Les Sunlights

Eugenio Cogoni et Letizia Solla habitent Quartu, en Italie, plus précisément en Sardaigne. Ils arrivent en France à Saint Étienne, puis plus tard à Roubaix, ville ouvrière où l’on trouve facilement un emploi dans le textile. En 1954, ils habitent au 135 rue Jacquard. Puis, au début des années 60, ils déménagent au 61 rue Pellart, dans une maison beaucoup plus vaste et plus confortable pour toute la famille car Eugenio et Letizia ont 5 enfants. Les trois garçons les plus âgés travaillent en entreprise : Serge est ajusteur, Aldo est tisserand et Bruno est ajusteur également.

Les 3 garçons sont musiciens et aiment le chant. Ils créent un orchestre « I Cogoni » et interprètent, au cinéma « Le Royal » pendant l’entracte, des chansons italiennes. Serge, Aldo et Bruno deviennent rapidement des artistes de variété. Avec beaucoup de travail, la notoriété prend de l’ampleur. L’été, trois fois par jour, et pendant trois mois, ils font des galas sur la côte belge à La Panne et Blankenberge. L’hiver, ils chantent à Mouscron, au Relais de la Poste, devenu le Twenty, et au Carioca.

Bruno et Serge au Carioca ( Document S. Cogoni )

Pour enregistrer un 45 tours instrumental, leur maison de disques leur demande de changer de nom. Le groupe devient « Les Sunlights », pour rappeler peut-être le soleil de Sardaigne qui leur manque tant. Serge est à la guitare d’accompagnement, Bruno à la guitare solo et Aldo à la batterie, Jean Paul Vanhoute vient aider le groupe occasionnellement à la guitare basse. Les Sunlights ont un succès grandissant ; les concerts et les galas se succèdent. Ils croisent la route de chanteurs célèbres.

( Document J. N. Coghe )


Les Sunlights sont tellement appréciés qu’ils sont choisis pour accompagner le grand chanteur de rock and roll, Gene Vincent, pour une série de concerts en France, en Belgique et en Suisse en 1963.
En 1966, ils entendent chez un disquaire la chanson « Le Déserteur » écrite par Boris Vian. C’est le coup de foudre. Ils décident d’en sortir un 45 tours et le succès est immédiat.

( Document coll. priv. )

Forts de cette réussite, ils enregistrent de vieilles chansons comme « les roses blanches » de Berthe Sylva, ou « Le Galérien » « Ne joue pas au soldat ». Des magazines comme Paris Match relatent alors l’ascension des Sunlights. Il sont invités à de nombreuses émissions de télévision. Le triomphe est toujours présent. Ils chantent uniquement en direct et sont toujours très bien accueillis lors de leurs prestations.

Serge se marie avec Chantal, qu’il a rencontrée au dancing du Fresnoy il y a quelques années déjà. Aldo, lui, se marie avec Anne Marie.

Les Sunlights en 1970 ( Document S. Cogoni )

Au début des années 1970, leur imprésario les ayant délaissés, ils connaissent quelques mois de galère. Serge quitte Roubaix pour partir dans le sud de la France avec sa petite famille et occupe ses journées par des petits boulots. Aldo continue une carrière solo et Bruno monte un orchestre. Si la célébrité est difficile à acquérir, l’oubli du public peut être très rapide et durer plusieurs années. Cependant, dans les années 90, quelques émissions de télévision comme « Succès fous » permettent aux Sunlights de renouer avec le succès. Ils créent alors des compilations de leurs plus grands tubes, en CD, 20 ans après.

( Document coll. priv. )

Bruno décède, en 2007, à l’âge de 64 ans. Aldo prend sa retraite, Serge continue seul à chanter.

( Photo BT )

La maison où a habité la famille Cogoni, au 61 rue Pellart, existe toujours. Aujourd’hui, c’est le 244 avenue des Nations Unies ( face à l’école St Louis ). Une plaque a été posée sur la façade de la maison, par la Mairie, il y a quelques années, en souvenir des Sunlights.

.

Remerciements à Jean-Noël Coghe, journaliste, et à Serge Cogoni pour son livre « Merci la vie ».

.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *