Les merveilleux fous volants

En 1911, il y eut à Roubaix un aérodrome, plus précisément un champ d’aviation, pendant la durée de l’exposition internationale du Nord, qu’accueillait notre ville cette année là. L’aérodrome se situait non loin de l’Exposition, le long de l’avenue des Villas sur les terres de la très ancienne ferme de Gourguemez. Il se trouvait au-delà de la rue de Beaumont, en face de la rue Carpeaux et la rue David d’Angers. C’était un champ d’aviation de dix hectares sur les pâtures de la ferme, avec comme installations, six hangars individuels, une grande tribune, des gradins, un hangar provisoire pour les grandes journées. Deux entrées sont aménagées de part et d’autre du champ d’aviation sur l’avenue des Villas. L’ouverture du champ d’aviation fut annoncée pour le 4 juin.

Sur cette photo aérienne IGN 1963,  l’emplacement du champ d’aviation, sous la ferme de Gourguemez, le long de l’avenue Gustave Delory
Plan du champ d’aviation et de ses installations Extrait du Journal de Roubaix

Les organisateurs ont obtenu l’aval de nombreux aviateurs pour leur participation. Quoique l’aviation ait beaucoup progressé, elle en est encore à ses débuts. En 1909, Blériot vient de traverser la Manche en aéroplane. Les roubaisiens auront donc des exhibitions pendant cinq mois, de juin à octobre. On leur promet des spectacles inédits : transports de passagers en aéroplane, randonnées aériennes fertiles en enseignements au dessus de la campagne, prouesses aéronautiques… En principe, on vole tous les jours au champ d’aviation de 6 h à 8h quand le temps le permet. Les roubaisiens ont également obtenu que leur ville soit la quatrième étape du Circuit Européen. Les organisateurs devront très vite compter avec les conditions météo. Des signaux sont placés à l’angle des rues de la gare, du vieil abreuvoir et de la Grand Place: une flamme rouge indiquera qu’on vole au champ d’aviation, une flamme noire qu’on ne vole pas, et une flamme blanche qu’on volera… peut être.

Védrines, vainqueur de l’étape Bruxelles Roubaix à son arrivée Photo Archives Départementales Nord

L’arrivée du circuit européen est prévue le mercredi 28 juin dans la matinée. A 9 heures, plusieurs milliers de personnes attendent déjà les aviateurs sous la surveillance d’un service d’ordre important. A 11 h 10, Védrines, vainqueur de l’étape, atterrit sous les accents de la Marseillaise. Trois minutes plus tard, c’est au tour de Roland Garros, puis Beaumont, et Kimmerling. Les exhibitions se poursuivront jusqu’en septembre, malgré le temps venteux et incertain. On pourra ainsi voir à Roubaix Mesdames Hélène Dutrieux et Jane Herveux. Ces dames firent aussi bien que les messieurs, en risquant leur vie au cours de vols rendus dangereux à cause du vent capricieux.

Hélène Dutrieux à Roubaix Photo Archives Départementales du Nord

Le meeting de clôture d’octobre sera d’ailleurs annulé, à cause d’un ouragan qui causera d’énormes dégâts : hangars disloqués, barrières et palissades arrachées, portes et cloisons enlevées, tribune et buvette renversées. L’Exposition elle-même eut à souffrir de ce très mauvais temps.

4 thoughts on “Les merveilleux fous volants

  1. Le quartier de ma jeunesse sur la vue aérienne en haut à droite un groupe de maison débouchant sur la rue Edouard Vaillant, le square des Acacias appelé le MAROC? à l’ angle des deux rues se trouvait un café repris par mes parents de 1945 à 1955 j’ avais donc 1 an lorsque nous arrivames du Pile impasse de Leuze où logeait mon grand père maternel. Le café n’ existe plus, mais au dessus de la porte d’ entrée une mosaique indique que nous sommes bien au CAFE du MAROC. Tout petit j’écoutais la bouche grande ouverte les histoires des grands, que de souvenirs…..du baudet tombant dans la cave au poissonnier se faisant voler son cabillaud par un chat gourmand……..

  2. Voici les souvenirs qui me reviennent concernant le café du « Maroc situé à l’angle de la rue Edouard Vaillant et du square des Acacias. Le café propriété de la brasserie Delannoy à Bondues était tenu avant notre arrivée par mon oncle (frère de ma mère)Etienne Hus et son épouse tante Madeleine ceci jusqu’en 1945, année où mes parents prirent la relève. J’avais donc 1 an lorsque nous quittâmes le Pile pour  » le Maroc  » situé à la limite des 3 villes Roubaix, Croix, et Hem.

  3. Voici les souvenirs qui me reviennent concernant le café du « Maroc  » situé à l’angle de la rue Edouard Vaillant et du square des Acacias. Le café propriété de la brasserie Delannoy à Bondues était tenu avant notre arrivée par mon oncle (frère de ma mère)Etienne Hus et son épouse tante Madeleine ceci jusqu’en 1945, année où mes parents prirent la relève. J’avais donc 1 an lorsque nous quittâmes le Pile pour » le Maroc » situé à la limite des 3 villes Roubaix, Croix, et Hem. Nous étions à la fin de guerre les grandes propriétés situées sur la droite de la rue Edouard Vaillant aprés l’avenue Gustave Delory appartenaient à deux patrons, Masurel et Motte. Leurs chateaux à cette époque étaient occupés par les anglais, deux soldats travaillant au mess Jhonny et youki passaient tous les jours par le café ils me faisaient sauter sur leur genoux,autant dire que mes parents ne manquère de rien durant cette période encore difficile. Au point de vue situation géographique la rue Edouard Vaillant aprés le café nous menées jusqu’au  » chateau rouge  » ayant laissé sur notre gauche le  » polo  » terrain sur lequel les officiers anglais s’adonnaient à ce sport trés british, des jardins ouvriers remplacèrent la pelouse. Toujours sur la gauche aprés le polo une étroite route pavée nous menait au chateau et à la ferme de Beaumont. Le chateau étant occupé par les scouts de Roubaix. est ce que cela vous convient si oui je continue mon récit

    e

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *