Vague de modernisme au boulevard de Paris

Dans les années 50 et 60 apparaît dans la presse l’idée de rénover le boulevard de Paris pour y construire une cité-jardin prolongeant le parc Barbieux, et pour cela, de « remplacer les immeubles existants par des bâtiments modernes, implantés de façon rationnelle » (La voix du Nord). On voit également se multiplier les demandes de permis de démolir pour certains immeubles anciens, difficiles à chauffer, dégradés, et dont la remise en état, selon les propriétaires, serait prohibitive.

C’est dans cette voie que s’oriente la société immobilière de constructions du boulevard de Paris, créée en 1955 par Albert Prouvost. (par ailleurs président du CIL de Roubaix-Tourcoing). Cette société à but non lucratif a pour Secrétaire général Cl. Diligent. Elle achète des immeubles situés en haut du boulevard, entre l’ancienne rue du manège (aujourd’hui Delattre de Tassigny) et le boulevard de Douai pour les démolir, et les remplacer par des immeubles de standing.

Les immeubles rachetés – document coll. Particulière

Les immeubles rachetés – document coll. Particulière

La première réalisation de la société sur le site est la résidence d’Armenonville, un immeuble de 11 étages et 63 mètres de long, offrant une soixantaine d’appartements luxueux allant du 130 mètres carrés au deux pièces pour célibataire. Ascenseurs, vide-ordures, chauffage par le sol sont de rigueur. On prévoit des duplex sur deux niveaux avec escalier intérieur. Elle doit être prolongée par une « cité marchande » au dessus de garages, et, le long du boulevard, par une aile à un seul étage composée d’habitations individuelles. La construction de l’ensemble, à l’ossature en béton armé est le fruit du travail des architectes Guillaume Gillet, grand prix de Rome, et Guy Lapchin.

La maquette du futur immeuble. Document la Voix du Nord

La maquette du futur immeuble. Document la Voix du Nord

On prévoit de poursuivre avec d’autres résidences. Un deuxième bloc côté boulevard de Douai et un troisième au coin de la rue de Barbieux et du boulevard de Douai. Il est également prévu un centre commercial côté avenue du Maréchal de Tassigny.

Les travaux démarrent fin 1956, salués par la Voix du Nord qui, soutenant le projet de rénovation complète du boulevard de Paris, explique : « La plupart de ces immeubles construits il y a seulement une soixantaine d’années sont d’un entretien très difficile…. Le moderne et son confort ont du bon. »

Document la Voix du Nord

Document la Voix du Nord

Le constructeur est la société civile immobilière de construction « la résidence d’Armenonville », dont le secrétaire général est M. Diligent (directeur de l’UMIC, liée à la CIL), et le président Philippe Motte.

L’achèvement des travaux est prévu pour 1958. Les acquéreurs peuvent obtenir un prêt complémentaire de l’UMIC si leur entreprise cotise à la CIL. Tous les appartements seront répartis en copropriété.

Document coll. particulière

Document coll. particulière

En 1960 la société est présidée par Philippe Motte. Devant le succès d’Armenonville, on démarre la construction du deuxième immeuble, la résidence Marly : deux bâtiments l’un de 11 étages perpendiculaire au boulevard de Paris et l’autre de deux étages le long de ce même boulevard. Elle a pour autre projet un immeuble, encore de 11 étages au coin de la rue Dammartin, cette fois-ci réservé aux bureaux et un centre commercial. Nord Éclair se réjouit de ce que, à la place des « beaux, mais vétustes immeubles… condamnés à la fois par l’âge et l’évolution actuelle… » sont édifiées des constructions où « …sont alliés le modernisme le plus poussé et les exigences du bon goût et de l’élégance des formes »

Photo Nord Éclair

Photo Nord Éclair

Les anciens immeubles, le long du boulevard cohabitent un moment avec les nouveaux, plus en retrait, avant de disparaître irrémédiablement. Le dernier, le 139 au coin du boulevard de Douai reste beaucoup plus longtemps. On le retrouve sur un cliché de 1980, caché par des affiches publicitaires, mais il finit par être abattu lui aussi.

Documents la voix du Nord 1960 et 1980.

Documents la voix du Nord 1960 et 1980.

Les photos suivantes, prises toutes deux du même endroit, nous poussent à nous demander si, tout en leur conservant leur aspect extérieur, on n’aurait pas pu tenter de rénover les immeubles existants en y installant des appartements dotés de tout le confort moderne …

Photos coll. Vanhove et archives municipales

Photos coll. Vanhove et archives municipales

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *