La vérité sur la Basse Masure

Des articles parus il y a quelque temps laissaient entendre que le café de la Basse Masure existait encore, et qu’il s’était transformé en boucherie. Il n’en est rien. Nous allons en faire la preuve, après un bref rappel des faits.

Le café de la Basse Masure en 1924 Photo JdRx

Le café de la Basse Masure en 1924 Photo JdRx

Le café de la Basse Masure était situé le long du chemin vers Mouscron au siècle avant dernier. Ses murs étaient recouverts de plâtre, et elle était déjà habitée en 1817 par une famille de 17 enfants ! Une « cantine » fut bientôt ouverte, où l’on vendait de l’épicerie et des alcools divers. Puis l’épicerie buvette devint un vrai café, qui fut une halte obligée pour les gens qui allaient de la Fosse aux Chênes vers Mouscron. Le café eut sa célébrité, en la personne de « Cho de l’Basse » François Fauvarque, son tenancier, lequel alliait bonne humeur et parties de boules mémorables. Le café se trouvait souvent sur le parcours des sorties carnavalesques et des cortèges ludiques. C’était un autre temps, sans voitures et sans télé.

Le café à l'orée des années soixante Photo NE

Le café à l’orée des années soixante Photo NE

L’urbanisation rattrape bientôt le café, et la Basse Masure devient un quartier, un genre de cité très animée. La maison tenait bon, elle restait le siège de tournois de boules, et s’associait régulièrement aux fêtes annuelles du Cul de four et de la Basse Masure.  Le café de la Basse Masure a-t-il survécu ? A-t-il été transformé ? Un témoignage de l’ancienne bouchère de la rue des Récollets, dont le magasin est cité comme étant l’ancien café, vient démentir cette assertion. En effet, sa boucherie a toujours été recensée dans la rue des Récollets, au n° 36 en 1929, alors que l’estaminet a longtemps été au n°70 de la rue de la Basse Masure. Le café n’existe plus en 1973, alors que la boucherie existe toujours vaillamment au n°36 de la rue des Récollets. A-t-il été démoli comme le café de la planche trouée dans le quartier des longues haies ? La réponse est affirmative, la démolition a été effectuée à la fin de l’année 1961, alors qu’il n’était plus qu’une ruine. Alors pourquoi cette erreur ? Les photos que nous a aimablement confiées Mme Gauquie nous renseignent sur ce qui s’est passé.

La boucherie de la rue des Récollets en 1973 Coll. Privée

La boucherie de la rue des Récollets en 1973 Coll. Privée

Sur cette photo de 1973, on voit très nettement l’emplacement de l’ancien café, qu’occupe un parking de voitures garées en épi. La boucherie apparaît comme la dernière maison de la rue des Récollets, au n°36.

La boucherie Gauquie en 1979 Coll Privée

La boucherie Gauquie en 1979 Coll Privée

En 1979, M et Mme Gauquie, voulant profiter d’un éclairage supplémentaire pour leur magasin, firent procéder à des travaux. Ainsi la boucherie eut une ouverture sur la rue de la basse masure, ce qui a pu faire croire qu’elle en constituait l’angle.

Merci à Mme Gauquié de nous avoir expliqué l’évolution de ce bout de quartier, photos à l’appui.

Autres sources : le Journal de Roubaix , Nord Éclair, annuaires Ravet Anceau

 

Centenaire de l’église Saint François

En juin 1960, l’église Saint François va célébrer le centenaire de sa construction. Au milieu du dix neuvième siècle, Roubaix s’agrandit et la population augmente. Il n’y a que deux églises à cette époque Saint Martin et Notre Dame. De plus, il y a beaucoup d’ouvriers flamands. On décide alors de faire appel aux franciscains pour le service des prêtres flamands. C’est à eux qu’on doit le nom du quartier qui se construit alors : St Joseph, dont une rue garde le souvenir, qui mène au parvis de l’église. Ces prêtres franciscains étaient des Récollets, et ils vinrent tout d’abord s’installer dans une maison de la rue du Collège, puis rue Saint Antoine, près de l’ancien carmel.

De généreux paroissiens, parmi lesquels la famille Dujardin, offrent un grand terrain situé en plein champ à la basse masure. Le 21 novembre 1857, la première brique du couvent Saint Joseph est posée. Le 15 mai 1859, c’est au tour de la première pierre de la chapelle du couvent. Ce sanctuaire est l’œuvre de l’architecte Dewarlez, et il fait 50 mètres de long sur 21 de large. Le 23 juin 1860, la nouvelle chapelle est bénite.

L'église Saint François, ex chapelle des Récollets Photos Nord Eclair

L’église Saint François, ex chapelle des Récollets Photos Nord Éclair

Une première injonction de quitter les lieux est faite aux Récollets en 1880, les frères franciscains étant belges sont frappés d’un arrêté d’expulsion.  Les portes de l’église sont ré ouvertes en 1896. Puis la loi sur les congrégations religieuses de 1903 force les religieux à quitter les lieux. Après avoir servi de dépôt de pain, de logements, d’école d’apprentissage, l’église reprend ses activités cultuelles en 1919. La même année, intervient la création de la paroisse qui englobe les quartiers du cul de four et de la basse masure, et on donne à l’église des pères le nom de Saint François, fondateur de l’ordre franciscain.

Notre Dame d'Assistance et les petits pages Photo Nord Eclair

Notre Dame d’Assistance et les petits pages Photo Nord Éclair

Les cérémonies du centenaire donnent lieu à diverses manifestations : le 9 juin une conférence par le R.P. Pol de Léon Albaret à la maison paroissiale de la rue Richard Lenoir, le 14 juin au Colisée, gala en l’honneur de Saint François d’Assise par « Jeunesse et famille », le 19 juin à 10 h 30 en l’église Saint François, cérémonie d’actions de grâce, sous la présidence de Son Eminence le Cardinal Liénart. Il est accueilli à dix heures rue Philippe Lebon, au domicile de M. Jules Georges Duquesne, adjoint au maire. Une procession conduit ensuite le chef du diocèse jusqu’à l’église dont le fronton est orné des armoiries épiscopales et de l’inscription 1860-1960. En tête de la procession, le groupe des enfants de chœur, les communiants et communiantes de l’année, la communauté des Pères franciscains de Roubaix, une délégation des Pères de la province de Paris, de Belgique.

Les Pères Franciscains en tête de la procession Photo Nord Eclair

Les Pères Franciscains en tête de la procession Photo Nord Éclair

Le cardinal est accompagné de Mgr Prévost, vicaire général. Il est accueilli sous le porche de l’église par le curé Vincent Guegen et le gardien du couvent Alexis Castro. A l’entrée dans l’église, les grandes orgues tenues par M. Paul Carrière. La messe sera célébrée par le TRP Gustave Boulez, ministre provincial. La chorale paroissiale et la maitrise des Frères du couvent de Mons en Baroeul exécutent le Missa Festiva. Le RP Alexis Castro donne ensuite lecture en chaire d’une lettre du Père Général des Franciscains à la communauté de Roubaix, ainsi que d’un télégramme du Vatican. A son tour le cardinal prend la parole. Il dit notamment : nous devons faire de nos paroisses des communautés chrétiennes ouvertes aux autres et accueillantes.

Le Cardinal Liénart à Saint François Photo Nord Eclair

Le Cardinal Liénart à Saint François Photo Nord Éclair

Après la messe, le cardinal donne à l’assistance sa bénédiction et regagne la sortie en procession. L’après midi fut récréatif, les Canterelles d’Anne Marie Debatte exécutent musiques et danses, puis les frères du noviciat de Mons interprètent avec finesse et esprit plusieurs chœurs.

 

 

 

Présentation du Cul de four

Le quartier du Cul de four se constitue progressivement dans la seconde partie du dix neuvième siècle. On se rendait autrefois à Tourcoing par un chemin qui démarrait à la Place de la Fosse aux Chênes et serpentait par la campagne. Cette première voie constituera plus tard le tracé des rues Saint Joseph, Turgot et Cadeau, avant que la rue de Tourcoing ne soit ouverte entre 1835 et 1836. Cette ouverture va favoriser l’industrialisation du quartier le long de son tracé : les noms des rues Duflot et Jacquard en attestent, la première du nom d’un industriel qui fut installé là, la seconde du nom de l’inventeur du métier à tisser.

stfrançois copieL’église des Récollets Collection particulière

En octobre 1857, les Frères Récollets arrivent à Roubaix, venant de Gand, pour exercer leur ministère auprès de leurs compatriotes flamands, que l’expansion de l’industrie textile a attirés à Roubaix. Le 21 novembre 1857, est posée la première pierre du Couvent Saint Joseph, et le 15 mai 1859 démarre la construction de la Chapelle du Couvent, future église Saint François d’Assise, conçue par l’architecte Dewarlez. L’église est bénie le 23 juin 1860. Entre-temps, c’est un quartier tout entier qui se bâtit, auquel on donnera le nom de Saint Joseph. Il est à l’époque entouré au nord par le sentier de la basse masure, à l’est par le sentier de l’Ommelet à la Basse Masure, au sud par le chemin des Sept Ponts, et à l’ouest par l’ancien chemin de Tourcoing, autrefois nommé rue du Cul de Four (aujourd’hui rue Turgot et deuxième partie de la rue St Joseph). On prévoit d’ouvrir des rues, dont la rue de Flandre et la rue St Joseph, ouvertes en 1857. Puis on réalise la rue Daubenton qui sera réalisée en trois étapes de 1860 à 1875 jusqu’à sa jonction avec la rue de Constantine.

gandLe canal de Roubaix Quais d’Anvers et de Gand Photo Nord Eclair

Entretemps la réalisation du nouveau tracé du canal dans les années 1870 renforcera l’activité du quartier par le nord : ainsi le quai de Gand dénommé en 1867 accueillera les magasins de stockage des charbonniers ou des entrepreneurs, et des transporteurs (voituriers-camionneurs.  De grandes structures métalliques apparaissent, grues mobiles, appareils électriques de déchargement pour le coke, appareils fixes de déchargement des charbons, portiques pour le déchargement des matériaux. Le quartier est ainsi délimité dans sa configuration actuelle depuis le début du vingtième siècle. De nouvelles rues apparaissent dans les années 1880, Iéna, Wagram, Marengo, Meyerbeer où s’installent des activités diverses : une brasserie, une école de natation, remplacée par une usine d’incinération, et aujourd’hui par une grande surface commerciale.

meyerbeerBrasserie de l’Union Roubaix Tourcoing rue Meyerbeer Photo Collection particulière

La rue Turgot et la rue de Flandre assuraient la circulation du nord vers le sud dans le quartier, mais il faut attendre les années 1890 à 1900 pour joindre la rue de Tourcoing au boulevard de Metz. La rue Voltaire et la rue Rollin, assureront cette jonction. La rue Olivier de Serres viabilisée en 1884 établit la jonction entre la rue Voltaire et la rue Daubenton, alors qu’une école s’y est installée depuis quelques années. La place du Progrès est créée en 1896, et c’est l’aboutissement de la structuration du quartier engagée depuis 1890 qui comprend l’appropriation de l’ancien fort Bayart en rue (1891) et la création des rues Grétry et Labruyère (1891).

olivdeserÉcole rue Olivier de Serres Photo PhW

Nombre de rues et d’activités ont depuis disparu de ce quartier autrefois très animé. Que s’est-il passé ? Quelles sont les traces de ce passé ? Comment se présente l’évolution du quartier ? C’est à partir des souvenirs de l’après seconde guerre mondiale que l’atelier mémoire du Cul de four se propose de restituer la mémoire du quartier, selon l’adage bien connu : c’est avec l’éclairage du passé que l’on comprend le présent et que l’on prépare l’avenir !