Les immeubles du square Destombes

En 1952, Roubaix est couvert de chantiers CIL : le groupe du Pont Rouge, le Fort Desprez, les lotissements divers du Nouveau Roubaix, le parc de la Potennerie et le square Destombes en font partie.

Etat du chantier en 1952 Photo NE

État du chantier en 1952 Photo NE

Les immeubles construits par le CIL dans le square Destombes ont de nombreux points communs avec ceux de la Potennerie. Les deux lotissements ont en effet obligation de préserver les plantations et arbres existants. A la Potennerie, l’achat de la propriété privée Huet va permettre la construction d’immeubles collectifs, après la démolition de la maison de maître du lieu, dite château Huet. Le square Destombes appartient à la ville, qui vend une partie de sa surface pour construire des immeubles identiques.

Plan CIL Square Destombes Photo NE

Plan CIL Square Destombes Photo NE

Les plans des immeubles du CIL du square Destombes sont sensiblement ceux qui ont été utilisés pour réaliser les immeubles de la cité du Galon d’eau, de la cité des Canaux, et de la cité du Pont Rouge. Pour le premier site cité, ils se trouvent à l’angle de la Grand Rue et de la rue Nadaud. Pour le second, ils sont en front à rue du boulevard Gambetta à Tourcoing. Pour le troisième, ils se trouvent dans l’angle de la rue de Lannoy et de la rue Yolande.

Plan des immeubles AmRx

Plan des immeubles AmRx

C’est la société le Toit Familial sise 16 rue St Vincent de Paul à Roubaix qui va construire. Cette société a fait l’acquisition du terrain (5529 m²) auprès de la ville le 26 avril 1952. Le permis de construire a été délivré le 10 janvier 1952, et l’arrêté de certificat de conformité délivré le 28 avril 1954.

En tête le Toit Familial AmRx

En tête le Toit Familial AmRx

Entre-temps, le CIL aura construit trois immeubles de trois étages parallèles à la rue Lalande et un quatrième perpendiculaire, plus long que les trois précédents, et avec un décrochement, du à la configuration des lieux. Tous ces immeubles sont réalisés au fond du square, loin du déferlement automobile de la rue Pierre de Roubaix. L’espace jeux pour enfants a été préservé, ce qui ajoute à la qualité de vie des résidents.

Le square et les immeubles Coll Particulière

Le square et les immeubles Coll Particulière

Le 25 août 1956, le CIL demande à la ville de Roubaix la certification que les immeubles collectifs du square Destombes sont en état d’être habités dans toutes leurs parties (88 logements) et qu’ils sont affectés à l’habitation aux ¾ de la superficie totale du terrain. Auront ainsi été réalisés, quatre bâtiments collectifs comportant 88 appartements.

Le square aujourd'hui Photo Google

Le square aujourd’hui Photo Google

 

 

 

Instantané 1973 ter

Nous avons traité la rue Jules Guesde axe commercial important du quartier de la Potennerie, puis du quartier du Tilleul. Voyons à présent au-delà du carrefour avec la rue Pierre de Roubaix, sa configuration commerciale dans le quartier du Pile.

Au carrefour de la rue Pierre de Roubaix Photo Google Maps

Au carrefour de la rue Pierre de Roubaix Photo Google Maps

La rue Jules Guesde s’ouvre côté impairs vers le Pile par la pharmacie Schembert aux n°267-269, aujourd’hui encore présente comme Pharmacie du Pile. Un peu plus loin, se trouvait au n°277 la boucherie Duhameau, puis le café de Mme Florquin, avant la cour Lefebvre. Le n°283 n’est plus signalé comme commerce en 1973, la présence de carreaux émaillés sur sa façade laisse supposer qu’il a pu l’être dans un passé récent. La cour Fauqueu suivait, aujourd’hui démolie. L’épicerie Decoster, au n°293, la pâtisserie Coquet au n°299, et les cycles Debenne, ancienne maison Derryx au n°301, forment un bel ensemble commercial, terminé par le café Lambrecq au n°303, siège du Cercle Artistique Roubaisien. Au n°305, le shopping pull complète cette énumération jusqu’à la rue Monge.

Magasin Aupoix au n°321 Pub NE

Magasin Aupoix au n°321 Pub NE

A l’angle de la rue Monge, le magasin de Marius Aupoix, plombier zingueur, au n°321. Au n°327, une enseigne marquée du mot bière indique que se trouvait là un détaillant de vins, Melle Delespaul. Le marchand de chaussures Lefebvre Lehu au n°341 et le café tabacs PMU d’Albert Vercruysse au n°343 nous amènent à la rue de Condé. Au delà, jusqu’à la rue Marceau, il n’y a plus que des maisons d’habitations à un étage.

La belle porte du n°242 Photo Google

La belle porte du n°242 Photo Google

Du côté des pairs, la rue Jules Guesde entre dans le Pile avec l’épicerie Duhamel au n°238, et le magasin a toujours la même vocation. Aux n°242-244, le magasin beurre, fromages et œufs de Roger Claebots, avec sa magnifique porte ouvragée. Un peu plus loin, après la rue Copernic, le papetier Mestdagh est installé au n°262, le volailler Vanhersecke au n°270, et les laveries du Pile sont au n°272. Le boucher Chih au n°278 se trouvait entre la cour Dhalluin et la cour St Eugène. Suivaient le marchand de chaussures Horvath au n°280, le marchand de journaux Herman au n°282, et la cour Delannoy au n°286. La société de tapis Florent et Cie au n°294-296 précédait une nouvelle courée, la cour Louis Henry. Au n°302, un boucher hippophagique, M. Dutoit, la parfumerie Croin au numéro suivant, et au n°308 un fleuriste à l’enseigne du Lilium, M. Poix. Le pâtissier Lefebvre au n°312, et le cafetier Ladrouz au n°314, nous amènent à la rue de Condé.

Les laveries du Pile Pub NE

Les laveries du Pile Pub NE

Le commerce d’alimentation de M. Deconinck se situait aux n°316 à 322. La rue Jules Guesde se poursuit avec des maisons à étage, avec quelques vieilles vitrines qui laissent supposer d’autres échoppes plus anciennes, et se termine dans la rue Marceau.

La Fonderie du Tilleul

Roubaix, ville de fonderies ? On pourrait le croire, quand on compte le nombre de fonderies de toutes sortes, cuivre, fer, acier, bronze…existant sur Roubaix au début du vingtième siècle. Chaque quartier ou presque avait une fonderie : la fonderie de l’épeule, la fonderie de la fosse aux chênes, une rue des fondeurs existait même qui se trouvait à deux pas du débouché de la rue de l’Alma dans la rue de Tourcoing.

En tête de la fonderie du Tilleul Coll Particulière

En tête de la fonderie du Tilleul Coll Particulière

Le 22 mars 1921, MM Vandekerkove et Vanacker déposent une demande d’autorisation de bâtir une nouvelle fonderie, à l’angle des rues Lalande et Pierre de Roubaix. Ainsi est créée la fonderie du Tilleul, dans une partie de Roubaix déjà urbanisée, entre le Pile et le fort Despretz, à deux pas du square Destombes, et à quelques encâblures de l’hôpital de la Fraternité.

Plan de la fonderie du Tilleul AmRx

Plan de la fonderie du Tilleul AmRx

Le 7 avril 1926, cette société demande l’autorisation d’établir une salle d’ébarbage, de sableuse et garage. Bien qu’étant à proximité des usines textiles du boulevard de Mulhouse, les affaires de la fonderie du Tilleul ne vont pas bien.

La société Honoré Coll Particulière

La société Honoré Coll Particulière

En 1936, Désiré Honoré rachète la fonderie du Tilleul qui périclitait et était arrêtée. La société Honoré, c’est quatre générations investies dans la construction de métiers pour le textile. Directeur de tissage rue Nain, Désiré Honoré a créé sa propre société en 1878, dont le siège se trouve rue Bernard depuis le début. Son fils reprend une fonderie à Croix, puis la fonderie du Tilleul, son petit fils élargit la clientèle (pompes, agriculture) dans les années cinquante. L’arrière petit fils, Yves Honoré prend la direction de cette fonderie de fonte qui travaillait avec deux équipes, et qui comprenait dans sa clientèle le Peignage Amédée, et la Lainière de Roubaix, pour lesquels on produisait surtout des cardes. En 1999, la fonderie Honoré demande l’autorisation pour l’ouverture d’une grand porte donnant sur la rue Lalande, car le trafic de la rue Pierre de Roubaix est tel qu’il empêche toute manœuvre.

Vue de la fonderie Honoré Photo Google maps

Vue de la fonderie Honoré Photo Google maps

En 2009 le maire de Roubaix prend un arrêté de pollution. Certes, il peut y avoir une pollution olfactive, avec le vent d’ouest, et sans doute le bruit résultant des différentes opérations de fonderie. Après analyse, rien de probant n’est trouvé, il y avait bien du phénol, mais le sable était recyclé. Quant aux métaux lourds, la fonderie n’en générait pas plus que la circulation automobile, selon Yves Honoré. Des forages ont été effectués qui n’ont rien donné. Néanmoins, en 2009, c’est la fermeture, au grand désespoir de M. Honoré, malgré un carnet de commandes encore plein. Il est donc procédé au licenciement des quatorze personnes qui y travaillaient, ce qui est un signe de la viabilité de l’entreprise. Le site est vendu, la mairie achète pour bâtir. Le terrain de 4.000 m² de surface est nivelé et dit « friche industrielle », ce qui est inexact, au regard des analyses et de l’historique de la fermeture.

Projet immobilier sur le site

Projet immobilier sur le site Site ville de Roubaix

En 2011, le projet de lotissement au croisement des rues Lalande et Pierre-de-Roubaix, n’a pas avancé. Il faut attendre 2015 pour qu’il soit sur les rails, et présenté aux habitants lors d’une réunion publique. Si tout se passe bien, le chantier sera terminé mi-2018.

Remerciements à M. Yves Honoré pour son précieux témoignage

Les crémiers du Pile

La boulangerie coopérative du Tilleul CP Méd Rx

La boulangerie coopérative du Tilleul CP Méd Rx

César Jean Claebots avait fait partie des fondateurs de la boulangerie économique du Tilleul, boulangerie coopérative qui se trouvait au 242 rue Jules Guesde (qui s’appelait alors rue du Tilleul). Son fils Albert Claebots reprend les locaux vers 1920 et s’y installe comme marchand de beurre. Très dynamique, il deviendra président du Syndicat des Marchands de Beurre du Nord-Pas-de-Calais et vice-président national.

Le premier crémier Claebots Coll Particulière

Le premier crémier Claebots Coll Particulière

Roger Claebots le petit fils travaille avec son père dès l’âge de 15 ans. En 1953, armé d’un certificat d’études primaires et d’une grosse formation sur le tas, il reprend le magasin seul et le fait évoluer. Le commerce de beurre devient une crémerie avec des conserves et de l’épicerie. Sa femme Christiane vient travailler avec lui en gérance .Ils distribuent des prospectus au Pile et place de la Nation. Ils emploient jusqu’à cinq salariés, car ils font les marchés à Croix, au Nouveau Roubaix et Wattrelos. C’est le temps de la voiture fourgon réfrigérée qui durera jusqu’en 1980. A cette époque, ils vendent deux tonnes de beurre par semaine pour les particuliers.

Roger et Christiane Claebots et leur beau père Photo NE

Roger et Christiane Claebots et leur beau père Photo NE

Mr et Mme Roger Claebots ouvriront trois crémeries. Déjà propriétaires du commerce de la rue Jules Guesde, ils ouvrent un deuxième magasin 80 Grand rue à Roubaix en face de la rue du collège, où sera ensuite installée une marchande de volailles Madame Rotsaert. En 1968, un troisième commerce est bientôt ouvert rue de la Vigne à Roubaix. Roger et Christiane sont locataires de cette crémerie épicerie avec leur fils Eric. Albert, le frère de Roger, avait un magasin de beurre à l’angle de la rue Decrême au 142 de la rue de Lannoy et un autre magasin avenue Linné.

Le magasin Claebots de la rue de Lannoy Photo NE

Le magasin Claebots de la rue de Lannoy Photo NE

 

Le magasin Claebots de l'avenue Linné Photo NE

Le magasin Claebots de l’avenue Linné Photo NE

De 1980 à 1987, le chiffre d’affaires baisse pour le commerce du beurre. On ne vend plus que 150 kg par semaine à la place de deux tonnes à cause de l’abandon des marchés. C’est le petit commerce alimentaire qui subit de plein fouet l’arrivée des grandes surfaces. A la suite de quoi, le commerce de Roger et de son épouse devient l’indispensable magasin de dépannage en conserves et crémerie au Pile. En 1990, Roger est obligé à 58 ans, d’avoir d’autres activités professionnelles complémentaires .Il devient agent mandataire de l’UAP.

D’après l’interview réalisée par Jean Michel

 

Quand le Pile rénovait son église

Autrefois, le Pile était rattaché à la paroisse Sainte Elisabeth après la construction de cette église en 1863. Cet état de fait dura plus de vingt ans, pendant lesquels la ville et le quartier virent leur population grandement augmenter. Mgr Berteaux, curé doyen de Saint Martin, décide de construire un lieu de culte au Pile et il n’hésite pas à financer le projet. L’architecte Paul Destombes est choisi pour la construction, et la bénédiction de l’église du Très Saint Rédempteur a lieu le 18 février 1884. Elle sera meublée grâce à la générosité des paroissiens. Avec l’installation des orgues en 1897 l’église est complètement achevée.

St Rédempteur ancien et contemporain CP & Photo Méd Rx

St Rédempteur ancien et contemporain CP & Photo Méd Rx

Pendant la seconde guerre mondiale, le 31 août 1941, le quartier est touché par un bombardement anglais et le clocher de l’église est atteint, le portail vole en éclat, les vitraux sont pulvérisés. Une quarantaine de bombes font 38 victimes et 56 blessés. Ce n’est qu’en 1947 que des réparations importantes sont réalisées sur le clocher et la toiture de l’église. Depuis l’origine, le Très Saint Rédempteur, n’a jamais fait le plein des fidèles du secteur, et la situation s’est dégradée peu à peu. De plus, des fissures sont apparues qui menacent l’équilibre de l’édifice. En 1988, l’évêché décide de se séparer de l’église du Pile, car elle est en mauvais état et inadaptée aux besoins du quartier dont la population a beaucoup changé. L’association diocésaine de Lille, propriétaire du bâtiment depuis 1926, la fait détruire en 1990.

Bombardement du Pile août 1941 Photo JdeRx

Bombardement du Pile août 1941 Photo JdeRx

Sur le terrain laissé vacant après la démolition, on décide de reconstruire un lieu de culte ainsi que neuf maisons avec jardin et garage. L’église réalisée en 1993-1994 est due à Philippe Escudié et Jean-François Fermaut. Sa construction est financée par la commune de Roubaix mais la maîtrise d’ouvrage est assurée par l’association diocésaine de Lille. C’est une église de forme circulaire à laquelle sont adjointes des salles de réunions. Un campanile porte la cloche de l’église et s’élève au dessus des bâtiments, et devant le lieu de culte s’étend un parvis. L’église en brique s’inscrit dans la continuité d’un ensemble immobilier d’appartements HLM. Un passage couvert permet d’assurer l’entrée côté immeuble et côté place. L’édifice comporte un lieu de culte d’une capacité d’accueil de 130 à 140 personnes, deux salles de réunion séparées par une cloison amovible et une salle d’activités.

Le nouveau St Rédempteur Photo Conseil Régional

Le nouveau St Rédempteur Photo Conseil Régional

Sources :

Histoire des rues de Roubaix par les flâneurs

Pile à Cœur, écrit par Serge Leroy et Raymond Platteau, avec la participation des bénévoles et des salariés du comité de quartier du Pile

Un bureau de poste au Pile

Il existait déjà un bureau de poste avant que l’on décide d’en construire un nouveau, au coin de la rue Lalande. Il était situé au n°120 de la rue Pierre de Roubaix, dans une petite maison étroite à deux pas du débouché de la rue des fossés (aujourd’hui rue Jacques Prévert). On l’appelait le bureau de poste Sainte Elisabeth. C’est en Janvier 1936 qu’on décide de remplacer le vieux bureau exigu, sur une partie du terrain du square Destombes, formant le coin entre la rue Lalande et la rue Pierre de Roubaix, par un local neuf, plus vaste et mieux conditionné. La dépense est évaluée à 279.800 francs, et ce bureau ne fonctionnera pas avant l’année suivante.

Le bureau du Pile en octobre 1936, puis en mars 1937 Photos Journal de Roubaix

Le bureau du Pile en octobre 1936, puis en mars 1937 Photos Journal de Roubaix

Trois cent dix m² sont ainsi attribués à la surface du nouveau bureau de poste. En novembre, on a démoli le mur de l’ancienne propriété Delaoutre, et on voit déjà apparaître derrière une barrière de chantier, l’entrée de la future poste avec son fronton caractéristique et les premiers piliers de soutènement des murs. La presse annonce de manière optimiste que l’administration des PTT n’ouvrira pas ce nouveau bureau avant juin 1937. Le chantier se déroule avec en toile de fond les arbres du square et la maison de maître qui s’y trouvait encore.

Le bureau du Pile en novembre 1937, et en février 1938 Photos Le Journal de Roubaix

Le bureau du Pile en novembre 1937, et en février 1938 Photos Le Journal de Roubaix

En mars 1937, les murs et la toiture ont été construits, les fenêtres n’y sont pas encore, mais la silhouette du nouveau bâtiment masque désormais à la vue, les plantations du square et son habitation. En octobre 1937, le nouveau bureau de postes est terminé. Sur les fenêtres, on voit encore les croix de peinture destinés à indiquer que les vitres ont été posées. La barrière de chantier a été enlevée, et l’on attend la prochaine inauguration du bureau de poste de la rue Pierre de Roubaix, qui changera de nom pour l’occasion. Désormais plus proche du quartier du Pile que de celui de Ste Elisabeth, il portera donc le nom de bureau du Pile.

Le bureau du Pile aujourd'hui Vue Google Maps

Le bureau du Pile aujourd’hui Vue Google Maps

Il sera inauguré en février 1938, et il fait partie d’un ensemble de constructions de plusieurs bureaux auxiliaires (Alma, Fosse aux Chênes,…) destinés à désengorger le bureau principal de l’hôtel des postes du boulevard Gambetta (aujourd’hui IUT boulevard Leclerc). Ces bureaux de poste des années trente étaient l’objet d’un cahier des charges identique, que l’on peut retrouver à l’Alma, mais aussi à Wattrelos dans l’ancien bureau de poste devenu aujourd’hui la bibliothèque, ou celui de l’avenue Dron à Tourcoing . De nos jours, le bureau du Pile fonctionne toujours, en alternance avec celui qui se situe dans la maison des services des Trois Ponts.

Une rue pour le Pile

Le chemin du Pile, portant le n°10 dans la liste des chemins vicinaux roubaisiens commence au pont du Galon d’eau, prolongeant le chemin de l’Hommelet qui dessert les hameaux de l’Hommelet et de la Fosse aux Chênes, et se termine au croisement du chemin n°9 des trois ponts qui se dirige lui-même vers le pont du Sartel par le hameau des trois ponts. Il traverse le hameau du Pile, près duquel il rencontre l’extrémité du sentier du Tilleul (chemin n°5 dit de la Potennerie). Sa largeur est de 9 mètres, y compris deux fossés d’un mètre chacun et son parcours fait maints détours pour éviter propriétés et fermes. Il bute en particulier, au carrefour avec le chemin de la Potennerie, sur la ferme Wanin qui l’oblige à effectuer un virage à angle droit.

Plan cadastral 1845

Plan cadastral 1845

Ce chemin est régulièrement l’objet de l’attention des autorités soucieuses d’assurer la circulation entre les divers hameaux qui représentent une bonne part de la population de Roubaix. Dans cet esprit, en 1864, le directeur de la voirie fait un rapport dans lequel il insiste sur le fait que les riverains du chemin du Pile – et, en particulier, les fermiers – entassent des ordures diverses qui obstruent les fossés situés de part et d’autre du chemin et créent des mares en cas de pluie. Cet état étant dangereux pour la sécurité et l’hygiène publique, il propose de mettre les propriétaires en demeure de curer les fossés au droit de leurs habitations et n’hésite pas à citer les propriétaires en faute. A cette époque, le chemin est déjà pavé sur trois mètres de largeur.

En 1867 on nomme ou renomme de nombreuses rues de Roubaix. C’est le cas pour notre sentier qui, entre la rue de Lannoy et le Pile, prend le nom de rue du Pile. Entre le pont du Galon d’eau et la nouvelle rue du Pile, il devient la rue Pierre de Roubaix. A partir de ce moment, on va tenter de redresser ses méandres pour faciliter le déplacement des habitants (c’est la seule voie permettant de relier les trois ponts au centre de Roubaix). En 1869 le directeur du service des travaux municipaux présente un rapport soulignant de nombreux inconvénients de son tracé tortueux, soulignant qu’il traverse un quartier en voie de construction. Il propose un plan d’alignement redressant la rue sur plus de 300m, qui frappe d’alignement la ferme Wanin.

SP2-96DPI

Les propriétaires, sont d’accord pour l’alignement demandé, et offrent gratuitement le terrain nécessaire. Ils traitent entre eux par voie d’échange, s’occupent du pavage et de l’entretien des fossés.

Ils prévoient également de prolonger la rue Pierre de Roubaix au delà de la rue du Pile. Peu après, en 1872, le service de voirie se plaint de ne plus pouvoir assurer avec ses moyens actuels l’entretien du chemin qui se lotit de plus en plus. Il propose de séparer les pavés existants pour former deux bandes latérales d’un mètre 50 de large et de combler l’espace central avec des scories, en attendant de compléter le revêtement avec des pavés de réemploi. On en profite pour construire un égout central. La ferme Wanin doit être démolie avant le 15 mars de cette même année. Henri Wanin fait alors construire une maison sur son verger le long de l’alignement. L’espace étant libre, on peut maintenant prolonger la rue Pierre de Roubaix vers le sud. Dans les années suivantes, le début de la rue du Pile perd son nom au profit des rues du Tilleul (future rue Jules Guesde), et de Condé. La partie restante, prolongée vers la rue Pierre de Roubaix par la nouvelle rue de Leuze, commence à prendre sa configuration actuelle.

Plan du quartier en 1886

Plan du quartier en 1886

Tous les documents proviennent des archives municipales

Une caserne au Pile

La caserne des pompiers du boulevard Gambetta avait bien besoin d’être remplacée : construite en 1910 pour un effectif de 80 sapeurs dotés de pompes à bras et de véhicules d’intervention hippomobiles, elle est notoirement dépassée dans les années 70 lorsqu’il faut accueillir 100 pompiers et un matériel toujours plus nombreux et plus lourd.

L'ancienne caserne - Document médiathèque de Roubaix

L’ancienne caserne – Document médiathèque de Roubaix

On projette donc de la transférer dans des locaux plus vastes et plus commodes. La Communauté Urbaine, pour y installer le nouveau centre de secours, jette son dévolu sur un terrain de 12000 mètres carrés situé au coin du boulevard de Mulhouse et de la rue de Nancy, où est implantée une usine désaffectée. Sur cette parcelle, qui faisait initialement partie des terres de la ferme de Courcelles, démembrées par les ouvertures du boulevard de Mulhouse et des rues de Nancy et Victor Hugo, s’installe dans les années 1910 une teinturerie, la société anonyme Grulois-Gaydet qu’on retrouve au 34 boulevard de Mulhouse jusque dans les années 60. Une large bande de terrain longeant la rue de Nancy est jusqu’entre les deux guerres dévolue à des jardins ouvriers, avant d’être absorbée par l’usine.

Documents IGN

Documents IGN

L’usine, devenue en 1970 la teinturerie sur textiles Jean Lagrange et Cie, ferme dans les quelques années qui suivent. La friche est le théâtre de deux incendies à quinze jours d’intervalle en 1978 : le premier, un feu de plancher, est suivi d’un autre qui embrase 150 mètres carrés de toiture. Les journaux ne manquent pas de remarquer que les pompiers interviennent à l’emplacement même de leur future caserne. L’usine désaffectée est finalement démolie peu après.

L'usine après le premier incendie - Photo La Voix du Nord

L’usine après le premier incendie – Photo La Voix du Nord

C’est sur ce terrain que s’installe la nouvelle caserne. Monsieur Notebart pose la première pierre de l’édifice en septembre 1982, alors qu’on prévoit 27 mois de travaux. Le gros œuvre est terminé en septembre 83 et l’année suivante voit la fin des travaux.

Photo Nord Eclair

Photo Nord Eclair

Le nouveau bâtiment forme un quart de cercle permettant au rez de chaussée le garage et la réparation des véhicules, ainsi que le réfectoire. A l’étage, une salle de sport, les chambres et l’infirmerie. L’implantation doit permettre des interventions dans une durée allant de 3 minutes pour Roubaix à 8 minutes pour Toufflers, la nouvelle caserne permettant une meilleure organisation des secours, générateur de gain de temps.

La caserne doit être entièrement informatisée, pour traiter les appels en provenance de 26 communes. Le logiciel permettra de suivre en temps réel l’ensemble des véhicules disponibles et de localiser ceux en mission. Il aidera également à décider du nombre d’hommes et de véhicules à envoyer après un appel. A cet effet, on organise des stages d’informatique à destination des officiers et des hommes. Des capteurs solaires et un système de pompe à chaleur permettront d’économiser l’énergie.

 Photo La Voix du Nord – 1984

Photo La Voix du Nord – 1984

Le nouvel établissement remplit alors vaillamment la mission pour laquelle elle a été construite. Elle continue d’ailleurs encore aujourd’hui à l’assurer à la satisfaction générale.

Documents archives municipales.

Une histoire d’école

Paul nous fait part de ses souvenirs de jeunesse :

« A Roubaix, (quartier du Pile), on peut voir boulevard de Mulhouse entre la rue Fénelon et la rue de Mons, un bâtiment scolaire privé. C’est une construction ancienne, mais toujours utilisée pour l’Enseignement.

Une petite porte, percée dans un mur de briques boulevard de Mulhouse, donne accès à une petite cour de récréation. Au fond de cette cour se trouve ce bâtiment avec 4 classes, deux au rez-de-chaussée et deux à l’étage. Cette école était appelée l’école de garçons St Alexandre.

Photo IGN - 1932

Photo IGN – 1932

Actuellement, elle fait partie du groupe scolaire Notre Dame de Lourdes, dont l’entrée est au 8 rue Bourdaloue. Le groupe comprend plusieurs locaux servant à l’enseignement autour d’une cour de récréation asymétrique, verdoyante. C’est l’ancien lieu du patronage Saint Rédempteur.

Dans les archives, il n’est pas fait mention de l’école Saint Alexandre, vraisemblablement construite avant 1910.

 J’y ai été écolier de 1933 à 1937, si bien que j’ai usé mes fonds de culotte dans chacune des quatre classes. Je me souviens du feu Godin au milieu de la pièce, allumé quand c’était nécessaire par les élèves à tour de rôle, aidés et conseillés par l’instituteur. Le papier journal, le petit bois, le seau de charbon, la boite d’allumettes… Toute une époque !

 

Pupitre de l'école Archimède – document médiathèque de Roubaix

Pupitre de l’école Archimède – document médiathèque de Roubaix

Sur les murs, les cartes de géographie : réseaux routier, fluvial, ferré de la France… On rêvait de voyages en les regardant. Il y avait aussi la carte des départements, bien coloriée, et un planisphère. Sur la table de l’instituteur, une mappemonde, je crois.

Dans une armoire vitrée, des instruments de mesure et de capacité en bois et en métal, exposés par rang d’importance.

L’encrier de faïence logé dans un trou percé dans le bois des pupitres. Les plumes gauloises et Sergent Major, nos doigts teintés d’encre violette. L’estrade, le bureau du maître, le grand tableau noir (puis vert foncé), et les craies ! Nostalgie, souvenirs !

Photo journal de Roubaix - 1935

Photo journal de Roubaix – 1935

Le logement du directeur et de sa famille se trouvait rue Bourdaloue. L’arrière de la maison n’était séparé du bâtiment scolaire que par un petit potager bordé de fleurs, bien entretenu par Mme Declerc. Après M. Declerc, ce fut M. Castre, puis M. Vanhoutte qui fut le directeur, lorsque mes garçons, dans les années 60, sont allés à St Alexandre. »

 

Mouvements gymniques au centre aéré dans les années 30 – document archives municipales

Mouvements gymniques au centre aéré dans les années 30 – document archives municipales

 

Nous tenons à remercier Paul de son témoignage. Peut-être avez-vous un souvenir à transmettre ? N’hésitez pas à nous contacter.

 

Le marché des Halles s’en va au Pile

Après la démolition des Halles en 1956, on parlait du déplacement du marché de demi-gros depuis 1961. La rue de la Halle avait en effet conservé cette activité de « ventre de Roubaix » puisqu’elle était constituée des cellules commerciales des grossistes en fruits et légumes, beurre, œufs et fromages. Son activité se déroulait régulièrement de trois heures à huit heures du matin, avec une dizaine de grossistes sur place et la présence de grossistes forains, de deux à quarante selon les saisons.

Les Halles du côté de la rue de la Halle qui conserva un temps une partie des activités CP Méd Rx

Les Halles du côté de la rue de la Halle qui conserva un temps une partie des activités CP Méd Rx

Mais la restructuration du centre-ville, et notamment la construction du nouvel hôtel des postes, fait que les conditions de fonctionnement de ce marché sont de plus en plus difficiles, faute de surface de stationnement.  On se met en recherche d’un autre emplacement et c’est dans le quartier du Pile, rue de Valenciennes, que seront reconcentrées les activités qui s’étendaient sur les 130 mètres de la rue de la Halle. Meilleurs espaces, possibilité de conservation des denrées périssables sont les plus de ce nouveau projet de marché.

Les travaux rue de Valenciennes Photo NE

Les travaux rue de Valenciennes Photo NE

Les travaux commencent le 15 avril 1982 et devraient s’achever début octobre. Reste alors à penser la signalétique de ce nouveau Marché d’Intérêt Local consacré aux fruits et légumes. Début septembre, on se prépare au déménagement pour les nouveaux entrepôts du Pile. Les grossistes sont en plein creux du mois d’août, et ils signalent que le commerce baisse à cause du dépeuplement de Roubaix. Les nouveaux locaux seront plus spacieux et les commerçants seront plus à l’aise pour travailler. Mais ils voient aussi les inconvénients, comme les charges qui seront plus importantes que dans la rue de la Halle. Six grossistes sur les huit à demeure vont déménager car les conditions de fonctionnement seront meilleures : pas d’heure limite pour la vente, pas de couloir de bus, donc un meilleurs accès pour les automobilistes. Dernier bémol, l’isolement du Pile par rapport au centre-ville.

L'inauguration du Marché d'Intérêt Local Photo NE

L’inauguration du Marché d’Intérêt Local Photo NE

Le 5 octobre 1982, c’est fait, le marché des fruits et légumes est installé au Pile, près de la gare du même nom. Les commerçants évoquent les qualités de ce nouvel emplacement : ils travaillent à l’abri, avec un éclairage suffisant. Le MIL (marché d’intérêt local) a redémarré ses activités au Pile, avec de bons résultats. L’inauguration officielle aura lieu le même mois : Pierre Prouvost, maire de Roubaix, se félicite de la mise en œuvre de ce nouveau marché, qui va redonner vie et animation au secteur du Pile, et qui va permettre la rénovation de l’îlot délimité par la rue de la Halle, le boulevard Leclerc et la rue Pierre Motte.

Le Marché du Pile en activité Photo NE

Le Marché du Pile en activité Photo NE

 

Sources : Archives Municipales de Roubaix, Presse Locale