Descartes et Beaumarchais

La création de l’ORSUCOMN intervient en 1970. Cette association a été créée en accord avec les administrations, les collectivités locales, la communauté urbaine, les offices d’HLM et plusieurs associations et organismes. Elle a pour objet de promouvoir de manière générale la résorption des courées dans la Communauté Urbaine et d’y concourir activement. Les statuts de cette association ont été déposés en Préfecture du Nord le 28 novembre 1969, et le Ministre de l’équipement et le Secrétaire d’État au logement ont passé convention avec elle le 23 avril 1970. Les programmes de résorption 1970 concernent à Roubaix et pour le quartier de l ‘épeule : l’ilot les Ogiers, l’ilot Vélocipèdes, l’ilot Fort Briet et l’ilot Fort Sioen. Les injonctions de démolir se succèdent. Les forts Briet et Sioen font alors triste figure : maisons inoccupées avec des baies murées, des murs de façade fissurés, des maçonneries dégradées.

Projet du Toit familial pour l’opération Descartes Beaumarchais doc AmRx

Le 2 novembre 1970 c’est la déclaration d’utilité publique qui est annoncée par voie de presse, et consécutivement l’acquisition par voie d’expropriation de plusieurs maisons dans les forts Sioen et Briet. Il est alors question de construire 166 logements au titre du programme à loyer réduit et 72 logements HLM. La démolition commence. C’est à présent l’opération Descartes Beaumarchais, du nom de rues du quartier. La délivrance du permis de construire intervient le 26 avril 1971 et la société « le Toit Familial » va finalement construire 81 logements PLR et 164 HLM. La fin de chantier est finalement déclarée le 10 septembre 1975. Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Il y a eu des retards dans la construction qui a été rendue difficile par la faillite du maître d’oeuvre et de plusieurs entreprises, avec comme résultat un retard de deux ans dans les travaux.

Chantiers de l’épeule en 1974 Photo NE

Les locataires se constituent en association et confectionnent un livre blanc de revendications. Une invitation est lancée aux personnalités concernées : le directeur du GIL, la société HLM, mais il n’y aura pas de représentants du préfet, ni de la municipalité . L’association de défense est composée comme suit : M. Hus (président ), Mmes Robert, Gillant et Maes, MM Gouvé, Pelsmaekers, Dopierala, Martini et Bruggeman. Une liste des défauts a été réalisée : halls d’entrée non sécurisés, prospectus bouchant les boîtes aux lettres, on se fait adresser le courrier ailleurs, le nettoyage des entrées n’est pas effectué. Il y a des problèmes avec les ascenseurs et les lumières de secours dans les escaliers sont inexistantes.

Le bâtiment de la rue Descartes en 1977 Photo NE

La qualité intérieure des logements laisse à désirer : dalles de plastique sol se décollent, fissures dans les murs, fuites d’eau, portes ou fenêtres qui ferment mal, plinthes mal posées, peinture qui s’écaille, une seule prise électrique dans la cuisine, immeubles mal insonorisés. La réception définitive des travaux n’a pas eu lieu, mais la société est obligée par la municipalité de louer les appartements. Il faut donc remédier aux problèmes. 64 ont été mis en état, il en reste 96 à faire, c’est la condition de la réception définitive avec comme date limite des travaux juin 1977.

Le lotissement de nos jours Google Maps

Une demande d’abattement sur les loyers en cas de trouble de jouissance est formulée par les locataires et acceptée par les bailleurs. Il faut également faire les extérieurs et sécuriser la circulation avec des stops. Le certificat de conformité sera donné le 27 août 1979, soit quatre ans après la fin de chantier.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.