La résidence Roger Salengro

Le samedi 6 mars 1965 a été inaugurée la résidence Salengro, au n°2 de l’avenue du même nom, un nouvel immeuble de cinq étages, en présence de M. Michel Petipré PDG de la société CPN (Construction Promotion du Nord) et du maire de Roubaix Victor Provo. Sur cet emplacement se trouvait auparavant, selon le Ravet Anceau, les chantiers de la société Waquier Frères et Cie, entreprise de terrassement et pavage. On annonce qu’une partie des appartements sera réservée à des propriétaires à partir de juillet. A ce moment, un seul immeuble est construit, un deuxième va suivre, d’ici quelques mois. La configuration de cette résidence est la suivante : cinq étages, 68 appartements, des studios spacieux aux logements à quatre pièces. On procède à la présentation d’un appartement témoin.

Vue aérienne Google Maps

Vue aérienne Google Maps

Après l’entrée, à gauche du hall, se trouve une salle de séjour de grand standing, avec aux fenêtres des rideaux de tergal et des tentures. Il y a de la moquette dans les deux chambres. Le mobilier est en teck. Un petit salon intime est réservé aux soirées télévisées,  la résidence dispose de chaînes collectives. Le couloir ou dégagement, présente un placard à grand volume de rangement. Viennent ensuite les commodités et la salle de bains avec une grande baignoire encastrée, et des lavabos. La porte de cette salle de bains est munie d’un verrou libre/occupé.

Les entreprises associées Pub Nord Matin

Les entreprises associées Pub Nord Matin

La cuisine dispose des dernières innovations : un buffet comportant une table escamotable, un réfrigérateur Kelvinator près de la fenêtre, la gazinière près d’un évier en inox surmonté d’un robinet mélangeur à bec orientable. Sous l’évier, une armoire, et à côté une armoire sèche-linge électrique pouvant contenir cinq kilos de lessive. Sans oublier le vide-ordure automatique.

Les entreprises associées Pub Nord Matin

Les entreprises associées Pub Nord Matin

L’installation électrique n’utilise que des canalisations sous tubes d’acier émaillés encastrés. Pour le chauffage, l’installation comporte trois chaudières à mazout, il fera 20° à l’intérieur quand il fera -9° à l’extérieur. Le chauffage fournit également l’eau chaude avec une réserve de 4000 litres pour les deux immeubles. La menuiserie est en bois d’Oukoumé. Les appartements sont livrés peints et tapissés, les garages sont équipés de portes flip, sonnerie et boite aux lettres sont également prévus.

Les entreprises associées Pub Nord Matin

Les entreprises associées Pub Nord Matin

La situation de cette résidence est privilégiée, à la sortie de l’immeuble se trouve un arrêt d’autobus ELRT d’une ligne menant au centre-ville. La rue de Lannoy, l’une des plus commerçantes de Roubaix, est là toute proche. Un peu plus loin, à moins de 200 mètres, se trouve un supermarché, sans doute Auchan de l’avenue Motte. Le lycée de garçons est tout proche ainsi que le parc des sports.

La résidence vue de l'avenue Google Maps

La résidence vue de l’avenue Google Maps

Lors de l’inauguration, le maire de Roubaix félicita le promoteur et souligna les efforts de l’initiative privée qui viennent renforcer ceux de l’administration municipale en matière de construction.

Le promoteur Pub Nord Matin

Le promoteur Pub Nord Matin

 

La Filature de Maufait

Au début des années 1910 on projette de créer un boulevard Industriel comprenant une voie ferrée centrale entre la gare de Roubaix-Wattrelos, dite gare du Pile, et une autre gare, dite de débord qui se situerait au confluent des avenues Motte et Delory, dans le quartier des petites haies.

Pour cela, il s’agit de prolonger l’avenue Motte, qui s’arrête alors rue de Lannoy, à travers une zone constituée des terres des anciennes fermes de l’Espierre et de Maufait, récemment acquises par les hospices de Roubaix. La première guerre mondiale stoppe ce projet, qui doit attendre le milieu des années 20 pour se concrétiser.

Sans attendre la réalisation effective du boulevard, des industriels, et en particulier Auguste Cavrois, s’installent sur cette zone. Celui-ci fait construire dans l’immédiat après-guerre une filature qui prend la dénomination de « Filature de Maufait » le long du futur tracé du boulevard. On voit sur le plan que le terrain à gauche est au nom de Cavrois, qui ouvrira là une dizaine d’année plus tard la filature Cavrois et Fils. A droite, le terrain est la propriété des hospices.

Plan de 1926 – document archives municipales

Cette usine sera plusieurs fois agrandie et modifiée tout au long de son existence. Dès 1919, M. Bonte fait une demande pour la construction d’une cabine de distribution électrique au coin du chemin menant à l’usine, sur l’emplacement de jardins ouvriers. En 1930 la société fait deux autres demandes concernant l’agrandissement de deux nefs du magasin

Document archives municipales

 Cette même année, l’entreprise demande l’autorisation de construire une rangée de 10 maisons ouvrières sur le type E3 de la maison Roubaisienne le long de l’avenue, devant la filature. Seront-elles réservées aux employés de la filature ? Ces maisons bordent encore l’avenue Roger Salengro aujourd’hui.

Plan archives municipales – Photo Jpm

 D’autres travaux modernisent les locaux : la reconstruction d’une tour réfrigérante au même endroit que l’ancienne en 1936, la construction d’un monte-charge en 1939, et l’agrandissement d’un atelier en 1947. Par ailleurs, la dénomination de la société change au fil du temps : Le Ravet-Anceau fait, au départ, état de la dénomination « Filature de Maufait, laines peignées » au 105 Boulevard Industriel. Dès 1932 un changement de numérotation fait passer l’adresse au 137, puis 139 en 1935. En 1939 la société devient « Etablissements Bonte et Cie », puis en 1953 « Filature de Beaurepaire, Etablissements Bonte et Cie ». En 1959 l’intitulé redevient « Etablissements Bonte et Cie (Filature de Maufait) ».

L’entreprise n’échappe pas à la crise du textile, et notre filature finit par disparaître du Ravet-Anceau en 1984. Les bâtiments survivent quelque temps à l’entreprise : une photo aérienne de 1988 nous montre l’usine en place. Elle sera pourtant remplacée par un lotissement bâti autour de la rue Henri Delvarre.

Le site de la filature en 1964 et de nos jours – photos IGN

 

Charbons et automobiles

En 1932, les travaux de construction du pont supérieur entraînent l’expropriation de M. Raux, négociant en matériaux, au 289 boulevard de Beaurepaire, après le passage à niveau. Il va alors s’installer sur le boulevard Industriel près du passage à niveau du Carihem, et dépose une demande pour la construction d’un mur de clôture et pour la construction d’un magasin, au n° 171. Deux ans plus tard, Edouard Raux fait bâtir une maison d’habitation sur la partie du terrain situé en bordure du boulevard industriel. L’architecte choisi par le propriétaire est René Dupire. On peut toujours voir cette maison de nos jours, de même que le mur de clôture.

Document Archives municipales – photo collection particulière

M. Raux apparaît en 1935 dans le Ravet Anceau, sous la rubrique « matériaux de construction ». Au début des années 50, il devient négociant en charbons. En 1959 apparaît, en plus de la mention des charbons Raux, la raison sociale SAVCA, combustibles liquides et gazeux. Les photos aériennes de 1953 nous montrent l’existence d’un embranchement particulier sur la voie ferrée centrale de l’avenue Salengro, permettant aux wagons de décharger directement dans la cour de l’entreprise. L’aiguillage d’accès était placé au niveau de l’actuelle avenue de Verdun ; c’est le seul embranchement sur cette voie. On distingue nettement les différents tas de charbons, et en haut de la photo, plusieurs tombereaux SNCF qui viennent d’être déchargés,  et un tronçon de la voie qui suivait l’axe de l’avenue Roger Salengro.

Photo archives municipales

En 1970, l’entreprise se diversifie : parallèlement à la SAVCA, apparaît à la même adresse la société nouvelle de carrosserie automobile. En revanche, il n’est plus fait mention de commerce de charbons. L’entreprise a disparu en 1974,  M. Raux a sans doute pris une retraite bien méritée…

Le Ravet Anceau de 1979 mentionne les Établissements Ponthieux automobiles, concessionnaires Ford au 209, et J. Leys au 227. La photo aérienne nous montre qu’une partie du terrain a été distrait de l’ensemble pour y construire des maisons, et que les voitures ont désormais remplacé les tas de charbon !

Photos IGN et La Voix du Nord

Le Ravet Anceau de 1987  indique toujours le garage Ponthieux, concessionnaire Ford, mais bientôt l’affaire est vendue à M. Rogier qui installe avenue Roger Salengro le garage Valauto sous la marque Volkswagen-Audi. Ce garage était précédemment installé au coin de l’avenue Motte et de la rue Jean-Jacques Rousseau, près de l’Usine sous l’enseigne MBBM, et son propriétaire était alors M. Mandron. Le départ du garage permettant à l’Usine de s’étendre – juste retour des choses – sur un terrain qui faisait partie, à l’origine, de l’usine de velours Motte-Bossut.

Photo collection particulière – Au fond l’ancien magasin de M. Raux