Deux nouvelles COOP

Le jeudi 8 avril 1965, le quartier du Carihem est doté d’un magasin COOP dans son centre commercial. C’est un libre-service et un cadeau est offert jusqu’à fin avril aux futurs clients. C’est le onzième magasin COOP de Roubaix qui s’ouvre. La Coopérative est une association de consommateurs, chargée de la défense de leurs intérêts. rappelle M. Chaumorcel, attaché de direction, présent à l’inauguration. Il ajoute qu’au-delà du cadre des prix, son action touche désormais les terrains de l’information, de la défense de la santé, du crédit à taux exceptionnel. M. Broutin, conseiller municipal, félicite les COOP pour leur réalisation. Les gérants, M. et Mme Deramburg, servent un champagne d’honneur pour clôturer la manifestation.

L'intérieur du magasin COOP du Carihem Photo NE

L’intérieur du magasin COOP du Carihem Photo NE

Peu de temps après, c’est au tour du quartier des Hauts Champs. Le 12 avril 1965, les Coopérateurs de Flandre et d’Artois ouvrent leur douzième magasin à Roubaix : un super coop de 235 m² conçu selon les plans de l’architecte Houdret, situé rue Emile Zola dans le quartier des Hauts Champs. Ses rayons couvrent l’ensemble des besoins d’une famille : alimentation générale, vins et liqueurs, produits laitiers, fruits et légumes, pain, pâtisserie, boucherie charcuterie, droguerie, ménage, lingerie, appareils électroménagers, ameublement.

L'inauguration COOP des Hauts Champs Photo NE

L’inauguration COOP des Hauts Champs Photo NE

A cette époque, la rue Degas n’existe pas encore, car les sols de la rue n’ont pas été viabilisés. C’est pourquoi le super COOP est encore situé rue Emile Zola, dont on pense qu’elle sera prolongée. Parmi les invités, M. Broutin représentant la ville de Roubaix, et quelques directeurs de sociétés. Les premiers gérants sont les M et Mme Lefebvre, qui offriront un vin d’honneur aux sommités. Cette supérette se trouvait juste à côté du local de la chaufferie, de l’autre côté d’un sentier remontant vers la rue Joseph Dubar. Aujourd’hui tout a disparu, chaufferie et magasins, des témoins se souviennent qu’un marchand de fruits et légumes a succédé à la COOP, et il y aurait eu un salon de coiffure.

Publicité antérieure Pub NE

Publicité antérieure Pub NE

Les Coopérateurs de Flandre et d’Artois ont ainsi inauguré leur 687e point de vente COOP, dans le quartier des Hauts Champs, ce qui montre l’importance de cette société à l’époque.

Retour sur le garage du Nouveau Roubaix

Nous avons pu obtenir le témoignage de M. Meyfroodt sur l’histoire du garage de l’avenue Motte. Laissons-lui la parole…

« Après avoir effectué le début de ma carrière en qualité de chef de vente chez Simca , j’ai fait construire mon propre garage en 1971 sur les terrains, jardins ouvriers mis en vente par Motte-Bossut, qui jouxtaient l’usine et que j’ai achetés à Monsieur André Motte.

M. Meyfroodt chez Simca Lille – Photo collection personnelle

M. Meyfroodt chez Simca Lille – Photo collection personnelle

Après avoir obtenu le permis de construire, la construction a démarré et j’ai choisi de représenter la marque Renault en accord avec la succursale située à l’époque Boulevard Gambetta à Roubaix.

Document Nord Eclair – 1975 – Archives municipales

Document Nord Eclair – 1975 – Archives municipales

Après quelques années d’activité avec Renault, en 1978 je fus contacté par VAG France (Volkswagen Audi Group) qui était à la recherche d’un nouveau concessionnaire car celui de Villeneuve d’Ascq, la CDA, avait basculé chez Peugeot. En choisissant de changer de marque, j’ai accepté de reprendre l’ensemble du personnel de la CDA qui était spécialisé sur ces marques allemandes Volkswagen-Audi, ce, en plus de mon propre personnel.

Sur la photo de l’inauguration sur laquelle je suis à droite ; à droite se trouve Monsieur Ghyssels : Président du Directoire De Volkswagen France. Vous pouvez également y redécouvrir les voitures de 1978. Je passais également du statut de « Sarl Garage du Nouveau Roubaix » en SA GNR , c’est-à-dire Société Anonyme Garage Nouveau Roubaix.

Documents Nord Matin - Janvier 1978 et Nord Eclair - Février 1978 – Archives municipales

Documents Nord Matin – Janvier 1978 et Nord Eclair – Février 1978 – Archives municipales

Après avoir stocké pendant plusieurs années, mes véhicules d’occasion sur le parking ce, par tous les temps, j’ai pris la décision , en 1975, de faire construire une grande extension à mon garage afin que toutes ces voitures soient à l’abri des intempéries.

Documents Archives municipales - 1975

Documents Archives municipales – 1975

Il est vrai qu’avant la construction du 2ème bâtiment de la concession Volkswagen-Audi, les véhicules neufs et d’occasion étaient stockés sur notre parking, et nous avons rapidement constaté que les peintures de ces voitures étaient endommagées par les retombées de suies acides provenant de la grande cheminée de l’usine Motte-Bossut. Devant l’étendue des dommages, nous avons été dans l’obligation de suspendre les livraisons des camions de transports de voitures neuves en provenance de VAG-FRANCE à Villers Cotterêts. Les inspecteurs de VAG-FRANCE se sont déplacés pour constater les dégâts, car nous étions contraints de repeindre les voitures…. neuves, principalement les métallisées, plus fragiles. Devant le nombre de véhicules touchés, la direction de Motte-Bossut dut se rendre à l’évidence et fut contrainte de remplacer la grosse chaudière d’usine alimentée alors en fuel par une nouvelle installation au gaz. Cela créa un froid qui ne fut heureusement que passager. L’incident, onéreux pour les deux parties, fut clos.

Je fus concessionnaire pour cette marque jusque 1983, et vendis mon affaire à Christian Leclercq. »

Le garage dans le quartier en 1981 - Document IGN

Le garage dans le quartier en 1981 – Document IGN

Remercions M.Meyfroodt qui, après avoir consulté le précédent article sur le sujet, nous a contacté et a accepté de témoigner. Bel exemple d’interactivité que chacun peut suivre ; n’hésitez pas à apporter votre propre témoignage pour enrichir les sujets des blogs.

Des H.B.M. aux Hauts Champs

A la fin des années 20, le logement reste un problème à Roubaix. Les constructions, arrêtées entre 1914 et 1922 accusent un sérieux déficit. La population continue à augmenter et les taudis abondent. Le journal de Roubaix, en 1925, s’inquiète de cette crise du logement, et présente les premières réalisations de l’office municipal d’habitations à bon marché, maisons individuelles et immeubles collectifs.

Le Journal de Roubaix – 1925

Le Journal de Roubaix – 1925

Mais d’autres organismes se préoccupent également de ce problème et notamment la Maison Roubaisienne, société anonyme coopérative d’habitations à bon marché, dont le siège est situé 3 rue de l’hôtel de ville, propose à la ville un projet de lotissement sur une superficie de 1 hectare 95 situé derrière l’usine de velours Motte-Bossut. Ces terrains, limités par les rues Leconte-Baillon (qui prendra à cet endroit le nom de Jean-Jacques Rousseau, Beurnonville (future rue Emile Zola), Jules Michelet et du Chemin vert, appartiennent pour une bonne part aux consorts Descats, eux-mêmes héritiers Leconte-Baillon. Le lotisseur prévoit la vente de ces maisons individuelles aux acquéreurs : Monsieur Hache, le directeur de cet organisme, écrit en 1929 à la mairie que ces immeubles « sont destinés à devenir la propriété d’un certain nombre de mutilés et de fonctionnaires… ».

L'ensemble du lotissement – photo IGN 1962

L’ensemble du lotissement – photo IGN 1962

Dès 1928 la société, par la voix de son directeur, demande, prévoyant le drainage du quartier, l’autorisation de construire un aqueduc rue de Beurnonville à partir de la rue de Lannoy, puis la participation de la ville pour financer ces travaux. La rue de Beurnonville est alors une voie particulière, à peine tracée, puisque la société demande l’alignement à suivre pour creuser l’aqueduc.

Plusieurs types de maisons sont prévus, dont la taille et l’aspect diffèrent :Les alignements sont constitués de maisons de type E. à 1 étage (2 chambres) ou 2 étages (3 chambres). Leur plan est très classique : au rez de chaussée, un couloir latéral empiétant sur une première pièce (salon) ; puis, une pièce plus grande avec l’escalier placé dans l’alignement du couloir. Au fond une cuisine, précédant les Wc et une salle de bains. Le long de la cuisine, une cour. Au premier, deux chambres. Au second, lorsqu’il existe, une chambre supplémentaire et un grenier. Le Wc ouvre sur la cour, suivant la réglementation de l’époque.

 Plan et coupe d'une maison de type E à deux étages.

Plan et coupe d’une maison de type E à deux étages.

Ces maisons ont soit une, soit deux fenêtres au premier, selon le sous-type pour celles à un seul étage. Celles à deux étages n’ont toujours qu’une seule fenêtre :

Variantes de maisons de type E – photos Jpm

Variantes de maisons de type E – photos Jpm

A l’extrémité de ces alignements, on trouve parfois des maisons au toit à trois pentes de type C. Elles sont plus vastes que les autres, la porte centrale étant encadrée de deux fenêtres. On peut les trouver également combinées par blocs de deux. Ce type offre trois chambres à l’étage, dont une très grande. Ici, le Wc est placé à l’intérieur, dans la salle de bains :

 

Maison de type C – photo Jpm

Maison de type C – photo Jpm

Mais l’extrémité des alignements est le plus souvent constituée d’un type A, dont l’entrée forme un décrochement, type qu’on rencontre aussi assez souvent combiné par blocs de deux. Ce type de maison présente deux variantes, l’une présentant des murs de brique, l’autre revêtue de ciment.

Maisons de type A en bout d'alignement et en bloc de deux – photos Jpm

Maisons de type A en bout d’alignement et en bloc de deux – photos Jpm

Le second type présente également des différences en ce qui concerne les fenêtres, celle du rez-de chaussée est décalée vers le pan coupé et se prolonge sur celui-ci par une fenêtre supplémentaire.

Type A ciment en bloc de deux – photo Jpm

Type A ciment en bloc de deux – photo Jpm

Ce type offre un espace appréciable, une grande salle commune séparée par des portes battantes d’un salon sur la rue, un vestiaire, une salle de bains et une cuisine au rez de chaussée, trois chambres à l’étage. Le Wc est à l’extérieur, derrière la maison.

type A-plan 96dpi

 

Les travaux de viabilisation faits, la société se préoccupe de bâtir. En 1929, elle dépose un premier dossier pour la construction de 60 maisons. Le directeur des travaux municipaux donne un avis favorable et prévoit de revêtir les chaussées de Tarmacadam. Le conseil municipal accepte la construction et M. Gaston Duburcq, rue Inkerman est nommé commissaire-enquêteur pour mener l’enquête commodo et incommodo.

L’année 1930 voit aboutir à la mairie une autre demande pour la construction de 2 maisons type A1 rue de Beurnonville, ainsi que celle de 26 maisons rue Leconte-Baillon (J.J. Rousseau) : 3 type A1, 11 type E3, 6 type E2, 6 type E1. L’année suivante, la société envoie un dossier de construction pour 37 autres maisons rues de Beurnonville et d’Epinoy, comprenant 3 type C, 3 type A1, 4type E1 et 27 type E3. Toujours la même année, une demande complémentaire pour 78 maisons supplémentaires rue d’Epinoy et Zola, « ayant obtenu un nouveau prêt de la caisse des dépôts… ».

Elle dépose enfin en 1935 un dossier pour la construction de 15 maisons dans les rues Michelet et Zola, comprenant 6 type A1 et 9 type E3.

Une disposition typique : maisons basses encadrant un bloc de deux étages – photo Jpm

Une disposition typique : maisons basses encadrant un bloc de deux étages – photo Jpm

La consultation d’un Ravet-Anceau d’avant-guerre nous indique une population modeste avec en majorité, des employés (34 % et ouvriers (19%), un nombre important de fonctionnaires (17,5%), dont un nombre significatif d’agents de police, quelques commerçants et quelques retraités.

Si les fonctionnaires ne constituent pas la majorité des habitants, cet opuscule n’indiquant pas l’état de santé de la population, il est difficile d’assurer que les mutilés qu’avait prévus la Maison Roubaisienne sont bien présents en nombre significatif dans le lotissement…

La rue L. Loucheur, constituée uniquement de maisons doubles – photo Jpm

La rue L. Loucheur, constituée uniquement de maisons doubles – photo Jpm

Les documents proviennent des archives municipales.

La briqueterie des Hauts Champs

Le Ravet-Anceau de 1900 nous présente, sous la rubrique fabricants de briques, la société Delecourt frères, située 50 boulevard de la République. Sont-ce ces mêmes frères qui prennent ensuite leur essor chacun de son côté ? Toujours est-il qu’à partir de 1925 apparaît au 47 rue de l’Amiral Courbet le siège social de la société Alfred Delecourt, installée jusque là à Rosendaël, près de Dunkerque. Cette société, spécialisée précédemment dans les briques silico-calcaires, voisine alors dans le Ravet-Anceau avec une autre société, celle d’Alphonse Delecourt et fils qui possède plusieurs briqueteries dans la métropole lilloise. Y a-t-il un rapport familial entre tous ces Delecourt, briquetiers ?

La raison sociale de l’entreprise de la rue de l’Amiral Courbet devient vers 1930 Alfred Delecourt, fils et gendre, alors que son activité s’exerce sur la plaine des Hauts-Champs, ainsi que l’attestent les photos aériennes de l’époque.

en tete-96dpi

L’entrée de l’entreprise s’ouvre face à la rue du chemin vert, et dans son prolongement. Elle comporte un vaste bâtiment servant de four pour cuire les briques, surmonté d’une haute cheminée, et d’un grand nombre de séchoirs, disposés parallèlement les uns aux autres et constitués d’une simple toiture, sous laquelle sèchent les briques récemment moulées. On extrait l’argile des terres environnantes grâce à un système mécanique de chaînes de godets qui raclent la surface supérieure du sol. Des wagonnets parcourent les emprises pour transporter les terres extraites et les amener à l’atelier de moulage des briques.

La briqueterie en 1947 – document IGN

La briqueterie en 1947 – document IGN

Tout ceci formait un ensemble imposant qui couvrait une bonne partie du quartier. Sa production a certainement été employée au début des années 30 à la construction des immeubles HBM et de l’église Sainte Bernadette qu’on voit au premier plan sur la photo suivante, datant de 1956, et sur laquelle on distingue les bâtiments de la briqueterie, et sa haute cheminée :

briqueteriei-195696dpi

Nord Matin, dans un article de 1951, nous présente cette entreprise. L’article précise que la société aurait été fondée en 1892 rue de l’Union (?). On y apprend qu’elle est dirigée depuis de nombreuses années par M. Camille Verkest, que les séchoirs représentent une surface de 12000 mètres carrés, et que la production de l’usine est de 30 000 briques par jour.

Vue générale de l'usine et détail d'un séchoir – Photos Nord Matin

Vue générale de l’usine et détail d’un séchoir – Photos Nord Matin

L’activité de la briqueterie ne dépassera pourtant pas la fin des années 50 : les années qui suivent vont voir la construction des grands ensembles qui constituent aujourd’hui le quartier, et notre briqueterie va être démolie progressivement pour faire place à ces immeubles qui, commençant par l’enserrer, vont finalement l’investir entièrement.

Photos IGN

Photos IGN

Pendant une période transitoire, les activités de la briqueterie sont arrêtées et la société place un gardien pour éviter que les enfants des premiers immeubles construits ne s’approprient les lieux. Peine perdue, et nombreux sont les témoignages de jeux dangereux sur les emprises de l’entreprise: les wagonnets sont pris d’assaut, ainsi que les trous provoqués par l’extraction, désormais remplis d’eau ! Finalement, les constructions rasées et les remblais effectués, la construction du nouveau quartier se poursuit.

 

L'ancienne briqueterie dans le nouveau quartier

L’ancienne briqueterie dans le nouveau quartier

Les autres documents proviennent des archives municipales.

Des cubes pour le dernier carré

Un dernier espace pour bâtir Photo Nord Eclair

Un dernier espace pour bâtir Photo Nord Éclair

En Janvier 1964, le CIL, la société roubaisienne d’habitations ouvrières et la caisse fraternelle de capitalisation confient à l’architecte Robert Puchaux la conception d’un nouveau groupe d’habitations, qui se situeront dans le dernier espace libre de la plaine des hauts champs, entre la rue Joseph Dubar et la rue Degas. Oubliées les grandes barres collectives, les quatorze bâtiments abriteront chacun quatorze logements, soit en tout 224 appartements de types différents : 112 type 2, 56 type 3, 56 type 4. Le nouveau groupe sera doté d’un centre commercial qu’on bâtira en son milieu. La cité du chemin vert se dressera entièrement sur le territoire roubaisien.

Le chantier en janvier 1965 Photo Nord Eclair

Le chantier en janvier 1965 Photo Nord Éclair

Un an et demi plus tard, le samedi 22 mai 1965, on procède à l’inauguration du groupe du chemin vert, réalisé par la société anonyme roubaisienne d’habitations ouvrières pour le compte du CIL,  entre les rues Degas, Dubar, Michelet, et Pranard. Les immeubles sont présentés comme des points de ponctuation, d’où leur appellation de ponctuels, sur une surface de 40.500 m². Ils sont équipés du chauffage central. Il est possible de visiter le logement témoin tous les jours du 22 au 30 mai.

Au moment de l'inauguration Photo Nord Eclair

Au moment de l’inauguration Photo Nord Éclair

Le nouveau groupe reçoit les éloges de la presse : architecture sobre et moderne, tourelles qui ne manquent ni d’élégance, ni d’originalité. Le logement témoin a été aménagé par Mme Robert Delannoy, épouse du Président du CIL. Le maire de Roubaix, Victor Provo inaugure le nouveau groupe en présence de M. Bourgin secrétaire général de la préfecture, et Robert Delannoy le Président du CIL de Roubaix Tourcoing. Celui-ci présente le groupe du chemin vert comme une transition entre la cité des Hauts Champs et  les logements futurs du groupe Longchamp. Il annonce un vaste programme d’équipements : le petit centre urbain de l’avenir comprendra des sections commerciales, administrative, une gare d’autobus, une place du marché. Il y avait donc confusion : le centre commercial sera pour Longchamp, non pour le chemin vert. Sont également prévus deux groupes scolaires, des cabinets médicaux, un centre socio culturel, un foyer de jeunes travailleurs, une maison des jeunes, un grand terrain de sports volley, basket, athlétisme, une piscine, une patinoire…

Le logement témoin Photo Nord Eclair

Le logement témoin Photo Nord Éclair

En contre point, Victor Provo souligne les besoins énormes de la ville de Roubaix, et il éprouve quelque amertume devant les chiffres : seulement 16.000 logements pour 400.000 personnes !  Il signale les lenteurs pour les opérations en cours : on a démoli 2500 logements sur le quartier Anseele et on a construit seulement 900 appartements, quatre ans après ! Il faut continuer la rénovation des quartiers, c’est pour lui une priorité. Il rend toutefois hommage à la belle réalisation de ce groupe du chemin vert, dont la mise en location interviendra au cours du second semestre de l’année 1965.

D’après Nord Éclair et Nord Matin

 

 

 

La disparition du petit Degas

Quand le pôle ressource Laennec ouvre en décembre 2008, le « petit Degas » était encore debout à côté du « grand Degas ». Le « petit Degas », c’est-à-dire le plus petit des deux morceaux suite à la première ouverture du bâtiment Degas pour le passage du prolongement de la rue Marlot (voir article antérieur sur ce sujet dans le blog). Il a été progressivement vidé de tous ses locataires.

Le petit Degas en passe d'être démoli Coll Particulière

Le petit Degas en passe d’être démoli Coll Particulière

En 2009, on l’a détruit afin de construire de jolies maisons avec jardins et garages. Beaucoup de vieux et de beaux arbres ont disparu, mais la qualité de vie des habitants s’est beaucoup améliorée dans leurs nouveaux logements. Puis ce fut le tour de grand terrain de football de disparaître, afin d’y construire le même type de logements, rue Charles Pranard.

Les nouvelles maisons de la rue Degas Coll Particulière

Les nouvelles maisons de la rue Degas Coll Particulière

Ensuite on a attaqué la démolition des entrées C et D du « grand Degas » afin d’ouvrir une percée vers l’avenue Motte. Il y a eu beaucoup de débats autour de cette trouée, suivant les souhaits des uns et des autres. Certains voulaient des parkings, d’autres des jardins potagers, et pire encore, on envisageait d’y faire passer une ligne de bus.

Le grand Degas avant Coll Particulière

Le grand Degas avant Coll Particulière

La percée a été réalisée, ce qui aère l’espace de vie, et le projet de passage d’une ligne de bus a vu le jour, du côté de la rue Michelet.

Les nouvelles maisons rue Pranard Coll Particulière

Les nouvelles maisons rue Pranard Coll Particulière

Merci à Patricia pour le texte et les illustrations.

 

 

 

Shell aux Hauts Champs

Au milieu des années 70 s’installe avenue Motte, dans l’alignement de la rue Jean Macé, une station service à l’enseigne de Shell. Une photo aérienne de 1976 nous la montre près du bloc HBM numéro 1 et de l’église Sainte Bernadette, qui ne tarderont pas à disparaître l’un comme l’autre.

aerienne 1976Document IGN 1976

 Les installations sont simples : des quais desservant cinq blocs de pompes et protégés par un toit, un bureau placé perpendiculairement, un atelier comportant un pont élévateur, et, attenant à celui-ci, un équipement de lavage automatique à brosse rotative. Cette aire de lavage est desservie par un passage contournant le bureau, qui mène le client, par trois virages successifs à angle droit, jusqu’à la brosse. Le chauffeur devait alors descendre pendant le lavage : Il pouvait suivre l’opération depuis le modeste parking de l’établissement. Un mat, placé le long du trottoir de l’avenue, arborait le coquillage Shell et affichait le prix des carburants.

78-1-96dpiPhoto Lucien Delvarre 1978

 On trouve le nom du gérant dans le Ravet-Anceau de 1987, qui mentionne « station Shell Gaillard ».  L’année 1990 voit des travaux importants s’effectuer sur la station. Quelle est la nature exacte de ces travaux ? En tout cas, on ne lésine pas sur le matériel employé !

LucienDelvarre-1990-96dpi Photos Lucien Delvarre

 Mais la station, victime comme beaucoup de la concurrence des grandes surfaces, doit finalement fermer ses portes et Speedy s’installe à sa place. Cette société, après avoir supprimé les pompes, a remplacé l’ancien bureau par un bâtiment plus grand qui lui permet d’assurer ses interventions sur les voitures qu’on lui confie.

Speedy-96dpiDocument coll. particulière

Appartements de la rue Greuze

 Construits de 1958 à 1960, les bâtiments des Hauts Champs ont donné leur nom aux rues qui les desservent, quand elles ont été viabilisées, plus de vingt ans après la réalisation des logements. L’immeuble n°7, dit pavillon Jean Baptiste Greuze est donc à l’origine de la rue du même nom. Thierry se souvient que les portraits des différents peintres étaient reproduits sur les pignons des bâtiments. Jean Baptiste Greuze, Edgar Degas, Jean Baptiste Chardin, Claude Monet, Maurice De Vlaminck furent ainsi présents dans le quartier, ainsi que le poète Charles Pranard. Le bâtiment Greuze qui nous occupe aujourd’hui, se situe entre la rue Michelet et la rue Chardin. Il est perpendiculaire à l’usine Motte Bossut, et aux deux bâtiments Chardin et Monet qui l’entourent.

Plan des Hauts Champs 1962 Nord Éclair

 Deux anecdotes sur son environnement : la transformation de l’usine Motte Bossut en 1985 en magasin d’usines a posé très vite la question des parkings pour la clientèle. Il fut un temps question d’utiliser les espaces de part et d’autre du bâtiment Greuze, côté avenue Motte et côté bâtiment Monet, mais les résidents s’opposèrent à ce projet. L’espace entre la rue Michelet et la rue Claude Monet fut néanmoins approprié en places de stationnement. C’est sur cet emplacement que passera bientôt la ligne de bus à haut niveau de service, qui repose à terme la question du stationnement.

Vue du bâtiment Greuze Extrait Google Maps

 Concernant le bâtiment Greuze, il a fait l’objet d’une réhabilitation : les entrées étaient autrefois des portes de bois avec un battant, elles sont aujourd’hui en PVC avec des serrures. De même, les boites aux lettres qui étaient à l’intérieur du hall d’entrée, sont aujourd’hui plus accessibles pour la distribution du courrier, car situées à côté des nouvelles portes. Le bâtiment a également reçu un revêtement de laine de verre sous les plaques de sa façade actuelle.

Studio Bâtiment Greuze Croquis Thierry Dony

 La description suivante des deux types de logement correspond à celle des autres bâtiments de la cité des Hauts Champs. Le logement type 2 (studio) se présente de la manière suivante : l’entrée (1) donne dans un petit couloir. Sur la gauche, la porte de la chambre (7), dans laquelle il y a un placard et des fenêtres individuelles. Dans l’entrée, la porte de droite donne accès à la salle de séjour (2), à partir de laquelle on peut aller dans la cuisine (3) équipée d’un évier et d’une gazinière,  dans la salle de bains (4) et dans les toilettes (5). Une petite pièce (6) séparée par une cloison amovible ou un rideau permet au choix, de faire un salon ou une pièce de rangement.  Cet appartement est bien pourvu en placards de rangement, ce qui évitait l’achat de meubles importants de type armoire ou penderie. Dans certains de ces placards toutefois, à chaque étage, se trouvaient les manettes de réglage de la tuyauterie du chauffage.

Logement de type 3 bâtiment Greuze Croquis Thierry Dony

 Le logement de type 3 (deux chambres) se présente comme suit : on entre par un couloir, dont les deux premières portes à gauche et à droite desservent la cuisine (5) et la première chambre (2), puis les toilettes (3) et la salle à manger (7). Une seconde chambre (6) est accessible par la salle à manger. On peut entrer dans la salle de bains (4) par les deux chambres. Une anecdote lors de la réhabilitation : la salle de bains était autrefois équipée d’une baignoire sabot. Après les travaux, la nouvelle baignoire dépassait sur la porte d’entrée de l’une des chambres. Il y a une porte entre la cuisine et la salle à manger, et des placards de rangement, il y avait de quoi ranger. Une baie vitrée (8) longe la cuisine et la salle à manger, avec une porte qui permet d’accéder au balcon. En 1970, nous dit notre témoin, on a posé des fenêtres pour isoler le balcon, ça nous faisait une pièce en plus.

Merci à Thierry Dony pour les croquis et les précisions

Concessions automobiles

Sur les photos aériennes, apparaît en 1971 à la limite de l’usine Motte-Bossut velours un bâtiment construit sur une zone jusque là consacrée à des jardins ouvriers. Ce bâtiment, construit perpendiculairement à l’avenue Motte, abrite une concession Renault. Le terrain situé à l’angle de l’avenue et de la rue Jean-Jacques Rousseau doit servir d’aire de stockage pour les véhicules, mais n’est pas encore aménagé.

Photo IGN 1971

 Le garage s’installe et, dès l’année suivante Renault Roubaix insère dans Nord Matin une publicité détaillant ses implantations sur la ville. Y figure la concession située 230 avenue Motte sous la dénomination du garage du Nouveau roubaix.

Documents Nord Matin 1972

 Daniel Meyfroodt préside alors aux destinées de la concession. Les activités du garage s’étendent, puisqu’en 1975 la mairie est saisie d’une demande de permis de construire pour un bâtiment supplémentaire au nom de la S.A.R.L « Garage et carrosserie du Nouveau Roubaix ».Le permis est accordé, mais une photo aérienne de 1976 montre que le bâtiment est n’est pas encore érigé au mois d’avril :

Le garage Renault en activité. Photo IGN 1976

Cette situation perdure quelques années, puis M. Meyfroodt devient concessionnaire Volkswagen en 1978. Il cède finalement son affaire en 83 à M. Leclercq ; celui-ci continue à commercialiser la gamme Volkswagen-Audi.

Document La Voix du Nord 1983

 D’après un employé du garage, celui-ci, tout en conservant son enseigne, change une nouvelle fois de mains, et c’est maintenant M. Mandron qui le reprend sous la raison sociale MBBM.

Le garage Volkswagen avenue Motte. Document La Voix du Nord

 M. Mandron quitte ensuite Roubaix, pour reprendre la concession Volkswagen-Audi de Villeneuve d’ascq. Il est remplacé avenue Motte par M. Rogier revend le garage à l’Usine qui cherche à s’étendre et qui s’installe avenue Roger Salengro sous la dénomination du garage Valauto Volkswagen-Audi.

 Valauto avenue Roger Salengro – Document collection personnelle

 Il est curieux de constater que le terrain, qui faisait partie à l’origine de l’usine Motte-Bossut, revient finalement en possession de l’usine après un intermède automobile qui aura duré une trentaine d’années !

 

Un nouveau centre social

Lors de l’assemblée générale de mai 1988, le Président Jean Deslée aborde la question de la réhabilitation du centre social construit en 1962. En effet, les locaux sont devenus vétustes et trop petits. Sont évoqués la toiture, les ouvrants qui seront refaits entièrement. On prévoit des aménagements intérieurs, tels que l’agrandissement de  la cuisine, mais d’autres locaux viendront compléter l’équipement actuel. Une nouvelle halte garderie, une entrée, des bureaux de permanence plus spacieux, des locaux d’activités  pour les usagers.

Le centre social des Hauts Champs avant rénovation Photo VDN

En décembre 1988, Mme Françoise Van Wambeke remplace M. Deslée démissionnaire, à la présidence de l’association du centre social. Le chantier de transformation est lancé le 4 juin 1989 pour une durée d’un peu moins d’une année. Il est donc projeté de réhabiliter la partie existante, qui couvre 719 m², et de réaliser 280 m² supplémentaires. C’est le cabinet d’architecture Deleligne qui est chargé entre autres, d’améliorer l’esthétique de la façade.

Le projet de rénovation et d’agrandissement du centre social Photos NE & VDN

Ce chantier qui fait l’objet d’un dossier DSQ (développement social des quartiers), est porté par le propriétaire du centre social, à savoir l’association des logements de l’enfance, présidée par M. Cassette. Coût de l’opération, quatre millions de francs. Les financements se répartissent entre l’état et la région, la CAF et le CIL, le département et la ville d’Hem.

La nouvelle façade du centre social des Hauts Champs en 1990 Photo collection Centre Social des Hauts Champs
D’après Nord Éclair et la Voix du Nord