On reconstruit aux Nations Unies

Photo Nord Éclair

Photo Nord Éclair

En janvier 1980, toute la zone située devant l’église Notre-Dame, nivelée, attend le bon plaisir des lotisseurs. Avant la fin des démolitions dans la partie nord, avant la construction des chaussées, les travaux vont commencer par la plantation du mail destiné à aérer le centre ville. En avril, on plante 73 marronniers sur 485 prévus au total. Le maire, Pierre Prouvost et les responsables des espaces verts vont assister aux travaux, confiés à l’entreprise Masquelier. On choisit des arbres déjà vieux de 15 ans pour faciliter la reprise de leur végétation. Ce premier espace vert, représentant 6000 mètres carrés, devrait être suivi d’un autre, côté Blanchemaille, de deux hectares. Les 73 arbres sont plantés en deux jours.

Photos La Voix du Nord

Photos La Voix du Nord

Dès le mois de mai on met en chantier le parking et 193 logements. MM. Avinel, vice-président de la CUDL, Prouvost, le député-maire de Roubaix, et Albert Crépeau, secrétaire général du Nord posent la première pierre du Parking-Silo et d’un premier immeuble, la résidence Notre-Dame, qui sera érigée près de l’église, entre les rues Nain, des Lignes, et le prolongement de la rue de l’Hospice, sous l’égide du CIL et de la société d’HLM « Le Toit Familial ».

Les immeubles en construction au coin des rues Nain et des Lignes. Photo LVDN

Les immeubles en construction au coin des rues Nain et des Lignes. Photo LVDN

Tous ces logements seront pour une part livrés en la location, les autres en accession à la propriété, dans le but de mêler les populations. En septembre, le chantier est bien avancé. Il concerne 193 appartements. On constate pourtant qu’il reste encore une zone à démolir entre cet ensemble et la rue du vieil abreuvoir, au premier plan sur la photo suivante.

L'état des travaux - Photo Delbeck

L’état des travaux – Photo Delbeck

La tranche suivante intéressera les rues du Vieil Abreuvoir et du Curé, tout au sud de la zone à lotir. La première de ces deux rues devant devenir piétonnière, Au coin de ces deux voies, seul aura survécu le bloc du café du Carillon, qui sera désormais flanqué d’immeubles neufs représentant 26 logements rue du Curé et 28 rue du vieil abreuvoir. Au rez de chaussée, on installera des cellules commerciales.

La rue du vieil abreuvoir avant travaux et le projet – documents Nord Eclair

La rue du vieil abreuvoir avant travaux et le projet – documents Nord Eclair

Au coin des rues du vieil abreuvoir et Nain, l’ancienne poste, devenue recette municipale, est rachetée la société Texim de Villeneuve d’Ascq, qui désire y installer commerces et bureaux. L’extérieur du bâtiment, en bon état général sera peu transformé. Le rez de chaussée abritera une surface commerciale.

Document Nord Eclair

Document Nord Eclair

En avril 1981, le CIL aménage deux appartements témoins dans l’ensemble Notre-Dame. La suite des travaux comprend un groupe d’immeubles formant un U, la résidence Le Nain, et un groupe scolaire, situés entre le prolongement de la rue de l’Hospice, les rues Nain et du vieil abreuvoir. A l’instigation du CIL également, cet ensemble représentera 46 appartements en locatif et 98 en accession à la propriété.

Document Nord Eclair

Document Nord Eclair

Néanmoins, en juillet 82, la Voix du Nord se fait l’écho des difficultés qu’éprouvent les promoteurs à vendre leurs appartements. Ceux-ci semblent pâtir d’une mauvaise réputation et peinent à attirer les classes moyennes espérées. Celles-ci seraient rebutées par la petite délinquance et les impôts locaux. La municipalité réagit par une « offensive de charme » : on déclasse fiscalement les nouveaux appartements pour diminuer les impôts des acquéreurs. ; on assure par la voix du commissaire de police que le quartier est est un des plus calmes de Roubaix, et on nomme deux îlotiers chargés d’assurer la sécurité. Cette capagne porte ses fruits. En septembre, il ne reste que 35 appartements de libres.

Les travaux se poursuivent et, à l’été 83, les ensembles de la zone sont construits.

Photo la Voix du Nord

Photo la Voix du Nord

Les prochains travaux vont maintenant porter sur la zone marquée par un 3 sur la photo précédente, dans le triangle formé par ce qu’on appelle désormais l’avenue des Nations Unies et les rues du Pays et des Lignes. Un nouvel ensemble, qu’on nomme « Ambroise Paré », va englober et former un ensemble avec l’école d’infirmières, restée debout, sera érigé par la SRIEM, la Société Roubaisienne Immobilière d’Économie Mixte et comprendra 101 logements locatifs. La même société prolongera cet ensemble, toujours le long de l’avenue des Nations Unies, sur l’autre trottoir de la rue des Lignes.

L'ensemble, vu des Nations Unies et de la rue du Pays

L’ensemble, vu des Nations Unies et de la rue du Pays

 

Les documents proviennent des archives municipales.

 

 

 

Démolitions et disparitions

L’année 1979 voit la poursuite des travaux dans la partie nord du chantier, au delà de la rue des Lignes. L’église était flanquée des rues des Écoles et Saint Pierre. La première de ces deux rues ne sera pas touchée ; elle est essentiellement constituée des bâtiments du Lycée technique de jeunes filles et du CET, partis depuis 1972 s’installer rue du Maréchal Foch, et remplacés par des sections commerciales transfuges de Turgot. Par contre, la rue Saint Pierre va complètement disparaître avec une grande partie du pâté qu’elle borde : la pénétrante va passer juste à cet endroit.

L'église et la rue Saint Pierre – collection particulière

L’église et la rue Saint Pierre – collection particulière

Cette rue comportait nombre de commerces, et encore en 1968, au 6, Diffunor, une librairie de gros, un café-tabac au 14, une épicerie au 18. Toutes ces maisons et leur jardin vont disparaître. Seule subsistera derrière l’ancienne usine reprise après guerre par le négociant en tissus Delespierre-Baeyens, qui s’étendait de la rue des Lignes à celle de l’Ermitage. Le mur de cette entreprise bornera longtemps la nouvelle avenue, avant qu’on n’y construise des immeubles neufs.

Le mur de l'usine, depuis le coin de la rue de l'Ermitage

Le mur de l’usine, depuis le coin de la rue de l’Ermitage

Deux pâtés de maisons séparaient le chevet de l’église, et la rue de l’Ermitage, de la rue Blanchemaille, entre les rues Notre-Dame et de Vaucanson. Tout cet ensemble va disparaître, de même que la rue St Honoré qui les séparait. Anciennement constitués de petites maisons et de courées, et de quelques entreprises, ces deux ensembles n’avaient pas évolué depuis un siècle, même si des démolitions avaient déjà été effectuées en 1975.

5-3-96dpi

Les deux côtés des rues Notre-Dame et Vaucanson sont expropriés. La rue Notre-Dame, va laisser place à l’extension de l’ENSAIT, et la rue de Vaucanson, à celle de la Redoute qui se développe à cette époque. Commencée début 78 la construction d’un nouveau bâtiment rue Blanchemaille permet d’accueillir les services de cette entreprise derrière une façade de verre. Une innovation : dans ce nouvel immeuble, les bureaux seront séparés par des cloisons amovibles modulaires.

Les rues de Vaucanson (photo la Voix du Nord) et Notre-Dame à l'époque.

Les rues de Vaucanson (photo la Voix du Nord) et Notre-Dame à l’époque.

Par la même occasion, on prévoit une extension à la Redoute côté pair de la rue de Vaucanson, constitués de petites maisons, toutes construites sur un plan identique. Les numéros 26 et 66 seront ainsi détruits par la communauté urbaine. Tout ce bloc va disparaître, remplacé un moment par un parking.

rue de Vaucanson

rue de Vaucanson

Avec les démolitions et les trous béants créés dans le substrat urbain, il devient difficile d’assurer la sécurité : les habitants se plaignent des vols qui se multiplient dans le maisons encore habitées des rues Notre-Dame, Saint Honoré, Vaucanson, et Saint Etienne, et réclament une surveillance accrue de la police. Ils demandent, en outre, la suspension des démolitions tant que le relogement de tous n’est pas assuré. En effet, les constructions à l’Alma-Gare sont à peine en cours, et les chantiers débutent seulement près de la rue des Lignes. Pour l’heure, sur le tracé de la pénétrante, on creuse des tranchées pour distribuer le chauffage, et on dévie les canalisations.

Photo la Voix du Nord

Photo la Voix du Nord

A suivre…

Les documents proviennent de la médiathèque et des archives municipales.

 

 

Nations Unies : les démolitions 78

Au printemps 1978, le souci principal des élus est de redonner un second souffle au centre de Roubaix. La modernisation de l’Ensait, maintenue sur place, l’extension de la Redoute dans des locaux neufs, le centre Mercure, formeront des pôles d’attraction que la pénétrante va relier directement au centre. On considère qu’il faut procéder rapidement à la démolition d’un quartier fait en grosse partie de bâtiments industriels désaffectés, d’immeubles déjà détruits, et d’habitations insalubres, évacuées pour la plupart par leurs habitants, pour attirer les investisseurs. Il s’agit de ramener les habitants des classes moyennes partis vers l’extérieur grâce à des constructions de standing mêlées de façon équilibrée aux nouveaux logements sociaux et à des activités tertiaires à développer.

La Voix du Nord - 1978

La Voix du Nord – 1978

Le parking-silo, prévu face à la salle de sports qu’on vient de construire, tiendra toute sa place dans le projet, dans lequel s’insérera également l’extension du secteur piétonnier et la création d’un espace vert, mail planté le long de la future avenue. Pourtant, il n’est pas prévu de tout raser d’un coup ; les démolitions s’effectueront en phases successives, synchronisées avec les travaux de reconstruction.

Les travaux de démolition vont battre leur plein fin 1978, début 1979. Ils toucheront d’abord le secteur compris entre la rue du Vieil Abreuvoir et l’église Notre Dame, limité à l’ouest par la rue Nain, et à l’est par la rue Pellart, dont le côté impair est déjà démoli.

Photo IGN 1975

Photo IGN 1975

Les constructions du rue du Vieil Abreuvoir, dont seuls survivront au coin de la rue Nain les bureaux des contributions, logés dans l’ancienne Poste, et, à l’autre extrémité le café « Le Carillon » au coin de la rue Pellart, sont pour une bonne part des commerces. On y rencontre pourtant un nombre important d’associations : l’Association Centrale Roubaisienne, les œuvres des Catéchismes, l’Union Nationale et Républicaine, le Secrétariat familial, le secrétariat de la DRAC, l’union des Sociétés sportives de Roubaix, la Jeunesse Dramatique, l’Association des Prisonniers de Guerre du Nord, le Camping Club International, l’Amicale du personnel de direction de l’Industrie Textile, le Centre Culturel espagnol…

Les immeubles à démolir rue du vieil Abreuvoir – photo Nord Eclair 1955

Les immeubles à démolir rue du vieil Abreuvoir – photo Nord Eclair 1955

Dans les années 60, le périmètre abrite nombre d’entreprises et de négociants textiles. Dans la rue Nain, côté pair : Ridoblanc, la Manufacture de la Lys, Plasti-Décor, Mullié-Lesage, Desmarchelier et fils, Lecomte et Fils, César et Emile Pollet, ainsi que des domiciles privés. L’usine César Pollet fils, au coin de la rue des Lignes, est démolie depuis peu : on abat sa cheminée en 1976.

La rue des lignes ferme notre quadrilatère. On y rencontre également côté pair des entreprises souvent textiles : au 6 les établissements Declercq-Dupont et le Comptoir Textile de France, les établissements Robert, parfumeur en gros, au 3 la Société Anonyme Weil, fabricant de tissus, les établissements Prouvost et Bernard, les tissus Bonnel, la société industrielle d’importation de tissus, Bonnel et Flipo, Delespierre-Baeyens, et, au bout de la rue, au débouché de la rue du Pays, les établissements Lepoutre.

La rue des Lignes en 1926 – La chute de la cheminée Pollet - photo Nord Eclair

La rue des Lignes en 1926 – La chute de la cheminée Pollet – photo Nord Eclair

L’essentiel des bâtiments de la rue des Lignes vont disparaître, à l’exception des deux extrémités, côté impair, en même temps que l’ensemble du quadrilatère. Une photo de 1980, prise depuis le haut du parking-silo, nous montre une zone boueuse qui va jusqu’à la rue des Lignes et l’église Notre-Dame après les travaux de démolition. Il ne reste que quelques maisons à démolir dans les premiers numéros pairs de la rue des Lignes. Celles-ci ne survivront pas longtemps : les premiers immeubles neufs vont être érigés sur leur emplacement !

Photo La Voix du Nord Janvier 1980

Photo La Voix du Nord Janvier 1980

A suivre…

Les documents proviennent des archives municipales et de la médiathèque de Roubaix