Nations Unies : le projet se précise

La loi du 31 décembre 1966 prévoit la création de communautés urbaines dans plusieurs villes, dont Lille. Elles auront, en particulier dans leurs compétences le plan local d’urbanisme et l’habitat. C’est donc la nouvelle communauté urbaine qui va reprendre en 1969 le projet de rénovation de l’Alma-Gare, présenté par l’agence d’urbanisme. Dans ce projet, le pont St Vincent de Paul serait réorienté et doublé, l’hospice Blanchemaille disparaîtrait. L’atelier d’Urbanisme mis en place au niveau préfectoral prévoit deux voies nouvelles menant au futur centre complémentaire situé au delà de la gare, l’une de ces voies reliant le centre au pont Saint Vincent.

Les premiers travaux concerneront l’avenue de la République qui va être aménagée pour tenir sa place dans la nouvelle voie d’accès : La chaussée va notamment être élargie au détriment des trottoirs.

Photo Nord Matin 1965

Photo Nord Matin 1965

En 1972 on annonce que « l’opération Alma-Gare comprend la création d’une voie structurante, voie nouvelle qui joindra le centre de Roubaix à Tourcoing soit par la place de la liberté, soit, plus loin par la rue Pierre de Roubaix et la rue de l’Hommelet, qui franchira les voies ferrées par un ouvrage nouveau conçu aux dimensions modernes ».

Nord Éclair présente en décembre 1972 l’état du projet. La pénétrante frôle l’hospice Blanchemaille et, passant sur l’église Notre Dame, aboutit quasiment en ligne droite au carrefour des rues Pellart du Curé et du Vieil abreuvoir. Elle doit ensuite emprunter la rue Pellart et se raccorder à la grand rue par deux « antennes », l’une suivant la rue de l’Hommelet, pour se raccorder à la rue Pierre de Roubaix l’autre la rue Pauvrée pour aboutir à la place de la Liberté. Cette voie nouvelle aura une largeur de 30 mètres et comportera un terre-plein central où circuleront les autobus.

Document Nord Éclair 1972

Document Nord Éclair 1972

Les choses avancent de manière significative, et une première tranche de réalisation est inscrite au sixième plan ; il est question de lancer les acquisitions avant 1975.

On cherche à mettre au point un plan d’ensemble pour un secteur qui représente 50 hectares entre l’avenue Jean Lebas et la rue de Tourcoing. Le secteur devient une zone d’aménagement différé (ZAD) : la communauté peut exercer un droit de préemption sur les propriétés mises en vente. Le projet s’est en effet enrichi et on parle maintenant de rénovation Alma-gare-Notre Dame. On y intègre en 1973 le projet de métro qui doit relier la place de la liberté et Tourcoing. Cette ligne, venant de Lille le long de la ligne de Mongy, suivra la direction de la nouvelle pénétrante vers Tourcoing en passant par le boulevard de la République. On ne sait d’ailleurs pas encore si ce métro sera aérien, en surface, ou en souterrain.

 Document Nord Eclair 1973


Document Nord Eclair 1973

 

On prévoit de démarrer les chantier Alma-Gare avant la fin de l’année. La ville procède au recensement des îlots « à forte majorité d’état insalubre » pour faire établir un schéma d’aménagement sous la responsabilité de M. Deldique, architecte-urbaniste. Le premières expropriations ne devraient pas se faire attendre, le ministre ayant « pris en considération l’opération ».

Alors que les études se poursuivent, 1974 voit fleurir les pétitions en faveur de la sauvegarde de l’église Notre Dame. L’association amicale Notre-Dame est créée, qui fait entendre sa voix.

Document Nord Eclair

Document Nord Eclair

 

Les premières décisions sont prises et la communauté urbaine décide en 1973 d’acquérir les immeubles pairs rue Pierre de Roubaix entre la grand rue et le boulevard Gambetta et en 1976 rue de l’Hommelet entre la rue du Ballon et la grand rue pour prévoir le passage de la pénétrante.

Le projet continue à évoluer : la largeur de la future avenue sera portée à 40 mètres, avec 2×2 ou 2×3 voies et un espace pour le transport en commun (Mongy qui relierait directement Roubaix à Tourcoing ou encore métro…)

La suppression de Blanchemaille semble liée à la construction du nouvel hôpital, mais les plans montrent qu’il est possible d’en sauvegarder l’essentiel. Notre Dame échappe à la destruction : la voie nouvelle ne fera que la longer. Un collège va prendre place au creux du coude formé par cette artère. Finalement, on abandonne l’idée de déboucher sur la place de la Liberté. La pénétrante va parcourir un grand S et aboutir directement grand rue par la rue de l’Hommelet.

Document Nord Eclair 1976

Document Nord Eclair 1976

A suivre…

Tous les documents proviennent des archives municipales

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *