L’origine de la cave aux poètes

Roubaix est sans aucun doute une ville de poètes, de Gustave Nadaud en passant par Amédée Prouvost fils et Louis Decottignies, Charles Droulers et Louis Catrice, sans oublier Paul Vanriet et nous n’aurons pas fait le tour exhaustif de la pratique poétique à Roubaix. Cette tradition s’est maintenue avec des journaux comme La Fauvette et Le Canard, grand rivaux de la rime, des sociétés parmi lesquelles la Muse de Nadaud et des concours plus contemporains comme ceux de la FAL ou du théâtre Tous Azimuts. En 1967, il manquait un lieu à la poésie qu’on lui trouva bientôt. Tout commence en janvier 1967 avec le projet qu’expose Pierre Prouvost alors adjoint à la culture, devant un parterre « de personnalités locales préoccupées par les problèmes de culture et d’éducation populaire ». Il s’agit de créer une association qui prendrait le nom de Poèmes et chansons de la jeunesse, afin de donner une tribune aux jeunes auteurs, compositeurs et interprètes. Vingt cinq candidatures sont envoyées au secrétariat de l’association, ce qui prouve si besoin en était, qu’il y avait bien des amateurs de poésie à Roubaix. Un comité de lecture se réunit pour sélectionner les œuvres qui seront choisies pour la première soirée poétique. Puis on se met en quête d’un local.

La visite de la cave début 1967 Photo NE

Une cave en demi-cercle située sous la scène de la salle Watremez fera l’affaire. Le décor semble adapté : des murs de briques blanchis à la chaux, des poutres de bois, du sable jeté à même le sol…On est entre les caves de Saint Germain et le caveau de la République, l’espace en moins. Poètes, diseurs, gratteurs de guitare, peintres viendront fréquenter ce nouvel espace culturel, repeint en rouge et blanc. Des tonneaux serviront de table et on se rassemblera à la chandelle. Un bar sans alcool et un vestiaire sont prévus.

Le look de la cave en 1967 Photo NM

Le 17 mars se déroule la soirée inaugurale, et le nom de l’endroit est trouvé à cette occasion, ce sera désormais « La cave aux poètes ». A partir de vingt heures vont se succéder jeunes poétes et poétesses. Les premiers à s’exprimer sur la petite estrade en bois blanc sont Serge Vleyminckx, Marie José Mascioni, Gérard Vernier, Angéla Cassaro, Bernard Baudringhin, Françoise Duval, Christian Vandenberghe, Ch Castelain, Michèle Quéret, Jean Paul Senave, Ghislaine Lietanie, Jean Trackoen, Josée Ricard, Patrick Maton, Anne France Deldique, Jean Pierre Tarrot, Alain Lesnard, Jean Baptiste Soubitesse, Denis Jean Tassart. Si l’un ou l’une de ces pionnier(e)s se souvient de cette soirée, nous serons heureux de recueillir son témoignage.

Quand la cave aux poètes était une rubrique dans le journal

Le Cercle Artistique Roubaisien

le Cercle Artistique Roubaisien en 1936 ( coll. priv. )

C’est en 1934 que Robert Carette fonde le C.A.R Cercle Artistique Roubaisien, avec quelques mordus du chant passionnés comme Mrs Dubois, Hoste, Declercq, Keyaert, Deldalle, Pollefeyt, et bien d’autres. La mission du Cercle est de préparer les jeunes au chant et de leur apprendre l’amour des beaux airs et des belles pages du patrimoine lyrique. Le quartier du Pile possède déjà une troupe lyrique d’amateurs qui se produit au sein de l’Amicale Pierre de Roubaix. Quand celle-ci cesse son activité, l’idée de fonder un groupe lyrique et théâtral recueille l’adhésion de tous. Le recrutement organisé de suite permet de rassembler de nombreux chanteurs et choristes. En 1935, le C.A.R remporte déjà un premier succès au concours de chant. Pendant de nombreuses années, le C.A.R va remporter des prix, dans divers concours, tant en opérettes et opéras, que dans les diverses catégories de chanteurs individuels.

Diplôme concours de chant ( Archives Municipales – Don  M Tartare 2017.001 )

Dans le quartier du Pile, ces concours de chant, où de nombreux talents sont découverts, sont toujours suivis par des milliers de spectateurs passionnés. Dans le groupe s’installe un esprit de camaraderie et d’entraide assez remarquable. C’est dans le café de M Prosper Hoste, au 303 rue Jules Guesde, que se trouve le siège du C.A.R et c’est un voisin bien connu des habitants du quartier qui est président d’honneur: M Louis Derryx commerçant en cycles. Dans le café de M Hoste, la salle du rez de chaussée ainsi que le premier étage sont assiégés, envahis, submergés les jours de répétition, toujours dans la joie et la bonne humeur, réunions qui se terminent toujours par l’hymne du C.A.R.

Hymne CAR ( Archives Municipales – Don M Tartare 2017.001 )

En 1948, le C.A.R remporte 43 prix individuels dont 18 premiers prix. Ce record exceptionnel fait honneur aussi bien au Comité d’Administration et à la Direction Artistique qu’aux lauréats eux-mêmes. Et si ces chiffres ne sont plus atteints par la suite, c’est qu’au fil des ans les brillants éléments de la Société sont mis « hors concours ».

 

Concours international de chant 1954 ( coll. priv. )

Les 5 et 6 Juin 1954, pour son 20° anniversaire, le C.A.R organise le Concours International de Chant Lyrique Amateur, sous le patronage de la Fédération, avec l’aide de la ville de Roubaix et du Comité de quartier. 176 personnes participent à ce concours. Une semaine avant la date, le journal local précise qu’ il y a finalement près de 200 interprètes à cette manifestation et que les horaires prévus sont avancés de 30 minutes. Le jury est composé de personnalités nationales et internationales : des professeurs de conservatoire et des directeurs d’opéra de Paris, du Luxembourg, de Bruxelles, de Sarrebruck, de Gand, de Bordeaux, de Lyon . . .

Plusieurs catégories parmi les concurrents : Soprani et Barytons à la Bourse du Travail, Boulevard de Belfort, Mezzos-Contraltos, Ténors et Basses au Conservatoire de Musique, rue de Soubise. Une foule immense vient assister à cette fête

Le Dimanche 6 Juin en fin d’après midi, pendant la délibération du jury à la Bourse du Travail, a lieu un concert du cercle Orphéonique de Roubaix. Les prix sont ensuite décernés aux meilleurs chanteurs : dans chaque catégorie, 10 prix sont distribués pour un total de 70.000 Frs.

Concours international de chant ( Nord Eclair Juin 1954 )

Dans les années 60, les temps deviennent plus difficiles ; les jeunes délaissent de plus en plus l’art lyrique et se tournent plus volontiers vers le rock and roll et la musique pop. Mais le C.A.R ne se décourage pas et continue sa tâche : diffuser le chant et la musique, la seule langue connue de tous les peuples.

En 1961, au programme, figure « La Cocarde de Mimi Pinson » et « Les Mousquetaires au Couvent ». En 1966, le Cercle Artistique Roubaisien reçoit 3 000 F de subvention pour mettre en scène « Carmen » de Bizet.

Carmen ( Archives Municipales – Don M Tartare 2017.001 )

Prosper HOSTE, président honoraire du C.A.R et du cercle symphonique Jean Macé-Pasteur, est nommé chevalier du mérite philanthropique. En mai 1969, le Cercle Artistique Roubaisien remporte le prix du festival international d’art lyrique à Vichy. Au début des années 70, le Cercle Artistique Roubaisien organise une soirée cabaret flamand à l’amicale Pierre de Roubaix, et se distingue en présentant « les cloches de Corneville » au théâtre Pierre de Roubaix. En 1973, nouveau succès pour le C.A.R : « Le pays du sourire » en janvier et « la cocarde de Mimi Pinson » en septembre, une animation sous chapiteau place Carnot en avril, avec des airs de la belle époque. L’année suivante, le Cercle Artistique Roubaisien présente « les mousquetaires au couvent ». Cinq opérettes et pour la première fois un opéra font partie des projets pour la prochaine saison.

La fille du tambour major ( Archives Municipales – Don M Tartare 2017.001 )

Les mousquetaires au couvent ( Archives Municipales – Don M Tartare 2017.001 )

Mais malgré les succès des spectacles, les difficultés sont de plus en plus lourdes et s’amoncellent : recrutements difficiles, décors très coûteux, nécessité d’un éventail de costumes impressionnant, problèmes de trésorerie. L’âge d’or est terminé. Le Cercle Artistique Roubaisien aura donné à ce quartier du Pile le titre glorieux de dernier bastion du chant lyrique à Roubaix.

La troupe du CAR en 1978 ( Archives Municipales – Don M Tartare 2017.001 )

.

Remerciements aux Archives Municipales pour la documentation.

.

Et l’Hippodrome devint le Capitole

Dans un Roubaix libéré, le 17 septembre 1944, le grand théâtre de Roubaix (l’Hippodrome) propose « aud’juss de l’planque trouée », une opérette roubaisienne et annonce par la voix de ses directeurs Léon Delmulle et Angèle Vandorselaere le programme de la prochaine saison lyrique : opéras comiques, opérettes, créations, galas de comédies classiques, grandes tournées.

L'intérieur de l'Hippodrome Coll Particulière

L’intérieur de l’Hippodrome Coll Particulière

En Janvier 1945, on donne le Gala Courteline au Grand Théâtre, au profit des prisonniers et des déportés. Trois têtes d’affiche pour l’Hippodrome Théâtre de Roubaix, M. André Brunot de la comédie française, M. Lucien Pascal du théâtre National de l’Odéon et Melle Gisèle Casadesus, l’une des meilleures interprètes du moment des comédies de Molière, qui vient de tourner au cinéma « Graine au Vent », film de Maurice Gleize. A Roubaix, on jouera les pièces de Courteline suivantes : Boubouroche, un client sérieux, et la paix chez soi. Ainsi l’Hippodrome Théâtre de Roubaix est-il encore une grande scène de théâtre.

L’Hippodrome est également la grande scène de l’art lyrique, « les pécheurs de perles » de Bizet programmé en février en est la preuve, et sa programmation théâtrale ne faiblit pas. En mars et avril, place au cirque, c’est le temps de la foire et l’Hippodrome accueille le grand cirque franco belge, la foire est dite « ressuscitée » en avril 1945. Le théâtre et le cirque vont d’ailleurs faire l’objet d’une innovation au grand théâtre : on va jouer l’auberge du cheval blanc, sur piste !

En juillet 1945, renouant avec la tradition des grands débats politiques, c’est Maurice Schumann porte parole de la France combattante qui vient présenter le programme du MRP (Mouvement Républicain Populaire). En octobre, ce sera le grand meeting de la JOC (Jeunesse Ouvrière Chrétienne). Voilà redémarrées les activités de ce grand lieu culturel roubaisien.

L'hippodrome théâtre de Roubaix CP Méd Rx

L’hippodrome théâtre de Roubaix CP Méd Rx

En avril 1946, on apprend que le Grand Théâtre change de direction : Melle Vandorselaere et M Delmulle qui l’avaient impulsé jusqu’ici, laissent la place à Jean Dubois, directeur propriétaire de l’hippodrome de Valenciennes et de divers cinémas. Il arrive avec de l’expérience et des projets de programmes de variétés.

En novembre, M. Dubois a pour projet de transformer le grand théâtre en capitole, et de passer du théâtre lyrique à des programmes plus variés ? On annonce déjà que la saison de théâtre lyrique en cours serait la dernière. La disparition des « voix » expliquerait cet arrêts : en effet, on ne trouve plus de ténors et le nombre des diva diminue. Les survivants font des caprices, et il y a trop d’imprévisible à ce niveau. Les décors, le machinisme, les difficultés pour rassembler un orchestre tout cela a une répercussion sur le prix des places, sans parler de la concurrence des cinémas. Est ce la fin du théâtre lyrique à Roubaix ? Au moment où une subvention municipale de deux millions et demi de francs vient de lui être octroyée, les deux théâtres lillois recevant pour leur part 53 millions à eux deux ?

La vieille salle de 1882 construite par les architectes Dupire et Selle tourne alors à 1800 places. M.Paul Douai fils vient à la rescousse pour que le théâtre lyrique conserve ses droits. M. Dubois le directeur propriétaire veut cependant transformer l’immeuble : rajeunir promenoir, salle et scène, et le nommer Capitole. On irait vers le music hall, des concerts, des comédies.

Lakme à l'Hippodrome Pub NE

Lakme à l’Hippodrome Pub NE

Janvier 47, les roubaisiens peuvent applaudir Mado Robin dans Lakmé. Mais, le le 22 mai 1947, la décision municipale tombe : après une visite de sécurité du grand théâtre de Roubaix ex hippodrome, il est relaté que cet établissement de construction très ancienne ne répond pas aux prescriptions réglementaires tant en ce qui concerne le gros œuvre que les moyens d’évacuation du public et de défense contre l’incendie. Il est même dit que l’exploitation de la dite salle située boulevard Gambetta (le boulevard Leclerc n’existe pas encore) constitue un danger public ! L’établissement est donc fermé au public, le temps qu’il se conforme aux conditions de sécurité et reçoive une nouvelle autorisation d’ouverture.

En juin 47, les travaux envisagés sont les suivants : refaire la façade, élargir les portes d’entrée, installer de véritables sièges pour remplacer les banquettes des premières galeries. On souhaite moderniser la décoration de la salle, en blanc et rouge, avec des éclairages et installation électriques conformes, et du chauffage au mazout renforcé. On supprime les anciens décors et on les remplace par des toiles de fond.

L'Hippodrome changé en Capitole CP Méd Rx

L’Hippodrome changé en Capitole CP Méd Rx

En septembre 47, on sait que le manque de dégagements, la quantité importante de matériaux inflammables ont entraîné la fermeture provisoire du théâtre. Des travaux ont été validés par la commission municipale de sécurité, et on attend la ratification de la commission des spectacles de Paris dépendante du ministère des beaux arts. Les cinq sorties du théâtre, trois sur le boulevard et deux sur la rue Édouard Anseele étaient réglementaires, mais elles ont été sensiblement élargies. Toutes les parties en bois sont enlevées (environ 50 tonnes), et notamment remplacées par des escaliers en ciment. Des sièges individuels remplacent les banquettes, l’électricité a été mise en conformité, il reste à aménager l’intérieur de la salle, mais M. Dubois reste très discret sur ce sujet.

Le Capitole en théâtre Pub NE

Le Capitole en théâtre Pub NE

En janvier 1948, c’est l’annonce de la réouverture, le 10 ou 11 janvier, et ce sera « la veuve joyeuse ». On parle de grosses vedettes de music hall comme Charles Trenet ou Tino Rossi, et on évoque les grandes transformations : le plafond a été entièrement refait, couleur ivoire tacheté d’étoiles, l’éclairage par hublots au premier balcon permet de disposer d’une douce lumière, on a installé un tapis de caoutchouc, et des tubes au néon tout au long de la première galerie. Le Capitole Théâtre dispose de quatre postes d’incendies et d’une trentaine d’extincteurs.

L'inauguration Pub NE

L’inauguration Pub NE

Soudain, en janvier 1949, le Capitole se met au cinéma, sans doute pour faire face à la concurrence, et pour offrir une plus large palette de spectacles à une clientèle plus diversifiée. L’inauguration du cinéma a lieu le vendredi 15 janvier, avec la projection du film hongrois réalisé en 1948 « Quelque part en Europe ». Ce film qui connut un grand retentissement à l’époque, n’était pas une œuvre de divertissement : il abordait le douloureux problème des enfants livrés à eux-mêmes, dans le contexte de la Deuxième Guerre Mondiale.

Brecht à la bourse du travail

Le titre de Nord Eclair en juin 1956

Le titre de Nord Éclair en juin 1956

Ce titre d’un article paru dans Nord Éclair en juin 1956 demande quelques explications. Bertolt Brecht (1898-1956) est le dramaturge autrichien, et metteur en scène bien connu. Monter une de ses œuvres en 1956 n’est pas anodin, car le théâtre de Brecht veut rompre avec la grande tradition dramatique et pousser le spectateur à la réflexion, alors qu’on est en pleine guerre froide. Deux pièces sont jouées à Roubaix : les fusils de la mère Carrar et des extraits de Grand peur et misère du IIIe Reich. La première a été écrite pour répondre à la politique de non-intervention défendue par les démocraties occidentales au moment de la guerre civile espagnole. La seconde dresse un portrait de la société allemande depuis l’avènement d’Hitler jusqu’aux prémices de la guerre, écrite à partir de récits de témoins oculaires et d’extraits de journaux qui montrent l’enracinement profond du régime nazi dans toutes les sphères du peuple allemand. Vingt quatre scènes évoquent tout à tour la bourgeoisie, le corps médical, la justice, les enfants, les prisonniers, et leur évolution face au régime.

La bourse de travail boulevard de Belfort CP Méd Rx

La bourse de travail boulevard de Belfort CP Méd Rx

Ces deux pièces sont jouées à Roubaix à la bourse du travail, qui est aussi le théâtre Pierre de Roubaix. Titrer « Brecht à la bourse du travail », c’est mettre en évidence l’aspect militant des œuvres d’un auteur anti-faciste, dans un lieu qui est aussi le siège des syndicats ouvriers depuis 1934.

Cyrille Robichez

Cyrille Robichez Photo Irhis

Il reste à évoquer la troupe qui vient jouer ces œuvres. Il s’agit du Théâtre Populaire des Flandres, créé trois ans plus tôt par Cyrille Robichez dans la ville d’Hénin Liétard. Cette troupe devient itinérante et passe donc par Roubaix en 1956. C’est le début de l’aventure du TPF, qui sera plus tard intégré au Centre dramatique national, avec lequel Cyril Robichez (1920-2001) mènera jusqu’en 1981 les expériences les plus diverses : le premier festival de Lille, les Nuits de Flandre, le Petit-Théâtre quotidien du Pont-Neuf et le Théâtre Roger-Salengro à Lille. Avant sa retraite, il a dirigé le département théâtre de la direction régionale des affaires culturelles du Nord-Pas-de-Calais. Cyrille Robichez avait fait appel à Parvine Tabaï, une comédienne parisienne, interprète d’autres œuvres brechtiennes (Mère Courage) également de pièces d’Eugène Ionesco. Il assura également la mise en scène de ces deux pièces.

Le théâtre Pierre de Roubaix avec son entrée d'autrefois Photo Méd Rx

Le théâtre Pierre de Roubaix avec son entrée d’autrefois Photo Méd Rx

L’Espéranto à Roubaix

En Février 1903, intervient la création du groupe espérantiste roubaisien, avec des membres approbateurs, non protecteurs, tels que Georges Motte président de la chambre de commerce, Victor Despature, commandant de l’armée territoriale, président du cercle militaire, Edouard Roussel conseiller municipal, président d’honneur de la société des vétérans des armées de terre et de mer, Docteur Butruille, président du syndicat médical de Rx, président de la protection de l’enfance, président du nord touriste, Edmond Ternynck, industriel, Elie Derveaux, architecte, Jules Vroman chef de la société de gymnastique l’Ancienne. Le président du groupe est M. Xavier Dorion et les adhésions nombreuses dépassent la centaine.

Étiquette imprimerie Dorion AmRx

Étiquette imprimerie Dorion AmRx

Qu’est ce que l’Espéranto ? Créée en 1887, cette langue universelle a beaucoup attiré l’attention, et contrairement aux autres essais de langue internationale comme le Volapück , elle s’est rapidement répandue. EIle compte plus de cent mille adhérents dans le monde en 1903. L’Espéranto ne se présente pas comme appelé à remplacer les autres langues, mais comme langage auxiliaire, permettant à tous les pays de s’entendre. L’Espéranto ne peut en vertu de sa nature même s’inféoder à aucune croyance, à aucun parti, à aucun peuple, il est le bien de tous…La bibliothèque de l’Espéranto comprend méthodes, littérature, science ; à Roubaix, le dernier ouvrage publié est un recueil de prières pour les catholiques Pregareto por katolikoj. Suivent quelques exemples de textes comme les Paroles d’un croyant de Lamennais, et une ode dédiée à Léon XIII. L’auteur a fait suivre son livre de quelques pages explicatives de la méthode espérantiste.

Du 3 au 13 août 1905, à Boulogne sur mer, se tient un congrès international réunissant trois mille personnes de quinze nationalités différentes, parlant l’Espéranto le nouveau langage universel. En France les groupements espérantistes sont nombreux, et affiliés au groupement central de Paris qui a pris pour nom Société française pour la propagation de l’Esperanto. On peut y assister à des animations culturelles, discours, monologues, pièces de théâtre, dont le Mariage forcé de Molière traduit en Espéranto joué par dix acteurs de neuf nationalités différentes. Il est dit que l’Espéranto a la douceur de l’italien et la sonorité de l’espagnol.

Le café Pandore CP Méd Rx

Le café Pandore CP Méd Rx

Roubaix a donc son groupe, fondé en 1903 par Xavier Dorion, professeur de langues vivantes, qui s’était assuré la haute protection de M. Eugène Motte, qui fut président d’honneur, et de nombreuses personnalités de la ville. Charles Dorion a succédé à son père. Le groupe se réunit tous les mardis soir dans une salle du Café Pandore, où il a son siège. On y parle exclusivement l’Espéranto, et on l’écrit aussi. Sur une demande de M. Félix Chatteleyn, sénateur, un cours d’Espéranto a été créé à l’établissement Pierre Catteau, rue du grand chemin, tous les vendredis soir, animé par Charles Dorion. Les élèves sont toutefois peu nombreux, compte tenu de l’activité commerciale intense roubaisienne.

Congrès de Boulogne sur Mer Coll Particulière

Congrès de Boulogne sur Mer Coll Particulière

En Aout 1906, lors du deuxième congrès de l’Espéranto à Genève, on note la présence d’une délégation française, conduite par le lieutenant Bayol instructeur à st Cyr, auteur d’une brochure pour les médecins et le personnel médical. Il y est dit que le locuteur français reconnaît 75 mots de sa langue dans l’Espéranto, dont la grammaire est facile.

Congrès espérantiste Roubaix 1911 Photo le Journal de Roubaix

Congrès espérantiste Roubaix 1911 Photo le Journal de Roubaix

En Juin 1911, a lieu le Congrès régional espérantiste à Roubaix, à l’occasion de l’exposition internationale. La région du nord a un groupe espérantiste dans chaque ville, et la Fédération centrale est à Lille. A Roubaix, dans la salle artistique rue des champs, une réception est organisée par les membres du comité roubaisien. A dix heures et demie, sous leur bannière verte avec une étoile en coin, les espérantistes se rendent à l’hôtel de ville, où ils sont reçus. M. Dorion président du comité, Durieu de Lille, MM. Lamère, Vauthier et Tobis, secrétaires et trésorier du groupe de Roubaix, MM Denis Didier, Hellin, Bannart, Ernoult Taffin et Charles Dupire, membres du comité. Après la réception, un banquet de 200 couverts attend les congressistes à la salle artistique, en l’absence de M Prelat directeur de l’enseignement primaire du nord, Minet inspecteur primaire, et Lambert directeur de l’école pratique de commerce et d’industrie de Roubaix, tous excusés.

Le groupe espérantiste roubaisien pendant les années vingt Coll Particulière

Le groupe espérantiste roubaisien pendant les années vingt Coll Particulière

C’est en 1920 qu’on retrouve trace des espérantistes : Victor Vajda originaire de Budapest en Hongrie s’installe à cette époque à Roubaix où il crée une entreprise de publicité et de peinture en lettres. Il adhère au cercle espérantiste roubaisien « al fratigo » à la même époque. Il épouse à Roubaix en 1925 une autrichienne, et ils sont mariés en Espéranto. Ils font ainsi partie des 56 couples à travers le monde à s’être mariés de la sorte. En 1928, le groupe espérantiste est accueilli à l’hôtel de ville de Roubaix avec leurs amis de Courtrai.

Ceci n’est que le début de l’histoire. On a pratiqué l’Espéranto à Roubaix jusqu’à l’an 2000, mais les traces sont difficiles à trouver. Merci de nous aider à poursuivre l’historique par vos commentaires. On peut toujours pratiquer l’Espéranto sur Villeneuve d’Ascq, et on trouvera sur Internet les adresses et renseignements de ce groupe, de la fédération régionale, et de la fédération nationale des pratiquants de cette langue universelle.

 

Contributions d’artistes

La nouvelle bibliothèque municipale de Roubaix a donc été construite de juin 1956 à décembre 1958. Le projet de construction prévoyait au-dessus de chaque porte d’entrée une table saillante permettant d’exécuter deux motifs sculptés. Le 4 septembre 1958, l’administration roubaisienne charge Pierre Lemaire de réaliser ces deux motifs sculptés. Il est statuaire, professeur à l’École Nationale des Arts et Industries Textiles (ENSAIT).

Sculptures de façade Photos PhW

Sculptures de façade Photos PhW

Il présente « deux esquisses symbolisant les activités de l’esprit encouragées par la lecture ». Ce sont des sculptures de deux mètres de longueur sur quatre-vingt-treize centimètres de largeurs et 6 millimètres d’épaisseur. Le travail comprend esquisses, maquettes à grandeur, moulage, sculpture. Chaque motif sera réalisé au prix de 287.000 francs de l’époque. Soit 594.000 francs. Le 7 novembre le conseil municipal adopte le projet.

Le 6 mars 1959, le peintre roubaisien André Missant écrit au Maire de Roubaix pour l’informer qu’il a procédé à l’étude de la décoration picturale de la bibliothèque. Il fait une proposition de deux tableaux et d’une fresque dont il joint les croquis : un portait de Maxence Van der Meersch 95/59 cm pour la salle de lecture du 1er étage, un tableau allégorique « les arts » à placer au palier de l’escalier principal 1,00/65, et une fresque « la lumière émanant du Livre » 3,50/1,55 à placer dans la salle de lecture en face du portrait de Van Der Meersch. Le prix des trois œuvres se monte à 500.000 francs, cadres et bordures compris. L’artiste livrerait dans un délai d’un mois à six semaines à compter de la date de notification de l’avis favorable de l’administration municipale.

Les propositions Missant AmRx

Les propositions Missant AmRx

L’administration municipale retiendra finalement le portrait de Maxence Van Der Meersch et le tableau allégorique « les Arts » par sa délibération du 26 mai, pour une somme de 250.000 francs.

Sources Archives Municipales de Roubaix

Mémoire de la braderie de l’Art

Roubaix se trouve au pays des braderies. Sur son territoire, elle en organisait traditionnellement plus d’une vingtaine chaque année. Une braderie d’un nouveau genre connaît sa première édition en décembre 1991 : la braderie de l’art. Le concept est à la fois simple et particulier : pendant 24 heures, des artistes vont créer des œuvres en partant d’objets de récupération. Le journal de l’époque situait le prix de ces objets qui étaient vendus au public entre 1 franc et 1000 francs !

Les logos des deux premières braderies Publiées par NE

Les logos des deux premières braderies Publiées par NE

Cette braderie existe toujours, et depuis quelques années, elle se déroule en décembre dans les locaux de la Condition Publique. Cet ancien établissement public, propriété de la Chambre de commerce de Roubaix, avait pour mission de contrôler et certifier la qualité de différentes matières textiles avant leur vente, essentiellement la laine, le coton et la soie. Sa reconversion en manufacture culturelle date de 1999, et la Condition Publique constitue un superbe écrin pour la braderie de l’art.

La braderie de l'art à la piscine Photo Guy Sadet NE

La braderie de l’art à la piscine Photo Guy Sadet NE

Mais d’autres lieux ont accueilli cette manifestation intra muros, organisée par l’association Art Point M. La piscine de la rue des Champs fut le premier décor de la braderie de l’art, pour ses quatre premières années. Fermée depuis novembre 1985, elle attendait sa reconversion en musée, laquelle sera effective le 21 octobre 2001. La piscine permit ainsi à la braderie de l’art de se mettre dans le bain et de faire ses premiers pas.

Roubaix 2000, vide Photo NE

Roubaix 2000, vide Photo NE

C’est Roubaix 2000, ou du moins son fantôme, qui recevra la braderie de l’art en 1995. La galerie commerciale en attente de démolition, offrit ses surfaces abandonnées pour  l’expression des artistes et la vente de leurs créations. Il y aura aussi l’usine Cavrois de la Potennerie en 1996 et 1997, puis le parking de Mac Arthur Glenn, patrie des courants d’air. Mais depuis un certain temps la Condition Publique abrite désormais la Braderie de l’Art, chaque année début décembre. Les fans nous pardonneront d’avoir sans doute oublié d’autres lieux d’accueil. Nous les remercions à l’avance de compléter notre propos.