La résidence du théâtre

Alors que l’Hippodrome théâtre, fermé depuis mai 1957, vit ses dernières heures, on évoque déjà un projet immobilier. Le 18 février 1963, l’architecte Guy Lapchin propose les premières esquisses d’un immeuble à quatorze étages aligné au boulevard Leclerc, avec une station service et un autre immeuble de dix étages aligné avec la rue Anseele, sans oublier un ensemble de parkings souterrains pour 70 véhicules. Le projet n’entraîne aucune observation municipale, et fait l’objet d’une transmission au directeur départemental de la construction avec avis favorable. Néanmoins, le projet ne peut être accepté que s’il est complété par l’accord des riverains, parmi lesquels le Crédit Municipal, sous forme de convention de voisinage. La relocalisation du Crédit Municipal étant envisagée, une convention est donc passée avec son vis à vis, c’est à dire la société Motte Porisse.

Les premières esquisses Doc AmRx

Les premières esquisses Doc AmRx

On sait que depuis février 1963 que la COMIF (société anonyme compagnie d’investissements fonciers 7 rue Drouot, Paris) a racheté l’Hippodrome théâtre et déposé un projet immobilier sur son emplacement. La société Le Capitole a été dissoute le 16 avril 1964. Le Capitole, ex Hippodrome théâtre, a été démoli en juillet 1964. Le projet immobilier est présenté le 9 novembre 1964 : un premier bâtiment parallèle à la rue Anseele, haut de 10 étages, de l’ancien emplacement de l’Hippodrome jusqu’à la rue Dupleix, avec la suppression du crédit municipal à condition qu’il soit relogé. Un second bâtiment s’articulant avec le premier, donne sur la rue du coq français et comporte 14 étages.

Le projet, plan masse doc AmRx

Le projet, plan masse doc AmRx

Le 27 novembre 1968 est déposée une demande d’autorisation de bâtir. Le 13 février 1969, intervient le rejet de la demande d’accord préalable, avec comme raisons invoquées, la hauteur des bâtiments et le coefficient d’occupation dépassé largement. Viendra s’y adjoindre le problème des alignements dans le triangle des rues du coq français, Vincent Auriol, et du boulevard Leclerc. Le 25 avril 1970, on pense à l’immeuble Flipo situé à l’angle de la Grand Rue et de la rue de l’Hommelet, récemment acquis par la ville, pour reloger le crédit municipal1. Bien que l’accord municipal ait été donné le 24 septembre 1970, le projet n’est pas mis en exécution. Cependant un permis de construire existe en date du 19 janvier 1971. On retrouve un projet de bâtiment collectif, avec 75 logements, des locaux commerciaux et un restaurant. Le 20 août 1971, il est procédé à l’examen du projet Résidence du théâtre. On note entre autres détails, que le restaurant peut accueillir 190 personnes, y compris le personnel. Puis le 10 septembre 1971, on annonce la démolition prochaine des bureaux de l’usine Motte Bossut, ce qui doit favoriser la réalisation du projet.

Les démolitions de 1971 Photo NE

Les démolitions de 1971 Photo NE

Mais c’est un nouveau refus du permis de bâtir le 27 juin 1973, avec les raisons suivantes : le bâtiment d’une hauteur de 50 mètres se trouve à 20 mètres de l’alignement opposé de la rue du coq français. Les alignements sont incorrects. Un nouveau projet est alors présenté, un bâtiment d’une hauteur de 48 à 50 m, avec 77 logements, et quatre étages pour bureaux. La commission de sécurité donne un avis favorable le 18 juillet 1973, sous réserve des prescriptions de sécurité pour ce type de bâtiment, notamment pour le danger d’incendie. Le permis de construire est finalement délivré le 27 décembre 1973. La SCIRT (société civile immobilière de Roubaix Tourcoing) qui est un organisme sous l’égide du CIL, va donc effectuer la construction de 77 logements collectifs, de bureaux et d’un restaurant, à Roubaix, boulevard du Général Leclerc. Cet ensemble s’appellera la Résidence du Théâtre. Les 3/4 de la superficie seront consacrés à l’habitation. Le chantier est officiellement ouvert le 20 décembre 1974, et la société Ferret Savinel assure les travaux.

La tour en 1975 Photo NE

La tour en 1975 Photo NE

Un article de presse de décembre 1975 annonce des appartements, des bureaux, des magasins. La livraison est prévue pour le 4ᵉ trimestre 1976. Mais les travaux seront achevés le 15 décembre 1977 et le certificat de conformité délivré le 28 décembre 1979.

à suivre

1Voir notre article sur le sujet sur la rue de l’Hommelet

4000 Cyclotouristes à Roubaix

En 1988, du 31 juillet au 7 août, plus de 4000 cyclistes de toute la France et aussi de pays étrangers se retrouvent à Roubaix pour la 50ème Semaine Fédérale de Cyclotourisme. Depuis la création de cet événement, en 1927, c’est la première fois qu’une ville du Nord de la France est choisie pour l’organiser.

Les organisateurs extrait brochure de l'événement

Les organisateurs extrait brochure de l’événement

Une Semaine Fédérale de Cyclotourisme est un rassemblement annuel de cyclos, mis en œuvre par un club qui a déposé un dossier et qui est désigné par la Fédération Française. Le but d’une Semaine Fédérale est de faire découvrir, en la parcourant en vélo, une région en se laissant guider sur des circuits fléchés et minutieusement préparés en privilégiant les sites touristiques. Quatre circuits, de 20 à 200 kms sont proposés chaque jour.

Nord Touriste créé en 1899 Coll Privée

Nord Touriste créé en 1899 Coll Privée

C’est en juin 1984, lors du brevet « Le Tour du Nord » que les responsables du Nord Touriste, Vincent Verschaeve et Jean Claessens prennent conscience des atouts méconnus de notre région et décident de déposer un dossier de candidature. Trois villes sont en concurrence : Feurs en Haute Loire, Thouars dans les Deux Sèvres et … Roubaix. Un courrier en date du 11 juin 1985 confirme au Président du Nord Touriste que l’organisation de la Semaine Fédérale 1988 est confiée à sa structure.

Dès lors, une dizaine de commissions de travail sont créées. Raymond Bodart, bien qu’en déplacement professionnel sur le chantier du futur tunnel sous la Manche, assure le rôle de coordinateur. Les défis à relever sont nombreux et de taille, notamment en termes d’hébergement et de restauration ! Près de 70 % des cyclotouristes sont campeurs. Les terrains de sport de la ville (Parc des Sports, Carihem, Jocelyn Vandaele) vont être aménagés et transformés en campings. Quelques campeurs s’installeront à la Carluyère à Wattrelos. Le reste des hébergements doit être trouvé, et négocié, dans les hôtels, à l’hôpital de la Fraternité et dans différentes sites de villes voisines. 800 petits déjeuners et 1000 repas chaque soir doivent être servis sous un grand chapiteau installé derrière la salle du Centre Aéré (emplacement aujourd’hui du vélodrome couvert Jean Stablinsky). 50 personnes sont mobilisées pour assurer le service. Un service de garderie pour les enfants est mis en place.

lundimardimercrediLa préparation des circuits, en collaboration avec les clubs locaux des secteurs visités en particulier pour l’accueil, les ravitaillements et les animations, nécessite la pose de 9000 flèches. Il faut aussi s’occuper du programme d’excursions et de visites proposé aux accompagnants qui ne roulent pas. Enfin, chaque soir, des ateliers mécanique, des conférences, des animations sont organisés. Ainsi, une réunion sur piste a lieu au vélodrome le jeudi soir à l’initiative du Vélo Club de Roubaix.jeudivendredisamedi

Le vendredi soir, la Ville convie les participants et la population à une prestation des Ballets du Nord sur la Grand Place suivie d’un spectacle pyrotechnique d’embrasement des façades de l’ Hôtel de Ville. Le dimanche 7 août, tous les cyclotouristes s’élancent pour un défilé d’au revoir à travers les rues de la Ville. Nombreux sont les roubaisiens qui les applaudissent !

Les cyclos à Roubaix Photo Raymond Bodart

Les cyclos à Roubaix Photo Raymond Bodart

Puis vient le temps de la cérémonie de clôture et le dernier repas qui rassemble plus de 2000 convives sous le fameux chapiteau.

Adieu Roubaix. Rendez vous à Feurs en 1989…

Démolitions et disparitions

L’année 1979 voit la poursuite des travaux dans la partie nord du chantier, au delà de la rue des Lignes. L’église était flanquée des rues des Écoles et Saint Pierre. La première de ces deux rues ne sera pas touchée ; elle est essentiellement constituée des bâtiments du Lycée technique de jeunes filles et du CET, partis depuis 1972 s’installer rue du Maréchal Foch, et remplacés par des sections commerciales transfuges de Turgot. Par contre, la rue Saint Pierre va complètement disparaître avec une grande partie du pâté qu’elle borde : la pénétrante va passer juste à cet endroit.

L'église et la rue Saint Pierre – collection particulière

L’église et la rue Saint Pierre – collection particulière

Cette rue comportait nombre de commerces, et encore en 1968, au 6, Diffunor, une librairie de gros, un café-tabac au 14, une épicerie au 18. Toutes ces maisons et leur jardin vont disparaître. Seule subsistera derrière l’ancienne usine reprise après guerre par le négociant en tissus Delespierre-Baeyens, qui s’étendait de la rue des Lignes à celle de l’Ermitage. Le mur de cette entreprise bornera longtemps la nouvelle avenue, avant qu’on n’y construise des immeubles neufs.

Le mur de l'usine, depuis le coin de la rue de l'Ermitage

Le mur de l’usine, depuis le coin de la rue de l’Ermitage

Deux pâtés de maisons séparaient le chevet de l’église, et la rue de l’Ermitage, de la rue Blanchemaille, entre les rues Notre-Dame et de Vaucanson. Tout cet ensemble va disparaître, de même que la rue St Honoré qui les séparait. Anciennement constitués de petites maisons et de courées, et de quelques entreprises, ces deux ensembles n’avaient pas évolué depuis un siècle, même si des démolitions avaient déjà été effectuées en 1975.

5-3-96dpi

Les deux côtés des rues Notre-Dame et Vaucanson sont expropriés. La rue Notre-Dame, va laisser place à l’extension de l’ENSAIT, et la rue de Vaucanson, à celle de la Redoute qui se développe à cette époque. Commencée début 78 la construction d’un nouveau bâtiment rue Blanchemaille permet d’accueillir les services de cette entreprise derrière une façade de verre. Une innovation : dans ce nouvel immeuble, les bureaux seront séparés par des cloisons amovibles modulaires.

Les rues de Vaucanson (photo la Voix du Nord) et Notre-Dame à l'époque.

Les rues de Vaucanson (photo la Voix du Nord) et Notre-Dame à l’époque.

Par la même occasion, on prévoit une extension à la Redoute côté pair de la rue de Vaucanson, constitués de petites maisons, toutes construites sur un plan identique. Les numéros 26 et 66 seront ainsi détruits par la communauté urbaine. Tout ce bloc va disparaître, remplacé un moment par un parking.

rue de Vaucanson

rue de Vaucanson

Avec les démolitions et les trous béants créés dans le substrat urbain, il devient difficile d’assurer la sécurité : les habitants se plaignent des vols qui se multiplient dans le maisons encore habitées des rues Notre-Dame, Saint Honoré, Vaucanson, et Saint Etienne, et réclament une surveillance accrue de la police. Ils demandent, en outre, la suspension des démolitions tant que le relogement de tous n’est pas assuré. En effet, les constructions à l’Alma-Gare sont à peine en cours, et les chantiers débutent seulement près de la rue des Lignes. Pour l’heure, sur le tracé de la pénétrante, on creuse des tranchées pour distribuer le chauffage, et on dévie les canalisations.

Photo la Voix du Nord

Photo la Voix du Nord

A suivre…

Les documents proviennent de la médiathèque et des archives municipales.

 

 

Les cuisinières Verdière

Au tout début des années 1910, Augustin Verdière reprend l’entreprise J.B.Kesteloot créée en 1871 fabricant de cuisines mais également de coffre-forts. L’entreprise est composée d’un magasin de vente au 59 et 61 Boulevard Gambetta et d’un atelier, et d’un deuxième point de vente au 134 rue Pierre de Roubaix.

cv1-96dpi

Augustin se spécialise dans la fabrication de cuisinières à carreaux, en faïence et en tôle, au charbon. Les affaires sont florissantes, et il embauche une dizaine d’ouvriers, dans son atelier de production de la rue Pierre de Roubaix. Ses deux fils Alphonse et André viennent ensuite l’aider dans l’entreprise.

cv2-96dpiLe fils d’Augustin, Alphonse Verdière, sa femme Jeanne et leur fille Gabrielle, devant la façade du magasin au 59 61 Boulevard Gambetta en 1922.

cv3-96dpi

Augustin Verdière décède à la fin des années 1920. En avril 1930 la mairie de Roubaix autorise sa veuve à démolir le magasin en bois du boulevard Gambetta, et à construire une maison en dur, à usage de commerce avec deux étages.

L'ancien magasin, et les plans du nouveau

L’ancien magasin, et les plans du nouveau

Puis survient le décès d’Alphonse au début des années 50. André Verdière reste donc seul à gérer l’entreprise. Les affaires deviennent de plus en plus difficiles, André doit faire face à la concurrence des nouveaux modes de chauffage au gaz et surtout au mazout. L’arrêt de la production de cuisinières est inévitable, et se produit en 1955. L’atelier et le magasin de la rue Pierre de Roubaix ferment définitivement, en 1964 ; le magasin sera transformé en habitation, et l’atelier démonté et remplacé par un jardin d’agrément.

Le magasin avant et après transformation

Le magasin avant et après transformation

Le magasin du Boulevard Gambetta changera complètement d’activité ; il se spécialisera dans le commerce d’articles ménagers, et profitera pleinement du succès des années 60. Cinq personnes étaient présentes dans le magasin pour vendre les casseroles et autres cocottes-minute, surtout le samedi, et lors de la fête des mères.

Après la mort d’André, tous les autres membres de la famille (épouse, sœur, beau frère, nièce…) viendront gérer le commerce et continueront l’activité. En 1977 ils décident de prendre une retraite bien méritée, et donc d’arrêter l’activité. En 1978 le magasin sera cédé, et deviendra un magasin de confections pour homme, avec l’enseigne L’HOM.

Dans les années 80 le magasin sera divisé en 2 parties ( 59 et 61 ). On y trouve aujourd’hui une boulangerie et un assureur.

cv7-96dpi

Les documents proviennent des archives municipales de Roubaix, de Google view, et d’un collectionneur privé.

Et le bus remplaça le tram

En 1951, cela faisait plus de 70 ans que les tramways desservaient les différents quartiers de Roubaix. En effet, du 3 décembre 1880, datait la première concession accordée par l’État à la Compagnie Anonyme des Tramways, qui fut en faillite deux ans plus tard. Lui succédèrent la Compagnie Nouvelle des Tramways, puis l’Électrique Lille Roubaix Tourcoing, laquelle exploitait également les lignes du Mongy.

La Compagnie des Tramways Coll Particulière

La Compagnie des Tramways Coll Particulière

En 1950, l’ELRT demande le relèvement des ses tarifs . Cette question est débattue en conseil municipal, et l’on arrive à envisager d’autres types de transports plus adaptés à l’ouverture de nouvelles lignes que les tramways. Le 14 avril, une commission est désignée pour étudier une réforme des moyens de transport. Cette commission sera inter municipale, Roubaix et Tourcoing, mais inopérante. Le problème du déficit de la compagnie allant en croissant, une augmentation est accordée en 1950, à hauteur de 35 % des tarifs.

Compagnie ELRT Coll Particulière

Compagnie ELRT Coll Particulière

La baisse du nombre de voyageurs explique en partie ce déficit. Le matériel coûteux en entretien et en énergie électrique est une autre raison. La Compagnie tente une première expérience et des autobus sont donc utilisés pour remplacer les lignes S et M, ce qui permet d’économiser une trentaine de millions. Déjà la ligne S (Place de la liberté jusqu’à Hem) n’est plus qu’un souvenir : supprimée le 2 avril 1951, elle passait par la rue du coq français, bifurquait rue Jules Guesde, rue Jean Goujon, passait devant le parvis St Jean Baptiste, empruntait les rues Lesueur, Ingres, Larochefoucault, traversait la place du travail, repartait rue Henri Régnault et avenue Gustave Delory jusqu’au boulevard Clémenceau avant d’atteindre la place de la République à Hem.

Tramways sur la Grand Place Photo NE

Tramways sur la Grand Place Photo NE

En juin 1951, le conseil municipal roubaisien souhaite l’arrivée des autobus. Le 27 avril 1952, un protocole d’accord concernant la prorogation de la concession et la modernisation des réseaux est signé entre les maires de Roubaix et Tourcoing et la société ELRT, qui valide entre autres décisions la transformation des lignes de tramways en autobus, selon un calendrier pré établi. Première étape : les lignes D, G, H, LN et R seront desservies par des autobus, il est prévu d’en acheter 34 et de construire un dépôt de remisage de 60 véhicules attenant au dépôt de l’Union. La deuxième étape prévoit la transformation des lignes A, B, C, C barré, l’achat de 33 autobus, et l’agrandissement du dépôt de l’Union pour une capacité de 100 véhicules. Les concédants, donc les villes, achètent les autobus, et la société les entretient et les exploite.

Dernières images des trams Photo NE

Dernières images des trams Photo NE

En avril 1953, la presse annonce qu’en mai prochain, les lignes de tramways D G et H seront remplacées par des autobus qui seront présentés aux administrations municipales de Roubaix et de Tourcoing, concessionnaires de ces lignes. A l’issue de la présentation, il est procédé à la visite du dépôt rue de l’union. A Roubaix, le bus de démonstration est en stationnement sur la grand place, extrait du groupe des seize livrés à l’ELRT. Ce sont des chaussons APH2522 avec un moteur panhard 4 Cylindres 110 CV comportant 90 places. Ces véhicules sont plus spacieux et plus confortables que ceux qui circulent sur les lignes S et M. Ils bénéficient notamment des derniers perfectionnements, parmi lesquels un frein électrique ajouté permettant d’éviter les secousses de coups de freins trop violents.

La présentation des bus en présence de Victor Provo Photo NE

La présentation des bus en présence de Victor Provo Photo NE

On se promène un peu, pour tester les nouveaux moyens de transport, notamment rue de Lannoy, en présence du directeur de l’ELRT M. Lanceplaine, du maire Victor Provo et de ses adjoints, du secrétaire général de mairie Clérembeaux, de M. Lauwick officier de police, et le chauffeur s’appelle Robert Patras.

Bus de la ligne 15 Photo NE

Bus de la ligne 15 Photo NE

Nouveaux bus, nouvelles lignes. La ligne 15 (place du Crétinier place du Travail) remplace le tram G, sans grandes modifications : son trajet passe par la rue Casterman, puis par la rue de Cartigny, le boulevard de Metz, la rue Daubenton, la place Fosse aux chênes, la rue de Alma à l’aller, la ue Blanchemaille au retour, la gare de Roubaix, les rues de l’alouette et de l’épeule, les boulevards Montesquieu, de Cambrai, Douai, Lacordaire et de Lyon. De gros changements interviennent pour le remplacement du tram D, par la ligne 17 (Mouvaux à Leers en passant par la grand place de Roubaix), et par la ligne 18 (Grand place, Avenue motte par le boulevard de Fourmies). Les deux lignes 17 et 18 ont un arrêt fixe sur la grand place devant l’église St Martin où s’arrêtait autrefois le tram H.

Les nouvelles lignes annoncées Photo NE

Les nouvelles lignes annoncées Photo NE

La ligne 17 (Leers Mouvaux,) emprunte désormais les rues du Général de Gaulle, Victor Hugo aller, rue de Roubaix retour, rue de Roubaix, rue de Leers, boulevard Beaurepaire, rue Pierre de Roubaix, boulevard Gambetta, Grand-rue aller, rue Pierre Motte retour, Grand place, rues du Général Sarrail, du grand chemin, de Mouvaux, rue de Roubaix à Mouvaux. La ligne 18 relie la Place de Roubaix à l’avenue Motte, par les rues du Maréchal Foch, du moulin, claude lorrain, par la place du travail, et le boulevard de Fourmies. De nouvelles cartes d’abonnement sont à la disposition du public, et peuvent être retirées exceptionnellement gratuitement.

Bus de la ligne 17 Coll Particulière

Bus de la ligne 17 Coll Particulière

Ces changements entraînent déjà des doléances : la ligne D a été scindée en deux tronçons, ce qui implique un changement pour les fillettes de l’institut Sévigné, autrefois déposées par le D quasiment à la porte de leur établissement. Elles doivent à présent rejoindre leur établissement à pied de la Grand Place en empruntant les rues du Général Sarrail et du grand chemin rendues dangereuses par la circulation. Ce qui soulève des plaintes de la part des parents. Par ailleurs, une pétition est lancée sur les conséquences onéreuses pour les usagers de l’ex tram D, et plus spécialement les habitants du Nouveau Roubaix, qui se voient appliquer une augmentation du coût de 33 à 50 % du trajet du fait du nouveau sectionnement, sans pour autant faire un mètre de plus !

Bus ligne 18 Collection Amsterdam Rail

Bus ligne 18 Collection Amsterdam Rail

La modernisation du trafic n’entraîne aucune critique : dans les rues encombrées, le tramway est devenu une gène et un danger. Prisonnier de ses rails, il ne possède aucune liberté de manœuvre, sans parler du danger des caténaires chargées de courant. Les changements de parcours sont improbables sinon impossibles, car très coûteux en chantiers et matériels. Déjà, des demandes sont faites pour l’amélioration du service : on a fait bâtir une nouvelle cité qui n’est plus desservie par la ligne 18 ! Il suffirait de la prolonger par la rue Édouard Vaillant, et l’avenue Gustave Delory jusqu’aux Trois Baudets ! Le Nouveau Roubaix est en pleine construction, la cité de la Gare de débord et bientôt les immeubles HLM derrière les vieux HBM nécessiteront une desserte plus importante. On suggère également de remplacer le parcours Sarrail Grand chemin par celui de l’avenue Lebas. On propose que la ligne 18 soit allongée jusqu’au Pile et aux Trois Ponts, et la construction du lycée Van Der Meersch ne fait que renforcer cette proposition. De même, l’ex G, devenu la ligne 15, pourrait aller au-delà du Crétinier vers la vieille place de Wattrelos ? Et au delà de l’épeule, vers le quartier St Pierre à Croix avant de revenir vers Barbieux ? On évoque même une ligne par les boulevards de ceinture, quand ils se rejoindront !

Les bus à la gare de Roubaix Coll PhW

Les bus à la gare de Roubaix Coll PhW

Pas de changement immédiat pour les lignes A, B et C, ni pour le Mongy, pour lequel on annonce quand même un déplacement des lignes sur le futur terre plein central du bd leclerc, avec terminus devant le café du Broutteux ? On restaure déjà la voie du Mongy à hauteur de Motte Bossut. La deuxième étape fatale pour les tramways entrera en vigueur en 1956.

à suivre

Sources

Nord Éclair, Nord Matin, Amitram, Archives Municipales Roubaix

L’ELRT modernise

Le vieux kiosque CP Coll privée

Le vieux kiosque CP Coll privée

En juin 1954, l’ELRT adresse à la mairie l’avant-projet d’un nouveau kiosque destiné à remplacer l’ancien qui se trouve sur la Grand-Place, devant l’église Saint Martin. La société souhaite y regrouper ses services d’exploitation, car la Grand-Place est le lieu où transitent toutes les lignes de son réseau.

Démolition de l'aubette de la place de la Liberté Photo NE

Démolition de l’aubette de la place de la Liberté Photo NE

L’époque est à la modernisation sinon à la démolition. Déjà, on est occupé à démolir l’aubette de la place de la Liberté, qualifiée de bien vilaine, et dont le malodorant prolongement servait de vespasienne sauvage. Cette disparition semble faire l’unanimité.

Le kiosque provisoire Photo NE

Le kiosque provisoire Photo NE

Pendant que l’on démolit l’ancien kiosque de la Grand-Place et en attendant la construction du nouveau, une remorque de tramway débarrassée de ses roues, abrite provisoirement les différents services qui se trouvaient là : journaux et abonnements.

Dessin du nouveau kiosque Paru dans NE

Dessin du nouveau kiosque Paru dans NE

Le nouveau kiosque va remplacer une aubette datant de 1911, et sera disposé à peu près au même endroit, en étant cependant un peu plus large que l’ancienne, mais moins haute. Elle se situe donc devant l’église, dont la partie basse sera dissimulée, mais dit le rapport, elle ne présente aucun intérêt architectural. De plus, c’est le seul endroit où les commerçants ne seront pas gênés. Le nouveau bâtiment comprend une salle d’attente, des guichets pour les abonnements, pour les objets perdus, un abri pour les agents de l’ELRT, le kiosque à journaux, et derrière la construction, des urinoirs, un WC pour dames étant prévu. Cette bâtisse coquette est bordée d’une jardinière. En août 1955, le nouveau kiosque est terminé.

Le nouveau kiosque avant les épis CP Coll Privée

Le nouveau kiosque avant les épis CP Coll Privée

Cette construction représente une économie certaine pour la société, car elle libère un local extrêmement important au dépôt du Laboureur, qui deviendra propriété municipale. De plus elle facilitera les démarches des voyageurs. Cette modernisation des locaux est la première étape d’une réorganisation plus importante amorcée avec l’arrivée des autobus, qui verra fleurir sur la Grand-Place des stationnements en épi, permettant aux voyageurs d’embarquer à partir de quais numérotés selon la ligne desservie, quand les bus auront définitivement remplacé les trams. Cependant les Mongy longeront encore quelque temps le trottoir de Saint Martin.

Sources : journaux NE, NM, VDN, délibérations municipales

La Société Roubaisienne d’Automobiles

On voit sur une photo ancienne représentant la rue Neuve, après l’estaminet de la Barque d’Or, trois maisons de belle apparence aux numéros 58, 60 et 62. Ce sont respectivement les demeures  du négociant Jonville-Testelin, du fabricant de Tissus Lestienne, frères et fils, et d’Albert Motte, puis de la veuve Wacrenier-Nadaud, à la fin du 19ème siècle.

Pgf1-96dpi

En 1935 s’installe au 62 la SRA, Société Roubaisienne d’Automobiles, agence de la société des automobiles Peugeot. Avant la guerre, les occupants des 58 et 60 quittent les lieux, et ces deux propriétés restent vides tout au long des hostilités. En 1953 le numéro 60 a été racheté par la SRA, qui loge y son directeur, Monsieur Cavrois-Dazin, dans la maison en front à rue. Le numéro 58 est également repris par la société. Une photo aérienne montre que, dès 1947, des ateliers ont été édifiés derrière les trois maisons. La façade du numéro 62 a été percée d’une large ouverture permettant l’accès des véhicules.

Photo Nord Eclair

Photo Nord Éclair

A partir de 1955, la SRA se lance dans la distribution d’essence. Elle inaugure une station Mobil à la place de l’immeuble du numéro 58. Nord Éclair loue « l’édifice élégant, clair et spacieux, … le Hall bien dégagé, les bureaux élégants, bien que sobres, … le garage aux proportions impressionnantes, le tout dans un décor agréable ». De nombreuses personnalités assistent à l’inauguration et sont accueillies par MM. Jacques et Dominique Cavrois. La station met à la disposition de la clientèle un salon de lecture, des toilettes, le téléphone et une boite aux lettres. L’éclairage et les couleurs font l’objet de tous les soins. L’entrée de la station, en retrait de l’alignement de la rue, est précédée de deux pompes automatiques.

Photo Nord Eclair

Photo Nord Eclair

En 1960 la SRA occupe les trois numéros, et l’ensemble de la propriété ainsi constituée est couvert d’ateliers. D. Cavrois-Wattine est alors directeur commercial du garage. On poursuit les travaux : en 1975 la société demande l’autorisation de démolir les numéros 60 et 62, devenus inutiles et qui sont inoccupés. Le 60, comprend trois bureaux au rez de Chaussée, au 1er quatre pièces, et 6 chambres au second. Le rez de chausse du 62 sert de hall d’exposition, et il comporte 8 pièces dont 2 salles de bains au 1er et la même chose au second. La démolition permettra la création d’un nouvel immeuble commercial. L’autorisation accordée l’année suivante, mais l’immeuble est repris en 1981 par la famille Mulliez pour y créer un magasin Kiloutou. Ce projet n’aboutit pas et, en 1983, s’installe la société SARDA, concessionnaire BMW. Le nouveau garage comporte un vaste hall d’exposition et les services d’après-vente de réparations et de pièces détachées. Le responsable commercial est Michel Junod.

Photo la Voix du Nord

Photo la Voix du Nord

Dans les années 2000 le garage est finalement démoli. Il est désormais remplacé par un immeuble neuf.

photo Google Maps

photo Google Maps

Les autres documents proviennent des archives municipales et de la médiathèque de Roubaix

Nations Unies : les démolitions 78

Au printemps 1978, le souci principal des élus est de redonner un second souffle au centre de Roubaix. La modernisation de l’Ensait, maintenue sur place, l’extension de la Redoute dans des locaux neufs, le centre Mercure, formeront des pôles d’attraction que la pénétrante va relier directement au centre. On considère qu’il faut procéder rapidement à la démolition d’un quartier fait en grosse partie de bâtiments industriels désaffectés, d’immeubles déjà détruits, et d’habitations insalubres, évacuées pour la plupart par leurs habitants, pour attirer les investisseurs. Il s’agit de ramener les habitants des classes moyennes partis vers l’extérieur grâce à des constructions de standing mêlées de façon équilibrée aux nouveaux logements sociaux et à des activités tertiaires à développer.

La Voix du Nord - 1978

La Voix du Nord – 1978

Le parking-silo, prévu face à la salle de sports qu’on vient de construire, tiendra toute sa place dans le projet, dans lequel s’insérera également l’extension du secteur piétonnier et la création d’un espace vert, mail planté le long de la future avenue. Pourtant, il n’est pas prévu de tout raser d’un coup ; les démolitions s’effectueront en phases successives, synchronisées avec les travaux de reconstruction.

Les travaux de démolition vont battre leur plein fin 1978, début 1979. Ils toucheront d’abord le secteur compris entre la rue du Vieil Abreuvoir et l’église Notre Dame, limité à l’ouest par la rue Nain, et à l’est par la rue Pellart, dont le côté impair est déjà démoli.

Photo IGN 1975

Photo IGN 1975

Les constructions du rue du Vieil Abreuvoir, dont seuls survivront au coin de la rue Nain les bureaux des contributions, logés dans l’ancienne Poste, et, à l’autre extrémité le café « Le Carillon » au coin de la rue Pellart, sont pour une bonne part des commerces. On y rencontre pourtant un nombre important d’associations : l’Association Centrale Roubaisienne, les œuvres des Catéchismes, l’Union Nationale et Républicaine, le Secrétariat familial, le secrétariat de la DRAC, l’union des Sociétés sportives de Roubaix, la Jeunesse Dramatique, l’Association des Prisonniers de Guerre du Nord, le Camping Club International, l’Amicale du personnel de direction de l’Industrie Textile, le Centre Culturel espagnol…

Les immeubles à démolir rue du vieil Abreuvoir – photo Nord Eclair 1955

Les immeubles à démolir rue du vieil Abreuvoir – photo Nord Eclair 1955

Dans les années 60, le périmètre abrite nombre d’entreprises et de négociants textiles. Dans la rue Nain, côté pair : Ridoblanc, la Manufacture de la Lys, Plasti-Décor, Mullié-Lesage, Desmarchelier et fils, Lecomte et Fils, César et Emile Pollet, ainsi que des domiciles privés. L’usine César Pollet fils, au coin de la rue des Lignes, est démolie depuis peu : on abat sa cheminée en 1976.

La rue des lignes ferme notre quadrilatère. On y rencontre également côté pair des entreprises souvent textiles : au 6 les établissements Declercq-Dupont et le Comptoir Textile de France, les établissements Robert, parfumeur en gros, au 3 la Société Anonyme Weil, fabricant de tissus, les établissements Prouvost et Bernard, les tissus Bonnel, la société industrielle d’importation de tissus, Bonnel et Flipo, Delespierre-Baeyens, et, au bout de la rue, au débouché de la rue du Pays, les établissements Lepoutre.

La rue des Lignes en 1926 – La chute de la cheminée Pollet - photo Nord Eclair

La rue des Lignes en 1926 – La chute de la cheminée Pollet – photo Nord Eclair

L’essentiel des bâtiments de la rue des Lignes vont disparaître, à l’exception des deux extrémités, côté impair, en même temps que l’ensemble du quadrilatère. Une photo de 1980, prise depuis le haut du parking-silo, nous montre une zone boueuse qui va jusqu’à la rue des Lignes et l’église Notre-Dame après les travaux de démolition. Il ne reste que quelques maisons à démolir dans les premiers numéros pairs de la rue des Lignes. Celles-ci ne survivront pas longtemps : les premiers immeubles neufs vont être érigés sur leur emplacement !

Photo La Voix du Nord Janvier 1980

Photo La Voix du Nord Janvier 1980

A suivre…

Les documents proviennent des archives municipales et de la médiathèque de Roubaix

Et l’Hippodrome devint le Capitole

Dans un Roubaix libéré, le 17 septembre 1944, le grand théâtre de Roubaix (l’Hippodrome) propose « aud’juss de l’planque trouée », une opérette roubaisienne et annonce par la voix de ses directeurs Léon Delmulle et Angèle Vandorselaere le programme de la prochaine saison lyrique : opéras comiques, opérettes, créations, galas de comédies classiques, grandes tournées.

L'intérieur de l'Hippodrome Coll Particulière

L’intérieur de l’Hippodrome Coll Particulière

En Janvier 1945, on donne le Gala Courteline au Grand Théâtre, au profit des prisonniers et des déportés. Trois têtes d’affiche pour l’Hippodrome Théâtre de Roubaix, M. André Brunot de la comédie française, M. Lucien Pascal du théâtre National de l’Odéon et Melle Gisèle Casadesus, l’une des meilleures interprètes du moment des comédies de Molière, qui vient de tourner au cinéma « Graine au Vent », film de Maurice Gleize. A Roubaix, on jouera les pièces de Courteline suivantes : Boubouroche, un client sérieux, et la paix chez soi. Ainsi l’Hippodrome Théâtre de Roubaix est-il encore une grande scène de théâtre.

L’Hippodrome est également la grande scène de l’art lyrique, « les pécheurs de perles » de Bizet programmé en février en est la preuve, et sa programmation théâtrale ne faiblit pas. En mars et avril, place au cirque, c’est le temps de la foire et l’Hippodrome accueille le grand cirque franco belge, la foire est dite « ressuscitée » en avril 1945. Le théâtre et le cirque vont d’ailleurs faire l’objet d’une innovation au grand théâtre : on va jouer l’auberge du cheval blanc, sur piste !

En juillet 1945, renouant avec la tradition des grands débats politiques, c’est Maurice Schumann porte parole de la France combattante qui vient présenter le programme du MRP (Mouvement Républicain Populaire). En octobre, ce sera le grand meeting de la JOC (Jeunesse Ouvrière Chrétienne). Voilà redémarrées les activités de ce grand lieu culturel roubaisien.

L'hippodrome théâtre de Roubaix CP Méd Rx

L’hippodrome théâtre de Roubaix CP Méd Rx

En avril 1946, on apprend que le Grand Théâtre change de direction : Melle Vandorselaere et M Delmulle qui l’avaient impulsé jusqu’ici, laissent la place à Jean Dubois, directeur propriétaire de l’hippodrome de Valenciennes et de divers cinémas. Il arrive avec de l’expérience et des projets de programmes de variétés.

En novembre, M. Dubois a pour projet de transformer le grand théâtre en capitole, et de passer du théâtre lyrique à des programmes plus variés ? On annonce déjà que la saison de théâtre lyrique en cours serait la dernière. La disparition des « voix » expliquerait cet arrêts : en effet, on ne trouve plus de ténors et le nombre des diva diminue. Les survivants font des caprices, et il y a trop d’imprévisible à ce niveau. Les décors, le machinisme, les difficultés pour rassembler un orchestre tout cela a une répercussion sur le prix des places, sans parler de la concurrence des cinémas. Est ce la fin du théâtre lyrique à Roubaix ? Au moment où une subvention municipale de deux millions et demi de francs vient de lui être octroyée, les deux théâtres lillois recevant pour leur part 53 millions à eux deux ?

La vieille salle de 1882 construite par les architectes Dupire et Selle tourne alors à 1800 places. M.Paul Douai fils vient à la rescousse pour que le théâtre lyrique conserve ses droits. M. Dubois le directeur propriétaire veut cependant transformer l’immeuble : rajeunir promenoir, salle et scène, et le nommer Capitole. On irait vers le music hall, des concerts, des comédies.

Lakme à l'Hippodrome Pub NE

Lakme à l’Hippodrome Pub NE

Janvier 47, les roubaisiens peuvent applaudir Mado Robin dans Lakmé. Mais, le le 22 mai 1947, la décision municipale tombe : après une visite de sécurité du grand théâtre de Roubaix ex hippodrome, il est relaté que cet établissement de construction très ancienne ne répond pas aux prescriptions réglementaires tant en ce qui concerne le gros œuvre que les moyens d’évacuation du public et de défense contre l’incendie. Il est même dit que l’exploitation de la dite salle située boulevard Gambetta (le boulevard Leclerc n’existe pas encore) constitue un danger public ! L’établissement est donc fermé au public, le temps qu’il se conforme aux conditions de sécurité et reçoive une nouvelle autorisation d’ouverture.

En juin 47, les travaux envisagés sont les suivants : refaire la façade, élargir les portes d’entrée, installer de véritables sièges pour remplacer les banquettes des premières galeries. On souhaite moderniser la décoration de la salle, en blanc et rouge, avec des éclairages et installation électriques conformes, et du chauffage au mazout renforcé. On supprime les anciens décors et on les remplace par des toiles de fond.

L'Hippodrome changé en Capitole CP Méd Rx

L’Hippodrome changé en Capitole CP Méd Rx

En septembre 47, on sait que le manque de dégagements, la quantité importante de matériaux inflammables ont entraîné la fermeture provisoire du théâtre. Des travaux ont été validés par la commission municipale de sécurité, et on attend la ratification de la commission des spectacles de Paris dépendante du ministère des beaux arts. Les cinq sorties du théâtre, trois sur le boulevard et deux sur la rue Édouard Anseele étaient réglementaires, mais elles ont été sensiblement élargies. Toutes les parties en bois sont enlevées (environ 50 tonnes), et notamment remplacées par des escaliers en ciment. Des sièges individuels remplacent les banquettes, l’électricité a été mise en conformité, il reste à aménager l’intérieur de la salle, mais M. Dubois reste très discret sur ce sujet.

Le Capitole en théâtre Pub NE

Le Capitole en théâtre Pub NE

En janvier 1948, c’est l’annonce de la réouverture, le 10 ou 11 janvier, et ce sera « la veuve joyeuse ». On parle de grosses vedettes de music hall comme Charles Trenet ou Tino Rossi, et on évoque les grandes transformations : le plafond a été entièrement refait, couleur ivoire tacheté d’étoiles, l’éclairage par hublots au premier balcon permet de disposer d’une douce lumière, on a installé un tapis de caoutchouc, et des tubes au néon tout au long de la première galerie. Le Capitole Théâtre dispose de quatre postes d’incendies et d’une trentaine d’extincteurs.

L'inauguration Pub NE

L’inauguration Pub NE

Soudain, en janvier 1949, le Capitole se met au cinéma, sans doute pour faire face à la concurrence, et pour offrir une plus large palette de spectacles à une clientèle plus diversifiée. L’inauguration du cinéma a lieu le vendredi 15 janvier, avec la projection du film hongrois réalisé en 1948 « Quelque part en Europe ». Ce film qui connut un grand retentissement à l’époque, n’était pas une œuvre de divertissement : il abordait le douloureux problème des enfants livrés à eux-mêmes, dans le contexte de la Deuxième Guerre Mondiale.

Nations Unies : Les premiers travaux

Le projet de pénétrante étant arrivé à maturité, il est temps d’en débuter l’exécution. Après une première phase d’achat de terrains par la Communauté Urbaine, viennent les démolitions. Mais par où débuter ? Le comité de parents d’élèves du collège Anne Frank, terminé fin 1974 dans l’angle formé par les rues Pellart et du Pays réclame à corps et à cri la salle de sports promise par les édiles. C’est à cette occasion que vont retentir les premiers coups de pioche, au coin même de ces deux rues.

Le quartier en 1975 – photo IGN

Le quartier en 1975 – photo IGN

Cette zone contient un habitat ancien, dense, dans la partie que n’a pas touché la construction du collège. En 1975, les numéros 17 à 31 de la rue Pellart n’existent plus. A leur place est aménagé un parking provisoire utilisé par les enseignants du collège et les fonctionnaires du commissariat de police. Le n°1, au coin de la rue du Pays, en 1960 le café restaurant parisien, a également été démoli ; les voitures stationnent sur son emplacement. Il reste des bâtiments inoccupés depuis 1970, au n°3 l’ancien foyer Polonais, et l’ancienne droguerie Debeire au n°7. On trouve encore au n°9 la Société d’Expertise Fiscale et de Conseil d’Entreprise Devos. Les n°13 et 15 sont également inoccupés ; ils abritaient plusieurs artisans. Le côté pair de la rue n’a pas été touché.

Les îlots encore à démolir

Les îlots encore à démolir

La rue du Pays est encore intacte côté impair, alors que, côté pair, manquent les n°14 à 24 qui ont fait place au collège. On trouve au n°4 un café, « au Bouillon », puis un imprimeur, un électricien et le centre culturel espagnol au n°6, et des bureaux d’EDF-GDF au n°12, là où s’était installée la société Desclée, propriétaire de l’usine à gaz du Cul de Four.

Vont être touchés aussi pratiquement tous les numéros impairs de la rue du Pays entre la rue du vieil Abreuvoir et la rue des Lignes. On va y construire un parking-Silo et d’un ensemble dénommé « îlot Croix-Rouge ». En effet, cet organisme, après avoir quitté la rue Edouard Anseele s’est installé dans les années 60 au n°25 de la rue du Pays, dans un bâtiment datant de 1927 et construit pour la société textile Pollet et Fils. C’est la seule construction qui subsistera des numéros impairs.

Les locaux de la Croix-Rouge au 25 – photo Nord Eclair

Les locaux de la Croix-Rouge au 25 – photo Nord Eclair

C’est ainsi que vont disparaître les locaux d’entreprises textiles, tels Devantel au n°1, Hubeau et Duhayon et les laines de Roubaix au 1bis, un négociant de tissus au n°3, les bureaux de Betz et Bétrémas et de des établissements Jourdain, fabricants de tissus au 5 et au 7, les chemisiers Jack au 11, la bonneterie Magfil, les établissements des frères Mazurel et le piqûrage moderne au 13, les établissements Vernier et Fils, tissus au 17 et l’habitation du dirigeant de l’entreprise, Vernier-Dupont au 19, les tissus Delreux et Baelde au 23, puis les établissements Tiberghien et Bazin au 27, Delrue au 29, le centre technique régional de bonneterie au 31, les tissus Blin et blin au 33…

La rue du Pays

La rue du Pays

Une photo de 1926 nous montre l’entrée de la rue du Pays. On y voit au premier plan à gauche le numéro 5, et, à droite, la rue Pellart et le café restaurant qui en fait le coin. La tête de sanglier en gros plan à droite est l’enseigne de la vielle charcuterie Lécaille « Au Sanglier », au 28 de la rue du Curé, que prolonge la rue du Pays. On remarque le côté massif des façades et l’animation qui règne dans la rue. Tout au fond on distingue le carrefour des rues des Lignes et Fosse aux Chênes. Tous ces immeubles sont revendus au milieu des années 70 à la société Le Toit Familial qui va se charger de les démolir. Une décision préfectorale de septembre 1976 l’autorise à procéder aux travaux.

La construction de la salle des sports, initialement prévue du type classique va prendre du retard à cause d’une modification dans le tracé de la courbe de la nouvelle avenue. La place étant plus mesurée que prévu, il faut revoir les plans et construire sur deux niveaux. Le chantier démarre en septembre 1978 sous la maîtrise d’œuvre de la Société d’Aménagement et d’Équipement du Nord.

La photo suivante nous montre la zone débarrassée de toute construction. Seul subsiste l’immeuble de la Croix-Rouge. La nouvelle salle des sports est terminée, et on attaque les fondations du parking. En médaillon une photo Nord Éclair illustre la vue qu’on a désormais vers l’église.

La zone après démolition

La zone après démolition

Les documents proviennent des archives municipales