La représentation des locataires

En ce dimanche de février 1964, ils sont venus d’un peu partout, de Croix, de Tourcoing, de Wattrelos, des Hauts Champs…Plusieurs dizaines de véhicules en cortèges se retrouvent sur la Grand place de Roubaix, vers 11 h 00 avec force coups de klaxon. Une partie se gare contre le trottoir de l’esplanade de la mairie, le reste va se garer plus loin, tout cela sans embouteillages. Des affichettes jaunes indiquent qu’il s’agit de la manifestation des locataires CIL HLM contre la hausse des loyers et le manque de logements décents pour trop de gens.

Une délégation de responsables locaux et nationaux est reçue à midi par MM Provo maire de Roubaix et Thibaut, adjoint au logement, dans le salon de l’administration de l’hôtel de ville. M. Desjardin y participe, en tant que vice président de la Fédération de Roubaix Tourcoing et environs, et comme président du syndicat de locataires des Hauts Champs. Le gros de la manifestation reste sur le perron avec banderoles et pancartes, distribuant des tracts aux passants.

Manifestation des locataires en février 1964 Photo Nord Éclair

Quelles sont les raisons de cette manifestation ? Les loyers ont augmenté de 54% en six ans et l’on annonce encore une augmentation de 30%, tandis que le nombre des personnes mal logées va croissant. Les revendications de la Confédération Nationale des locataires sont présentées au maire de Roubaix : fixation de taux de loyers à un niveau acceptable et supportable pour toutes les familles, réglementation du prix des loyers et des charges ainsi que droit au maintien dans les logements, effort plus important pour l’entretien et l’amélioration de l’habitat à partir des sommes prélevées sur le montant des loyers, mise à disposition des logements vacants pour les sans logis, réforme de l’allocation logement

Les manifestants réclament une politique du territoire qui réponde aux besoins, et qui soit décidée par les collectivités publiques, les syndicats, les organismes se préoccupant du logement et la confédération nationale des locataires.

Victor Provo est d’accord avec tout ça, et fait quelques remarques : malgré l’immense travail accompli depuis la guerre, l’élan a été ralenti à cause des investissements réduits, des études de projets trop longues. La moyenne de 2000 logements annuels est tombée à 800 sans amélioration prévisible. Le maire socialiste estime aberrante la politique qui consiste à augmenter les loyers tout en bloquant les salaires. Il rappelle que les CIL et HLM doivent également suivre le coût de la vie et rembourser les emprunts. Il termine en félicitant les délégués pour leur manifestation calme et digne, et donne l’assurance que lui-même et son administration poursuivront l’œuvre entreprise.

En mai 1964, autre manifestation symbolique, le congrès national des « CIL paritaires » se déroulera à Roubaix.

L’association des locataires en réunion en 1962 Photo Nord Éclair

Localement, l’association des locataires des Hauts Champs poursuit son action et il y a de quoi faire. En février 1964, l’éclairage est inexistant sur Hem, et les allées autrefois prévues en tarmacadam, sont toujours en scories, ce qui transforme la cité en cloaque boueux pendant l’hiver. Le 6 octobre 1963, les locataires ont fait une manifestation publique pour faire connaître les problèmes du quartier, à la suite de quoi, le 7 novembre, les dirigeants du CIL et du Toit Familial se sont rendus au local de l’association des locataires, pour étudier les revendications. Le 6 décembre, c’est au tour des représentants de l’association, MM Desjardin, Leroy et Monnier de se déplacer au CIL. Tout cela aboutit à la promesse d’allées en tarmacadam pour le début de l’année 1964, dès que le temps le permettra.

Par voie de presse, l’association informe les locataires de ces démarches, et annonce la tenue de nouvelles réunions, avec la commission des équipements sociaux du CIL, en attendant le dépouillement complet de l’enquête-questionnaire lancée le 6 octobre auprès des habitants.

Histoire d’une filature

Le 18 avril1893, Carlos Masurel-Leclercq, alors âgé de 31 ans et demeurant 78 boulevard de Paris, demande l’autorisation de construire une filature de coton sur le boulevard de Fourmies. Cette voie, récemment construite, s’arrête alors à la place de l’Avenir (future place Spriet).  Sa prolongation jusqu’à la future avenue Motte ne sera pas décidée avant 1896. L’usine sera construite sur un terrain situé à droite en venant de la place du Travail, et s’étendant jusqu’à la rue Henri Régnault. La façade de l’usine doit se prolonger vers la gauche par un mur de clôture interrompu par un portail d’accès, lui même suivi de la maison du concierge. Le bâtiment compte trois étages et six modules d’une fenêtre surmontés chacun d’un toit pointu, ainsi qu’une tour abritant un monte-charge.

Le plan original – Document archives municipales

Ce sont les premières années d’existence du boulevard, et on y trouve seulement l’usine Ternynck et fils, et l’estaminet Dubron. En 1903, notre filature prend le numéro 20, alors que le numéro 1, première maison sur le trottoir d’en face, abrite le directeur de l’usine H. Rive. Au 28, juste à côté de la maison du concierge, s’installe l’estaminet Herbaut.

En 1905, la filature change de raison sociale, et prend le nom de Dazin-Motte Fils. Le nouveau propriétaire demande en 1909 l’autorisation d’agrandir l’usine. Le plan joint à la demande prévoit 7 modules-fenêtres supplémentaires identiques aux anciens, mais sans la toiture en pointe correspondant. Une nouvelle demande d’agrandissement est faite en 1927. L’entreprise se préoccupe du bien-être de ses employées, avec une demande de construction pour une garderie d’enfants déposée en 1926. On distingue également sur les photos aériennes des jardins aménagés pour les ouvriers près de l’usine le long de la rue Bernard Palissy. Une photo datant des années 30 montre par ailleurs que la tour d’angle a été surélevée de deux étages.

Photo collection Bernard Thiebaut

Les photos aériennes depuis les années 30 montrent l’usine dans son état définitif. On y voit nettement deux extensions au bâtiment principal, ne comportant pas de toits pointus comme la construction d’origine. On distingue également les jardins ouvriers et la disposition interne de l’usine avec un bâtiment derrière la maison du concierge et deux bâtiments annexes situés le long de la rue Henri Régnault.

Photo IGN 1962

Cette photo nous montre l’usine à la fin de son existence, puisqu’elle va disparaître en 1963.Un reportage de la Voix du Nord de l’époque nous montre le bâtiment en cours de démolition et nous apprend que les travaux ont donné lieu à un accident puisque le vent, soufflant en tempête, a fait s’écrouler un mur affaibli par les travaux, tuant un ouvrier qui se trouvait là.

Photo La Voix du Nord

Le terrain de l’ancienne usine reste en friche très longtemps, et des photos de 1970 nous montrent cette zone transformée en terrain vague, les restes des anciens bâtiments, et de nombreux gravats. Cette situation perdure au delà de la construction de la résidence Palissy, érigée à l’emplacement du bâtiment principal de la filature.

Documents archives municipales

Ainsi se scelle le destin d’une des nombreuses entreprises textiles roubaisiennes, qui prélude à bien d’autres disparitions.

 

Mobilisation des locataires

En 1962, la presse écrit à propos de la cité des Hauts Champs : dès leur arrivée, les locataires trouvèrent sous leur porte un charmant billet qui aurait pu être officiel ou émaner d’un quelconque syndicat d’initiative de quartier. Il s’agissait d’un feuillet contenant outre le plan du quartier lui-même, les adresses principales des services officiels les moins éloignés et les directions des commerces les plus proches. L’association populaire des familles était à l’origine de la rédaction de ce document qui rendit bien des services.

A l’époque, les Hauts Champs sont considérés comme une cité labyrinthe, sans équipements et sans accueil des nouveaux habitants. Il y a bien un gardien, mais était-il formé ? Pas d’aménagements : il n’y a pas de crèche, les enfants jouent au football sur l’ancien terrain de la briqueterie, et dans la cité, un terrain de volley-ball a été installé à l’initiative d’un locataire.

Un terrain de volley-ball de fortune en 1962 Photo Nord Éclair

L’association populaire familiale intervient dans le quartier. Robert Serrurier, responsable du secteur pour l’APF répond à la presse : un service de prêt de machine à laver, aspirateur et cireuse (58 rue Pasteur à Hem) a été mis en place et un service d’aide familiale (81/8 avenue Alfred Motte).

C’est le chauffage qui déclenchera la première action collective. La période de fonctionnement, fixée entre le 15 octobre et le 15 avril ne convient pas, car dès septembre 1960, il fait froid. Quarante personnes font circuler une pétition qui recueille 80% d’avis favorables. De là naît l’idée d’une association des locataires. Elle réunit les quartiers des Trois Baudets, de la Lionderie et les Hauts Champs et sera créée en août 1961. Le Président est Gilbert Guiart, le secrétaire est Alain Desjardin, qui habite le B11. Cette association n’est ni politique, ni confessionnelle, ni raciale. Au cours des réunions, le manque d’équipements est souligné : pas de centre commercial, ni de crèche, pas de terrains de jeux pour les enfants, absence de viabilité, pas d’éclairage, pas de cabine téléphonique, éloignement des moyens de transport. Plusieurs accidents ont eu lieu rue Paré, les écoles sont exigües, mais en voie d’agrandissement. En avril 1962, l’association est forte de 500 adhérents. Un bulletin ronéotypé est tiré qui relate les demandes et démarches effectuées par l’association. Son local, un baraquement qui servit autrefois d’installations sportives, se trouve rue Léon Marlot prolongée et des réunions s’y tiennent régulièrement.

Le local de l’association des locataires des Hauts Champs, Trois Baudets, Lionderie Photo Nord Éclair

De nombreuses associations de locataires se créent à cette époque, du fait de l’augmentation des loyers. Elles se regroupent sous l’égide de la fédération des  locataires CIL HLM de Roubaix Tourcoing.

 

L’union des Trois Villes

Au début des années soixante dix, l’histoire de la cité des Hauts Champs rejoint celle du quartier des Trois Villes. En effet, Hem, Lys et Roubaix se touchent avec les lieux dits suivants : Hauts Champs, Longchamp, Trois-Baudets, Trois–Fermes, Lionderie, Chemin Vert, Gare-de-Débord. Ce quartier des Trois Villes est constitué en grande partie par des constructions réalisées pendant la décennie précédente. Sa population est équivalente à celle d’une commune de 16.000 à 17.000 habitants, selon la presse. Cependant les équipements sont peu nombreux : il y a les écoles, deux centres sociaux, quelques magasins et depuis un an  une maison médicale. Pour animer ce vaste quartier, il faut un cœur de ville, pour lequel un espace existe, la grande plaine qui se trouve derrière la grande barre, entre la maison médicale et le centre social des Hauts Champs.

L’aménagement du terrain derrière la Grande Barre Photo Nord Eclair

En février 1971, au cours d’une réunion organisée par le CIL et les associations représentatives du quartier, les trois municipalités décident de créer un syndicat intercommunal, dont la vocation sera de définir les besoins en équipements du quartier des Trois Villes. Mais il faut attendre le 21 mars 1972 pour que le principe d’une première réalisation soit acté, celui d’une piscine près de la maison médicale. Le Syndicat intercommunal est donc créé, sans tarder, car l’opportunité d’une opération lancée par la Jeunesse et les Sports visant à édifier 1000 piscines industrialisées allait leur échapper, il ne restait qu’une piscine à attribuer pour le département du nord. La construction doit démarrer fin 1973.
Mais le quartier a d’autres besoins d’équipements collectifs : une crèche, un foyer de jeunes travailleurs, un centre de soins, mais aussi un terrain de football, un autre de volley ball, une piste d’athlétisme, sans oublier un bureau de poste, des cabines téléphoniques et une antenne de police.
Un certain nombre de personnes physiques et d’associations se réunissent le 23 octobre 1972 et crée l’Union des associations du quartier des Trois Villes, qui se donne comme objectif de veiller à l’aménagement et à l’équipement des terrains du secteur, en vue d’améliorer le cadre de vie, conformément aux besoins exprimés des habitants. Il s’agit pour eux de ne pas lâcher les municipalités, les administrations, les sociétés HLM pour qu’on passe aux réalisations.

L’Union des associations des Trois Villes en plein travail Photo Nord Eclair

Qui compose cette association ? Des représentants de l‘association des locataires de Longchamp, l’association des parents d’élèves du CES Albert Camus, de l’école Lafontaine, de l’école de Longchamp, de l’association des usagers du Centre Social des Trois Baudets et celle du Centre Social des Hauts Champs. Il y a aussi un certain nombre de personnes du quartier. Le président est M. Jean Lenne, le docteur Philippe Macquet et M. Albert Baetens en sont les secrétaires et M. Francis Noppe le trésorier.
Quels sont ses premières activités ? Trois commissions se sont mises au travail dont les thèmes sont les suivants : une enquête dans le quartier pour déterminer les souhaits de la population, le suivi des équipements décidés et les projets futurs, et enfin l’information auprès de la population et des autorités. L’union des Trois Villes se pose ainsi comme l’interlocuteur privilégié du syndicat intercommunal, et du CIL.

Des usines et des jardins

La Fédération des jardins ouvriers municipaux n’était pas la seule à mettre des terrains cultivables à la disposition des habitants du Nouveau Roubaix. Il existait plusieurs œuvres, fédérations, associations ou entreprises qui auraient pu offrir ce service. Les cartes de l’époque montrent dans le quartier du Nouveau Roubaix une proportion très importante de jardins  qui, pour une bonne part, dépendaient d’autres organismes que la fédération municipale.

AutresJardins

Carte IGN 1939

On sait, par exemple, que les chefs d’entreprise étaient nombreux à confier les terrains inutilisés qu’ils possédaient autour des emprises de leurs usines à certains de leurs ouvriers pour qu’ils les cultivent. C’est assurément le cas pour l’usine Ternynck, devenue ensuite Damart. Ces jardins figurent sur les plans de masse de l’usine dans les années 20 ; ils allaient jusqu’au coin des rues Charles Fourrier, Henri Regnault et avenue Gustave Delory. Ils s’étendaient également devant l’usine, le long du boulevard de Fourmies, jusqu’à la rue Charles Fourrier, sur ce qui est aujourd’hui le parking de la société Okaïdi. On peut penser qu’ils ont été supprimés lors de la cession de l’usine à l’entreprise Damart. Sans doute certaines autres usines du quartier proposaient-elles des parcelles à cultiver. La teinturerie Burel, par exemple, possédait des terrains entre le boulevard de Fourmies et la rue Mignard. Peut-être ces terrains ont-ils été cultivés avant d’être vendus à la société Ferret Savinel ?

JardinsSpriet

Au premier plan à droite, les jardins de la place Spriet, Photo Coll. personnelle – années 50

Enfin, après démembrement de la ferme de la Haye, démolie dans les années 50,  les terrains qui dépendaient de cette ferme ont été transformés en jardins. En particulier, on en trouvait le long de la rue Charles Fourrier, à l’emplacement actuel de l’hôtel des impôts. Il y en avait aussi au bord du boulevard de Fourmies, à l’emplacement du centre sanitaire et social et de la mairie de quartier. Ces derniers jardins ont été supprimés à la fin des années 60 : une photo de la Voix du Nord de 1960 montre les terrains de la rue Charles Fourrier partiellement bâtis, et l’espace resté libre nivelé en prévision de l’installation du marché. Une autre photo de Nord Éclair de 1959 montre le terrain au bord de la place Spriet encore libre de construction, mais abandonné et livré à la végétation. Le centre médico-social sera bâti sur cette zone peu après.

Des témoins affirment qu’il en existait d’autres le long de la rue du chemin neuf. On pense les apercevoir en haut à gauche de la photo couleur entre le groupe scolaire Jules Guesde et le tissage Léon Frasez (aujourd’hui Intermarché).

Par ailleurs, les terrains situés de l’autre côté de l’avenue Motte (contour des petites haies) faisaient toujours partie des emprises SNCF après suppression des installations de la gare de débord. On sait que souvent les abords des voies étaient utilisés comme jardins pour les cheminots. Peut-être trouvait-on également des jardins sur ces terrains le long de l’avenue Motte ? La carte semble le montrer…

De nombreuses questions subsistent au sujet de la position et de l’étendue de ces terrains et jardins, et elles en amènent d’autres : de quels organismes dépendaient-ils ? Comment étaient-ils gérés ? Comment fonctionnaient-ils ? Y en avait-il d’autres, et à quels endroits ? Appel est lancé à la mémoire des anciens jardiniers ou habitants du quartier , qu’ils témoignent, et partagent leurs souvenirs !

Les jardins et la pelouse

jardiniershonorés1942Les jardiniers des Trois Ponts en 1943 photo JdeRx

Dans un précédent article nous avons évoqué les jardins ouvriers de la rue de Cohem, créés en 1942. De nombreuses parcelles de jardins ouvriers ont été réalisées pendant la seconde guerre, un peu partout dans ce quartier des Trois Ponts encore très campagnard. A la même époque, la municipalité fait tracer un immense jardin potager de douze hectares morcelé en six cents parcelles, sur les pelouses où s’ébattaient encore, avant la guerre, les enfants des colonies de vacances. Le groupe des Trois Ponts se charge des travaux. Le 6 juillet 1943, la municipalité vient passer en revue plants de choux et de pommes de terre. En ce temps de pénurie, les légumes sont très appréciés, on y trouve aussi des poireaux, des tomates, des carottes, du céleri et même du maïs. Le siège du groupement des jardins ouvriers des Trois Ponts se trouve à l’époque au café Delaforterie, place des Trois Ponts. Après la guerre, la pénurie cesse progressivement et l’Ecole de Plein Air retrouve sa pelouse en 1948…

D’après Nord Éclair

Les jardins municipaux de 1935

En réponse à la crise commerciale et industrielle, la municipalité veut adoucir le sort des familles les plus déshéritées par la mise à disposition gratuitement de jardins ouvriers. En 1935, Elle prend des terrains municipaux non utilisés, et elle les découpe en parcelles qu’elle confie aux pères des familles les plus nécessiteuses – en particulier des chômeurs – en précisant qu’elle pourrait être amenée à reprendre les terrains concédés si besoin était. 65 jardins sont créés à l’angle des avenues Delory et Motte, 52 rue Ingres, entre les rues Raphaël et Horace Vernet.

JardinsMunicipaux

Carte IGN 1939

Ces groupes, ainsi que ceux des Trois Ponts et du Hutin constituent une fédération, dont la présidence est confiée à M. Théo Vanovermeir, conseiller municipal. Il est entouré d’un comité directeur qui veille au bon fonctionnement de l’ensemble. Des informations sous forme de cours de jardinage, de causeries et de conseils sont dispensés aux jardiniers. De même, on envisage la fourniture de semences et d’engrais à des tarifs avantageux.

Des distributions gratuites de plants venus des serres municipales ont même lieu. Le jardinier chef de la ville de Roubaix, monsieur Horace Wargniez veille au bon entretien des jardins et fait des visites régulières des parcelles. Des récompenses sont distribuées aux bons jardiniers, mais, inversement, il arrive que des terrains mal entretenus soient repris.

ingres

L’égalité du 21 Avril 1935

Durant l’occupation, les allemands, autorisent les utilisateurs des jardins à surveiller la nuit leurs récoltes en butte aux maraudeurs : « … Les allemands distribuaient aux jardiniers des permis de nuit qui, bien souvent, étaient remis, par les soins de la municipalité, à des résistants, à qui ces Ausweiss permettaient d’opérer en toute quiétude » (Nord Matin du 22 Août 1946).

Ces jardins semblent être actifs jusqu’à la fin des années 40. Un article de Nord Matin de 1951 décrit la construction des immeubles entre la rue Ingres et la rue Rubens et fait référence aux jardins ouvriers qui s’y trouvaient précédemment. De même, Nord Matin décrit la construction de 110 maisons entre la rue Charles Fourrier, l’Avenue Delory et l’Avenue Motte en Aout 1948, et publie en 1951 la photo des maisons nouvellement bâties au carrefour des avenues Motte et Delory. Les jardins qui se trouvaient là disparaissent donc à cette époque. Mais ils n’ont pourtant pas disparu de toutes les mémoires, et, peut-être, quelqu’un qui a connu ces jardins pourra nous faire part de ses souvenirs ? A vos commentaires !

Jeux inter-quartiers

jeuxinterquartiers

Photos Nord Éclair mars 1968

En 1968, le quartier des Hauts Champs inaugure les grands jeux inter-quartiers de Roubaix. Le grand inventeur de ces réjouissances populaires est M. Victor Vandemeiren dont les talents se sont exercés dans le quartier de l’Epeule et bien au-delà. Il s’agit d’organiser des rencontres de jeux populaires entre les différents secteurs de la ville. Ces jeux dont la finale se déroulera Grand place au mois de septembre, doivent être le prélude aux grandes festivités du centenaire de la Charte en 1969.

M. Desmoitier, au nom du comité des fêtes Justice, Chemin Neuf Hauts Champs, dit toute l’importance pour le quartier des hauts Champs d’accueillir ces jeux. Il s’agit de faire sentir aux gens des HLM qu’ils font partie de Roubaix. Et il affirme qu’il y aura du monde aux fenêtres et sur le terrain des Hauts Champs.

Le dimanche 30 mars 1968, se déroule donc la première des rencontres inter-quartiers sur le terrain de jeux du CIL des Hauts Champs. Les épreuves s’enchaînent : slalom aveugle, épreuve de cloutage, lutte à la corde, course à la valise, course en sac, course à vélo, gonflage de ballons et water chute. Sont en compétition les quartiers suivants : Epeule Alouette, Cul de Four, Fresnoy Mackellerie, Anseele Sainte Elisabeth, Union Guinguette et Hauts Champs. Malgré un temps incertain, ces premiers jeux inter-quartiers se déroulent dans la bonne humeur, animés de main de maître par Victor Vandemeiren, surnommé le Guy Lux roubaisien. Se souvient-on encore de ces jeux du côté des Hauts Champs ?

Les jardiniers de Cohem

jardinCohemJardins ouvriers du groupe Delescluse Photo Nord Éclair Juillet 1961

Un article de juillet 1961 signale que le groupe Delescluse rue de Cohem enlève la coupe de la société des Jardins Populaires. Les établissements de teinture et apprêts Delescluse et cie  situés au n°44 rue de Cohem disposent d’une parcelle de terrain contiguë à leur usine, et ils fondent en 1942 un groupe de jardins ouvriers disponibles pour le personnel. M. Robert Maincent, gérant de l’établissement, M. Marcel Coquerelle, brigadier du groupe, et un groupe de jardiniers dévoués et assidus ont fait de ce terrain un ensemble de jardins parfaitement entretenus. On peut y voir des allées bordées de fleurs, des bancs, des arceaux, une cabane à outils, des châssis de couche. Une fosse à purin et de l’eau du riez voisin complètent l’installation. Le groupe Delescluse reçoit donc la coupe, et cinq jardiniers sont primés à titre individuel.

D’après Nord Éclair

Jardins ouvriers

Usine velours

Usine de velours Motte Bossut Collection Particulière

La société Motte-Bossut fils et Mengers répartissait sa production de velours entre le n°28 de la grand Rue et le n°161 de la rue de Tourcoing avant de faire bâtir l’usine de l’avenue Motte en 1903. A l’image du bâtiment du boulevard Gambetta, apparaît un nouveau château de l’industrie, avec son donjons et ses créneaux, alors en pleine campagne.

La société est propriétaire des terrains compris dans le quadrilatère, avenue Alfred Motte, rue Jean-Jacques Rousseau, rue Emile Zola, rue Edgar Degas et rue Léon Marlot prolongée.  Les parties non bâties ont été transformées en jardins ouvriers. En 1954, les terrains entre l’usine et l’église Ste Bemadette sont vendus pour la construction d’immeubles collectifs à usage d’habitation. La rue Michelet située entre la rue du chemin vert et la rue Emile Zola, est prolongée jusqu’à l’avenue Alfred Motte en novembre 1963. Cela situe la fin des jardins ouvriers entre ces deux dates.

De l’autre côté de l’usine, les jardins potagers appartenant à la société Motte Bossut se trouvent derrière des palissades en plaques de béton ajourées. Ils disparaîssent au moment de la construction du Collège Jean-Jacques Rousseau, en 1975. Comment ces jardins étaient-ils gérés et attribués ? Faisaient-ils partie de la fédération des jardins ouvriers de Roubaix ?

 

Jardins

Carte IGN 1939
D’après l’histoire des rues de Roubaix par les Flâneurs