De la poste à l’IUT

C’est en janvier 1928 que M. Robert receveur principal, fait l’ouverture du nouvel hôtel des postes au public. Imposant par sa taille son style néo-flamand et par la dimension de ses services, cet immeuble accueillait les derniers perfectionnements de la science de l’époque : ascenseurs puissants, monte-charges électriques, monte-télégrammes pneumatiques, toboggans pour la descente du courrier…Il comportait une vaste salle pour l’accueil du public, et derrière les guichets une grande salle pour le tri du courrier par les facteurs. Un service de boîtes postales digne d’une grande ville, environ un millier, une salle de six cabines téléphoniques ouverte jour et nuit, une salle de télégraphe. L’immeuble est vaste ce qui contraste fort avec l’ancienne poste de la rue du Curé.

 L’hôtel des postes, peu après son ouverture Collection Médiathèque de Roubaix

On sait dès l’année 1967 qu’il est question de construire une nouvelle poste sur l’emplacement de la place des Halles, à l’époque occupé par le Lido, centre de transit entre la rue de Lannoy et le futur centre commercial Roubaix 2000. La ville souhaite transformer le grand immeuble postal en centre culturel, où s’installeraient la bibliothèque municipale, des salles de conférence et de réunion au deuxième étage, un musée au troisième, et le musée du folklore au quatrième. Petit bémol, les édiles de l’époque préfèrent parler de conservatoire des arts et traditions populaires. Les amis du Musée qui militent depuis longtemps pour un établissement de ce genre, relancent leurs appels pour enrichir le fond et annoncent déjà des animations telles qu’expositions de peinture, section philatélie…

La poste des années cinquante Collection Médiathèque de Roubaix

L’accord pour construire une nouvelle poste intervient en avril 1970, mais c’est seulement en 1975, soit deux ans après le démontage du Lido, que l’on reparlera de construire une autre poste, qui ouvrira le lundi 12 décembre 1977. La question du devenir de l’ancien bâtiment reste donc posée. Donné à la ville en l’échange des terrains nécessaires à la construction du nouvel bâtiment postal, ce bâtiment a besoin de travaux d’aménagement. La ville pense en faire à ce moment une maison des associations locales. En mars 1980, c’est toujours une friche administrative. On sait le montant des travaux d’aménagement, près d’un million et huit cent mille francs, et la ville a entrepris de faire restaurer la toiture. Les projets sont toujours les mêmes : carrefour pour les associations, centre de développement culturel, pouvant accueillir divers groupements artistiques, comme la compagnie de marionnettes de Jacques Vincent. Puis on parle de l’aménager en mini centre tertiaire, dont les bureaux seraient rétrocédés à des sociétés privées. En octobre 1980, le projet d’aménagement en maison des associations est retenu pour un concours organisé par l’état via le ministère de l’environnement intitulé architectures publiques.

Sont alors envisagés une salle de réunion de 150 places, une salle d’exposition, un centre de documentation et d’information, une cafétéria, des salles banalisées à la disposition des associations, des locaux affectés à des associations ayant des besoins particuliers (photo, audio visuel, poterie). L’état finance 50% de l’étude et si le projet est retenu, le fonds d’aménagement urbain participerait à hauteur de 35%. Si la ville s’est engagée dans l’étude, elle ne l’est pas pour les travaux. Le bâtiment étant en très mauvais état, il n’est pas impossible que la ville le revende.

L’hôtel des postes devenu IUT Photo Michel Farge

Les travaux de rénovation commencent en 1982 par la réfection de la toiture et ils se termineront en septembre 1984. A cette date, malgré une capacité d’accueil potentielle de 45 associations, la municipalité d’André Diligent estime que trop peu sont intéressées à l’occuper, il est donc décidé d’accueillir les étudiants de l’Institut Universitaire de Technologie C de Lille II (carrières juridiques, judiciaires et techniques de commercialisation), créé en 1974 à Villeneuve d’Ascq. Une aubaine pour Roubaix, qui est la capitale de la vente par correspondance. Les premiers étudiants en Management de la Distribution arrivent en décembre 1985. C’est en novembre 1986 que le ministre de l’éducation nationale de l’époque René Monoury viendra visiter un IUT de 500 étudiants sous la conduite de son directeur, Monsieur Werrebrouck.

L’union des Trois Villes

Au début des années soixante dix, l’histoire de la cité des Hauts Champs rejoint celle du quartier des Trois Villes. En effet, Hem, Lys et Roubaix se touchent avec les lieux dits suivants : Hauts Champs, Longchamp, Trois-Baudets, Trois–Fermes, Lionderie, Chemin Vert, Gare-de-Débord. Ce quartier des Trois Villes est constitué en grande partie par des constructions réalisées pendant la décennie précédente. Sa population est équivalente à celle d’une commune de 16.000 à 17.000 habitants, selon la presse. Cependant les équipements sont peu nombreux : il y a les écoles, deux centres sociaux, quelques magasins et depuis un an  une maison médicale. Pour animer ce vaste quartier, il faut un cœur de ville, pour lequel un espace existe, la grande plaine qui se trouve derrière la grande barre, entre la maison médicale et le centre social des Hauts Champs.

L’aménagement du terrain derrière la Grande Barre Photo Nord Eclair

En février 1971, au cours d’une réunion organisée par le CIL et les associations représentatives du quartier, les trois municipalités décident de créer un syndicat intercommunal, dont la vocation sera de définir les besoins en équipements du quartier des Trois Villes. Mais il faut attendre le 21 mars 1972 pour que le principe d’une première réalisation soit acté, celui d’une piscine près de la maison médicale. Le Syndicat intercommunal est donc créé, sans tarder, car l’opportunité d’une opération lancée par la Jeunesse et les Sports visant à édifier 1000 piscines industrialisées allait leur échapper, il ne restait qu’une piscine à attribuer pour le département du nord. La construction doit démarrer fin 1973.
Mais le quartier a d’autres besoins d’équipements collectifs : une crèche, un foyer de jeunes travailleurs, un centre de soins, mais aussi un terrain de football, un autre de volley ball, une piste d’athlétisme, sans oublier un bureau de poste, des cabines téléphoniques et une antenne de police.
Un certain nombre de personnes physiques et d’associations se réunissent le 23 octobre 1972 et crée l’Union des associations du quartier des Trois Villes, qui se donne comme objectif de veiller à l’aménagement et à l’équipement des terrains du secteur, en vue d’améliorer le cadre de vie, conformément aux besoins exprimés des habitants. Il s’agit pour eux de ne pas lâcher les municipalités, les administrations, les sociétés HLM pour qu’on passe aux réalisations.

L’Union des associations des Trois Villes en plein travail Photo Nord Eclair

Qui compose cette association ? Des représentants de l‘association des locataires de Longchamp, l’association des parents d’élèves du CES Albert Camus, de l’école Lafontaine, de l’école de Longchamp, de l’association des usagers du Centre Social des Trois Baudets et celle du Centre Social des Hauts Champs. Il y a aussi un certain nombre de personnes du quartier. Le président est M. Jean Lenne, le docteur Philippe Macquet et M. Albert Baetens en sont les secrétaires et M. Francis Noppe le trésorier.
Quels sont ses premières activités ? Trois commissions se sont mises au travail dont les thèmes sont les suivants : une enquête dans le quartier pour déterminer les souhaits de la population, le suivi des équipements décidés et les projets futurs, et enfin l’information auprès de la population et des autorités. L’union des Trois Villes se pose ainsi comme l’interlocuteur privilégié du syndicat intercommunal, et du CIL.