Magasins rue du Moulin en 1973

Actuellement en pleine mutation, la rue Jean Moulin s’honorait d’être une rue commerçante au même titre que les plus importantes voies roubaisiennes, telles que la rue de l’Epeule, de l’Alma, ou de Lannoy. En avril, les commerçants  organisent leur traditionnelle exposition de printemps, et ils proposent à leur clientèle potentielle une petite promenade devant leurs étalages. Les magasins étaient encore nombreux en 1973.

La rue du Moulin en 1973 (photo NE)

La rue du Moulin en 1973 (photo NE)

Les numéros impairs. Au n°3 la rôtisserie royale Libeer vous propose ses délicieux poulets rôtis, son choix de volailles, lapins et chevreaux. Au n°7, vous trouverez l’optique Basuyaux, et au n°9 le libraire Hequette.

Le Chat Botté 1973 Pub NE

Le Chat Botté 1973 Pub NE

Le textile est au n°17, avec les laines du Chat Botté (Motte-Porisse, filature de laines peignées), et au n°19, avec le Comptoir Textile de Roubaix, laines à tricoter. Au n°33, Renault, qui n’est pas encore installé comme aujourd’hui, propose des véhicules d’occasion, ouvert le dimanche matin. La mode et la confection suivent : au n°53 les établissements Camus et Duhayon, confection pour enfants, au n°57 Mme Dambrin, modes, au n°59 Melle Coffin tricots. Au n°63, le café La Caravelle est tenu par Mme Roth.

Paris Lingerie n°65 (photo NE)

Paris Lingerie n°65 (photo NE)

Une nouvelle série de confection, avec au n°65 Paris Lingerie, prêt-à-porter féminin et layettes, et au n°67, Mme Wilfart, bonneterie, tandis qu’au n°67bis on trouve l’auto école Albin. Au n°73bis le boucher Thomas voisine avec Natalis aun°73ter. Au n°77, il y a le Café Mahboubi, puis au n°79 le libraire Warret, livres d’occasion, et au n°81 l’épicerie des Docks du Nord. Pour les femmes, nous avons au n°83 le Tub confection dames, et au n°91 le salon de coiffure pour dames Hélène, tenu par Mme Jablonski, Puis au n°93-95, les articles de ménage Silbermann, précédent la crémerie Luthun au n°99. Au n°103 le coiffeur Verdière, juste avant la droguerie Smits, au n°105bis, qui offre des rabais de 5 à 20% sur les peintures et de 5 à 10% sur les papiers peints. Pour finir les impairs, au n°109 le marchand de vins Gadeyne, au n°113 la crémerie Galle, et au n°121 le boucher Carette Bruneel.

Magasin Dewulf n°56-58 Pub NE

Magasin Dewulf n°56-58 Pub NE

Pour les numéros pairs, on commence au n°12 avec Art et Beauté, institut capillaire, coiffure dames, traitement et produits sur mesure, Au n°18 il y a l’épicerie Fettah (légumes), et au n°24, La Corbeille aux décors, offre un grand choix de rideaux, voiles tentures, coussins, tapis. Au n°28-30, le bijoutier fabricant Vieille, Au 4e Top, puis au n°34 les meubles de bureau Vanovermeir (marque Matéric). Au n°46 la boulangerie Bammez, juste avant  le Relais du Moulin Au n°48-52, garage automobile appartenant à M. Van Wambeke.  Au n°54, le café Vaille, puis aux n°56-58, le marchand de télévision Dewulf, concessionnaire Philips, service après vente et dépannage toutes marques. Au n°62, le tailleur Delcroix, propose des costumes sur mesure, et des pantalons dames et enfants. Au n°68 on trouve  à l’enseigne « aux sept nains », l’ancienne maison « primerose », bonneterie, layettes, jouets, bazar.

Alimentation générale au n°80 Photo Coll Particulière

Alimentation générale au n°80 Photo Coll Particulière

Au n°80, c’est l’alimentation générale de M. et Mme Desmet Heuls, Au n°100, Pluie de Roses, le fleuriste Willaert Dhaene, et au n°106, les Bois Panneaux à vos dimensions. Au n°108 le Distributeur Station Technique Auto Radio Fontaine, propose des autos radios toutes marques et toute l’électricité automobile. Au n°110 le dépôt Anett, teinturerie dégraissage, puis aux n°114-120, la pharmacie Courdent Playoust. Au n°128, le marchand de journaux Planckaert, au n°130, le cordonnier Rolland, et au n°134, la boulangerie Decottignies. Au n°138, le café tabacs Schifa Elaut, et un peu plus loin, au n°146 Le Grillon, café tenu par M. Haccart. Au n°148 la salle de cours de l’auto école Albin, au n°164, l’épicerie Convelard, Au n°182-184, Régénéon, une société qui s’occupe de la vente de néons pour enseignes.

Le n°134 aujourd'hui Photo Coll Particulière

Le n°134 aujourd’hui Photo Coll Particulière

Tous ces commerces ont aujourd’hui disparu, ils n’ont laissé que quelques traces, ici une vieille enseigne, là  une façade sans vie, et ces publicités dans la presse qui nous ont servi à illustrer cet article.

 

L’usine Ternynck

Photo coll particulière
Photo coll particulière

Cette usine est aussi vieille que le quartier : elle est construite en même temps que le Boulevard de Fourmies qui, partant de la place du travail, s’arrête d’abord à la place de l’Avenir, aujourd’hui place Spriet. On n’y trouve dans le Ravet-Anceau de 1898 que la filature Carlos Masurel, l’estaminet Dubron, et l’usine Ternynck.

Son propriétaire est Henry Ternynck, domicilié 50, rue de la Gare. Il dépose en 1896 une demande de permis de construire. Son Architecte est d’abord M. Lietard, puis Marcel Forest à partir de 1912.Les plans déposés montrent que les bâtiments comprennent, une partie tissage (à gauche lorsqu’on regarde l’usine depuis le boulevard), et une partie filature sur quatre niveaux à droite. L’entrée du Tissage se fait depuis le boulevard, par une grand porte flanquée par la maison du concierge. Elle ouvre sur une cour centrale où se trouve un bâtiment plus petit qui abrite les bureaux.

L'entrée Bd de Fourmies. Doc. archives départementales
L’entrée Bd de Fourmies. Doc. archives départementales

On entre dans la filature par la rue David Dangers ; là se trouve aussi une maison de concierge. Par derrière, le bâtiment de la chaudière. Celle-ci fournit l’énergie nécessaire à une machine à vapeur actionnant les métiers par l’intermédiaire d’arbres et de courroies de transmission. La chaudière est alimentée en eau par un réservoir qui se trouve dans la cour près du mur de la rue David Dangers.

Doc. archives départementales

Doc. archives départementales

En 1929 on ajoute d’un étage au bâtiment des bureaux (bâtiment central). Mais une demande d’extension jusqu’en bordure de la rue Linné est refusé pour cause de l’élargissement et du déplacement prévu du chemin qui deviendra ensuite la rue Charles Fourrier. Dans les années 1942-1943 on assiste à des travaux d’aménagements internes. Les compte-rendus des délibérations municipales de 1951 nous apprennent que la ville, pour aménager le carrefour formé par les rues Charles Fourrier, Horace Vernet, Henri Regnault, et avenue Gustave Delory, demandent à la société Ternynck la cession de 271 m2 de terrains lui appartenant. Sur ce terrain se trouvaient des jardins ouvriers.

Photo IGN 1950

Photo IGN 1950

La société Damart remplace peu après l’ancienne entreprise dans ses locaux. Comment ce transfert s’est-il déroulé ? Quelqu’un sait-il ce que sont devenus les employés de la filature et du tissage : ont-ils été embauchés par Damart ? A vos commentaires !

Un quartier cerné par l’industrie

La liste des entreprises

Le quartier des Longues Haies est pour ainsi dire encerclé par l’industrie depuis la fin du dix neuvième siècle. Au début de la rue Edouard Anseele, il y a Motte Porisse, la filature des Longues Haies et la Manufacture des deux gendarmes. La rue passe ensuite entre l’usine Motte Bossut et la fabrique de couvertures Lemaire et Dillies. Entre la rue Bernard et le boulevard Gambetta se trouvent les usines Toulemonde Destombes et Charles Huet. Puis, après la rue Pierre de Roubaix, il y a la bonneterie Maurice Dillies, et l’usine de pansements Willot. Sur le boulevard de Belfort se situe ensuite l’usine Motte Delescluse plus connue sous le nom de SATAIN, et enfin rue Saint Jean la maison Motte et Marquette. Ce relevé d’entreprises correspond à la situation de la fin des années cinquante.

GENENTREPRISES

Motte-Bossut, la SATAIN, Motte Porisse Coll Méd Rx

Le centre d’apprentissage

Le 11 avril 1958 est inauguré le centre d’apprentissage de la filature des Longues Haies. On y forme des jeunes filles aux métiers de la filature de laine, continus, doubleuses, moulineuses.

apprentissagePhoto Nord Eclair

Typologie des usines

Toute la production s’organise autour de la laine : les filatures de laines peignées, les tissages, les usines de teintures et d’apprêts pour fils et matières, la fabrication de tissus, le pelotonnage de laines, la bonneterie. Les produits sont nombreux : laines à tricoter, linge de table et de maison, couvertures, tissu éponge, tissus de velours d‘ameublement…

pubentreprises

Os à moelle et carré Motte

La grande barre de l’îlot Edouard Anseele, longée par la rue des Filatures, a pour nom de chantier le H 13. Les roubaisiens la surnommeront l’os à moelle à cause de sa forme caractéristique. Elle forme comme un rempart entre la nouvelle cité et les usines du carré Motte, ainsi dénommé car la famille Motte est à l’origine de la plupart des établissements industriels de cette partie du quartier qui se situe entre les rues du Coq Français, St Jean, Jean Moulin et Edouard Anseele.

osetcarrePhoto Nord Eclair

à suivre