René Daulmerie

René Daulmerie est né à Roubaix en 1906. Il trouve un travail d’employé au conditionnement Boulevard de Beaurepaire ( aujourd’hui La Condition Publique ). Il se passionne pour les postes de radio et, dès 1932, se met à construire des postes de TSF et les vend dans son milieu professionnel textile. Vu les demandes très importantes pour la fabrication de ses postes de radio, il décide, en 1936, de quitter son employeur pour que sa passion devienne son métier. Il s’installe dans un tout petit local au 43 rue du Vieil Abreuvoir.

Document 1937 ( Doc coll. priv. )

En complément de la production et de la vente de ses propres postes de radio, il distribue également des marques prestigieuses comme l’américaine « Philco » et la française « Ducretet ».

( Doc coll. priv. )

René Daulmerie se marie avec Marie Louise Vangoethem en 1939. De leur union, naissent quatre enfants dans les années 40 : Dominique, Françoise, Elizabeth et René. Il est mobilisé pendant la guerre et, compte tenu de son expérience, il répare des émetteurs et récepteurs radio ( officiels et clandestins ). Avec son ami Gabriel Milleville, confrère de la rue Nationale à Lille, il est responsable de la maintenance radio de toute la région Nord.

René Daulmerie et Gabriel Milleville en 1942 ( Doc F. Daulmerie )

A la libération, il reprend son activité rue du Vieil Abreuvoir. Compte tenu de sa forte notoriété et de son savoir faire, son magasin de postes de radio devient le plus connu de la métropole roubaisienne.

( Doc coll. priv. )

En 1943, il investit dans un nouveau local, au 15 rue du Curé, et commence à distribuer de l’électroménager : des machines à laver « Speed », des réfrigérateurs « Frigeco-Thomson » et bien d’autres marques. L’activité est florissante. Il embauche des techniciens car non content de vendre et installer, il répare et toute sa clientèle apprécie son SAV.

René Daulmerie ( Doc F. Daulmerie )

Au tout début des années 50, les nouvelles technologies bouleversent complètement l’activité ; c’est d’abord le tout début de la Haute Fidélité et René n’hésite pas à installer un mini auditorium dans son magasin avec du matériel hi-fi de marque Thomson et Cabasse. Puis il commence à vendre des autos-radios. Les postes de radio FM arrivent ensuite et surtout les premiers postes de télévision ! René Daulmerie participe aux premiers essais de la télévision, en liaison avec le beffroi de Lille et les studios de la rue Cognac-Jay à Paris. Rapidement le magasin de la rue du Curé devient trop petit. René décide de s’installer dans un local plus grand et mieux placé, en 1955, au 18 Place de la Liberté, précédemment occupé par un plombier P. Planquart. Il fait appel à l’architecte Constant Verdonck, 17 avenue Jean Lebas, pour faire d’importants travaux d’aménagement.

La façade en 1955 et publicité Nord Eclair ( Doc F. Daulmerie )

Intérieur du magasin et atelier de réparation (Doc F. Daulmerie)

René Daulmerie est un homme de communication, il décide de frapper un grand coup pour célébrer l’ouverture de son nouveau magasin. Il fait venir trois personnalités importantes du monde de la télévision : Jean Nohain, Jacqueline Joubert et Georges de Caunes, qui vont assurer un véritable show public, sur un podium installé devant le magasin.

( Document Nord Eclair 1955 )

Une importante publicité dans la presse locale annonce l’événement deux jours avant, si bien que beaucoup de monde se déplace le 3 Décembre 1955 pour assister à l’ouverture officielle du magasin. Cette foule considérable (1300 personnes) pose d’ailleurs de gros soucis de circulation automobile, ainsi que pour le Mongy, sur la place de la Liberté.

En bas de la photo : de gauche à droite : Jean Nohain, Jacqueline Joubert, Georges de Caunes, Antoine Toulemonde président de la chambre de commerce, et René Daulmerie ( Document Nord Eclair 1955 )

René Daulmerie est très actif dans le milieu professionnel. Il est président du 3° salon de la Radio-Télévision à la salle Watremez, en septembre 1956. La haute fidélité se développe. René décide de distribuer la marque de prestige Bang & Olufsen. La commercialisation de B&O, en plus des marques Sony et Cabasse, donne à René Daulmerie une notoriété exceptionnelle en hi-fi, dans toute la région.

facade 1960 et B&O ( Doc F. Daulmerie et coll. priv. )

En 1965, René décide de transformer la façade du magasin et aménager de façon différente son intérieur. Il fait appel au décorateur Marcel Cauwel, sis 8 rue du Collège. En 1967, René participe aux essais de la télévision couleur en collaboration avec l’ORTF. Il est le premier à commercialiser les postes de télé-couleur Thomson.

Pub TV couleur ( Document Nord Eclair 1967 )

Françoise et René, deux des quatre enfants de René et Marie Louise, viennent aider leurs parents. Ils s’occupent des 10 salariés ( installateurs et techniciens SAV ), de la tenue du magasin, de la comptabilité et de la gestion des 7 véhicules de l’entreprise.

Le SAV Daulmerie ( Documents Nord Eclair )

Au début des années 70, René abandonne les produits d’électro ménager. Toujours à la recherche de l’innovation, il préfère se spécialiser encore, dans des nouveautés technologiques très techniques et très pointues. Il installe : les premières caméras de vidéo-surveillance dans les banques, des sonorisations de lieux publics, des machines à dicter, des studios d’enregistrement, des salles de visioconférence. Mais surtout son expérience et son savoir faire vont lui permettre de créer les premières « productions vidéo » en entreprise, pour améliorer les postes de travail des salariés, et donc la compétitivité de ses gros clients : La Lainière, Phildar… Ce procédé de vidéo en entreprise va accroître considérablement la notoriété de René Daulmerie sur un plan régional. En 1977, l’entreprise Daulmerie installe une annexe à Lille, rue de l’Hôpital Militaire, (ancien magasin Pigache ) pour distribuer les premiers magnétoscopes Sony grand-public.

façade dans les années 1980 ( Doc D. Labbé et F. Daulmerie )

Après le décès de René Daulmerie, l’entreprise ouvre un point de vente, en 1986, rue Esquermoise à Lille. En 2006, Françoise et René Daulmerie prennent leur retraite et cèdent l’entreprise à Hervé Coisne qui continue l’activité.

.

Remerciements aux Archives Municipales, ainsi qu’à Françoise et René Daulmerie pour leur témoignage et leur documentation.

.

Le serpent de mer piétonnier

Le chantier du secteur piétonnier et de l’aménagement des voies a été divisé en quatre tranches pour gêner le moins possible les automobilistes. Dans un premier temps, on s’occupe de la chaussée latérale entre la Place de la Liberté et la rue Pierre Motte. On est en mars 1977, cette partie du chantier doit durer deux semaines.

Travaux sur les boulevards Photo Nord Éclair

Dans un deuxième temps, trois semaines de chantier encore, on attaque l’autre latérale dans le sens Lille Wattrelos, puis dans un troisième temps, on passera à l’aménagement du terre plein. Le site propre du Mongy sera doublé pour recevoir les bus, et l’opération doit durer un mois.  Quatrième opération, l’aménagement de la Place de la Liberté du côté de la Banque de France.  Il n’y aura plus qu’un seul sens de circulation pour la Place de la Liberté, vers le boulevard Gambetta, seuls bus et Mongy iront dans l’autre sens. Tout cela sera terminé fin juin. D’ici là, apparaîtra un terre plein de fleurs planté par la ville, et on prévoit les arbustes pour l’automne. On parle de refaire un syndicat d’initiative à la place de l’ancien, tout en verre et plus grand. Les dallages seront de type mosaïque dans les passages piétons et de style grain lavé ailleurs, et les commerçants disposeront de vitrines présentoirs. On disposera quelques bancs, et l’éclairage sera modernisé. A ce moment, pas de date prévue pour l’inauguration.

 Travaux Place de la Liberté Photo Nord Éclair

En Mai, on aménage le côté des magasins de la Place de la Liberté. Après en avoir ôté le revêtement bitumé, on délimite l’aire du Mongy, ainsi qu’un couloir réservé aux bus de six mètres de large et un trottoir chaussée de six à dix mètres pour les piétons. Un dallage spécial remplace le bitume. A présent, on attend la fin des travaux pour fin juin. Pendant les vacances les services de la mairie garniront de terre la bande centrale, de la rue Henri Dunant à la rue Pierre Motte, et on ré emboisera à la Ste Catherine, où tout prend racine. On prévoit des jardinières de fleurs Place de la Liberté.

 Le nouveau secteur piétonnier, vu de la Grand Rue Collection privée

Tous ces aménagements entrainent des modifications pour le plan de circulation. Provisoires, comme l’interruption de la circulation et du stationnement, et plus durables comme les sens uniques, ou les interdictions de tourner à droite dans la Grand rue venant de la rue du collège…En Août, des petits murets sont apparus sur le terre plein du boulevard Leclerc pour contenir les terres des décorations florales. Quelques soucis, dus au séchage de la coulée de béton et du dallage, et à la fuite d’eau de la fontaine qui va décorer le secteur piétonnier. Comme le séchage des dalles prend plus de temps que prévu, on dévie la circulation et cela crée des engorgements au rond point de l’Europe. Mais on a commencé la traversée piétonnière entre la Place de la Liberté et Roubaix 2000. En Septembre, c’est le temps des embouteillages, mais l’inauguration est prévue pour bientôt…

 Le nouveau secteur piétonnier vu du boulevard Leclerc Collection Privée

Enfin, l’inauguration du centre piéton roubaisien intervient le 17 septembre. Exceptionnellement, tous les magasins sont ouverts le dimanche, près d’une trentaine de commerces, parmi lesquels les vêtements Marchand frères, le chemisier Violette, pour citer les anciens de la rue de Lannoy, et le cinéma le Casino et sa deuxième salle le Club. Une semaine d’animation s’ensuit à grand renfort de montreurs d’ours, de cracheurs de feu, de jongleurs, de charmeurs de serpents, de marionnettes. Une après midi est consacrée au troisième âge avec un orchestre, et de nombreux jeux sont proposés aux enfants.

 Le nouvel accès piétonnier entre la Place de la Liberté et Roubaix 2000 Collection privée

Présentée comme le renouveau du commerce roubaisien, cette initiative d’urbanisme est fêtée comme il se doit. Petit bémol, le maire Pierre Prouvost se demande où est passée la promesse communautaire du parking de la rue Pauvrée. Arthur Notebart, le Président de la Communauté urbaine réaffirme son soutien à l’opération et signifie qu’il n’est pas l’homme qui change l’eau en vin. Les deux hommes consacrent ensuite le mariage entre la ville de Roubaix et la communauté urbaine en visitant le secteur piétonnier. Cette opération de rénovation ne sera pas la dernière, mais elle transforme durablement l’environnement et les conditions de circulation du centre de Roubaix.