L’os à moelle, premiers habitants

h13&maison

Le H13 et la dernière maison Photo Nord Éclair

Le grand immeuble aux treize étages accueille ses premiers habitants : le couple de gardiens voit arriver les premiers locataires dès juillet 1966. Les premiers locataires, des jeunes mariés, se sont installés avec un mois de retard, le 15 juillet. Le chantier n’était pas terminé : le gaz de ville n’était pas branché, les paliers encore plein de graviers, l’accès était rendu difficile, un véritable bourbier de gravats. Il y a quelques anciens de la rue de Lannoy, ainsi la propriétaire de la dernière maison encore debout de ladite rue, au pied du H 13. Cette dame surveille la démolition de son ancienne demeure, de son nouvel appartement. Elle était venue s’installer en 1958 dans la rue de Lannoy sans savoir qu’elle allait être démolie, la question de la démolition ayant été définitivement tranchée en 1964. Elle trouve son nouveau logement plus clair et plus gai, mais il n’y a pas assez de place pour son mobilier et ses bibelots.

Le recoupement des différents témoignages recueillis par la presse de l’époque, nous permet de faire un état des lieux, juste après réception. Pour les aspects positifs, les personnes interrogées évoquent immédiatement la lumière qu’apportent les larges baies des fenêtres. La vie de jour est séparée de la vie de nuit par deux couloirs de dégagement. L’électricité est bien répartie. Les pièces sont grandes, et les placards vastes et profonds, bien qu’ils ne montent pas jusqu’au plafond. Enfin, l’eau chaude, quoique calcaire, fait l’unanimité.

Les aspects négatifs concernent l’utilisation pratique et domestique : les vitres sont difficiles à nettoyer, car peu accessibles pour l’extérieur. La cuisine étroite est très étroite : où mettre table et machine à laver ? L’évier est circulaire, sans trop plein. Il manque un débarras. Accrocher une photo ou un tableau au mur est impossible, aucun clou ne peut être planté dans le béton. Les tuyaux courent sur le mur, et la conduite de gaz se trouve au plafond, d’où la réduction de la hauteur des placards. Le tableau du compteur électrique est trop près de la porte, en ouvrant, on risque de le faire disjoncter. Il y a des pannes d’ascenseur, des fuites de gaz, l’éclairage des couloirs extérieurs est insuffisant. Les locataires se demandent aussi quand le téléphone sera installé.

Toutes ces remarques semblent indiquer que l’immeuble n’est pas totalement achevé lors de la livraison. Elles montrent aussi qu’il a été construit sans réflexion préalable sur l’utilisation pratique et domestique. Ainsi les problèmes d’entretien signalés, mais également l’étroitesse de certaines pièces, ou encore le positionnement des compteurs.

La plupart des nouveaux arrivants ne connaissent pas Roubaix, et ne savent pas ce qu’est l’îlot Anseele, ni ce qui se trouvait là avant. Les tâches du couple de gardiens sont lourdes, vu la taille du bâtiment : nettoyage des caves et des abords, celui des paliers et escaliers étant effectué par les locataires, surveillance des locaux, menus travaux (remplacement d’ampoules,…) et renseignements des différents visiteurs. L’amélioration des abords devra attendre : d’un côté, le parking pour les voitures sera très vite saturé, et de l’autre, le chantier du grand parking souterrain et du centre commercial Roubaix 2000, qui durera plusieurs mois.

D’après Nord Éclair

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *