Une ferme rue du Moulin

L’historien Théodore Leuridan fait mention au 19ème siècle, à la naissance du sentier du petit Beaumont, d’une ferme enserrée entre la rue d’Hem, la rue de Bouvines, et la rue du Moulin, qui faisait partie de la seigneurie de la Masure. Il précise que la ferme était tenue par la famille Vernay, et qu’en 1834, Antoine de Vernay a fait partie des protestataires voulant la séparation administrative entre  Roubaix ville (le centre) et Roubaix campagne (les territoires agricoles situés autour de ce centre).

La cense (plan cadastral de 1845) en situation sur une photo aérienne Géoportail actuelle

Les recensements effectués en 1836 et 1851 font référence à un cultivateur nommé Desvernay Antoine , époux de Ludivine Lauridan  à la tête d’une nombreuse famille comprenant trois fils et six filles. Mais, au fil des années, le quartier se bâtit sur les terres de la ferme qui doit alors cesser son activité. C’est ainsi que le Ravet Anceau de 1875 n’indique plus de cultivateur à cet endroit. Par contre, il fait état en 1886 d’une veuve Devernay, propriétaire au 153 de la rue du Moulin.

A partir de 1895, le numéro au 153 abrite un rentier, mais on trouve trois autres adresses en remontant la rue. Des maisons ont donc remplacé la ferme. De même, les bâtiments le long de la rue d’Hem sont des habitations individuelles à partir du n°1. Le bâtiment de l’ancienne cense a-t-il été démoli ou reconverti en habitations ? En tout cas, le plan cadastral de 1884 le montre partagé en habitations qui en reprennent la forme exacte.

 Document archives municipales

La partie arrière de la ferme constitue six maisons formant l’impasse Devernay, placée perpendiculairement à la rue de Bouvines.  On retrouve cette situation sur cette photo aérienne de 1953 :

Document archives municipales

En  1964,  à la demande de M. Devernay, le propriétaire, on décide de démolir les maisons numéro  1,3,5,7 et 9 rue d’Hem, 157 à 163 rue Jean Moulin, 2,4 et 6 rue de Bouvines, ainsi que les habitations de l’impasse Devernay, ce qui représente toute l’ancienne emprise de la ferme. Ces maisons sont frappées d’interdiction d’habiter en 1967, et les immeubles murés au fur et à mesure du départ des locataires. En 1974, l’autorisation de démolir est donnée et la Société Anonyme Roubaisienne d’Habitations Ouvrières y fait construire 12 logements H.L.M. à la place de ces bâtiments anciens insalubres. Ces logements sont aujourd’hui encore, visibles sur le site. Il est permis de se demander si leur pérennité approchera celle des bâtiments qu’ils auront remplacé…

Document Géoportail – IGN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *