La Sécu à Roubaix

Le Conseil national de la Résistance intègre à son programme « un plan complet de Sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se le procurer par le travail, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l’État. (Ordonnance du 4 octobre 1945).

Les locaux de la caisse la Famille en 1936 Photo JdeRx

A Roubaix, la Sécurité Sociale succède à La Caisse primaire d’assurances sociales « La Famille » qui se trouvait à l’emplacement d’une ancienne usine de la rue du Grand Chemin autrefois occupée par la société Masurel Leclercq fabricants textiles. Cette caisse avait fait construire ses nouveaux locaux en 1936 aux n°19 et 21 rue du Grand Chemin et les inaugura à l’occasion de son vingt cinquième anniversaire en présence du Cardinal Liénart. Jusqu’ici, cette caisse de capitalisation se trouvait rue du château. C’est là que s’installa la sécurité sociale à Roubaix au début des années cinquante.

Le futur emplacement de la caisse rue Rémy Cogghe Photo NE

Mais bientôt la progression du nombre des assurés, l’augmentation des effectifs de la caisse (292 agents en 1961, 341 en 1968) du nombre des assurés (95222 en 1961, 123000 en 1968) nécessitent une réimplantation des services pour de meilleures conditions de travail et une meilleure réception du public. En 1966, l’architecte roubaisien Omer Lecroart basé 10 rue du château présente un projet. À cette époque, le comité d’entreprise n’avait pas de local, les ateliers étaient au sous sol sans aération, il n’y avait pas de salles pour les cours professionnels organisés depuis 1964, les archives se trouvaient dans les couloirs ou dans un autre immeuble à une centaine de mètres. M. Leduc directeur de la caisse avait fait l’estimation suivante : 11500 m² étaient nécessaires, alors qu’il n’y en avait que 4668 m². En Janvier 1968, l’annonce est faite, les travaux des nouveaux bâtiments de la sécurité sociale vont commencer en février pour un montant de 600 millions d’anciens francs et pour une durée de dix huit mois. Pour réaliser ce projet, le conseil d’administration a acquis trois propriétés derrière l’ancien bâtiment donnant sur la place du Trichon.

Plan de situation 1967 Photo NE

Le bâtiment du grand chemin abritera l’ensemble des cabinets médicaux sur trois niveaux, et les nouveaux bâtiments qui vont du 16 au 20 rue Rémy Cogghe sur une longueur de 80 m seront édifiés en respectant le plan d’urbanisme. Il faut notamment tenir compte du Trichon qui traverse la propriété entre le bâtiment de la rue du Grand Chemin et la future implantation, pour aller rejoindre le grand collecteur par la rue des Fabricants. Il faut donc bâtir en dehors, et aussi respecter le front à rue, c’est à dire construire en deçà de la rue Rémy Cogghe. Le futur immeuble fera cinq étages, 56 mètres de long 13,5 de large avec un bâtiment perpendiculaire de 34 m sur 26. Le nouveau bâtiment accueillera dans un grand hall des prestations avec des guichets à boxes pour que la discrétion soit assurée, et on adoptera le système de tickets numérotés, afin d’assurer la fluidité des réceptions. Au premier étage se trouvera le service des accidents du travail, au second le service social, les pensions d’invalidité, les immatriculations, les tiers payants. Au troisième, il y aura le contrôle médical, neuf médecins conseils y seront réunis, alors que jusque là on devait louer l’immeuble n°20 de la place du trichon. Au quatrième, la comptabilité et le service du contentieux et au cinquième étage, la direction, avec la salle du conseil, des salle de cours et de commission et le service du matériel.

Le chantier en cours 1969 Photo NE

L’entrée du public se fera donc par la rue Rémy Cogghe et l’entrée du personnel par la rue du grand chemin. Une extension est prévue en prolongement du grand bâtiment à étages pour loger les cabinets médicaux et dentaires, ainsi que la cession des bâtiments actuellement occupés à d’autres locataires.

à suivre

La société Vroman Sports, une institution roubaisienne

Jules Vroman est né le 3 juin 1864 à Roubaix, rue du Calvaire (nom de la Grand–rue à l’époque). Ses parents étaient commerçants : le père Alexandre était boulanger et quand il décède,  Jules n’est âgé que de 13 ans. Sa mère reprend le commerce situé au 225 Grand Rue, elle apparaît au Ravet Anceau de 1883 comme épicière. Un article de journal retraçant sa carrière nous apprend qu’il est un élève d’une intelligence précoce et d’un amour ardent de l’étude. Il quitte l’école à l’âge de quinze ans, avec des connaissances dans des matières aussi diverses que le solfège, le dessin de menuiserie.

Jules Vroman & La Roubaisienne Photo Coll Privée et En tête AmRx

Jules Vroman & La Roubaisienne Photo Coll Privée et En tête AmRx

A 20 ans, il est gymnaste à la Roubaisienne. Jules Vroman est un jeune homme sportif parmi les sportsmen de l’époque qui fréquentent cette  importante société de gymnastique. Cette pratique sportive l’amène à s’orienter vers la fabrication d’appareils de gymnastique. Habile menuisier, il crée ainsi dès 1884 sa société, dont les locaux se trouvent dans la maison maternelle, au 225 de la grand-rue. Le réseau grandissant des sportifs va constituer sa clientèle. Il fait preuve d’innovation, et d’un vrai sens commercial : son matériel est aisément démontable, avec des tarifs adaptés et il est testé par la Roubaisienne. A 29 ans, il devient aussi professeur de danse et de gymnastique.

La première société Vroman Coll Privée

La première société Vroman Coll Privée

Jules Vroman épouse Zoé Marie Millescamps le 31 mars 1894. Le commerce se développe et les locaux de la Grand Rue deviennent trop petits, Jules Vroman va s’installer rue des Fabricants au n°28 et il participe à la fondation de l’Ancienne le 14 juillet 1895. C’est une société de gymnastique et de jeux athlétiques et d’instruction militaire, dont il sera le directeur technique, puis le président. Les sociétés de gymnastique sont nombreuses et florissantes à cette époque. Comme elles voyagent et remportent de nombreux concours. Jules Vroman voit ses affaires prospérer avec le développement de son réseau sportif. Dans un premier temps, le siège de l’Ancienne est situé 28 rue des Fabricants, et Jules Vroman voit ainsi se développer la société sportive et sa société de fabrication.

En tête de l'Ancienne et catalogue Vroman En tête AmRx Catalogue Coll Privée

En tête de l’Ancienne et catalogue Vroman En tête AmRx Catalogue Coll Privée

Le 30 juillet 1898 naît Jules Vroman, deuxième du nom, qui prendra la succession de son père en 1928. Entretemps, le succès de la société Vroman nécessite de nouveaux locaux et la maison se retrouve au n°30 de la rue du Grand Chemin.

La société Vroman au 30 rue du Grand Chemin En tête Méd Rx

La société Vroman au 30 rue du Grand Chemin En tête Méd Rx

En 1900, Jules Vroman loue l’établissement sis Grand-rue n°50, jusque là occupé par un fabricant de cardes, M. Beaumont. Il y crée le franco-américain skating rink, lieu de loisirs inspiré des patinoires américaines, bientôt consacré aux patins à roulettes sur plancher de bois. Cette reconversion d’un vaste hangar rencontrera un grand succès. Le même type d’établissement existera au Fresnoy un peu plus tard. C’est sur cet emplacement du n°50 de la Grand-rue que sera créé le Casino Théâtre de Roubaix, grande salle de spectacles de music hall, qui deviendra un des grands cinémas de la ville.

Le skating rink de la Grand Rue CP Méd Rx

Le skating rink de la Grand Rue CP Méd Rx

Après la première guerre, la société Vroman a développé ses fabrications : la gymnastique les sports collectifs, la natation, pour lesquels sont fabriqués les installations et équipements appropriés.

à suivre

Merci à Mme Vroman pour les témoignages et les illustrations