Rue Jouffroy prolongée

Joseph Leconte est né à Namur (Belgique) vers 1800. Il est l’époux d’Isabelle Baillon. Receveur des contributions directes de Roubaix, receveur des hospices et du bureau de bienfaisance, décoré de la légion d’honneur, il est propriétaire de nombreux terrains à Roubaix. Sa fille Isabelle épouse Constantin Descat (qui sera maire de Roubaix en 1867). Joseph Leconte meurt peu après cette date.

En 1885, les héritiers Leconte-Baillon demandent l’autorisation d’ouvrir des rues sur leur propriété situées dans le quartier de Maufait, et, en particulier une rue reliant la rue du chemin neuf à la rue du Chemin vert, à la limite de Lys, en traversant l’avenue des Villas (Alfred Motte) dans le prolongement de la rue Jouffroy. A cet endroit, la propriété borde le domaine des Prés, appartenant à la famille Cordonnier, où se construiront les Stades Dubrulle et Maertens. L’autorisation d’ouvrir la voie est accordée, et la rue tracée prend le nom de Leconte-Baillon. Elle sera raccourcie d’une bonne moitié de sa longueur en 1933, la partie après l’avenue Motte prenant alors le nom de rue Jean Jacques Rousseau.

les prés-96dpi

Les héritiers Leconte-Baillon commencent à vendre des terrains situés le long de la nouvelle voie, et les acquéreurs construisent les premières maisons. Dès1894 Bernard Spriet, épicier rue de Lannoy, fait construire une petite maison pour entre la propriété Boittiaux et un terrain vague. En 1903, les héritiers Leconte-Baillon possèdent encore 420 mètres de front à rue. A ce moment, les riverains demandent le classement de la rue comme voie publique et la construction d’un aqueduc, s’engageant en contrepartie à faire don à la ville du sol de la rue sur 15 mètres de largeur. La chaussée doit être bordée de fils d’eau et revêtue de scories en attendant d’être pavée. La ville voit dans cette opération la possibilité d’améliorer l’écoulement des eaux du boulevard industriel, insuffisant jusque là, la mise en service imminente de l’usine de velours Motte-Bossut fils et Mangers risquant encore d’aggraver la situation. La rue compte alors 6 ou 7 maisons, toutes du côté impair, dont deux seules subsistent aujourd’hui, sises aux numéros 15 et 69, ainsi que l’estaminet propriété de M.Preys, à l’angle de la rue de chemin neuf.

Les premières constructions

Les premières constructions

La rue est classée, et on établit en 1904 le plan de mise en viabilité sur lequel figurent les noms des riverains. Les propriétés des héritiers Leconte-Baillon sont passées entre-temps dans les mains des héritiers Descat. L’adjudication pour les travaux est lancée, et l’adjudicataire est Léon Planquart, entrepreneur. La réception définitive des travaux est faite en 1906. Première construction du côté pair, sur la bande de terrain séparant la rue du stade, une maison à usage de commerce que Louis Scoufflaire a fait bâtir en 1911, à l’angle de l’avenue des villas. Il y vendra des vélocipèdes. Il changera de métier au début des années 20 pour ouvrir, à la même adresse, un estaminet qui prendra pour enseigne « le vélo », qu’il tiendra jusque la fin des années 30, et qu’on retrouve aujourd’hui sous le nom du « sport man ».

Sportman-96dpi

En 1913 la chaussée en scorie souffre beaucoup des lourds charrois qui évitent la rue de Lannoy. Les riverains se plaignent des fondrières qui se forment. On prévoit de la paver. Ce ne sera fait qu’en 1930, les travaux étant réalisés par Jules Waquier. En attendant, les années 20 voient une deuxième vague de constructions ; c’est au cours de cette décennie que la plupart des maisons de la rue seront construites :

1920-96dpi

La rue va rester sans changement plusieurs années, une photo nous la montre dans son état des années 50 :

Document l'Usine

Document l’Usine

Les constructions sont encore clairsemées et la végétation est encore très présente. On y voit de belles constructions, situées dans de grandes propriétés, qui disparaîtront par la suite, victimes de la fièvre immobilière des années 70 et 80…

Dessin la Voix du Nord

Dessin la Voix du Nord

Photos Jpm

 

 

Le lotissement fantôme 

Sur une propriété allant de la rue de Lannoy à la rue Leconte-Baillon, appartenant en 1903 à Mme veuve Boittiaux, et reprise par Bernard Spriet en 1930, est construite une maison de maître en bordure de la rue Leconte-Baillon. Un second bâtiment , plus petit, est également visible près de l’autre. Un mur haut clôture la propriété du côté de la rue.

Photos aériennes IGN 1965 et 1976
La propriété dans les années 50. Photo L’Usine

En 1939, Bernard Spriet partage sa maison avec J. Bernard, industriel. Celui-ci figure à cette adresse jusqu’après 1970. Mais, d’après les voisins, la propriété est ensuite assez vite laissée à l’abandon, et une photo aérienne de 1983 montre les bâtiments supprimés, en prologue à une construction future. On voit encore aujourd’hui sur le mur de la maison voisine la trace du pignon du plus petit des bâtiments, qui s’avançait plus sur le trottoir.

Photo Jpm

A cette époque, la propriétaire, se fait construire une maison du côté de la rue de Lannoy et cède le reste du terrain pour y construire un lotissement. C’est sous la houlette du crédit immobilier de Douai que démarrent les travaux. La première maison, celle du fond, est vendue en Août 1984, mais le premier propriétaire va rester isolé près d’un an et demi : ce n’est qu’en décembre 1985 qu’un deuxième acheteur s’installe.

En Juillet 1986, un article paraît dans Nord Éclair s’inquiétant de ce qu’un nouveau lotissement soit complètement laissé à l’abandon, avec seulement deux maisons habitées, alors que le quartier paraît avoir tout pour attirer les acquéreurs.

Photo Nord Eclair 1986

André nous confie : « C’était un terrain qui allait de le rue de Lannoy et la rue Leconte-Baillon. Le mur de séparation avec la propriété suivante (là où a été construite la résidence Passy) est resté en place ». Au cours d’un déplacement professionnel, il passe devant le lotissement qu’il voyait en construction depuis très longtemps. S’engageant dans l’impasse, il rencontre sa future voisine. Celle-ci lui propose de visiter la maison-témoin. Intéressé, il prend contact avec le notaire de Douai pour entamer une transaction.
Selon lui, le promoteur, peut-être pour des raisons financières, avait dû arrêter le chantier en cours de réalisation. « Il y avait une grande tranchée au milieu de la chaussée ». Le premier acheteur, celui de la maison du fond, a essuyé les plâtres pendant de nombreux mois, et le chantier est resté en panne derrière le grand panneau de bois placé à l’entrée. « Il a dû se raccorder électriquement au branchement du chantier... » Finalement, les travaux ont repris et menés à bien, les maisons ont été terminées pour être vendues. Quand André l’a visitée, sa maison était terminée, sauf la décoration (papiers peints et peintures). Il l’a achetée et a été ainsi le troisième propriétaire de la rue. Dans les six mois qui ont suivi, toutes les autres ont été vendues, et le lotissement fantôme est devenu un lieu de vie paisible…

La Closeraie Photo Jpm