Un mariage œcuménique

Le 13 juin 1973 a eu lieu un mariage à l’église réformée de la rue des Arts, et il nous est raconté par la mariée. Mon futur mari était catholique, et venant d’une famille très pratiquante. Chaque semaine ses parents et grands parents allaient à la messe. Ils allaient à l’église Saint Michel avenue Linné à Roubaix. Moi, j’étais protestante et je ne voulais pas me marier à l’église catholique.

Le Temple de la rue des Arts au n°27 CP Méd Rx

Nous sommes allés voir l’abbé Bouquillon qui était le prêtre officiant à l’église Saint Michel. Il a fait une demande à l’évêché pour que mon futur époux devienne protestant. Après l’accord obtenu, l’abbé Bouquillon nous a dit : « il vaut mieux faire un bon protestant qu’un mauvais catholique ! » Quel soulagement pour ses grands parents !

Le prêtre et le pasteur officiant de concert Coll Particulière

Mon mari s’est marié quatre jours après son vingt et unième anniversaire, car ses parents n’acceptaient pas qu’il se marie avant sa majorité. De ce fait nous avons attendu trois ans avant de convoler en justes noces. Nous nous sommes donc mariés le 23 juin 1973 et la cérémonie a été faite conjointement par l’abbé Bouquillon et le pasteur Peuron au Temple de l’église réformée de la rue des Arts.

Remerciements à Hélène Fleurbayx pour ce beau témoignage

Descartes et Beaumarchais

La création de l’ORSUCOMN intervient en 1970. Cette association a été créée en accord avec les administrations, les collectivités locales, la communauté urbaine, les offices d’HLM et plusieurs associations et organismes. Elle a pour objet de promouvoir de manière générale la résorption des courées dans la Communauté Urbaine et d’y concourir activement. Les statuts de cette association ont été déposés en Préfecture du Nord le 28 novembre 1969, et le Ministre de l’équipement et le Secrétaire d’État au logement ont passé convention avec elle le 23 avril 1970. Les programmes de résorption 1970 concernent à Roubaix et pour le quartier de l ‘épeule : l’ilot les Ogiers, l’ilot Vélocipèdes, l’ilot Fort Briet et l’ilot Fort Sioen. Les injonctions de démolir se succèdent. Les forts Briet et Sioen font alors triste figure : maisons inoccupées avec des baies murées, des murs de façade fissurés, des maçonneries dégradées.

Projet du Toit familial pour l’opération Descartes Beaumarchais doc AmRx

Le 2 novembre 1970 c’est la déclaration d’utilité publique qui est annoncée par voie de presse, et consécutivement l’acquisition par voie d’expropriation de plusieurs maisons dans les forts Sioen et Briet. Il est alors question de construire 166 logements au titre du programme à loyer réduit et 72 logements HLM. La démolition commence. C’est à présent l’opération Descartes Beaumarchais, du nom de rues du quartier. La délivrance du permis de construire intervient le 26 avril 1971 et la société « le Toit Familial » va finalement construire 81 logements PLR et 164 HLM. La fin de chantier est finalement déclarée le 10 septembre 1975. Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Il y a eu des retards dans la construction qui a été rendue difficile par la faillite du maître d’oeuvre et de plusieurs entreprises, avec comme résultat un retard de deux ans dans les travaux.

Chantiers de l’épeule en 1974 Photo NE

Les locataires se constituent en association et confectionnent un livre blanc de revendications. Une invitation est lancée aux personnalités concernées : le directeur du GIL, la société HLM, mais il n’y aura pas de représentants du préfet, ni de la municipalité . L’association de défense est composée comme suit : M. Hus (président ), Mmes Robert, Gillant et Maes, MM Gouvé, Pelsmaekers, Dopierala, Martini et Bruggeman. Une liste des défauts a été réalisée : halls d’entrée non sécurisés, prospectus bouchant les boîtes aux lettres, on se fait adresser le courrier ailleurs, le nettoyage des entrées n’est pas effectué. Il y a des problèmes avec les ascenseurs et les lumières de secours dans les escaliers sont inexistantes.

Le bâtiment de la rue Descartes en 1977 Photo NE

La qualité intérieure des logements laisse à désirer : dalles de plastique sol se décollent, fissures dans les murs, fuites d’eau, portes ou fenêtres qui ferment mal, plinthes mal posées, peinture qui s’écaille, une seule prise électrique dans la cuisine, immeubles mal insonorisés. La réception définitive des travaux n’a pas eu lieu, mais la société est obligée par la municipalité de louer les appartements. Il faut donc remédier aux problèmes. 64 ont été mis en état, il en reste 96 à faire, c’est la condition de la réception définitive avec comme date limite des travaux juin 1977.

Le lotissement de nos jours Google Maps

Une demande d’abattement sur les loyers en cas de trouble de jouissance est formulée par les locataires et acceptée par les bailleurs. Il faut également faire les extérieurs et sécuriser la circulation avec des stops. Le certificat de conformité sera donné le 27 août 1979, soit quatre ans après la fin de chantier.

 

Fort Sioen et fort Briet

Le fort Sioen et le fort Briet font partie des constructions d’habitat collectif les plus anciennes. La plupart ont été réalisées dans la première partie du XIXe siècle et étaient destinées à loger des ouvriers journaliers. On différencie généralement les forts des courées en signalant que les premiers ont été formaient « des carrés en pleine campagne ». On trouve ainsi dès 1826 selon le plan du cadastre, les forts Wacrenier et Saint Joseph situés assez loin du centre et en pleine campagne. Suivront le fort Wattel en 1833 au Fontenoy Frasez-Bayart à l’Alma en 1838.

Extrait du cadastre 1845 doc AmRx

Le fort Sioen daterait de cette époque, on le voit figurer sur un plan de 1845, en pleine campagne. On y accéde alors par le vieux chemin vert, future rue de la perche, qui recoupe la nouvelle rue de l’embranchement ouverte après 1838 (rue de Lille aujourd’hui). Il se distingue toutefois des autres forts par sa conception quadrangulaire en forme de trapèze, les autres forts étant plutôt construits en alignements, dont certains donneront des rues. Cette forme spécifique favorise sans aucun doute la lumière et l’aération de ce type de construction. Le fort Briet qui viendra s’ajouter plus tard, reprend la tradition des forts alignés.

Extrait du cadastre 1884 doc AmRx

Qui a donc construit ces ensembles de maisons ? Les forts portent les noms de leurs propriétaires, ou de ceux qui les ont construits. La famille Sioen a donné d’importants fabricants du textile. Parmi eux, Achille Sioen Pin qui fut conseiller municipal roubaisien avant 1870. Mais le fort existait déjà alors qu’il n’était encore qu’un enfant. Par contre son père et son oncle, Médard et Louis Sioen ont très bien pu le faire construire. Le premier était officier de santé et le second docteur et consul de Belgique à Tourcoing.

La famille Briet se répartit de part et d’autre de Roubaix : à Wattrelos, ce sont des fermiers et propriétaires. De cette branche est issu Adolphe Briet le directeur de la GBM. À Croix ce sont également des propriétaires terriens qui se trouvent à deux pas de l’épeule. La famille a donc fait construire à la fois pour un bon rapport de rente mais aussi pour loger des ouvriers journaliers. Henri Briet-Frémaux est le plus connu à Roubaix où il sera conseiller municipal et membre de la commission des logements insalubres dans les années 1880.

Derrière l’église Saint Sépulcre, les deux forts CP Coll Particulière

Un rapport de cette commission nous permet d’avoir une description des deux ensembles : concernant le fort Briet situé rue de la Perche, il s’y trouve une bande de pavage et un fil d’eau longeant les maisons. Le sol est irrégulier, largeur de la cour 11 mètres, les eaux ménagères s’écoulent difficilement, les cabinets d’aisance quoique bien situés (entendre à l’extérieur) sont mal tenus, il y a un puits, l’eau est potable et abondante, les maisons sont à étage, la plupart sont sales, mal tenues. Pour les maisons Sioen du fort Sioen de la rue de la Perche, des bandes de pavage avec des fils d’eau longent les différentes rangées de maisons, cour large et aérée, les eaux ménagères s’écoulent bien, le sol est propre, il y a un puits, l’eau est bonne et abondante, plusieurs cabinets d’aisance sont sales, maisons en mansardes, la plupart sont propres.

L’urbanisation va rattraper le quartier champêtre de l’épeule et on constate que les rues vont venir encadrer les forts. Ainsi la rue Descartes est viabilisée en 1872, la rue de l’industrie en 1880, la rue d’Isly est réalisée de 1880 à 1894. Le très ancien chemin vert est devenu la rue de la Perche en 1867. Les nouvelles rues entourent les forts, ce qui détermine les accès aux dits forts : on accède au Fort Briet par le n°115 de la rue de l’industrie et par la rue de la Perche 66 ou 76. Il y a un accès au fort Sioen au milieu de la rue Descartes. L’église Saint Sépulcre toute proche date de 1873.

De 1929 à 1931, un certain nombre d’habitants locataires du fort Sioen ont racheté leur maison, et ils y réalisent des travaux, principalement la pose de sanitaires, et l’agencement d’un jardinet. Les premières injonctions à démolir de 1969 concernent le fort Briet, dont certaines maisons représentent un danger pour la sécurité publique.

à suivre

 

Les maisons enchâssées (2)

Les n°53 et 55 de la rue de l’épeule doc AmRx

Les deux maisons esseulées au beau milieu du parking provisoire ne le resteront pas très longtemps. Les démolitions se sont effectuées jusqu’en 1978. Dès septembre 1980, un projet de construction de 45 logements et commerces sur la partie rue de l’épeule et rue des arts est lancé par l’OPHLM de la communauté urbaine. En avril 1982, la société nationale de construction Quillery chargée de la construction, demande les autorisations nécessaires pour clôturer le chantier. On prévoit une durée des travaux de seize mois.

Angle rue de l’épeule rue des Arts doc AmRx

La Résidence du Colisée, tel est le nom de la future réalisation, comprend 45 logements, du type 1bis au type 5, qui bénéficieront des labels Promotelec, haute isolation et acoustique deux étoiles. Un centre commercial est envisagé au rez-de-chaussée sur une surface de 1200 m². Qui va donc s’installer là ? Un commerce d’électronique a postulé. On souhaite réserver l’angle ou le coin arts/épeule à un brasserie. L’office souhaite accorder la préférence aux commerçants du quartier. Un parking public de 40 places est prévu prioritairement pour la clientèle, les commerçants et les locataires disposant d’un parking souterrain. Une extension est prévue vers la rue Rémy Cogghe quand seront libérés les terrains occupés par la société Parks Cramer France, Flandre Mercerie et la cour Desrousseaux. La fin des travaux intervient le 22 mai 1984.

La Petite Ferme en 1993 photo NE

Les surfaces commerciales prévues seront occupées. En 1986, on trouvait un pressing au n°45, un fleuriste au n°47, la maroquinerie du Colisée au 51, et le photographe de l’épeule au n°61. Nos deux maisons enchâssées poursuivent leur carrière, au 53, M. Lagneaux a repris la boulangerie Molle et « la petite ferme » du 55 reçoit une récompense en 1993, un Mercure d’or assorti de trois étoiles, pour la qualité de son commerce et de ses productions fromagères. Elle vient d’y ajouter des articles de charcuterie, volailles et plats préparés. Ce magasin a été fondé en 1935 par les parents de Mme Lamblin qui tient haut le flambeau de la tradition fromagère.

La mairie de quartier en 1997 doc AmRx

Au 43 on trouve aujourd’hui un coiffeur, au 45 une boutique de prêt à porter, au 51 une alimentation générale, au 61 un magasin de téléphonie. Côté rue des arts, un clé minute fait l’angle, il y a le l’ancien local du comité de quartier et un magasin d’arts ménagers. Qui occupe les n°53 et 55 ? Aujourd’hui le 53 est une boucherie charcuterie traiteur, et le 55 un magasin de matériel médical. Il semble que l’utilisation des surfaces commerciales n’ait duré qu’un temps. Les locaux sont libérés et repris en location par la Ville qui vient inaugurer une mairie de quartier le 12 février 1997, du côté de la rue des Arts en préfiguration d’une maison des services, où l’on retrouvera pour un temps un bureau de poste.

à suivre

Les maisons enchâssées (1)

Le carrefour formé par la rue de l’Epeule et la rue des Arts a subi des modifications d’urbanisme, notamment dans l’angle épeule/arts/rémy Cogghe. Le résultat de ces travaux présente un curieux assemblage de deux maisons enchâssées dans un nouvel immeuble qui semble les entourer. À l’arrière de cette façade de rue, d’anciennes courées ont disparu, entraînant avec elles les front-à-rue de la rue des Arts et de la rue Rémy Cogghe. Comment cette transformation s’est-elle opérée ? Voici la reconstitution des opérations.

Vue de la rue de l’Epeule autrefois Coll Particulière

Pendant les années soixante dix, la surface délimitée par la rue de l’épeule (du n°53 au 61), la rue des Arts (du n°174 à 194) et la rue Rémy Cogghe (du n°32 à 54) va faire l’objet de profondes transformations. Au milieu des années soixante, la rue de l’épeule affiche un front-à-rue intégralement commerçant, notamment du n°53 au n°61. En effet, après la cour Desrousseaux, au n°53, on trouve la boulangerie de M. Henri Molle, la crémerie de M. Lamblin Demil à l’enseigne « à la petite ferme », au n°57 le dépôt Anet de blanchisserie de M. Flament Deleval, l’épicerie de M. Bacro au n°59 et la Brasserie de l’épeule aux n°61-63.

Le n°53 rue de l’épeule Coll Particulière

Du côté de la rue des Arts, il y a un boucher, M. Bouchelaghem au n°174, un libraire au n°176, l’entreprise Parks Cramer France matériel textile au n°180, l’électricien M. Tonneau et le dépôt de la teinturerie Duhamel au n°186 et le salon de coiffure dames Michèle au n°190. Quant à la rue Rémy Cogghe, on y trouve au n°32 la société Flandre-mercerie, commerce en gros, des maisons individuelles au n°34 et 36, un courtier en laines au n°38, la maison de l’ingénieur De Laubier Vernier au n°40, la cour veuve Desrousseaux au n°46, et le café Claeyman au n°54.

Les Ets Fiévet au n°32 de la rue des Fleurs Coll Particulière

Derrière ces façades de commerces et d’habitations, se situe l’importante cour Desrousseaux, composée de trois barres de maisons entre la rue de l’épeule et la rue des arts (cinq, douze et neuf maisons), et de quatre barres entre la rue des Arts et la rue Rémy Cogghe (douze, seize, vingt et dix maisons). Soit quatre-vingt quatre maisons.

Plan des lieux pour le projet de réserve foncière doc AmRx

Cet ensemble de maisons construit à l’initiative de la famille Desrousseaux, apparaît déjà en 1884 sur le plan cadastral. En 1973, les propriétaires de cette courée sont les héritiers Desrousseaux, Jean et Agnès, épouse De Laubier. Il semble que cette famille soit apparentée à celle d’Emile Roussel-Desrousseaux, l’important teinturier de la rue de l’épeule et de la rue Watt. L’ancêtre de cette famille est Jean Baptiste Joseph Desrousseaux Honore (1794-1872) fabricant à Roubaix, son fils Jean-Baptiste Desrousseaux-Meurisse (1824-1874) l’est également et habite rue de l’épeule. Le petit-fils Felix Desrousseaux-Dupire (1873-1907) est imprimeur rue du grand chemin, sa femme Hortense Dupire est la fille de l’architecte Auguste Dupire. De ce couple sont issus les héritiers cités plus haut. Michel de Laubier-Desrousseaux est issu d’une importante famille de notaires et d’architectes, il habitera au n°46 de la rue des fleurs, future rue Rémy Cogghe. On accédait aux cours Desrousseaux entre le n°51 et le n°53 de la rue de l’épeule, dans la rue des Arts avant le carrefour et dans la rue des fleurs (aujourd’hui Rémy Cogghe) par le n°40.

Le 13 décembre 1967, la commission des logements insalubres s’intéresse à l’immeuble situé au n°49 rue de l’épeule appartenant à Mme De Laubier Desrousseaux demeurant 40 rue Remy Cogghe à Roubaix et à M Desrousseaux Jean 40 rue blanche à Lille et occupé par Fernand Fastre, son épouse et leurs deux enfants. Après les constatations d’usage, cette construction ancienne est dite ne plus correspondre aux normes actuelles du logement. Il est remarqué un manque d’entretien prolongé, la vétusté des chevrons de la toiture, dont les poutres fléchies indiquent qu’elle est endommagée. Un arrêté est alors pris : les propriétaires ont un mois pour démolir la partie supérieure de la maison ! Le 30 juin 1969, au n°51bis de la rue de l’épeule, c’est à dire cour Desrousseaux, les immeubles n°25 à 33 menacent ruines. S’ensuit une action en justice, après une mise en demeure en date du 8 mai dans laquelle on peut constater que deux de ces maisons sont libres d’occupation et trois autres portes et fenêtres murées ! Les cinq dernières sont encore habitées ! Le rapport est accablant : le gros œuvre en maçonnerie de briques se lézarde, des fissures sont apparentes au dessus des portes et des fenêtres, il n’y a pas de canalisation d’évacuation des eaux de pluie et ménagères, les eaux stagnent dans la cour commune. Menuiseries, planchers et escaliers sont vermoulus. Tout cela présente un danger grave. Les propriétaires sont sommés de procéder à la démolition. En mai 1970, les démolitions ont fait apparaître de graves fissures aux n°47 et 49 de la rue de l’épeule qui jouxtait les maisons de courée. Leur destruction est demandée aux propriétaires. Le 18 août 1971, exigence renouvelée.

Les deux maisons isolées au milieu d’un parking doc AmRx

Le 26 juin 1972, la ville de Roubaix envisage de constituer une réserve foncière sur le quadrilatère concerné, et déclare vouloir acquérir les propriétés suivantes : 49, 51, 51bis rue de l’épeule, cour Desrousseaux 25 à 33, et toute une série d’immeubles en courée et en front à rue rue des arts, rue de l’épeule, 182 à 194 qui appartiennent désormais à André Sidoine Desrousseaux et à Mme veuve Desrousseaux-Vandevelde demeurant à Clichy. Les 47 et 49 rue de l’épeule ont été démolis d’office par la ville le 9 février 1972 aux frais des propriétaires qui ont déjà payé pour la démolition de la courée 25 à 33 et qui demandent un délai pour régler la somme due. Le 25 novembre 1974 le plan d’occupation des sols fait mention du projet d’établir un édifice communal à cet endroit, on négocie l’achat du terrain, les démolitions vont bon train. Le décret d’expropriation paraît en 1975, les pourparlers en 1976. En 1982, les deux maisons enchâssées aux n°53 et 55, ne le sont pas encore. Elles sont à ce moment entourées par un parking !

à suivre

d’après la presse de l’époque et les délibérations municipales

Une discrète petite place

La Place Édouard Roussel se situe entre les rues d’Isly, de l’Industrie et Descartes. Elle présente une forme rectangulaire de 80 mètres de long sur 40 mètres de large. Les propriétaires des terrains requis pour sa construction furent Mme Veuve Louis Watteau–Tiers, rentière, demeurant 36 rue d’Inkermann et François Tiers, cultivateur, demeurant 29 Place du Trichon, tous parents du fermier du Trichon Auguste Tiers. Sur le plan apparaît déjà le commissariat de la rue des Arts, construit en 1880. Du côté de la rue de l’Industrie, il y a déjà les forts Sion et Briet.

Plan du quartier avant la lace doc AmRx

Cette Place fait partie du projet des six places publiques1 de l’équipe municipale de Julien Lagache adopté par le Conseil Municipal en juin et décembre 1891. Il faut signaler que ces places ne sont pas destinées à être des parvis d’église mais plutôt à accueillir des marchés de quartier. Le 3 mai 1893, il est envisagé d’entourer le terre-plein central de deux rangées d’arbres. Sur les plans, la Place porte la dénomination de Place du 1er Mai. Cette appellation est remplacée dans les mois qui suivent par celle de Place du Commerce, pour faire bon voisinage avec les rues des Arts et l’Industrie toutes proches.

Plan de la place doc AmRx

Il faut attendre 1898 pour la construction d’un aqueduc le long du front nord de la Place, alors qu’on déjà fait construire quelques maisons. Les travaux de pavage des chaussées suivront mais une des habitantes écrit au Maire de Roubaix en mai 1902, pour lui signaler l’état défectueux de la chaussée. Elle demande que cette chaussée soit pavée sur toute sa longueur et les riverains intéressés y participeront pour au moins un tiers, ce qui nous permet de connaître leurs noms : Melle Séverine Carpentier, MM. Dejonghe, A. Delescluse, M. Vandenbeulque et Louis Tiers.

Vue de la place prise de la rue d’Isly CP Méd Rx

La place ne comprendra que neuf maisons qui seront numérotées de 2 à 18, les autres côtés du rectangle formé par elle étant repris dans les numéros des rues de l’Industrie, Descartes et d’Isly. La très belle maison située à l’angle avec la rue Descartes a été construite en 1904 par l’architecte Achille Dazin pour M. Louis Tiers. C’est le 18 septembre 1911 qu’on donnera le nom d’Édouard Roussel à la Place du Commerce suite au décès de ce fabricant de tissus, qui fut Maire adjoint de Roubaix et Conseiller général.

La belle maison de Louis Tiers 1904 CP Méd Rx

Qui habite aujourd’hui cette magnifique rangée de maisons ? De l’après seconde guerre au milieu des années quatre-vingt-dix, il s’agit plutôt d’une population de classe moyenne, locataire et donc très mobile. On y trouve un médecin, des représentants, des employés, un instituteur, un contremaître, un expert du textile, des magasiniers et des ouvriers.

La place Roussel est un lieu très animé comme nous le prouve ce relevé des festivités contemporaines. En 2009 l’opération « Faites le printemps » se déroule Place Roussel autour de 5 grandes thématiques : Mesures initiatives liées aux économies d’énergie, les modes de déplacements, le tri et la réduction des déchets, manger sain et la nature en ville. Un atelier sur les nichoirs, Concours de fleurissement ! On récidivera en 2010. En 2015, c’est une fête organisée en quelques semaines, un rendez-vous imaginé pour fédérer les bonnes volontés autour du vélo. En 2016, à Roubaix, on danse sur les places ! De grands bals s’installent dans toute la ville ! Au programme du Bal des Quartiers Ouest : Adequat (chanson française et variété internationale), le 2 juin de 19h30 à 23h, Place Edouard Roussel. Plus récemment en 2018, l’association Le Fil de l’Epeule organise une journée de fête entre voisins sous la forme d’un tournoi de pétanque à partir de 10 h (il faut ramener ses propres boules) puis un repas convivial, salades et barbecue jusque 16 h. La manifestation est soutenue par la Ville de Roubaix et le PIC (projet d’initiative citoyenne).

Affiche fil de l’épeule

1 Places de la Nation, du Progrès, Carnot, du Travail, de la Fraternité et du Commerce

 

 

Les rénovations de 1969

La célébration du cinq centième anniversaire de la charte, ou plutôt de la promesse de charte, a donné lieu à maints préparatifs, parmi lesquels la rénovation de salles de spectacles : la salle Destombes du Conservatoire, la salle Watremez et le théâtre Pierre de Roubaix.

Salle Destombes rénovée Photo NM

L’importante école de musique de Roubaix (17 cours, 15 professeurs en 1880) était installée au 17 rue des lignes quand elle fut rattachée à l’Administration des Beaux-Arts par l’arrêté du Ministre de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts du 6 mai 1884, puis érigée en succursale du Conservatoire National de Musique de Paris, suivant le décret du 2 Août 1902. Au commencement de l’année scolaire 1903-1904, il fut procédé à son transfert dans les locaux plus vastes de la rue de Soubise, libérés par l’institut Turgot parti rue du Collège. Pierre Destombes (1842-1915) faisait partie de la commission de surveillance de l’école de musique et c’est grâce à lui qu’au cours de l’année 1906, une salle d’audition avec un grand orgue, a pu être construite et inaugurée, qui porte désormais le nom de son généreux donateur.

En 1969, on s’occupe donc de rénover cette salle. Un concert Beethoven y est donné le dimanche précédent qui a permis de découvrir son nouveau visage. Les mélomanes n’ont pas été déçus. Une douce atmosphère d’intimité y règne agrémentée de confortables fauteuils, la scène a été remodelée. Cette salle est présentée à l’administration municipale le 20 avril. Plus récemment des travaux de transformation du vieux conservatoire entre 2011 et 2013 l’ont rendu nomade pour un temps.

La salle Watremez en travaux Photo NM

En 1907, à l’ouverture du nouvel hôpital de la Fraternité, les malades quittent l’Hôtel Dieu de la rue Blanchemaille, lequel accueille les pensionnaires de l’Hospice (situé rue de l’Hospice) qui est alors démoli. On va construire à son emplacement une salle des fêtes. La partie de cet immeuble, front à la rue de l’Hospice, est démolie en août 1908, en vue de la construction d’une salle d’expositions. Il s’agit d’une salle d’expositions et de fêtes de 1 500 m² organisée autour d’une halle centrale et de deux galeries latérales perchées à 5 mètres de hauteur.

En 1934, il est procédé à la modification de l’acoustique de la salle des fêtes par un traitement orthophonique, ainsi que diverses transformations d’agencement. En décembre de la même année décède Henri Watremez, adjoint au maire plus spécialement chargé des bâtiments. Pour honorer sa mémoire, l’Administration municipale décide le 13 juillet 1935 que la salle des fêtes de la rue de l’Hospice sera dorénavant dénommée Salle municipale Henri Watremez1.

Fermée depuis l’automne 1968, la salle Watremez n’a plus l’allure d’un grand hall froid et austère. Elle s’est transformée en un vaste auditorium de couleur bleu nuit. Deux larges portes en chêne donnent accès au vestibule peint en vert pâle, et deux autres portes identiques donnent accès à la salle. On a gardé un escalier sur la droite pour permettre l’accès à la galerie de l’étage. Le plateau est éclairé par de grosses ampoules électriques et par un plafonnier comportant de nombreux spots. À gauche de la salle, un long comptoir de bois clair et de marbre borde le dégagement vers les installations sanitaires. Sur la droite, on retrouve le foyer avec son énorme bar éclairé par un plafonnier monumental. Un petit salon orné d’une fontaine lumineuse un sol en dalles, un éclairage indirect, et une sonorisation nouvelle en font un endroit agréable et un cadre de choix pour les manifestations à venir. Plus récemment, la salle a été réaménagée en 1998 par l’agence Zig Zag.

Le théâtre Pierre de Roubaix rénové en 1969 Photo NM

La Bourse du travail du boulevard de Belfort est inaugurée le lundi 2 avril 1934. C’est l’architecte Albert Baert qui en fut l’architecte, lui qui réalisa la piscine de la rue des Champs.

En 1969, le théâtre compte 735 places, sa scène a été élargie : il y a désormais 136 m2 de plateau, extensibles à 180 m². Cet aménagement présage de grands spectacles comme par exemple la Tosca prévu au programme des festivités. Une machinerie scénique compléte a été installée qui permettra la mise en œuvre de huit décors simultanément. Une fosse d’orchestre a été installée qui pourra contenir 35 musiciens, 50 « en se serrant un peu ». La sécurité a été améliorée avec des sorties de secours conformes. Quatre loges individuelles et une loge collective ont été construites pour les artistes. Des fauteuils moelleux en skaï (sic) disposés en quinconce pour suivre le spectacle de manière optimale ont remplacé les méchants sièges en bois. Selon la presse, le théâtre de la Bourse est mort, vive le théâtre Pierre de Roubaix !

En 2008, des travaux engendrent des modifications : l’entrée du théâtre Pierre de Roubaix sera désormais dans la rue perpendiculaire qui se porte le même nom, avec une façade équipée d’une structure rectangulaire en verre et à moitié en apesanteur. Mais la façade de l’ancienne bourse du boulevard de Belfort reste identique et au même endroit.

Amélioration du confort, de l’acoustique et de la lumière, les salles publiques de spectacle ont donc fait peau neuve en 1969 pour accueillir de grands événements : le 13 avril le théâtre Pierre de Roubaix présente la damnation de Faust de Berlioz, le 20 avril la salle Pierre Destombes propose un Concert par l’Orchestre du Conservatoire de Roubaix (avec soliste) et la salle Watremez accueille la nuit du Jazz le 1er mai.

1Extrait du Rapport du Maire 1935

Le Petit Bonheur

Le quartier de l’épeule avec ses modestes ouvriers et leur petit salaire avait une bonne ambiance chaleureuse avec beaucoup d’humanité, on se rendait service, il y avait de l’entraide.Bien sûr de temps en temps des coups de gueule, mais tout cela passait vite. Jeannine se souvient avoir appris à danser avec ses voisines dans une courée au son de l’accordéon.

Publicité Collection Particulière

À l’image de ce quartier, un magasin à l’enseigne du Petit bonheur. C’était une épicerie tenue par la veuve Lequenne avant que Jean Declercq ne la rachète en 1934. C’était une alimentation générale. On faisait épicerie, vins, conserves, fromage, beurre, café, tout au détail. Du vin en fûts, de la bière en cageots.

Le petit bonheur avant la seconde guerre Collection Particulière

On se levait très tôt, car tous les jours on nettoyait le magasin. Après il fallait sortir les cageots, la bière, le vin, l’eau, le lait. Ce n’était pas facile quand il gelait, il n’y avait pas de chauffage. On vendait de la cassonade, du sucre fin, cristallisé, tout était au détail. Et pour le café en grains, nous étions connus, on venait de loin pour nous l’acheter. Les horaires d’ouverture du magasin étaient les suivants : ouverture à 7heures 30 et fermeture à 20 heures le soir, non stop ! Sauf le dimanche après-midi, mais si on sonnait, on servait !

Carte de rationnement Collection Particulière

Nous avions une clientèle ouvrière, du textile et de la métallurgie. Pendant la guerre, il y avait les cartes et les tickets de rationnement, il fallait faire la queue. Et chacun racontait sa vie ! Quant à nous, le soir, on collait les tickets on allait les porter à la salle Watremez. C’était un travail de tous les jours avec peu de loisirs. Heureusement en règle générale tous les commerçants s’entendaient bien.

Le magasin provisoire au 171 rue de l’épeule Collection Particulière

Le magasin s’est transformé par obligation. Juste après la guerre, le plafond du 201 s’est effondré et nous avons été obligés de louer le 171 de la rue de l’épeule un petit commerce de boucherie qui venait de fermer, le temps que les travaux soient terminés au 201. La demande de reconstruction date de 1949 et le nouveau magasin se présentera avec une double vitrine encadrant l’entrée.

Le nouveau magasin en pleine braderie Collection Particulière

Dans le quartier de l’épeule, la braderie était l’animation principale, elle avait lieu le 1er lundi du mois de septembre et tous les commerçants se retrouvaient devant leur façade. C’était un jour férié dans toute la métropole, à Lille c’était la braderie, à Tourcoing les fêtes de Saint Louis. Il y avait également les allumoirs organisés par le comité de quartier avec des distributions de bonbons et la finale à l’école de la rue de l’Industrie. Après nous avons eu les 28 heures de Roubaix à la marche. On organisait aussi des concours d’étalages,et il y avait aussi le bal des commerçants au Colisée, très apprécié.

En 1972, c’est Bernard Leclercq, le fils, qui a repris le Petit Bonheur. Puis le magasin a été définitivement fermé. Il a été démoli et à la place, on a construit la salle Gernigon.

Remerciements à Jeannine pour son témoignage et ses documents

Roussel 144 rue de l’épeule

Émile Roussel, né à Herseaux en 1848, est référencé dans le rapport municipal de 1880 parmi les teinturiers chineurs et imprimeurs au n°144 rue de l’épeule à Roubaix. Il est également cité comme maître teinturier apprêteur lors du décès de sa première épouse Marie Louise Jolivet en 1879. Membre de l’Ensait, il contribue à la création de l’école de teinture et reçoit en 1882, la médaille d’or de la fondation Kuhlmann que lui remettra l’abbé Vassart, l’éminent professeur de teinture. Le 31 décembre 1885, il est fait officier d’académie. Le 23 décembre 1888, il est membre de la chambre de commerce de Roubaix, dont il sera longtemps le secrétaire. Il recevra la croix de la Légion d’Honneur en 1900, à l’occasion de l’Exposition Internationale de Paris.

Publicité Emile Roussel Coll Particulière

En 1898, l’entreprise s’est agrandie, elle figure désormais aux n°144 à 148, et elle y a gagné un associé, puisqu’elle apparaît de la manière suivante : E. Roussel et J. Declercq teinturiers. C’est sans doute une affaire de famille, puisque deux des sœurs d’Émile Roussel ont épousé des Declercq, lesquels sont originaires de Renaix. On est aussi en plein quartier de l’épeule, puisque Émile Roussel réside au 151 de la rue de l’épeule et que son associé J Declercq est au n°38 de la rue du Trichon. L’usine ne semble pas avoir connu les sévices de l’occupation comme sa voisine quelques numéros plus loin, la société de vêtements Selliez. Ayant fait fortune, honoré par ses pairs, Émile Roussel décède le 19 juillet 1922, en son domicile du 85 rue de Barbieux à Roubaix.

Vue de l’usine à la belle époque CP Méd Rx

Dès juin 1923, la société Émile Roussel et fils entreprend des travaux d’aménagement sous la direction de l’architecte René Dupire demeurant alors rue du Trichon, qui mène à bien la construction d’une salle des machines et d’une nouvelle chaudière. En octobre, on aménage des écuries, une droguerie, un atelier, toujours avec René Dupire. En février 1925, l’entreprise s’offre une nouvelle porte sur la rue de l’épeule. En avril 1927, elle s’adjoint une usine de préparation des tissus. Au mois de mai, elle fait construire à l’angle de la rue de l’épeule et de la rue Brézin, des bureaux, un logement pour le concierge et une annexe.

L’usine Roussel, ses derniers jours doc AmRx

Au décès d’Alphonse Scrépel en 1928, l’entreprise Scrépel devient Société anonyme des Établissements Scrépel, et Benoît Roussel, fils d’Émile Roussel en est l’administrateur, aux côtés de Charles Scrépel fils, Paul Delannoy et Léon Deschepper. Le regroupement des deux sociétés Roussel et Scrépel intervient en 1971, et l’entreprise est dénommée Société Nouvelle des établissements Emile Roussel et fils et Scrépel réunis. En mai 1982, la société Roussel Scrépel comportait deux unités, l’une au 148 rue de l’épeule avec 130 salariés et l’autre au 10 rue de la tuilerie avec 68 salariés. Le 5 mai 1982, la fermeture de l’usine du 148 est décidée ce qui entraîne le licenciement de 120 salariés. Un an plus tard, Yves Roussel, le PDG de la Société nouvelle Émile Roussel et fils et Scrépel réunis, propriétaire du 144-148 rue de l’épeule, autorise la société Gro à acquérir et démolir l’usine, le 22 mars 1983. La demande est déposée le 13 septembre 1983, et la démolition se déroule du 13 février 1984 au 4 juin 1984.

Le supermarché Fraismarché GRO doc AmRx

Le supermarché Fraismarché GRO est construit le 23 octobre 1984. Puis en 1990, l’enseigne Fraismarché GRO fusionne avec d’autres supérettes pour donner naissance à la marque MATCH. Après plus de vingt ans de présence, le 9 juillet 2012, la ville de Roubaix apprend la fermeture imminente de plusieurs magasins MATCH et notamment celui de l’épeule. Les raisons invoquées sont les suivantes : problèmes d’accès au parking, actes d’incivilités, braquages… Il faut sans doute y ajouter l’échec de la marque dans les négociations autour de ce qui deviendra l’espace Géant Casino.

Le supermarché le Triangle vue Google Maps

Supermarché d’envergure à vocation halal, le Triangle ouvre rue de l’Épeule à Roubaix le 22 juin 2013 dans les locaux de l’ancien supermarché Match. Le premier magasin de la marque a ouvert en 1999 à Saint-Étienne-du-Rouvray, en Haute-Normandie. Des contacts sont pris avec la municipalité, une collaboration est mise en place avec le Pôle emploi de Roubaix. Au total, quinze postes à la clé : du boucher, au boulanger en passant par des employés de libre service et des caissières. Depuis, le supermarché Triangle a connu les désagréments d’un braquage en décembre 2013 et s’est également fait épingler par les services d’hygiène.

Les vêtements Selliez, rue Heilmann

Avec la société des vêtements Georges Selliez, nous allons évoquer une des plus importantes entreprises de confection de France, dont l’une des usines se trouvait au n°26 de la rue Heilmann. Georges Selliez (1869-1934) fils d’un négociant originaire d’Haspres, est né à Roubaix. Le jeune employé de commerce ne tarde pas à se lancer dans l’aventure textile : en 1898, il crée la première manufacture de draps pour hommes à Roubaix, rue Heilmann. C’est sa propre femme, Elise Desmarchelier qui va former les premières mains féminines de cette nouvelle industrie. Puis Georges Selliez va étudier, à Leeds et Manchester, l’organisation et les méthodes des grands ateliers collectifs anglais et les introduit en France avec des outillages inconnus jusqu’alors. En 1908, le Ministre du Commerce et de l’Industrie Jean Cruppi lui confie une mission aux U.S.A. Il part y étudier les méthodes du taylorisme pour les adapter dans l’industrie de la confection. Le rapport qu’il rédige à ce sujet fait quelque bruit.

Georges Selliez Photo Monde illustré 23

En 1912, Georges Selliez confie aux architectes Vandekerchove et Loof de Roubaix la réalisation de ses ateliers de confection. Ces messieurs sont les concessionnaires des bétons armés Hennebique et ils vont donner à l’usine de la rue Heilmann l’allure qu’elle aura longtemps, faite de grandes vitres et de supports en béton. Elle occupe un important espace entre la rue Heilmann, la rue de l’épeule et la rue de Turenne.

L’usine Selliez, Photo Monde illustré 1923

Pendant la première guerre mondiale, l’usine est réquisitionnée par les allemands pour fabriquer des sacs pour les tranchées, ce qui provoque une émeute et la répression allemande sous forme de rançonnement en argent ou de déportation d’otages. La fabrication n’aura qu’un temps, la matière venant bientôt à manquer. L’usine est alors transformée en caserne. Puis à leur départ, les allemands procédent à un nettoyage par le vide, comme partout ailleurs.

Intérieur de l’usine Selliez Photo Monde illustré 1923

En mars 1919, Georges Selliez aidé par deux jeunes associés, Paul et Eugène Prouvost Crépy, qui furent de glorieux aviateurs pendant la grande guerre, remet l’usine en route avec un personnel d’élite et expérimente de nouvelles machines. Dans des salles baignées de lumière, on coud des boutons, on monte des paires de manches. Des machines à points invisibles, à faufiler, à rabattre remplacent le travail à la main.

Intérieur de l’usine Selliez Monde illustré 1923

En 1923, la Société Anonyme des Vêtements Georges Selliez à Roubaix produit 1500 complets par jour et, de leur côté, ses usines de Tourcoing, Carvin, Paris, Vienne, totalisent 7500 pièces par jour, réalisant ainsi la plus forte production sur le continent.

En tête Selliez Coll Méd Rx

Esprit ouvert, homme tourné vers l’avenir, Georges Selliez s’investit aussi dans l’enseignement : il sera officier de l’Instruction Publique en 1928, membre du Conseil Supérieur de l’École Nationale des Arts et Industries Textiles, membre du Conseil Général de la Ligue Française de l’Enseignement et par ailleurs conseiller municipal de Roubaix, Vice-Président du Parti Radical Socialiste. Il sera également président de la FAL de Roubaix. Il décède en 1934. Ses associés Prouvost Crépy prennent la suite et gardent la marque. La société Flipo Manutention est propriétaire des locaux en 1980 et en sera vraisemblablement le dernier occupant avant que cette usine soit démolie. Un article de presse évoque le nouveau parking Flipo en janvier 1999. L’espace ainsi libéré forme ainsi une place qui accueille aujourd’hui le marché et à laquelle on a donné le nom d’un épeulois célèbre, Victor Vandermeiren.