Un centre médico-social

Pendant très longtemps, la préoccupation du suivi sanitaire des enfants a été l’apanage des organismes privés ou des œuvres de charité. On trouve trace dans les documents d’archives, de crèches attachées aux usines. C’est le cas de l’usine Dazin Motte, située boulevard de Fourmies.

1 – Chambre d’allaitement de la filature Étienne Motte au début du siècle – coll. Particulière
2 –  Le foyer du vieillard boulevard de Reims – photo Nord Éclair 1947
 3 – Extrait d’une demande de permis de construire. Entreprise Dazin-Motte 1926 – document Archives municipales

 

Entre les deux guerres, la municipalité se préoccupe de favoriser de meilleures conditions de vie pour les classes laborieuses, et de traiter les problèmes d’hygiène : création du centre aéré et de l’école de plein-air, construction d’écoles claires et aérées, dotées de lavabos nombreux, établissements de bains, dispensaires. Mais aussi, rénovation de l’habitat et résorption des logements insalubres dans de vastes programmes de constructions. On trouve pèle-mêle dans le Ravet-Anceau de 1935, à la rubrique « établissements de bienfaisance » les crèches municipales des rues de Sébastopol et de Tourcoing, le dispensaire anti-tuberculeux de la rue des Longues Haies, et les différents hospices civils.

En 1946, M. Henri Quint, directeur du service d’hygiène et des sports publie un rapport visant la protection sanitaire des femmes enceintes, la protection sociale des futures mamans, la surveillance médico-sociale des enfants, la mise en place de consultations pour les nourrissons,et la création d’un service social de l’enfance. L’année suivante, Nord Éclair recense 12 foyers du vieillards dont un boulevard de Reims et un au Raverdi, alors que le Cavet-Anceau de 1955 indique des centres sanitaires et sociaux rue de Cassel, rue Decrême, au 209 rue Ingres, ainsi que rue Marie Buisine et rue de Tourcoing. Ils sont répartis sur le territoire de Roubaix de manière à desservir tous les quartiers. On recense aussi trois crèches municipales : rue Marie Buisine (quartier du Pile), rue de Tourcoing, et au 211 rue Ingres, au coin de l’avenue Linné.

Le conseil municipal décide en 1956, dans l’esprit du rapport de M. Quint, de développer un programme de constructions dans ce domaine, et, en 1950, on projette de créer un centre sanitaire et social boulevard de Reims à l’angle de la rue Jean-Baptiste Notte, à l’emplacement du château Bossut-Plichon, dénommé plus tard le château Droulers, sur un terrain resté libre après la construction de la Potennerie Blanche. Ce projet n’aboutira pas, et on construira finalement des immeubles sur ce terrain pour reloger les derniers habitants de l’îlot Edouard Anseele.

Mais le projet suit son cours. En 1960, on construit une série de centres sociaux : rue de Cassel à l’emplacement du château Wibaux, boulevard de Metz, rue Decrême, rue Marie Buisine et boulevard de Fourmies, de manière à desservir l’ensemble de la ville en évitant des déplacements inutiles. L’idée est de regrouper les services en ouvrant des centres polyvalents. C’est ainsi que le centre du boulevard de Fourmies doit comprendre des centres médico-scolaire, médico-sportif, de vaccinations, de protection maternelle et infantile, un centre social et de médecine du travail. A cela doit s’ajouter un foyer du vieillard et une crèche. Il sera bâti sur un terrain appartenant à la ville au coin de la rue Charles Fourrier.

Plan archives municipales

L’architecte H. Hache, déjà choisi pour la construction du centre préalablement prévu boulevard de Reims, est associé à P. Dessauvages pour la réalisation. Victor Provo inaugure cette année là un centre de désinfection quai de Gand et pose le même jour la première pierre du centre boulevard de Fourmies et de la crèche de la rue de Cassel. Les travaux de construction s’étendent sur l’année 61, et l’inauguration du centre est faite l’année suivante par Victor Provo, qui prononce son discours dans la nouvelle salle de restaurant du foyer du vieillard.

Le chantier – Photos Nord Éclair et Nord Matin

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *