La rue de Carihem

Cette rue emprunte une partie du tracé de l’ancien chemin vicinal n°15 reliant le hameau des Trois Ponts et le village de Leers entre le passage à niveau n°157 sur la voie de chemin de fer de Somain à Menin de la compagnie du Nord-Est et la rue de Leers (chemin d’intérêt commun n° 142).

Plan de 1886 – Document archives municipales

A la fin du dix neuvième siècle, la rue est pavée, bordée de fossés et traverse les champs. Elle n’est pas encore éclairée : M. Pennel, maraîcher au hameau de Carihem réclame la pose de quelques lanternes à pétrole et la réparation de la chaussée. Il n’y a alors le long de la rue que deux constructions : une ancienne ferme placée juste après le passage à niveau, et un estaminet tenu par M. Pottier en 1891 (cet estaminet porte le numéro 160 en 1933). La ferme est au nom de Jean Louis Fremaux-Lorthioir, habitant de la rue de Vaucanson en 1875, qui a repris la ferme Fremaux rue des Trois Ponts en 1880. Il s’installe finalement en 1885 dans la ferme de la rue de Carihem près du chemin de fer, qu’il rachète à Fidéline Sophie Bonte, épouse de Joseph Moulin. Il l’occupe quelques années, puis en juin 1895, il demande l’autorisation de construire quatre maisons sur l’emplacement de la ferme, face à la voie ferrée et « sur le vieux pignon face à la rue de Carihem ». Ces maisons existent encore aujourd’hui.

Le plan des maisons. A droite l’emprise de l’ancienne ferme – document archives municipales

En 1910, il figure donc dans le Ravet Anceau non plus comme cultivateur, mais comme rentier. En 1914 on retrouve à la même adresse le nom de Fremaux-Duleu, un fils du rentier, sans doute…

Malgré le peu d’habitations desservies, l’état de la rue préoccupe la municipalité, et en 1899, le directeur du service de la voirie estime nécessaire de fixer l’alignement et le nivellement en prévoyant une largeur de 12 mètres. Quelques maisons sont à frapper d’alignement, mais elles « sont dans un état de délabrement tel qu’il n’y a pas lieu… de tenir compte de leur existence ». Un certain nombre de terrains sont à racheter aux riverains pour assurer les alignements.

La rue se construit peu à peu, mais un plan des futurs travaux datant de 1905 ne montre, hormis les maisons précédentes, que quelques bâtiments près de la rue de Leers, une ferme au coin de la rue Boucicaut, une rangée de maisons près de la voie de chemin de fer et une construction au passage à niveau (sans doute une maison de garde-barrière). L’année 1909 voit la construction du stand de tir, qui va apporter un peu d’animation à cette rue campagnarde.

Document Journal de Roubaix

On projette la construction d’un aqueduc, mais la réalisation des travaux est retardée : en 1926, M. Neirynck, propriétaire au n°30 se plaint de fuites au conduit placé sous la chaussée, car les eaux des fossés  ont envahi sa cave . En 1930 l’aqueduc n’est toujours pas réalisé, et le service de la voirie déclare sa construction urgente. En 1932, les riverains ayant volontairement comblé les fossés, le service de la voirie propose de curer ces mêmes fossés et de réparer le pavage de la rue. On poursuit les reprises d’alignements et les achats de terrains jusqu’à la deuxième guerre. Quelques autres immeubles sont construits, sans que la rue perde pour autant son caractère calme et champêtre. Peu de transformations donc, il faudra attendre les années 50 pour que son aspect change considérablement, accompagnant le développement du quartier…

Le passage à niveau, quelques maisons et le stand de tir en 1953 – document archives municipales

Le stand de tir du Carihem

Créée en 1860, la société du Tir National déménage ses cibles du lieu-dit des Puits (futur Parc de Barbieux) à la rue Ma Campagne, puis de la rue Ampère au n°311 de la Grand Rue. La pratique du tir se développe à Roubaix après la chute du second empire, et garde de nombreux adeptes jusqu’après la seconde guerre mondiale. Preuve en est l’organisation à Roubaix de la dixième fête annuelle du Tir Français, dont le Tir National Roubaisien se fait le promoteur. Pour cette occasion, un stand moderne est créé au lieu dit des Trois Ponts. Les nouvelles installations ont coûté plus de 150.000 francs et la subvention municipale s’est élevée à 110.000 francs. Son architecte est roubaisien, il s’agit d’Albert Bouvy. L’inauguration du stand de tir du Carihem aux Trois Ponts est placée sous le haut patronage de M. Fallières, Président de la République, et se déroule le dimanche 20 mars 1910. Le concours national remportera un grand succès.

Le stand à la date de son inauguration Collection Particulière

Le stand

Le stand est composé d’un vaste hall de 50 mètres sur 10, divisé dans sa longueur en pas de tir, avec un promenoir en arrière. Une salle d’honneur et des locaux d’administration complètent l’ensemble. Le jardin qui précède les constructions est l’œuvre du mécène Pierre Destombes. Un concours national exige un nombre important de cibles diverses : elles sont au nombre de 135, ce qui à l’époque constitue un record du nombre dans les concours nationaux. Roubaix se retrouve donc dotée d’un stand de tir moderne géré par une société particulière à l’orée de son territoire.

Préparation militaire et vue aérienne

Concours de tir et préparation militaire

Remis en état après les dégâts occasionnés par la seconde guerre, le stand de tir partage ses activités entre la pratique sportive du tir et l’instruction militaire sous toutes ses formes. Le 43 RI vient ainsi régulièrement s’y entraîner dans les années cinquante. Beaucoup de jeunes gens viennent y effectuer leur préparation militaire avant d’être incorporés. Des concours de tir y sont régulièrement organisés, de niveau local et régional.

Démolition

Bien que plusieurs fois rénové, le stand ne présente plus les garanties de sécurité de ce genre d’installation. Des demandes de subvention ont été faites, il a même été proposé d’inclure les installations de tir dans les équipements sportifs municipaux. Toutes ces démarches seront vaines. Le stand des Trois Ponts sera démoli en 1964.

Photos Collection Médiathèque, Archives Municipales et Nord Éclair