de type Helvetica. Le porte-vélos a disparu. La pharmacie appartient alors à M . Challiez. Le bandeau est de nouveau éclairé par des néons.

2000-96dpi

2010 : les lettres de l’enseigne sont désormais vertes et éclairées par des spots. On entre par la porte située à droite (agrandissement de la pharmacie). Ajout à même la façade sur le pan coupé avenue Linné du mot Orthopédie avec les mêmes caractères, ainsi que, sur les vitrines de Homéopathie, Hydrothérapie, Parapharmacie, produits vétérinaires, matériel médical.

 2010-96dpi

2013 : la vitrine principale, plus chargée, arbore maintenant, écrit verticalement : matériel médical, location-vente. La façade sur l’avenue Linné arbore Orthopédie.

2013-1-96dpi6325

La voici finalement, fin 2013, après son transfert rue Linné.

2013 final-96dpiDocuments collection particulière

La pharmacie depuis 1970

Mme CLERC et Mme DOOGBAUD témoignent

 On a agrandi assez vite, en 70. C’est une pharmacie qui se développait, et il n’y avait pas assez d’espace. On a élargi la vitrine en gagnant sur une pièce et en supprimant la fenêtre correspondante. La deuxième fenêtre est devenue une porte pour les livreurs, et le bureau restait sur l’avenue Linné. On a installé le chauffage central qui n’existait pas.

1970--96dpi

L’officine en 1970 -photos collection particulière

 La façade a été agrandie, munie de deux portes, une pour la clientèle, et l’autre pour les livreurs, celle-ci donnant sur une pièce de déballage. Par ailleurs, l’espace client a été rendu plus spacieux par la suppression de la réserve attenante. Des petits comptoirs séparés ont été installés devant des armoires-tiroirs, nouveau mode de rangement des médicaments.

Plan1970-96dpi

L’aménagement dans les années 70

 En entrant dans la pharmacie, les clients avaient, sur la gauche, une partie en libre-service, signalée par « servez-vous », et une gondole tournante. A l’arrière, la petite cour couverte servait de réserve et de vestiaire pour le personnel. Les lois avaient évolué, et c’était devenu obligatoire.

1970-vitrine-96dpi

La vitrine dans les années 70 – photo collection particulière

 Au début des années 1980, on a créé une SCI, et on a racheté de l’immeuble, pour agrandir les locaux. On n’a pas touché à la façade, mis à part la modification du bandeau et l’ajout d’un pare-soleil : sur cette place il faisait très chaud ; on a aussi installé la climatisation, peu après. On a installé un escalier intérieur pour communiquer avec l’étage.

Au premier on a aménagé le préparatoire, le bureau et les réserves, ainsi qu’une chambre pour la garde. La réception des commandes continuait à se faire en bas. On a essentiellement fait des travaux à l’étage ; le rez -de- chaussée est resté inchangé, mise à part l’installation d’une réserve dans l’ancien bureau. A l’étage, il y avait le bureau sur la droite, puis la chambre pour la garde, le préparatoire sur la gauche suivi des réserves.

Plan etage-96dpi

Le plan de l’étage dans les années 80

 Auparavant, au premier, il y avait deux locataires, dont une vieille dame, qui y était déjà en 1936. On n’a jamais utilisé le deuxième étage. En 1990, on cède la pharmacie à M. Challiez. Il a racheté les murs par la suite. Il a pris sa retraite et a cédé aux pharmaciennes qui y sont actuellement. Depuis, il y a eu d’autres transformations, et, en 2013, la pharmacie a été transférée à la place du garage attenant.

La grande transformation aussi a été le passage du manuel à l’informatique dans les pharmacies. On l’a subi aussi… On a mis deux postes de travail pour la saisie. C’était imposant, ça prenait beaucoup de place. Je vois encore les gens qui me disaient « je suis dans l’ordinateur ! ». Au début, on a eu beaucoup de mal à s’adapter, ayant eu peu de formation. On a appris vraiment sur le tas. Mais on y est arrivé, parce qu’il le fallait bien. Il fallait tout entrer au clavier et ne pas oublier de sauvegarder chaque soir : il ne fallait surtout pas perdre le fichier clients !

C’était un handicap commercial, parce qu’on était tellement pris qu’on avait moins de temps pour écouter les patients. Ceux-ci devaient attendre. La carte vitale n’existant pas, on prenait une photocopie des renseignements concernant les assurés, qu’on entrait dans l’ordinateur par la suite. Ceci a modifié le temps de travail de la secrétaire qui est passé d’un mi-temps à un temps plein.

aspro-96dpi

Document Nord-Matin – 1952

Une pharmacie des années 60

Nous rapportons le récit de Mme Clerc et Mme Doogbaud qui ont tenu la pharmacie pendant plus de 20 ans .

Mme Clerc a assisté Mr Lhuillier au début des années 60 , puis elle a arrêté de travailler et c’est Mme Doogbaud qui l’a remplacée en 1965 : il y a eu continuité. Mr Lhuillier est décédé en 1967 et Mme Doogbaud a assuré l’intérim. Puis la pharmacie a été mise en vente. MmeClerc et Mme Doogbaud ont formé une SARL pour reprendre la pharmacie en Juin 1968. Ensuite la pharmacie a pris le nom de « Pharmacie de l’Avenir » car la place Spriet s’appelait auparavant place de l’Avenir. .

Le quartier du Nouveau Roubaix s’est peuplé dans les années 20 et 30 , et la population n’a pas varié depuis , ce qui fait que la pharmacie est toujours restée au même endroit : en effet il y a un «  numerus clausus », pour les pharmacies, par tranches d’habitants dans les villes. Parfois , il y a des déplacements de pharmacies, lorsqu’elles sont concentrées en un endroit, et qu’il se construit des quartiers nouveaux. Par exemple, M. Delcroix , qui tenait une pharmacie rue de l’Epeule, où il y en avait déjà trois ou quatre, s’est déplacé pour satisfaire le besoin de création d’une pharmacie dans le premier centre commercial des Hauts Champs (Auchan), Avenue Motte.

1968-96dpiLa pharmacie en 1968

 Lors de la reprise en 1968 , des premiers travaux ont été faits ; il y avait des locataires dans les étages. Mme Lerouge était la propriétaire.

Cette photo montre comment était la pharmacie au moment de la cession. M. Lhuillier avait dû refaire la façade quelques temps avant car elle était moderne, déjà, pour l’époque… Il y avait une petite vitrine, une porte, suivie de deux petites fenêtres .

A côté , donnant sur le Boulevard de Fourmies , se trouvait la maison de M. Lhuillier. Des médecins sont venus s’ y installer plus tard.

Cette maison avait une cour qui correspondait avec l’arrière de la pharmacie. M. Lhuillier entrait dans la pharmacie par la réserve à l’arrière en passant à côté du bureau .

 Plan 1968-96dpiDans la réserve , les rayonnages étaient faits avec des caisses empilées , caisses dans lesquelles on livrait les boites de lait pour bébés pendant la guerre. Dans la pharmacie , trop exiguë, il fallait faire rapidement des travaux pour mieux recevoir la clientèle .

1969-96dpi

La pharmacie avec le pèse-personnes et la même vue du couloir menant à la réserve

Les rayons ont l’air surchargés Il faut dire que le métier a évolué : Mme Clerc précise qu’au début de ses études de pharmacie, dans les années 50, il n’y avait pratiquement pas de spécialités ; c’étaient des préparations pour la majorité des prescriptions. Parmi les premières spécialités qui ont eu beaucoup de succès, il y a eu un tranquillisant, ce qui a révolutionné la médecine.La Parapharmacie s’étant développée, elle a fini par prendre beaucoup de place : il a fallu ré-agencer les locaux .

 Nous verrons ,dans un prochain sujet , les modifications et transformations effectuées par la suite …