Le Numéro 1

Après la première guerre l’office municipal d’Habitations à Bon Marché prévoit la construction au Nouveau Roubaix de 775 logements neufs, dont 554 appartements dans 7 immeubles collectifs. Les premiers coups de pioche ont lieu en 1924, et, en 1930 s’élèvent les immeubles 4 et 5 au coin de l’avenue Motte et du boulevard de Fourmies. Le long de ces deux mêmes voies, les autres immeubles sont en attente de réalisation. La dernière tranche est réalisée en 1931 avec le reste des 27 millions de brique fabriquées sur place en 1923 avec l’argile du quartier et stockées depuis sur le site. L’ensemble du projet est terminé en 1932. Le numéro 1, en face de l’église Sainte Bernadette, fait partie de cette dernière tranche. C’est le plus grand des sept et, aux dires de Lucien Delvarre, le plus beau. Au lieu de présenter une cour intérieure refermée sur elle-même, il est ouvert et affecte la forme d’un U. Des renfoncements aux angles permettent l’installation de passages permettant, grâce à quelques marches, d’accéder à la rue depuis la cour de l’immeuble.

Photos 1942 (collection particulière), 1960 (Nord Eclair), 1990 (Lucien Delvarre)

Photos 1942 (collection particulière), 1960 (Nord Eclair), 1990 (Lucien Delvarre)

Le bâtiment n’évolue pas durant une grande période, hormis l’aménagement en 1962 de 23 garages derrière l’immeuble et d’une aire de jeux au centre de la cour. Il faut attendre les années 80 pour qu’on songe à réhabiliter les HBM. Le premier à bénéficier des travaux est le numéro 4, qui constitue l’angle du L, puis c’est le tour des numéros 5 et 6 sur le boulevard de Fourmies. En 1988, il reste les numéros 1, 2 et 3 à traiter, le plan prévoyant que le numéro 1 serait le dernier. En fait, il échappe à cette vague de rénovations, et se dégrade petit à petit : dans l’attente de rénovations, l’entretien a un peu été sacrifié. Selon Lucien Delvarre, qui habitait alors l’immeuble, plutôt que de le réhabiliter, il est alors question de le reconvertir pour y faire une résidence pour personnes âgées. Mais les études durent (elles concernent plusieurs ministères), et le projet n’aboutit toujours pas. Le numéro 1 continue à s’abîmer. On y trouve des squatters ; il est l’objet de dégradations, vandalismes, petits incendies et, finalement, est jugé économiquement irréparable. On se résout à le démolir.

Photos Lucien Delvarre 1992

Photos Lucien Delvarre 1992

La démolition achevée, la végétation reprend peu à peu possession du terrain. En concertation avec le comité de quartier, on projette maintenant d’y créer un grand espace vert. L’école de Genech propose une maquette en 1993, intitulée « le chemin creux ».

Photo Lucien Delvarre et document Ecole de Genech - archives municipales

Photo Lucien Delvarre et document Ecole de Genech – archives municipales

Mais ce projet lui non plus n’aboutit pas et le terrain reste dans cet état quelques années. Finalement, on y bâtit un lotissement de logements sociaux. Cet ensemble, la résidence Watteau, est aujourd’hui gérée par LMH.

Photo Jpm

Photo Jpm

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *