Une héroïque ouvrière

Marie Bettremieux, née Marie Buisine, habite avec son mari, Henri, au 96 rue de la Balance. Ils ont 3 enfants : Henri, Marie et Simone. A l’âge de 55 ans, en 1924, elle est ouvrière à l’usine Demarcq, fabricant de toiles, sacs et tapis, au 1 quai du Sartel. Elle travaille dans la pouponnière de l’usine, où sont gardés les enfants des ouvrières, pendant les heures de travail. Elle est responsable de cette garderie depuis 1921.

( Document coll. priv. )

Le 24 Octobre 1924, le feu se déclare au milieu de l’après-midi au sous sol de l’usine, où sont stockées les matières premières et en particulier la toile de jute qui sert à la fabrication des sacs. Le feu se propage à une rapidité foudroyante et atteint très vite l’escalier qui conduit à la garderie.

( Document Le Pèlerin )

Une dizaine de bébés se trouvent dans le dortoir. Marie Bettremieux s’y précipite et sort plusieurs enfants en deux ou trois fois ; ils sont sains et saufs mais il reste deux poupons. Marie, n’écoutant que son courage, retourne dans le fond du dortoir où se trouvent les berceaux des derniers enfants : un garçonnet de 3 ans et une fillette de 18 mois. Mais le brasier est épouvantable et l’héroïque gardienne ne revient pas.

( Document coll. priv. )

C’est seulement à la nuit tombée que les pompiers peuvent sortir les corps carbonisés des deux enfants ainsi que celui de Marie, morte pour avoir essayer de les sauver. Ce drame provoque dans toute la ville une émotion intense et incommensurable. Jean Lebas, maire de Roubaix, décide alors d’organiser des funérailles solennelles pour ces trois victimes.

( Document coll. priv. )

«  Désirant perpétuer le souvenir de cette humble femme du peuple qui n’hésita pas à sacrifier sa vie pour sauver celle des autres, votre administration a décidé, à titre d’hommage public, de donner son nom à une rue de la Ville.  » C’est en ces mots élogieux que, le 5 Décembre 1924, le maire de Roubaix, Jean Lebas, parle de la femme qui a donné son nom à l’ex-rue de la Balance, Marie Buisine.

( Document coll. priv. )

Sur la plaque de la rue portant son nom, figure l’inscription « Victime du Devoir au cours de l’incendie du 24 octobre 1924 ».

Marie Bettremieux, née Marie Buisine, a été décorée de la croix de la Légion d’honneur à titre posthume, sur la proposition de M. Chautemps, ministre de l’Intérieur. Son mari Henri, déjà durement éprouvé par la mort de son fils en 1918, ne se remet pas de la disparition brutale de sa femme et décide de mettre fin à ses jours en 1925. Le sublime dévouement de cette humble ouvrière, morte pour sauver « ses chers enfants », sera souvent cité en exemple dans les leçons d’éducation morale.

La crèche en 1894 ( Document Archives Municipales )

Au début des années 1960, la crèche municipale, située au 57 rue Marie Buisine (construite en 1894), est rasée pour cause de vétusté. En 1964, la nouvelle crèche Marie Buisine est construite sur le même emplacement. Elle est plus vaste, plus spacieuse, capable de recevoir une quarantaine d’enfants, et surtout avec une orientation différente.

( Document Archives Municipales et Photo BT )

Cette crèche est toujours en fonction et sera transférée, en 2020, à deux pas, rue Lannes, dans un immense centre social multi-accueil, comprenant une crèche, un CCAS ( centre communal d’action sociale ), une PMI ( protection maternelle et infantile ). Les travaux devraient démarrer en 2019 ; l’inauguration est prévue en 2020.

.

Remerciements aux Archives Municipales et au personnel de la crèche Marie Buisine.

.

Bébés échangés

Jeanine Piesset habite à Wattrelos, au Clair Logis, 2 Boulevard de la Liberté ; son mari est contremaître à la Lainière, juste en face de leur domicile.

Jeanine Piesset ( Document INA )

Dans la nuit du 27 au 28 Août 1950, Jeanine Piesset est à la maternité de l’hôpital de la Fraternité à Roubaix, au 1er étage, pour accoucher. A 3h30 du matin, bébé arrive. La sage-femme, Mme Huyghe, lui annonce : c’est un garçon. Jeanine est déçue car elle a déjà un garçon et souhaitait tant avoir une fille.

Mme Scoropad, l’assistante de la sage-femme, procède à la toilette du bébé.

– Comment souhaitez-vous l’appeler ?

– Guy, et en deuxième prénom, Roger.

Mme Huyghe remplit les papiers nécessaires. On installe la jeune femme dans une pièce attenante et l’assistante de la sage femme dépose Guy Roger, le nouveau-né, au pied du lit.

Jeanne Wahl, soigneuse, née en 1921, habite 80/25 cour Vroman, rue Edouard Anseele, avec son concubin, Jean Baptiste Deroch, forgeron .

Jeanne Wahl ( Document INA )

Jeanne Wahl accouche vers 5h30. La sage-femme, Mme Huyghe, assistée de Mme Herbeaux lui annonce ;

– C’est une fille.

– Oh mon Dieu, encore une fille ! répond l’accouchée qui a déjà une fille.

– Comment souhaitez vous l’appeler ?

– Jeanne, comme moi, et en deuxième prénom : Louise.

Mme Huyghe remplit les fiches pour l’état civil et annonce à Jeanne Wahl qu’elle va devoir attendre dans la salle commune que le jour se lève. Vers 8h30, les filles de salle descendent les deux mères et leurs bébés au rez de chaussée dans les lits 15 et 16.

Le 1er Septembre, les 2 mères s’apprêtent à quitter la maternité. Jeanine Piesset assiste pour la première fois à la toilette du bébé.

– Mais c’est une fille !

– Oui et alors ?

– On m’a dit que c’était un garçon !

En quelques minutes, la maternité est sans dessus dessous. Il faut vérifier le sexe de l’enfant de Jeanne Wahl qui a accouché pratiquement au même moment. Les bébés ont peut-être été inter changés. On vérifie : le bébé de Jeanne Wahl est un garçon !

Le docteur Geller, médecin accoucheur de la maternité, décide :

– Il y a eu erreur, Mesdames, veuillez échanger vos enfants !

Dans le bureau de M. Vaneyck, le directeur de l’hôpital, Jeanne Wahl tend son bébé à Jeanine Piesset pour l’échanger mais celle-ci refuse et s’enfuit.

– C’est ma fille ! C’est l’enfant que j’ai mis au monde. Plutôt mourir que de le rendre !

Une enquête administrative est ouverte à l’hôpital, et un casse-tête se pose alors pour l’état civil :

– un garçon de sexe féminin qui s’appelle Jeanne Louise que l’on surnomme Henri

– une fille de sexe masculin qui se prénomme Guy Robert et qu’on appelle Viviane

Les avocats Brochen et Diligent ( document coll. priv. )

Maître Yves Brochen, avocat des époux Piesset, et Maître André Diligent, avocat des époux Deroch, sont chargés de l’affaire qui va durer des années ! Au Tribunal de Lille, le professeur Muller va présenter ses études d’hématologie ; puis des expertises sont réalisées et des contre-expertises se succèdent. Le Docteur Semaille, de l’Institut Pasteur, reprend le dossier. Les experts tâtonnent : On ne connaît pas l’analyse ADN et le petit bracelet au poignet n’existe pas encore ! On fait appel au Docteur Race, de l’institut Lister, de Londres.

La justice conclut, en Mars 1956, qu’il y a bien eu substitution à l’hôpital de la Fraternité de Roubaix, il y a 6 ans, mais sans, pour autant, désigner de responsables. Les enfants sont accueillis alternativement dans leur famille de cœur et leur famille de sang, avec des droits de visite, comme pour les divorcés. C’est un psychodrame permanent sous l’œil des médias du monde entier.

( document coll. priv. )

En 1960, les enfants ont 10 ans. Jeanine Piesset refuse d’accueillir Henri qui continue d’être élevé par Jeanne Wahl Deroch. Celle-ci obtient la garde définitive de Viviane qui a grandi au foyer des Piesset.

Les enfants en 1960 ( document INA )

On ignore ce que sont devenus ces enfants, élevés comme frère et sœur, et qui ont 67 ans à ce jour ; chacun défend sa thèse sur les raisons de leur échange. Ce que l’on sait, en revanche, c’est que cette histoire a été source d’inspiration pour le réalisateur roubaisien, Étienne Chatiliez, quand il a écrit le scénario de son film « La vie est un long fleuve tranquille » en 1988, lequel a connu un énorme succès.

André Diligent qu’on surnommait « l’avocat des pauvres », et qui est, par la suite, devenu maire de Roubaix, est décédé en 2002.

.

La Caisse d’Epargne

La Caisse d’épargne de Roubaix, créée en 1842, est un établissement autonome, contrôlé par l’État, autorisé par une ordonnance royale. La caisse d’épargne se limite à la gestion de comptes d’épargne et de prêts simples pour les particuliers. Les bureaux, en 1847, sont d’abord installés dans la salle de Justice de Paix de l’hôtel de ville.

( Document coll. priv. )

Le siège social de la Caisse d’Épargne de Roubaix est construit, en 1890, au 5 de la rue du Château, avec une magnifique façade de style néogothique. A l’intérieur, les murs sont en pierre de taille, les guichets en chêne massif ; le personnel est protégé de toute agression par des vitres et des hygiaphones.

( Document coll. priv. )

( Document coll. priv. )

Pour les clients, le livret de Caisse d’Épargne permet de conserver la trace des versements et des intérêts perçus. La Caisse d’épargne ne rencontre pas un succès immédiat du fait de la faible capacité d’épargne des classes populaires mais aussi d’une confiance faible envers l’institution. Il faut attendre les années 1920 pour constater un développement conséquent.

( Document coll. priv. )

Dans les années 1930, la croissance se confirme et on trouve des agences de Caisse d’Épargne et de prévoyance dans les villes en périphérie : Croix, Wasquehal, Leers, Wattrelos, Hem et Lannoy.

( Document coll. priv. )

Pendant la deuxième guerre mondiale, le bâtiment abrite la Croix rouge qui y soigne les blessés. Dans les années 50, l’amélioration des conditions économiques relance l’épargne. Le célèbre Livret de Caisse d’Épargne est offert, avec une petite somme d’argent, à chaque enfant à la naissance. Nous sommes en pleine explosion démographique (le baby-boom d’après guerre) et le bâtiment de la rue du Château devient rapidement trop petit.

( Document IGN )

En 1958, Félix Watine, président de la Caisse d’Épargne, décide de construire un nouveau siège social sur le trottoir d’en face, à l’angle de la rue du château et de la rue de l’Hôtel de ville.

( Document coll. priv. )

C’est un projet ambitieux de 277 millions de Francs qui est confié à l’architecte Omer Lecroart, dont l’étude se trouve au 72 avenue Jean Lebas.

( Document Archives Municipales )

Au rez de chaussée on trouve un vaste hall de réception du public, la loge du concierge G Dutertre, les bureaux de la direction, la comptabilité. Au sous sol, on trouve la salle des coffres-forts, la chaufferie, les archives, les vestiaires et sanitaires pour le personnel. A chaque étage, des appartements immenses sont vendus à des particuliers ; au total 6 appartements de 7 pièces, et 3 appartements de 4 pièces. L’architecte Omer Lecroart fait d’ailleurs l’acquisition d’un appartement au dernier niveau. L’entrée des clients se fait par la rue de l’Hôtel de ville, l’entrée des résidents par la rue du Château.

( Document Nord Éclair )

Le 25 Septembre 1961, la nouvelle Caisse d’Épargne est inaugurée par M. Valéry Giscard d’Estaing, alors secrétaire d’état aux finances. M Henri Eecklan, vice président de la Caisse d’Épargne, remplace M Félix Watine souffrant. Il accueille les différentes personnalités : Mrs Hirsch, préfet, Lepargneur, chef de cabinet, Poniatowski, directeur de cabinet du ministre, Provo, maire de Roubaix . . .

( Document Nord Eclair )

M Giscard d’Estaing fait une brillante allocution. Nul doute que cette personnalité ambitieuse est promise à un bel avenir. Les discours se succèdent et, après la cérémonie, les 500 personnes sont invitées à un banquet à la salle Watremez qui vient d’être rénovée. Une superbe plaque commémorative en métal est offerte à chaque convive.

( Document coll. priv. )

En 1963, l’ancien bâtiment de la Caisse d’épargne, rue du château, est rasé pour construire, à la place, une partie du centre commercial : Le Lido.

( Document coll. priv. )

L’écureuil devient l’emblème des Caisses d’épargne. L’image de ce petit animal n’est pas anodine pour la banque ; il garde ses petites noisettes et les fait fructifier pour sa petite famille. En 2010, la Caisse d’Épargne quitte les locaux de la rue du Château, pour s’installer Grande Rue.

Aujourd’hui, les services municipaux occupent une très grosse partie du bâtiment. La façade est inchangée ; en revanche, à l’intérieur, le hall d’accueil a été complètement aménagé ; la salle des coffres a disparu ; les appartements à l’étage ont été transformés en bureaux.

( Photos BT )

.

Remerciements aux Archives Municipales.

.

Inauguration CPAM 1969

Situé en bordure de la place du Trichon, au n°6 de la rue Rémy Cogghe, le nouvel immeuble de la sécurité sociale est déjà mis en service depuis quelque temps quand on parle de l’inaugurer. Les travaux se sont terminés au cours de l’été 1969.

Invitation pour l’inauguration Doc Coll particulière

Caisse de seconde catégorie, la CPAM de Roubaix figure parmi les plus importantes de France. L’article de presse fait l’énumération des bonnes conditions qui permettent un travail et un accueil plus agréables. Les locaux sont spacieux, clairs, bien chauffés. Dix huit guichets gèrent les demandes. Quinze autres guichets sont installés dans les étages supérieurs pour d’autres régimes de prestation. Les paiements à vue sont gérés par un système de distribution de tickets, et les assurés sont appelés à leur tour. En attendant, ils peuvent patienter confortablement assis dans le hall. À cette époque, la caisse d’assurance maladie couvre les besoins de 100.000 assurés sociaux pour 300.000 bénéficiaires.

Inauguration par Victor Provo et Jean Delvainquière Photo Coll particulière

Finalement les nouveaux locaux de la sécurité sociale et de la caisse primaire d’assurance maladie sont inaugurés le 18 décembre 1969. Victor Provo maire de Roubaix et Président du Conseil Général coupe le ruban en présence de Jean Delvainquière maire de Wattrelos, mais également Président du conseil d’administration de la CPAM qui annonce : ce nouvel immeuble constitue un excellent point de départ pour l’humanisation souhaitée de la Sécurité Sociale. L’architecte est mis à l’honneur pour cette véritable prouesse. Victor Provo intervient à son tour. Il retrace un bilan de l’évolution des lois sociales depuis 1930, et conclut qu’une telle réalisation devrait permettre à notre population ouvrière de se sentir soutenue.

La foule pendant l’inauguration Photo NE

S’exprime ensuite M. Derlin Président du CA de la CPAM qui souhaite une heureuse retraite à M Leduc actuel directeur de la CPAM qui sera bientôt remplacé par M. Demonchaux. Il termine son propos sur la fonction nouvelle et humaine de la sécurité sociale, qui sera aidée en cela par l’électronique, perçue comme un moyen d’améliorer la gestion et non comme un concurrent déshumanisé du personnel.

Pendant la visite Coll particulière

S’ensuivent la visite des installations et un banquet servi salle du centre à Wattrelos. Parmi les personnalités on pouvait remarquer entre autres personnalités un grand nombre de maires des communes voisines (Croix, Wasquehal, Lys, Leers, et les divers représentants des directions de l’urbanisme, de la santé et de la sécurité publique.

Merci à Nicole Duhamel pour les superbes photos et le carton d’invitation !

Cet article est dédié à tous mes camarades du lycée VDM qui iront travailler dans ce nouvel immeuble quelques années plus tard. Ils se reconnaîtront.

La Sécu à Roubaix

Le Conseil national de la Résistance intègre à son programme « un plan complet de Sécurité sociale, visant à assurer à tous les citoyens des moyens d’existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se le procurer par le travail, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l’État. (Ordonnance du 4 octobre 1945).

Les locaux de la caisse la Famille en 1936 Photo JdeRx

A Roubaix, la Sécurité Sociale succède à La Caisse primaire d’assurances sociales « La Famille » qui se trouvait à l’emplacement d’une ancienne usine de la rue du Grand Chemin autrefois occupée par la société Masurel Leclercq fabricants textiles. Cette caisse avait fait construire ses nouveaux locaux en 1936 aux n°19 et 21 rue du Grand Chemin et les inaugura à l’occasion de son vingt cinquième anniversaire en présence du Cardinal Liénart. Jusqu’ici, cette caisse de capitalisation se trouvait rue du château. C’est là que s’installa la sécurité sociale à Roubaix au début des années cinquante.

Le futur emplacement de la caisse rue Rémy Cogghe Photo NE

Mais bientôt la progression du nombre des assurés, l’augmentation des effectifs de la caisse (292 agents en 1961, 341 en 1968) du nombre des assurés (95222 en 1961, 123000 en 1968) nécessitent une réimplantation des services pour de meilleures conditions de travail et une meilleure réception du public. En 1966, l’architecte roubaisien Omer Lecroart basé 10 rue du château présente un projet. À cette époque, le comité d’entreprise n’avait pas de local, les ateliers étaient au sous sol sans aération, il n’y avait pas de salles pour les cours professionnels organisés depuis 1964, les archives se trouvaient dans les couloirs ou dans un autre immeuble à une centaine de mètres. M. Leduc directeur de la caisse avait fait l’estimation suivante : 11500 m² étaient nécessaires, alors qu’il n’y en avait que 4668 m². En Janvier 1968, l’annonce est faite, les travaux des nouveaux bâtiments de la sécurité sociale vont commencer en février pour un montant de 600 millions d’anciens francs et pour une durée de dix huit mois. Pour réaliser ce projet, le conseil d’administration a acquis trois propriétés derrière l’ancien bâtiment donnant sur la place du Trichon.

Plan de situation 1967 Photo NE

Le bâtiment du grand chemin abritera l’ensemble des cabinets médicaux sur trois niveaux, et les nouveaux bâtiments qui vont du 16 au 20 rue Rémy Cogghe sur une longueur de 80 m seront édifiés en respectant le plan d’urbanisme. Il faut notamment tenir compte du Trichon qui traverse la propriété entre le bâtiment de la rue du Grand Chemin et la future implantation, pour aller rejoindre le grand collecteur par la rue des Fabricants. Il faut donc bâtir en dehors, et aussi respecter le front à rue, c’est à dire construire en deçà de la rue Rémy Cogghe. Le futur immeuble fera cinq étages, 56 mètres de long 13,5 de large avec un bâtiment perpendiculaire de 34 m sur 26. Le nouveau bâtiment accueillera dans un grand hall des prestations avec des guichets à boxes pour que la discrétion soit assurée, et on adoptera le système de tickets numérotés, afin d’assurer la fluidité des réceptions. Au premier étage se trouvera le service des accidents du travail, au second le service social, les pensions d’invalidité, les immatriculations, les tiers payants. Au troisième, il y aura le contrôle médical, neuf médecins conseils y seront réunis, alors que jusque là on devait louer l’immeuble n°20 de la place du trichon. Au quatrième, la comptabilité et le service du contentieux et au cinquième étage, la direction, avec la salle du conseil, des salle de cours et de commission et le service du matériel.

Le chantier en cours 1969 Photo NE

L’entrée du public se fera donc par la rue Rémy Cogghe et l’entrée du personnel par la rue du grand chemin. Une extension est prévue en prolongement du grand bâtiment à étages pour loger les cabinets médicaux et dentaires, ainsi que la cession des bâtiments actuellement occupés à d’autres locataires.

à suivre

La clinique Descarpentries

Maurice Descarpentries est fils et petit-fils de médecin. Originaire de Lomme, après ses études au collège d’Armentières, il entre à la faculté de médecine de Lille. Il passe ses examens avec succès, devient médecin et continue donc la tradition familiale : docteur de père en fils. En 1905 il habite au 6 rue Pauvrée et partage son cabinet médical du 46 rue Pauvrée avec le Docteur Fauverghe. Il entre comme chirurgien à l’hôpital de la Fraternité de Roubaix.

Maurice Descarpentries ( coll privée )

Maurice Descarpentries ( coll privée )

En 1910 il a 31 ans; il décide de construire sa propre clinique privée. Il choisit un terrain vierge, à l’angle du Boulevard de la République à Roubaix et du Boulevard Descat à Tourcoing. Selon lui, c’est un endroit très bien placé, au beau milieu de ces 2 importantes cités, qui lui assure de grandes facilités de communication avec le passage des tramways; c’est un lieu très calme face au canal, éloigné des usines et des quartiers populaires. Il souhaite une clinique modèle, gaie, avec toutes les techniques modernes d’hygiène. Il s’est inspiré pour cela, des autres cliniques privées qu’il a visitées, Pour la construction, il confie le dossier à Auguste Dubois, architecte diplômé par le gouvernement, qui a son bureau au 4 rue de la Fosse aux chênes.

La clinique Descarpentries (coll privée )

La clinique Descarpentries (coll privée )

La clinique ouvre en Avril 1913. Elle comprend un vaste bâtiment dont une aile est formée par l’habitation du docteur, et l’autre par les chambres des malades. Ce bâtiment entoure le jardin. Le rez de chaussée comprend un vestibule, un bureau, une salle d’attente. Dans le fond se trouvent le laboratoire et la salle de radiographie.

Une chambre ( coll privée)

Une chambre ( coll privée)

Au premier étage, on trouve les chambres des malades, et une longue galerie de 100 mètres, qui donne sur le jardin. Toutes les chambres sont gaies; elles sont bien isolées du bruit et de la chaleur, avec des matériaux très modernes pour l’époque. Elles sont éclairées à l’électricité par un plafonnier, et chauffées par un radiateur. Certaines chambres ont des toilettes. Les malades peuvent contacter la salle de garde, par une sonnette électrique. La salle d’opération se trouve au même étage, très moderne, très vaste, avec une hygiène absolue. Tout le personnel est logé au deuxième étage.

La salle d'opération moderne ( coll privée )-Le docteur Descarpentries entouré de ses deux enfants, et du personnel de la clinique 1916 ( coll M. Samsoen )

La salle d’opération moderne ( coll privée )-Le docteur Descarpentries entouré de ses deux enfants, et du personnel de la clinique 1916 ( coll M. Samsoen )

Les débuts pour la clinique sont difficiles; la guerre 14-18 commence juste après l’ouverture de 1913. Il faut attendre le début des années 1920 pour que le succès soit au rendez vous; la clinique ne désemplit pas, et Maurice Descarpentries pense déjà à agrandir. En 1926 il fait construire un logement de 4 pièces au dessus de l’entrée principale. C’est une prouesse technique que de construire un étage sur le vide, et c’est un bel ensemble homogène et harmonieux puisque le constructeur a utilisé les mêmes matériaux.

Entrée de la clinique ( coll privée )

Entrée de la clinique ( coll privée )

La fille du docteur Descarpentries, Marguerite, se marie en 1927 avec Michel Samsoen, qui est également médecin chirurgien et va donc pouvoir aider son beau père à la direction de la clinique. En 1936 la clinique se modernise encore: un monte malade est installé par l’entreprise Henri Monnier de Roubaix. Cet ascenseur est particulièrement utile et pratique et on imagine aisément le soulagement des brancardiers! Parmi les clients de la clinique, on trouve des personnalités renommées, comme par exemple Maxence Van Der Meersch qui s’y fait soigner par son ami de longue date,

Carte de visite M Van Der Meersch ( coll M. Samsoen )

Carte de visite M Van Der Meersch ( coll M. Samsoen )

Maurice Descarpentries continue ses nombreux travaux de recherches pour le développement de la médecine. Il se spécialise dans la chirurgie, l’anesthésie, la gynécologie. Il se signale au monde savant par des publications remarquables. De nombreuses distinctions lui sont décernées: chevalier de l’ordre de Léopold, officier de l’instruction publique, médaille d’argent de l’assistance publique, officier d’académie,

Maurice Descarpentries recevant des distinctions ( coll M. Samsoen )

Maurice Descarpentries recevant des distinctions ( coll M. Samsoen )

Michel Descarpentries décède en 1945. Son gendre Michel Samsoen continue alors à gérer la clinique, aidé par son directeur Casiez Ecrepont qui occupe le logement de fonction de l’établissement,

Projet d'aménagement 1963 ( archives municipales )

Projet d’aménagement 1963 ( archives municipales )

Les affaires sont toujours florissantes dans les années 50, et en 1963 Michel Samsoen fait une demande de permis de construire pour une chaufferie et une chambre, mais ne réalisera pas les travaux, car les premières difficultés apparaissent. Un rapprochement avec d’autres établissements est nécessaire ( comme par exemple la clinique du Dr Omez boulevard de Cambrai ou la clinique Saint Martin rue de l’Amiral Courbet ) Malheureusement la clinique ferme au milieu des années 1970 entraînant le licenciement d’une quinzaine de personnes. Michel Samsoen prend sa retraite. Son fils Maurice Samsoen, qui l’aidait à la gestion, participera à la création de la Clinique du Parc à Croix, puis partira à la clinique de Wattrelos. La clinique Descarpentries est vendue en 1980 à Lucien Lagache, commerçant possédant 3 magasins de meubles et d’électro-ménager rue de Lannoy, dépositaire des produits Brandt et Grammont. Il va transformer le bâtiment en magasin de meubles haut de gamme. La clinique va pouvoir revivre à nouveau sous une forme différente !

Lucien Lagache ( coll privée )

Lucien Lagache ( coll privée )

Le concept est intéressant et original. L’idée est de proposer des meubles de très grande qualité et de finition parfaite à la clientèle, en conservant l’architecture et l’agencement intérieur. Lucien Lagache veut que chaque meuble soit présenté un peu «comme chez soi». La clinique a été livrée «dans son jus» avec tous les meubles, la salle d’opération, les bureaux, etc… Les chambres de la clinique deviennent des salons, des salles de séjour ou des cuisines. Il est nécessaire que le meuble soit présenté dans une ambiance adéquate, comme par exemple un meuble Louis XV dans une pièce de couleur vieux rose, un style Empire dans un décor vert. Le nom donné est «La Châtellenie». D’importants travaux sont donc réalisés en 1981:rénovation de la façade et peintures intérieures. L’emplacement des deux maisons situées au 71 et 73 du Boulevard, qui avaient été rasées, va devenir le parking clients pour le magasin. Une mini cafétéria sera créée.

La Châtellenie ( archives municipales )

La Châtellenie ( archives municipales )

Le démarrage est difficile: retard dans les travaux, manque de trésorerie , peu de rotation des stocks, tracasseries administratives. Lucien Lagache se démène pour s’en sortir; ainsi il expose et vend ses meubles soldés à la salle du Fresnoy de M Deconinck, toute proche. Deux ans plus tard «La Châtellenie» dépose le bilan. En 1986, celui-ci est assorti d’un concordat en vue de l’apurement des dettes. En 2001, le bâtiment est vendu aux enchères. S’en suit alors un imbroglio juridique sur les actes de propriété du bâtiment, qui va durer quelques années, et n’est pas terminé, car Lucette Lagache continue à se battre.

Lucien et Lucette Lagache devant le bâtiment ( Document Nord Eclair )

Lucien et Lucette Lagache devant le bâtiment ( Document Nord Eclair )

Début 2015, LMH Lille Métropole Habitat, propriétaire de l’immeuble, envisage des travaux de réhabilitation et extension pour la création de 88 chambres pour l’Oasis, foyer de jeunes travailleurs de la rue de Lille, ce qui entraîne un mécontentement des riverains inquiets. Une procédure judiciaire est engagée. Un nouveau permis de construire est délivré en Juillet 2016.

Le bâtiment de nos jours ( Photo BT avec l’aimable autorisation de Lille Métropole Habitat )

Cela fait maintenant 35 ans que ce superbe immeuble à l’entrée de la ville est inoccupé, dévasté, pillé, défiguré. Pendant combien de temps encore va-t-on laisser à l’abandon ce bâtiment, mémoire des Roubaisiens ?

 

Remerciements à Maurice Samsoen et Lucette Lagache pour leurs témoignages et documents

Le Crédit Municipal

Le Mont de Piété, ou Crédit Municipal, est un organisme de prêt sur gage, qui a pour mission de faciliter les prêts d’argent liquide pour les plus démunis. Contre le dépôt temporaire d’un objet de valeur, un prêt est accordé immédiatement. C’est la valeur estimée de l’objet sur le marché des enchères publiques qui détermine le montant du prêt. Le prêt est garanti par l’objet.

On raconte qu’un notable aurait déposé sa montre pour honorer une importante dette de jeu. Quelque peu honteux, il avait prétendu l’avoir oubliée chez sa tante. D’où l’expression « chez ma tante » pour qualifier le mont-de-piété. Le décret impérial du 11 juin 1870 signé de Napoleon III autorise la création d’un Mont-de-Piété à Roubaix au 65 rue des Longues Haies, avec de l’autre côté, une façade au 44 Boulevard Gambetta.

La rue des Longues Haies, est un quartier très populaire ou s’entassent les grandes usines textiles de l’époque et les courées ou vivent les ouvriers. Les personnes qui avaient des difficultés financières étaient très nombreuses, et pouvaient donc déposer leurs biens de valeur ( bijoux montres etc… ) au mont de Piété, qui leur accordait un prêt.

Mont de Piété rue des Longues Haies ( coll privée )

Mont de Piété rue des Longues Haies ( coll privée )

Le rez de chaussée était réservé aux dépôts de biens. Les étages étaient loués comme endroits de stockage, aux différentes entreprises textiles du quartier.

En 1918, un décret transforme les monts-de-piété en caisses de Crédit Municipal. Le changement de dénomination correspond au développement de ses activités bancaires parallèlement aux prêts sur gages. Le Mont-de-Piété de Roubaix devient Caisse de Crédit Municipal de Roubaix en 1920. Le directeur est D. Lacquement.

Dans les années 1940 1950 le directeur Gaston Fiévet continue à développer l’activité bancaire, et les prêts sur gages toujours aussi nombreux. En 1954 on compte 4 salariés dans l’agence.

Photo IGN 1953

Photo IGN 1953

Sur cette photo aérienne de 1953 on distingue parfaitement la délimitation des 2 parties du Crédit Municipal ;

– A gauche la façade du Boulevard Leclerc ( Gambetta ) avec au 44 au rez de chaussée le secteur activités bancaires, et à l’étage le logement de fonction du directeur, et au 42 le logement du chef de magasin responsable du service « Prêts sur gages ».

– Et en bas de la photo, la façade rue des Longues Haies.

Le bâtiment du Crédit Municipal n’échappera pas à la folle rénovation urbaine de la fin des années 60. Tout comme son voisin le grand Thêatre-Hippodrome, il sera rasé ( voir le récent article Ateliers Mémoire sur la résidence du thêatre ).

Gaston Fiévet prend sa retraite en 1966. Henri Descamps lui succéde. En 1972 le crédit Municipal achète un immeuble, au 30 rue de Lille, pour y emménager son agence, juste à côté de la station service Elf. C’est une grande maison bourgeoise qui était occupée par un médecin Melle Cl. Pernet.

C’est l’architecte roubaisien Luc Dupire au 109 rue de Dammartin, qui est chargé de l’aménagement de l’immeuble.

Document 1972 Archives Municipales et Google Maps

Document 1972 Archives Municipales et Google Maps

Le rez de chaussée est complètement transformé en un hall d’accueil pour la clientèle et en bureaux, l’étage est destiné au logement de fonction du directeur. Les écuries qui se trouvent dans l’immense jardin sont transformées en salle de stockage pour les objets déposés, avec une deuxième entrée de l’autre côté de l’immeuble, au 71 rue du Curoir. La configuration des locaux est donc la même que dans l’ancien bâtiment à savoir l’entrée rue de Lille pour les services bancaires, et la 2° entrée séparée rue du Curoir pour les prêts sur gages.

Document Nord Eclair 1975

Document Nord Eclair 1975

Les travaux sont achevés en Août 1975 et l’emménagement se fait en Octobre de cette même année, soit plus d’un siècle après l’ouverture de la rue des Longues Haies en 1970. C’est l’occasion de faire un bilan, en citant deux chiffres : Le montant des opérations des comptes de dépôts a été de près de 58.000.000 de Francs en 1974, et le montant des prêts aux fonctionnaires a été de 5.500.000 F pour la même période.

Document Nord Eclair 1975

Document Nord Eclair 1975

L’inauguration a lieu le samedi 13 Décembre 1975. Sur cette photo on reconnaît le maire de Roubaix Victor Provo, avec à sa droite son adjoint le docteur Guislain. qui visitent les nouveaux locaux et qui passent devant de nombreuses bicyclettes mises en dépôt par les clients

Au centre de la photo, ( de profil ) le directeur du Crédit Municipal : Henri Descamps

 

Le bâtiment de nos jours et l'enseigne, représentant un Grype ou Griffon, créature légendaire ( Photos BT )

Le bâtiment de nos jours et l’enseigne, représentant un Grype ou Griffon, créature légendaire ( Photos BT )

 

 

L’hôtel des pompiers

cpom1-96dpi

En 1907, le conseil municipal approuve les plans de Louis Barbotin pour la construction d’un nouvel hôtel des pompiers sur un terrain de 1500 mètres carrés sis au coin du boulevard Gambetta et de la rue Pierre de Roubaix. On avait d’abord envisagé un emplacement place Notre Dame, à la place de l’ancien conservatoire de musique, mais les rues avoisinantes, étroites et encombrées n’étaient pas adaptées au passage du matériel d’incendie.

A cette occasion, le Journal de Roubaix réalise plusieurs articles dans lesquels sont présentés dans les détails la compagnie des sapeurs pompiers, ses effectifs et son matériel, laquelle était installée jusque là dans les bâtiments de la mairie. Ces bâtiments sont destinés à une démolition prochaine, un nouvel hôtel de ville devant être construit sous peu.

Les anciens locaux - Photo journal de Roubaix

Les anciens locaux – Photo journal de Roubaix

En attendant la construction du nouveau immeuble, la caserne va être logée provisoirement au 99 du boulevard Gambetta, au coin de la rue Catrice, dans les anciens magasins de M. Vermylen, négociant en cotons. Le journal relate le déménagement et décrit les nouveaux locaux provisoires qui permettent de loger l’adjudant-télégraphiste et deux cochers. Il précise que les autres sapeurs pompiers, titulaires et volontaires logés dans le quartier peuvent être prévenus par une sonnerie électrique qui retentit simultanément dans chacun de leurs domiciles.

Les locaux provisoires

Les locaux provisoires

Le bâtiment définitif permettra de loger 30 pompiers. Il comprendra une salle de gymnastique et une grande cour pour les manœuvres. L’adjudication des travaux a lieu en avril 1908. Le Journal de Roubaix annonce l’année suivante que le gros œuvre est terminé, et loue la silhouette du nouveau bâtiment à qui il trouve grande allure.

L'immeuble en construction – photo JdR

L’immeuble en construction – photo JdR

Notre hôtel des pompiers entame alors une carrière longue et donne satisfaction à tous pendant de nombreuses années. La Voix du Nord publie en 1963, à l’occasion des journées nationales du feu, un reportage ventant l’excellence et l’ultra modernité du matériel employé, que la population pourra apprécier lors de la visite traditionnelle de ce que l’on baptise le « centre de secours ». Le centre comprend à cette époque 80 hommes divisés en deux équipes qui se relaient toutes les 24 heures.

L'évolution du matériel - Photo du bas la Voix du Nord

L’évolution du matériel – Photo du bas la Voix du Nord

Mais le temps passe et les installations, aussi bien prévues soient elles, finissent par devenir insuffisantes et on songe, dans la deuxième moitié des années 70, à les remplacer. Les pompiers vont alors s’installer, boulevard de Mulhouse, dans un nouveau centre terminé en 1983.

La décision est ensuite prise de démolir l’ancien bâtiment. Celui-ci va disparaître en 1985 dans un nuage de poussière. La démolition est entreprise par la société Capon.

cpom6-96dpi

Cette démolition a un but : l’installation de la caisse d’allocations familiales de Roubaix, dont M. Diligent pose la première pierre la même année. Le bâtiment, contribuant selon le journal « à la rénovation du centre de Roubaix », doit accueillir 250 employés en octobre 1986.

cpom7-96dpi

Les documents proviennent des archives et de la médiathèque municipales.

Le refuge du quai de Gand

Lors de la fondation de l’antenne roubaisienne de la Ligue Protectrice des Animaux par M. Lenglant, la ville met à leur disposition un espace dans l’abattoir en 1957, puis, en 1959, les loge dans les bureaux de l’ancien dépôt des tramways situé rue de Mascara. On y installe des boxes et un enclos extérieur pour permettre aux animaux de prendre l’air. Ceux-ci sont sous la garde vigilante de M. Fontaine, nous précise la Voix du Nord.

Le refuge rue Mascara en 1959 – photo la voix du Nord

Le refuge rue Mascara en 1959 – photo la voix du Nord

Mais cette implantation n’est que provisoire, et, en 1965, le refuge s’installe près du canal, au coin de la rue Turgot et du quai de Gand sur un espace planté de jardins.

Le nouveau lieu d'implantation – photo IGN 1947

Le nouveau lieu d’implantation – photo IGN 1947

On construit à cet effet un bâtiment à un seul niveau dont la façade s’aligne le long du quai. Un espace reste libre derrière la nouvelle construction pour permettre les ébats des « réfugiés » tout en laissant la place à une future extension.

Photo IGN 1965

Photo IGN 1965

L’ouverture est prévue pour le 27 décembre. Nord Matin qualifie le bâtiment de « coquet » avec sa peinture blanche et bleu-ciel. Le journal souligne le progrès réalisé par rapport aux locaux précédents « perdus au fond d’une impasse tristement mélancolique ». Les installations comprennent un bureau, une infirmerie, et, au fond, 26 boxes avec accès à une grande cour carrelée s’ouvrent sur un long couloir. Mme Dewitte en est la gérante. Le personnel bénévole comprend en outre quatre personnes, et l’association emploie deux vétérinaires.

Les nouveaux locaux – photo Nord Matin

Les nouveaux locaux – photo Nord Matin

Le temps ayant passé, ces installations sont devenues de plus en plus vétustes et sont constamment bondées. En 2012, le refuge comprend 70 box, mais ils sont insuffisants en nombre pour accueillir les animaux abandonnés. Les responsables de l’association drainant les animaux de 80 communes réclament périodiquement des locaux plus grands, mais la question du relogement reste pour l’instant sans solution. Un prochain déménagement, cinquante ans après le précédent, se fait encore attendre…

Document LPA - 2013

Document LPA – 2013

Hormis le dernier, les documents proviennent des archives municipales.

 

Le centre social du Carihem

L’office municipal HLM a construit au Carihem un ensemble de 220 appartements qui ont été terminés en décembre 1964. Depuis, près de sept cents personnes habitent cette nouvelle partie du quartier, et la création d’un centre médico-social est apparue opportune, car la plus proche structure de ce type se situe rue Franklin. Le nouveau centre devient donc une annexe de celui de la rue Franklin, en attendant un ensemble social plus vaste, dans la ZUP des Trois Ponts, pour laquelle les travaux vont bientôt commencer, et on envisage qu’ils ne soient pas terminés avant 1970. Ce coin de Roubaix fait l’objet de multiples projets, comme le rappelle le maire Victor Provo, des écoles seront construites, les PTT vont y installer un nouveau centre de tri, on prévoit même une antenne d’autoroute vers Wattrelos et Dottignies !

Le lotissement du Carihem Photo NE

Le lotissement du Carihem Photo NE

Pour l’heure, les habitants du quartier du Carihem, de la rue de Leers, de la rue Boucicaut sont également concernés par ce service de proximité, qui doit ouvrir le 2 août 1966. Le centre médico-social du Carihem comprend une grande salle d’attente attenante à la salle de soins, où se tient le bureau de la directrice Mme Doutreluigne.

Vue extérieure du centre Photo NE

Vue extérieure du centre Photo NE

Quels soins y prodigue-t-on ? Pansements, piqûres, rayons ultra-violets et infra-rouges, délivrance de feuilles de soins pour l’aide médicale gratuite, protection maternelle et infantile, service de vaccinations. Le centre est ouvert tous les jours, sauf le dimanche, de 10 heures à 11 heures 30, mais la permanence sera progressivement allongée. Le second rôle du centre sera d’accueillir les anciens, qui deviendra un lieu de rencontre et de repas qui seront d’abord distribués, puis organisés sur place.

Vue intérieure du centre Photo NE

Vue intérieure du centre Photo NE

Cette création fait suite au souhait de l’administration municipale, que rappelle Victor Provo lors de son allocution : que chaque quartier soit doté d’un centre médico-social. L’inauguration de ce nouveau centre a lieu le jeudi 28 juillet 1966. Y assistent les maires de Roubaix et de Wattrelos, un certain nombre d’adjoints, le directeur de l’office municipal HLM, M. Ditte entre autres personnalités, et quelques habitants du Carihem. Ce centre médico-social était situé au n°11 rue du stand de tir.

Pendant l'inauguration Photo NE

Pendant l’inauguration Photo NE