Total à Gambetta

En 1962 sont entrepris des travaux de construction sur un terrain libre entouré de murs du boulevard Gambetta, situé au coin de la rue Catrice, aux numéros105 à 113. A cet endroit, les roubaisiens n’avaient jamais connu que de la végétation. Le terrain de la future construction a visiblement été séparé de la partie grand rue par un mur.

Photos IGN

Ce parc dépendait d’une belle maison de maître sise au 102 de la grand rue, construite pour la famille du distillateur Charles Droulers-Prouvost, dont l’entreprise se trouvait située le long du Canal, au quai de Wattrelos.

La distillerie

Cet industriel demande en 1898 à la mairie l’autorisation de construire sur le coin de sa propriété boulevard Gambetta une maison de concierge, ainsi qu’une porte cochère ouvrant sur sa propriété. En 1922, le concierge sera H.Calonne. Cette maison sera respectée par les travaux de construction menés. Elle existe encore aujourd’hui.

La construction qu’on érige sur le terrain est, pour sacrifier à l’époque, une station-service. Elle défendra la marque Total sur le boulevard,jusque là apanage de la concurrence. Le bâtiment comporte un bureau au centre, encadré de deux aires consacrées aux interventions. Un abri en forme de trèfle abrite les pompes et, la place ne manquant pas sur le terrain, on a pu y aménager un parking confortable pour les véhicules en attente et une pelouse autour de l’ancienne maison du concierge.

Photo IGN 1969

En 1968, le gérant est G. Wambeke. L’année suivante, la société lance une campagne de promotion : la station, pavoisée, dont les gérants sont maintenant M. et Mme Augier, offre des cadeaux aux automobilistes clients ; ce sont sans doute les engins de plage qu’on voit disséminés sur la pelouse attenante, alors qu’une ami 6 Citroën est ravitaillée en essence.

Photo Nord Matin

En 1975, une photo nous montre que l’auvent en forme de trèfle a été démonté. Pour quelle raison ? Une autre de 1981 nous présente un autre abri,cette fois de forme rectangulaire.

Photos IGN

La station disparaît sans doute dans la première moitié des années 90, victime, comme beaucoup de la désaffection des automobilistes. La station est aujourd’hui remplacée par un commerce de restauration rapide et le bâtiment repeint. L’abri, lui, a disparu.

Photos Nord Eclair et Google

Les documents proviennent de la médiathèque et des archives municipales. Merci à eux

Mobil à Barbieux

Le 10 Août 1931, Paul Guerret-Bellemare demande un permis de construire pour un poste de distribution de carburant. Ce monsieur est délégué de la Compagnie Industrielle des Pétroles, fondée en 1904 par Louis et Théodore Mante et dont le siège social est à Paris. La compagnie dispose déjà d’un dépôt de carburant à cet endroit, situé au coin de la rue Jean Jaurès et de la rue Louis Pluquet, en un lieu dénommé « Fer à cheval ». Les travaux seront réalisés sous l’autorité de l’architecte de la compagnie, Henri Thirion. L’ensemble disposera d’une fosse de graissage. Pourtant, une photo IGN aérienne de 1933 montre que les travaux n’ont pas encore commencé.

L’absence de photos avant 1947 ne permet pas de dire à quelle date le bâtiment est construit, ni même s’il l’a réellement été ; les Ravet-Anceau de 1936 et 1939 ne font référence qu’au dépôt d’essence de la C.I.P..

Par contre, on découvre sur la photo IGN de 1947 une autre construction : c’est celle qu’on peut encore voir aujourd’hui, et le Ravet-Anceau de 1953 indique Socony Vacuum française (c’est le nouveau nom de la CIP), négociant en essence.

La station comporte un bâtiment à toit plat et une curieuse construction présentant de multiples pignons. En 1954, la société Soconi-Vacuum devient la Mobil Oil. La station change alors d’enseigne.

Une Simca 9, dite « aronde » modèle 54-56 devant la station. Photo collection particulière

De 1958 à 1973, on peut lire dans le Ravet-Anceau Roger Ryckeghem, Mobil Oil Française. On peut encore admirer aujourd’hui le tableau électrique de la station, installé « à l’ancienne » sur une plaque de marbre :

Photos Jpm

Mais en 1975, la station disparaît ; elle va déménager, et l’ancien bâtiment va être vendu. A partir de 1981, le Grill-cafétéria « Le fer à cheval », s’installe à sa place. Ce sympathique restaurant est toujours présent aujourd’hui.

Pourtant, la photo suivante peut faire penser qu’il n’a pas perdu tout contact avec l’automobile :

Photo collection particulière

La station, elle, va donc s’installer un peu plus haut dans la rue, au numéro 72, là où se trouve une grande maison construite en 1921 sur un terrain étendu. Son propriétaire est Norbert Poullet-Masurel, qui habitera la maison jusqu’en 1970. Elle abritera également à partir de 1960 Carlos Masurel-Motte, puis G. Mallard-Masurel. En 1973, la maison, inhabitée, est mise en vente. Monique Pierre Mallard-Masurel et Carlos Masurel autorisent en février 1973 la société Ferret-Savinel à demander un permis de démolir les bâtiments. L’expertise demandée au service d’hygiène fait état d’infiltrations d’eaux pluviales et d’un entretien négligé. Il conclut que la remise en état serait prohibitive. La société a pour projet la construction d’un ensemble résidentiel de 16 appartements et d’une station service. En 1978, les nouvelles constructions sont réalisées.

Roger Ryckeghem, le gérant de l’ancienne station, prend en charge la destinée de la nouvelle. On rencontre cette dernière dans les Ravet-Anceau de 1981 à 1988. Un mini-market, selon la dénomination de l’époque, s’adjoint au service de distribution de carburant. Avec le temps, les « parapluies » protégeant les zones des pompes vont être remplacés par un auvent d’un seul tenant. Mais la station va disparaître, comme la plupart des points de distribution d’essence roubaisien. Les bâtiments, après avoir notamment hébergé une imprimerie, puis un commerce de distribution de produits fermiers, à l’enseigne de « La Ruche qui dit Oui ». hébergent aujourd’hui « Les trésors de Gaspard », une boutique consacrée aux enfants …

Photo Jpm 2018

Les illustrations non légendées proviennent des archives municipales, que nous remercions chaleureusement.

Le Relais Gambetta

Sur une vue du boulevard Gambetta antérieure à 1907 nous remarquons une maison à la basse toiture formant le coin de la rue centrale. Elle possède une porte cochère, et une charrette à bras y stationne. A côté une maison à un étage à trois ouvertures. Le Ravet-Anceau de 1904 indique C. et C. Honoré, mécaniciens, au numéro 100.

Document collection particulière

Document collection particulière

Mais cette activité ne durera guère, car, dès 1906, M. Vermant y tient un commerce de meubles. Il sera suivi en 1910 par M. Vandenbrouck, négociant en charbons, qui cesse son commerce avant 1926.

C’est à cette même adresse qu’apparaît en 1953 une station service dénommée le Relais Gambetta, dont le gérant est R. Corman. C’est l’une des trois premières stations citées à Roubaix dans le Ravet Anceau. Elle comprend la maison basse et sa voisine à étage. Les deux façades seront conservées dans un premier temps en l’état, agrémentées tout de même d’une peinture neuve.

Document archives municipales

Document archives municipales

Mais son aspect change bientôt : on élargit la zone d’accès aux véhicules en perçant une ouverture dans la maison à étage, et on installe un bardage pour unifier et moderniser l’ensemble.

Document médiathèque de Roubaix

Document médiathèque de Roubaix

La station défend les couleurs de la société Shell et aligne fièrement trois pompes manuelles le long du trottoir, de celles qui ne débitaient que par multiples de cinq litres. C’est l’époque où seul le pompiste était autorisé à manoeuvrer bras-levier et tuyau de remplissage. L’intérieur de la station, entièrement carrelé, est ultra-moderne et fonctionnel. Une fosse permet d’effectuer simplement les opérations de graissage, de vidange et d’entretien.

Document collection particulière

Document collection particulière

En 1955 et jusqu’en 1968, le gérant de la SARL du Relais situé aux numéros 96 et 98 est monsieur Vercleven.

Mais c’est l’époque où se réalise le projet de rénovation des îlots insalubres, et l’opération Anseele ne tarde pas à faire disparaître les uns après les autres les constructions situées autour de la station. Une photo aérienne de 1969 nous la montre bien seule sur son coin de rue.

Photo IGN 1969

Photo IGN 1969

Les travaux ne s’arrêtent pas là et c’est au tour de la station de disparaître, alors que les premiers collectifs s’élèvent. Pourtant, le site doit être stratégique pour la compagnie, car on construit une station neuve et plus au goût du jour à quelques mètres de là et sur le même trottoir. Une photo aérienne de 1971 nous montre à droite l’emplacement de l’ancienne station, et la nouvelle en fonction.

Photo IGN 1971

Photo IGN 1971

A la suite de la renumérotation du boulevard due aux multiples démolitions, cette nouvelle station est maintenant située au numéro 44. Présente jusqu’en 1986, elle ferme l’année suivante pour servir de parking sauvage pendant plusieurs années. Elle est finalement démolie entre 1995 et 2000, et l’on plante une pelouse sur son emplacement. Actuellement, c’est un restaurant qu’on trouve à cet endroit.

Photo Google 2016 et document Nord Matin 1965

Photo Google 2016 et document Nord Matin 1965

Shell aux Hauts Champs

Au milieu des années 70 s’installe avenue Motte, dans l’alignement de la rue Jean Macé, une station service à l’enseigne de Shell. Une photo aérienne de 1976 nous la montre près du bloc HBM numéro 1 et de l’église Sainte Bernadette, qui ne tarderont pas à disparaître l’un comme l’autre.

aerienne 1976Document IGN 1976

 Les installations sont simples : des quais desservant cinq blocs de pompes et protégés par un toit, un bureau placé perpendiculairement, un atelier comportant un pont élévateur, et, attenant à celui-ci, un équipement de lavage automatique à brosse rotative. Cette aire de lavage est desservie par un passage contournant le bureau, qui mène le client, par trois virages successifs à angle droit, jusqu’à la brosse. Le chauffeur devait alors descendre pendant le lavage : Il pouvait suivre l’opération depuis le modeste parking de l’établissement. Un mat, placé le long du trottoir de l’avenue, arborait le coquillage Shell et affichait le prix des carburants.

78-1-96dpiPhoto Lucien Delvarre 1978

 On trouve le nom du gérant dans le Ravet-Anceau de 1987, qui mentionne « station Shell Gaillard ».  L’année 1990 voit des travaux importants s’effectuer sur la station. Quelle est la nature exacte de ces travaux ? En tout cas, on ne lésine pas sur le matériel employé !

LucienDelvarre-1990-96dpi Photos Lucien Delvarre

 Mais la station, victime comme beaucoup de la concurrence des grandes surfaces, doit finalement fermer ses portes et Speedy s’installe à sa place. Cette société, après avoir supprimé les pompes, a remplacé l’ancien bureau par un bâtiment plus grand qui lui permet d’assurer ses interventions sur les voitures qu’on lui confie.

Speedy-96dpiDocument coll. particulière