Encore des lotissements

Au pont rouge, la première tranche de construction est vite suivie d’une autre, dite « Pont rouge II » intéressant 158 logements. Une photo aérienne de 1953 nous montre les nouvelles constructions, autour de celles, surlignées, de la première tranche. Les journaux se font l’écho de cette vague de constructions.

Document archives municipales 1953 et Nord Eclair 1956

Document archives municipales 1953 et Nord Eclair 1956

Ces nouvelles maisons sont de plusieurs types. Les premières, maisons individuelles situées le long et au delà de la rue de Maufait, ainsi que rue Schuman autour de son carrefour avec la rue de Maufait, sont toujours à le toit pointu, mais les fenêtres sont plus nombreuses et plus importantes que celles de la première tranche. La plupart sont à briques apparentes, mais certaines sont crépies. L’entrée est en renfoncement, abritée dans l’angle de la construction, et la façade comporte trois fenêtres groupées.

Maisons du premier type - Photo Delbecq – archives municipales

Maisons du premier type – Photo Delbecq – archives municipales

Mais on voit également sur les photos aériennes de 1953 d’autres groupes d’autres maisons en cours de construction le long de la rue Schuman, en face des collectifs de la première tranche : si celles-ci ont encore le toit pointu, il l’est notablement moins. Une vaste baie constituée de trois parties en façade, mais les fenêtres de l’étage ne forment plus des chiens-assis, et sont abritées par le débordement du toit.

Maisons du deuxième type Photos Jpm

Maisons du deuxième type Photos Jpm

On rencontre également un troisième type de maisons, qui ressemblent un peu aux précédentes avec leur toit débordant, mais en diffèrent par certains côtés : les petits carreaux percés dans une zone cimentée pour éclairer les Wc, et la disposition intérieure. Par contre, on reste avec des parements en brique et des fenêtres au rez de chaussée en trois parties.

Troisième type de maisons – photo Jpm

Troisième type de maisons – photo Jpm

On construit également un autre type de maisons groupés en deux blocs au coin des rues Léon Blum et Schuman. Elles ont aussi le toit plat et débordant, mais elles sont réalisées en béton. On retrouve les fenêtres du rez de chaussée en trois parties. Un des deux blocs, celui situé sur la rue Schuman a été démoli il y a quelques années et remplacées par des constructions neuves ; l’autre a été réhabilité.

Le type en ciment – photo Jpm

Le type en ciment – photo Jpm

 On construit également des collectifs implantées le long et face à la rue Léon Blum, alors à peine tracée. Ils disposent de balcons et restent de taille humaine pour ceux situés rue Léon Blum. La barre sur la rue Schuman est plus importante ; elle possède un balcon sur toute la longueur du dernier étage.

Les collectifs lors de leur construction – Photos Shettle – archives municipales, et Jpm

Les collectifs lors de leur construction – Photos Shettle – archives municipales, et Jpm

 Une photo de 1957 nous montre les constructions achevées dans le quartier : des blocs collectifs (surlignés), et plusieurs ensembles de maisons individuelles le long des rues Léon Blum et Robert Schuman. On y voit réalisé l’ensemble des trois programmes pour le Pont rouge.

Photo IGN - 1957

Photo IGN – 1957

Mais d’autres réalisations sont encore à venir. On projette encore en 1957 la construction de collectifs à la limite de Lys les Lannoy, derrière le parc des sports, sur une zone encore agricole. De même Nord Eclair fait état en 1956 d’un projet de l’évêché pour la construction d’une église à l’extrémité de la rue Yolande… On construit également le groupe scolaire du Pont rouge, rue Julien Lagache, près de la ferme Lebrun. Son architecte en est Pierre Neveux. Il comportera 16 classes, dont 10 primaires.

Le premier bloc collectif, celui situé le long Salengro disparaît en 1992 : Il est démoli pour cause d’instabilité dû à un terrain trop meuble. On trouve aujourd’hui une pelouse sur son emplacement.

Photo Google Maps

Photo Google Maps

 

Il est à noter que le quartier ne comporte pas de commerces : on n’y a construit que des logements. Autre remarque : toutes ces constructions – en brique- semblent avoir traversé le temps sans dommage apparent, à la différence de certains lotissements ou collectifs plus récents, mais construits différemment. On peut également constater que les options d’origine prises par le CIL, construire une « cité jardin », étaient justes : le quartier reste calme, aéré et agréable.

 

La ferme de Maufait

Située près du chemin de Lannoy, cette ferme était « Une des censes le plus considérables du pays » selon Th. Leuridan. Elle appartenait à l’origine aux seigneurs de Roubaix. Comme toutes les grosses fermes anciennes de Roubaix, elle est entourée d’un fossé. Celui-ci est alimenté par un ruisseau – le courant de Maufait – venant des Hauts champs et se jetant dans l’Espierre après avoir traversé le hameau des trois ponts. Ses vastes bâtiments enserrent une cour centrale. La cense est reliée par un chemin rectiligne qui se détache perpendiculairement de la rue de Lannoy. Les membres de la famille Lezaire l’exploitent au 17ème siècle. Elle appartient, au siècle suivant, à la famille Delcourt, dont on retrouve un représentant en la personne de Jean Baptiste Delcourt, né en 1761, époux de Marie Catherine Chombart, et qui exploite la ferme en 1820 avec ses cinq enfants et dix domestiques. Il en faut des bras pour un tel domaine !

1899-96dpi

 

Le censier est signataire en 1830 de la pétition qui dénonce les différences de traitement entre les habitants du bourg et les fermiers des alentours, opposant Roubaix-ville et Roubaix campagne. On retrouve les Delcourt jusqu’au recensement de 1851 : Cette année là, le fils de Jean Baptiste, Théodore, tient la ferme, dont le propriétaire est alors un Bridé de la Grandville. Gustave Eugène de Gennes héritera ensuite du domaine, représentant alors 49 hectares, qu’il revendra en 1867 à Joseph Vincent Leconte-Baillon.

Les héritiers Leconte-Baillon constituent en 1900 une société chargée de vendre la propriété, exploitée depuis 1869 par Alexis-Joseph Pollet, né à Sainghin en Mélantois en 1820, époux de Marie Desquiens, moyennant un fermage de 8000 francs par an. La propriété est alors reprise par la ville qui accumule alors les terrains dans le quartier pour y réaliser des équipements collectifs, tel l’hôpital de la Fraternité. Elle rachètera également les terres de la ferme de l’Espierre, située non loin de là. Alexis Pollet va exploiter la ferme jusqu’en 1895, et décédera un an plus tard à Hem, où son fils Joseph Désiré a repris une ferme.

Un descendant des anciens censiers, M. Denis Lezaire, brasseur à Loos, a fait prendre par le photographe M. Brulois une série de clichés de la ferme.

 

 

Maufait-96dpi

Le Journal de Roubaix, dans un article de 1910, relate la démolition de la ferme. L’article précise que La maison Devernay et Tiberghien, boulevard Beaurepaire, en est chargée. Elle mettra en vente les vieux matériaux. Une photo aérienne 1932 nous montre que la ferme est remplacée par des jardins, probablement ouvriers.

1932-96dpî

On voit sur la photo que la rue de Maufait a été prolongée, mais elle ne recevra sa chaussée définitive entre la rue St Hubert et l’avenue Roger Salengro que dans les années d’après guerre, époque à laquelle on trace la rue Schumann (appelée à l’époque la rue Yolande). Les terrains sont mis à la disposition du CIL qui va y implanter les lotissements qu’on retrouve aujourd’hui.

 1950-delbecq-96dpi

Photo Delbecq

2013-96dpi

Photo Jpm

Le site où se situait la ferme près de cent ans plus tôt.

Les documents proviennent des archives municipales.

 

Un été 67

centreaere copieEnfants au centre aéré du Pont Rouge photo Nord Matin

Il y a quatre mille enfants au centre aéré du Pont Rouge en ce début du mois de juillet 1967 ! Vieille initiative socialiste, le centre aéré du Pont Rouge protège nos enfants des périls de la rue, titre Nord Matin. Les garçons et filles y reçoivent avec les distractions, une nourriture saine et ils peuvent s’ébattre sur les pelouses sous la surveillance de nombreux moniteurs et monitrices. Vers la fin juillet, les animations s’étoffent, car de grandes marques nationales et le journal Nord Matin offrent aux enfants un vrai spectacle de cirque, dans le cadre d’une tournée des camps de vacances. Quatre grands jeux, le tir à l’œuf, le football à l’aveuglette, les gonflements de ballons et la course de chaises à porteur. Puis une exhibition équestre des cinq cavaliers du club de Beuvry les Orchies, une grande tombola avec des lots et cadeaux, tels que les petites voitures Shell Berre et Renault, les choco bn de la biscuiterie nantaise, les caram’choc de la société Delespaul Havez, la dégustation gratuite de Coca Cola, les porte clé du café Grand-mère, des ballons, des gadgets…La tournée se poursuit à Douai et Anzin.

moineauxLes moineaux du Pont Rouge photo Nord Matin

En Août, c’est le grand tournoi de football inter-centres aérés, avec l’équipe des moineaux du Pont Rouge, qui ont remporté la première édition l’année précédente. L’équipe de cette année est bien préparée, ce ne sont pas des débutants : cinq sont du Racing stade, trois pratiquent dans les amicales, deux au Cort, un à l’union sportive de Wattrelos et un à l’Iris club de Croix.

Les autres équipes sont celles de Croix avec des gamins entre 12 et 14 ans, dont certains viennent de l’Iris club, leur mascotte est un petit poucet, et de Wasquehal avec un géant de 13 ans qui mesure 1,74 m, et quatre éléments qui évoluent à l’Entente Sportive et deux à l’Iris club. La compétition se déroule en matches aller et retour. Les moineaux du Pont Rouge conservent leur trophée qui leur sera solennellement remis par le maire Victor Provo, à l’issue du dernier match qu’ils remportent 5 à 1 devant Croix.

junicode copieEpreuves du Junicode photo Nord Matin

Pendant ce temps, voici les épreuves du junicode : du 1er au 19 août, 1400 enfants passent les épreuves sur le code de la route : deux orales, une pratique. Une première série de questions sur le code de la route, et cinq questions  tirées au sort sur 51 possibles. Puis c’est le parcours à voiturettes et bicyclettes. Un certificat de capacité et des prix sont remis à l’issue des épreuves, en présence des personnalités de l’Automobile Club du Nord de la France, de la municipalité et du brigadier Avez, chef de piste, du speaker Petitbon et des moniteurs Tissiné et Verhoye, tous trois appartenant à la Compagnie Républicaine de Sécurité.

rossignols copieLes Rossignols du Pont Rouge photo Nord Matin

On prépare la fête de clôture. Une trentaine d’enfants, encadrés par Serge Renar, vont réciter Rimbaud, Aragon, Verlaine et Jean de la Fontaine, et vont chanter  Sheila, Pétula Clark et des chansons italiennes. La section théâtrale présente des extraits de pièces de Molière, de l’Avare, et du Malade Imaginaire. Les Rossignols du Pont Rouge, une chorale de soixante enfants vont chanter devant Monsieur le Maire, ils se produisent pour la première fois.

En prélude à la grande fête de clôture, Victor Provo et le conseil municipal visitent les installations du centre aéré du pont rouge. C’est une coutume, la visite se termine dans la classe de chant et diction au moment de la finale d’un concours présidé par le docteur Savinel, adjoint aux arts. On va ensuite prendre un repas à la cantine du centre aéré.

provo&lacoupe2 copieRemise de la coupe  Photo Nord Matin

La grande fête de clôture se déroule le 26 août, de 14 h30 à 18 h 30 : divertissements, stands, loteries, rencontres sportives, cinéma, le programme est conséquent. Cette année, un invité d’honneur, André Delelis, député maire de Lens. Les enfants profitent des stands de jeux, et de la séance cinématographique, dont le programme comporte un film d’aventures et un reportage sur le camp de vacances intitulé « reflets du pont rouge ». Il y a aussi la fête dans le réfectoire où les enfants se produisent à la grande joie des parents, avant un spectacle de music hall présenté par « Art et Jeunesse ». Le sport est de la fête : en lever de rideau finale du tournoi des écoles entre l’école Jean Macé et l’école Delespaul, la première gagne par  4 à 2. Puis les deux équipes du CORT et du Racing Club de Lens s’affrontent, Roubaix bat Lens 1 à 0.

Voilà le programme de l’été 67 à Roubaix, pour des enfants qui n’avaient pas l’opportunité de partir en vacances sous d’autres cieux, n’étaient-ce pas des journées de loisirs, de détente et de fêtes bien remplies ?

D’après les articles de Nord Matin

La colo du Pont Rouge

coloniemunicipale copieLe camp de vacances du Pont Rouge Collection Particulière

Mon premier contact avec l’Ecole de Plein Air, c’est plutôt avec le camp de vacances du pont rouge. En 1946, les enfants des écoles publiques venaient des quatre coins de Roubaix, et il y avait même un ramassage avec les tramways à partir de la gare de Roubaix.

J’étais aide-monitrice et je faisais de la danse et de la gymnastique avec les enfants. M. Baudouin, un violoniste, jouait et nous faisions des mouvements d’ensemble sur le terrain du parc des sports.  Il y avait le goûter avec des gobelets émaillés remplis d’eau et de grenadine, puis on revenait en tram, beaucoup venaient et repartaient à pied.

Quarante enfants par groupe, pour un moniteur et son aide monitrice. Il y avait aussi des activités de couture, la séance de cinéma, un théâtre de marionnettes, et beaucoup d’instituteurs venaient encadrer tout ce petit monde, dans une excellente ambiance. Les directeurs du « Pont Rouge » à cette époque étaient M. Noncle et Melle Finart.

J’ai fait le centre jusqu’à 1953 en tant qu’animatrice, j’ai fait de l’animation sportive, de la danse et les marionnettes à main, on les construisait et on écrivait les histoires…

Témoignage recueilli auprès de Mme Camille Mullié

La création de l’école de plein air

Après la première guerre mondiale, les résultats des enquêtes médicales sont effroyables : plus de 80% des enfants examinés à Roubaix sont atteints de tuberculose, et la vie dans les habitations exigües et mal aérées des courées ne favorise pas leur santé. Le docteur Léandre Dupré, adjoint au maire de la ville de Roubaix, décide alors d’assurer aux enfants la subsistance quotidienne, et les bienfaits du soleil et du grand air.

Pendant l’été 1920, 3.400 garçons et filles seront gratuitement nourris, amusés et surveillés sur une dizaine d’hectares gazonnés et ensoleillés, le jeudi après midi et pendant la durée des grandes vacances. Cette colonie de vacances au grand air entraîne des résultats satisfaisants, mais doit être prolongée pour les plus chétifs, les tuberculeux et les lymphatiques. L’idée de l’Ecole Permanente de plein air est née.

EPA03L’école de plein air Photo Archives Municipales de Roubaix

A la rentrée d’octobre 1921, des baraques de bois provenant de l’intendance militaire ont remplacé les tentes, et accueillent 200 enfants. Ces baraques abritent les classes de garçons et de filles, le réfectoire et la cuisine, le cinéma et l’éducation physique pendant les jours de pluie. L’Ecole de Plein Air, dite également du Pont Rouge, du nom du lieu dit s’installe dans des locaux en dur, le 1er octobre 1927. La rentrée s’effectue dans de nouvelles écoles avec cours, préaux, jardins, terrains de jeux, sur une surface de quatre hectares. Les six salles de classe sont grandes parfaitement éclairées, et pourvues d’un système d’aération et de ventilation.

Pour chaque salle de classe, un lavabo-vestiaire avec des armoires individuelles et des casiers spéciaux pour la brosse à dents, la pâte dentifrice, et le gobelet émaillé.

Des bains douches ont été installés dans une grande salle avec quatre-vingt dix cabines de déshabillage, trente cabines de douche et trois salles de bains à l’usage des enfants qui demandent des soins spéciaux. Tout est prévu pour garantir des conditions d’hygiène permanentes et efficaces, du réfectoire aux cuisines, en passant par les blocs toilettes. Des salles d’attente, un cabinet de consultation, une infirmerie, et même une salle pour la projection des rayons ultra violets (UV).

026Epa02L’école de plein air Photo Archives Municipales de Roubaix

Toutes ces installations sont entourées d’arbres, de pelouses, et de jardins fleuris et ombragés faisant de l’ensemble un endroit où il fait bon vivre et apprendre.

Septembre 1957 : on l’appelait l’école des vaches

C’est au début de l’année 1956 que la ville de Roubaix lance un vaste plan de constructions scolaires. On bâtit des écoles dans les quartiers du Sartel, des Hauts Champs, de la Potennerie, et du Pont Rouge. Ce dernier quartier vient de connaître la construction de quatre cents logements dans l’espace compris entre l’avenue Salengro et l’hôpital de la Fraternité, traversé par la rue Robert Schumann. On commence la construction d’un groupe scolaire à deux pas de la ferme Lebrun, dans le prolongement de l’avenue Julien Lagache. L’architecte Pierre Neveux est le concepteur de ce nouvel établissement scolaire qui comportera seize classes. Comme il est situé à l’extrémité du quartier récemment bâti, il sera donc appelé Groupe scolaire du Pont Rouge, ce qui provoquera quelques confusions avec l’école de plein air du Pont Rouge située à quelques centaines de mètres de là.

ecoledesvaches

L’inauguration du nouveau groupe scolaire aura lieu le 21 septembre 1957 et sa première directrice sera Madame Julienne Pruvot Lozé. Il comporte dix classes de filles, avec une section d’enseignement ménager, six classes maternelles, et une cantine.

Un autre nom lui sera bientôt attribué. L’avenue Julien Lagache s’arrêtant bien avant l’école, un bon chemin campagnard conduit parents et enfants à la grille d’entrée. Le groupe scolaire voisinait encore avec des pâturages avec de belles vaches. On parlera alors de l’école des vaches, qui se situait à l’orée du dernier coin de campagne de Roubaix.

jardezRonsardMadame Jardez, directrice, et sa classe en 1980

L’école des vaches est peut être à la campagne mais elle est moderne : les dix classes disposées au rez-de-chaussée et à l’étage sont longées par un couloir orienté au nord, les larges fenêtres des classes accueillant la chaleur du soleil. L’établissement est équipé du chauffage central, de lavabos, de pupitres et de vestiaires. On prévoit déjà dans le prolongement du préau une salle de gymnastique et un terrain de sport au milieu d’une pelouse.

Cette école perdue au milieu de terrains encore embroussaillés et de pâtures ne restera pas longtemps isolée. On l’appelle déjà l’école publique des Trois Ponts, car elle accueille des enfants de la rue de Cohem et du Carihem, avec ceux de la Fraternité et du Pile. Elle verra la cité des Trois Ponts se construire, et d’autres enfants arriver, en 1969 de la rue Léonie Vanhoutte et de l’avenue Kennedy, en 1970 de la rue Léo Lagrange…A ce moment, on parle de construire une école de garçons de dix classes pour compléter le groupe scolaire existant, on y entrera par l’avenue de Verdun, une nouvelle voie qui rejoint désormais l’avenue Julien Lagache avant de filer vers le Pile. La première rentrée des garçons aura lieu en septembre 1971. Les pâtures et les broussailles ont disparu pour laisser place à la cité. Le groupe scolaire devient alors l’école Pierre de Ronsard. Sa partie la plus ancienne a célébré en 2007  le cinquantenaire de sa création, avec une grande fête pour l’occasion.