Le Relais Gambetta

Sur une vue du boulevard Gambetta antérieure à 1907 nous remarquons une maison à la basse toiture formant le coin de la rue centrale. Elle possède une porte cochère, et une charrette à bras y stationne. A côté une maison à un étage à trois ouvertures. Le Ravet-Anceau de 1904 indique C. et C. Honoré, mécaniciens, au numéro 100.

Document collection particulière

Document collection particulière

Mais cette activité ne durera guère, car, dès 1906, M. Vermant y tient un commerce de meubles. Il sera suivi en 1910 par M. Vandenbrouck, négociant en charbons, qui cesse son commerce avant 1926.

C’est à cette même adresse qu’apparaît en 1953 une station service dénommée le Relais Gambetta, dont le gérant est R. Corman. C’est l’une des trois premières stations citées à Roubaix dans le Ravet Anceau. Elle comprend la maison basse et sa voisine à étage. Les deux façades seront conservées dans un premier temps en l’état, agrémentées tout de même d’une peinture neuve.

Document archives municipales

Document archives municipales

Mais son aspect change bientôt : on élargit la zone d’accès aux véhicules en perçant une ouverture dans la maison à étage, et on installe un bardage pour unifier et moderniser l’ensemble.

Document médiathèque de Roubaix

Document médiathèque de Roubaix

La station défend les couleurs de la société Shell et aligne fièrement trois pompes manuelles le long du trottoir, de celles qui ne débitaient que par multiples de cinq litres. C’est l’époque où seul le pompiste était autorisé à manoeuvrer bras-levier et tuyau de remplissage. L’intérieur de la station, entièrement carrelé, est ultra-moderne et fonctionnel. Une fosse permet d’effectuer simplement les opérations de graissage, de vidange et d’entretien.

Document collection particulière

Document collection particulière

En 1955 et jusqu’en 1968, le gérant de la SARL du Relais situé aux numéros 96 et 98 est monsieur Vercleven.

Mais c’est l’époque où se réalise le projet de rénovation des îlots insalubres, et l’opération Anseele ne tarde pas à faire disparaître les uns après les autres les constructions situées autour de la station. Une photo aérienne de 1969 nous la montre bien seule sur son coin de rue.

Photo IGN 1969

Photo IGN 1969

Les travaux ne s’arrêtent pas là et c’est au tour de la station de disparaître, alors que les premiers collectifs s’élèvent. Pourtant, le site doit être stratégique pour la compagnie, car on construit une station neuve et plus au goût du jour à quelques mètres de là et sur le même trottoir. Une photo aérienne de 1971 nous montre à droite l’emplacement de l’ancienne station, et la nouvelle en fonction.

Photo IGN 1971

Photo IGN 1971

A la suite de la renumérotation du boulevard due aux multiples démolitions, cette nouvelle station est maintenant située au numéro 44. Présente jusqu’en 1986, elle ferme l’année suivante pour servir de parking sauvage pendant plusieurs années. Elle est finalement démolie entre 1995 et 2000, et l’on plante une pelouse sur son emplacement. Actuellement, c’est un restaurant qu’on trouve à cet endroit.

Photo Google 2016 et document Nord Matin 1965

Photo Google 2016 et document Nord Matin 1965

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *