Évolutions d’un carrefour

 La jonction de l’avenue Delory et de la rue Henri Regnault est parcourue, dès l’origine, par la ligne 3 de tramway, venant de la place du Travail pour emprunter le boulevard Clemenceau vers Hem. Au début des années 50, les rues Charles Fourier (ancien chemin vicinal menant à Hem) et Horace Vernet, après avoir traversé une zone de jardins ouvriers, sont encore à peine ébauchées à leur extrémité, tandis que du côté de Hem, l’avenue de Roubaix sert essentiellement à desservir la ferme de la Tousserie, avant de rejoindre le boulevard Clémenceau. La ferme de la Haye vient d’être abattue pour faire place à des maisons individuelles. Sur son emplacement va s’édifier l’école Ste Bernadette.


Dans la deuxième partie des années 50, le carrefour prend de l’importance avec l’implantation définitive des rues  Charles Fourier et Horace Vernet, et la construction d’immeubles collectifs importants. Pourtant, malgré l’augmentation du trafic, on ne se préoccupe toujours pas de l’aménager.

L’immeuble de la rue Régnault, plus connu sous le nom de la Banane

En 1960, l’importance de la circulation oblige à prendre des mesures. On décide d’implanter des îlots directionnels pour séparer les flux et protéger les piétons. Le terre-plein principal doit comprendre un espace vert, entouré d’un trottoir revêtu de carreaux de ciment. Des poteaux d’éclairage sont également prévus. Une adjudication est lancée, précisant que les adjudicataires sont obligés d’utiliser de la main-d’œuvre locale pour réaliser les travaux.


A la même époque, on généralise l’opération en installant des refuges pour piétons aux intersections importantes de l’avenue. Les habitants signent une pétition pour réclamer des feux rouges pour rendre la traversée de l’avenue moins dangereuse, tout en saluant les mesures prises : création des refuges, matérialisation des passages pour piétons ainsi que la limitation de vitesse.

Photo La voix du Nord

Nord Éclair insiste sur le fait que l’avenue très roulante et protégée par des « stops » aux intersections, incite les automobilistes à la vitesse. Le journal déplore le nombre important d’accidents. Il faut implanter des feux rouges. C’est chose faite au début des années 70 et la circulation est désormais rythmée par des feux tricolores montés, placés sur des portiques au carrefour qui nous intéresse.

En 1974, on remodèle l’aménagement du terre-plein pour permettre un accès plus direct à la rue Henri Regnault en venant du rond-point des trois baudets par l’avenue Delory, mais aussi pour desservir la nouvelle voie rapide. A cet effet, le terre-plein principal est coupé en deux, et les voies de circulation sont matérialisées par une signalisation peinte au sol.


Mais la circulation reste dangereuse, et on se préoccupe ensuite de séparer sur l’avenue Delory les sens opposés de circulation autrement que par une ligne continue. On élargit la zone d’exclusion centrale, et on en profite pour matérialiser des voies cyclables de manière à supprimer une des voies  dans chaque sens. Les circulations ne se font plus désormais que par une seule voie pour chaque direction sur l’avenue.  Notre carrefour s’enrichit alors de terre-pleins de séparation, qui s’ajoutent à ceux déjà existants. Il prend alors l’aspect que nous lui connaissons aujourd’hui.

Photos aériennes IGN – autres documents Médiathèque de Roubaix et Archives municipales

Chaussées de l’avenue Delory

A l’origine, la chaussée de l’avenue des Villas (première dénomination de l’avenue Delory) est simplement couverte de scories. On songe très vite à un revêtement plus efficace, et c’est ainsi que l’avenue va être empierrée tronçon après tronçon par l’emploi de Macadam. C’est une technique d’empierrement développée par un écossais, M. Mc Adam, et qui consiste à étaler des couches de pierres de plus en plus petites, les plus grosses à la base et les plus fines au dessus, l’ensemble étant ensuite compacté.

En 1906 on envisage d’effectuer cette opération depuis la rue de Barbieux jusqu’à la rue de Beaumont en utilisant en sous-couche des cassons de porphyre, recouverts de gravier de St Omer sur une largeur de 12 mètres. Jules Noyelle, conseiller municipal, explique que cette partie de l’Avenue des Villas est assez fréquentée pour qu’on améliore la viabilité qui est très mauvaise. Les rechargements en scories que l’on y fait fréquemment n’ont pas de durée efficace… Louis Cauche obtient l’adjudication et effectue les travaux.

Document archives municipales

En 1907, M. Watel-Dhalluin et plusieurs autres propriétaires demandent la construction d’un aqueduc dans l’axe de l’avenue. Ce conduit se déverserait dans les fossés et les étangs du parc Barbieux. La municipalité refuse de polluer le parc. Néanmoins, la question de l’aqueduc se pose. Le fameux fossé sera couvert et séparé des étangs dans les années 20. L’aqueduc de l’avenue Delory pourra alors s’y déverser.

En 1910, on termine l’empierrement de la partie entre les rues de Barbieux et Lenôtre. Pour la plus grande partie de l’avenue la chaussée n’est bordée que de bas-côtés herbeux plantés d’arbres.

L’avenue en 1936 – Photo Collection B. Thiebaut

Les travaux resteront au point mort jusqu’après la guerre, et la chaussée va se dégrader progressivement. L’avenue est boueuse l’hiver et poussiéreuse l’été. Une partie des arbres plantés à l’origine, situés entre les fermes de Gourgemetz et de la Haye vont ensuite disparaître. Pour quelle raison ? Ils seront replantés dans les années 50. Deux photos aériennes de 1950 et 1957 nous le montrent :

Photos IGN

En l’espace de sept ans, les fermes et les champs ont été remplacés par des lotissements. Les travaux ont sans doute contribué à dégrader les trottoirs, car les journaux se font l’écho des nouveaux riverains qui dénoncent l’état des accès aux habitations, et attendent impatiemment les travaux de voirie nécessaires. C’est chose faite en 1957. On aménage les trottoirs et on replante les arbres manquants. Notez les moyens techniques utilisés qui sont un « must » pour l’époque : le camion GMC récupéré des surplus militaires et la pelle mécanique à câbles. C’est également à cette époque qu’on recouvre la chaussée de tarmacadam.

Photos Nord Eclair 1957

L’avenue commence à prendre l’aspect qu’on lui connaît. Les prochains aménagements concerneront essentiellement les mesures de sécurité à prendre concernant la circulation qui va progressivement se densifier.

 

La fin de l’avenue des Villas

Les travaux de terrassement de l’avenue des Villas sont à peine terminés que les destins de ses deux parties constitutives sont amenés à se séparer. Monsieur Wattine fait remarquer au conseil municipal en 1907 que ce nom unique ne fournit qu’une indication trop vague pour situer un lieu et s’y diriger, et que les autres boulevards de ceinture ont été découpés pour cette même raison. Par ailleurs, on peut remarquer que l’angle droit que forme cette avenue en son milieu suggère des voies différentes. Enfin, elle présente au début du 20ème siècle un manque d’unité évident : une première partie, celle touchant au parc Barbieux, est bordée de belles villas, puis l’avenue traverse une vaste zone coupe à travers champs. Enfin, après le virage, s’installent des usines dans un quartier au caractère plus industriel et populaire .

Plusieurs propositions sont faites pour découper l’ avenue en deux ou en trois parties. Elles s’accordent pour suggérer que la partie située entre la route de Roubaix à Lannoy (rue de Lannoy ) et nouveau boulevard de Roubaix à Hem (boulevard Clemenceau), prendrait la dénomination d’Alfred Motte ; le reste, jusqu’au parc Barbieux, conserverait le nom d’avenue des Villas. La séparation est effective sur ces bases en 1914. Les deux avenues, maintenant séparées, vont désormais évoluer de manière indépendante.

Pour la future avenue Delory, son extrémité côté Barbieux prend tout de suite l’aspect qu’on lui connaît aujourd’hui. Les industriels, très vite attirés par la proximité du « beau jardin », viennent y installer « campagnes » et villas bourgeoises dès avant la première guerre.

La descente de l’avenue Delory vers le Parc de Barbieux

Quant au reste de l’avenue, son caractère champêtre persistera près d’un demi siècle. Elle continuera à traverser la campagne, uniquement bordée par les fermes anciennes de Gourgemetz et de la Haye, jusqu’à ce que les lotissements de maisons individuelles ne remplacent les champs à partir des années 50.

Finalement, l’avenue des Villas ne prendra le nom de Gustave Delory  par une décision du conseil municipal en 1925.

Photos collection B. Thiebaut

Avenue des villas : un prolongement

L’avenue des Villas est maintenant ouverte entre la rue de Lannoy et la rue de Barbieux. Pour se rendre au parc, il est prévu d’emprunter la rue Montyon, qui n’est pas achevée. Elle est toujours barrée par une construction, et constituée par le tronçon d’un ancien sentier communal. De plus, elle forme un angle important avec l’avenue des Villas, et sa largeur prévue n’est que de douze mètres contre 30 à l’avenue des Villas. Ces inconvénients inspirent un autre plan : plutôt que de réaliser enfin la rue Montyon, pourquoi ne pas prolonger l’avenue des Villas en ligne droite par une voie de même largeur qu’elle ?

Le prolongement imaginé – Document archives municipales.

 Les propriétaires des terrains nécessaires à la prolongation de l’avenue sont essentiellement la société Lemaire Lefebvre, Edmond Ternynck-Dorneuil, ainsi que Pierre Delsalle-Defives, qui possède les bâtiments situés le long de la rue de Barbieux, juste dans l’alignement de l’avenue qu’ils barrent entièrement.

Dans une lettre datée du 21 Février 1899, certains des propriétaires concernés acceptent de céder les terrains nécessaires pour prolonger l’avenue entre la rue de Barbieux et l’avenue Lenôtre « en prolongation directe et sans courbe ». La ville s’engage à racheter ou à exproprier les deux propriétés implantées sur le passage de la voie, et à déclasser la rue Montyon, en restituant le terrain sur laquelle elle a été tracée. Ce terrain avait été cédé gratuitement quelques années plus tôt par Maxime Brame, qui le tenait de son père, Jules Brame, député et sénateur, également propriétaire du château de Beaumont à Hem. Le reste de ses propriétés a ensuite été cédé à la société Lemaire et Lefebvre, qui les a acquises en 1896. C’est donc elle qui récupérerait les terrains libérés par la rue Montyon.

Un obstacle toutefois , Edmond Ternynck, qui possède un terrain situé le long de l’avenue Lenôtre entre la rue Bossuet à la rue Montyon, et peu soucieux de voir ce terrain amputé et coupé en deux, entend contraindre la ville à tenir ses premiers engagements en ce qui concerne la rue Montyon. Il refuse tout arrangement amiable.

Le tracé est en nette pente (3,4 %) vers l’avenue Lenôtre et les eaux devront s’y déverser. Il faudra y construire un acqueduc pour les recevoir. Le projet est approuvé par le préfet et déclaré d’utilité publique en janvier 1901.

Document archives municipales

On procède activement aux formalités d’expropriation, d’indemnisation et d’acquisition des immeubles en vue de démolition. Edmond Ternynck, mis devant le fait accompli, accepte finalement un règlement à l’amiable. La rue Montyon est déclassée et supprimée, les servitudes la concernant disparaissent et les terrains qui la constituaient sont redistribués à leurs anciens propriétaires.

Les travaux peuvent démarrer. On se borne à niveler la voie nouvelle et à recouvrir le sol de cendrées. Les riverains vont pouvoir construire le long de la nouvelle avenue.