Le Lycée de jeunes filles

En 1886, les terrains situés au Huchon, entre le sentier de Barbieux et le jardin public, face au boulevard Lacordaire appartiennent à Fidèle Duhamel, habitant 13 rue du Pays. Sa femme est née Sophie Nathalie Duhamel. La municipalité va leur racheter les terrains nécessaires à l’ouverture du futur boulevard de Douai , dont les travaux commencent en 1889.

Le 12 Août 1895, l’architecte roubaisien Ernest Thibeau, au nom de MM. Derville frères, habitant la rue de Lannoy, envoie une demande de permis de construire concernant un immeuble « à usage de maison d’éducation ». C’est ainsi qu’au coin de la rue de Barbieux et du boulevard nouvellement tracé s’installent en 1896 les sœurs de la communauté Dominicaine du Rosaire, dans un établissement d’enseignement comportant internat et externat. Il comporte un bâtiment à deux étages qui présente un triple pignon côté rue de Barbieux, prolongé par un autre, plus bas, le long du boulevard, et un autre encore avec un corps à deux étages comprenant une salle des fêtes et un préau. Un troisième bâtiment en rez de chaussée suit le mur d’enceinte jusqu’à la porte principale.

La loi sur les congrégations de 1905, va provoquer le départ des religieuses. Le 9 décembre 1904, le conseil municipal décide de réutiliser les bâtiments pour y créer un collège de jeunes filles. Le nouvel établissement ouvre en octobre 1905. La municipalité commence par louer les locaux jusqu’en 1907, puis achète l’ancien couvent des dames Dominicaines aux Derville, qui en sont toujours les propriétaires.

La municipalité procède aussitôt à la construction d’une habitation pour la directrice du collège, Mme Séverin-Bourgoignon. Cette belle maison a son entrée rue de Barbieux, pratiquement en face de la grille d’entrée de la propriété Masurel et de son moulin de briques. Le collège enseigne les lettres et les sciences, mais également le dessin, la couture et la coupe, l’enseignement ménager, la musique et les langues. Selon le Ravet-Anceau, l’enseignement des cultes catholique, protestant et israélite y est également proposé.

La maison vue de la rue et du collège

L’établissement chage de vocation durant la première guerre et devient l’hôpital auxiliaire n°169 qui contribue à soigner les nombreux blessés au combat. Aussitôt après le conflit, on retrouve Mme Severin comme directrice. Celle-ci doit déployer tous ses efforts pour remettre l’établissement en état d’enseigner.

L’établissement qui comptait 232 élèves en 1911, en accueille 500 en 1932. Cette année là, on agrandit. Les travaux ont débuté à l’été 1931. On construit le jardin d’enfants entre les logements du concierge et de la directrice rue de Barbieux, et surtout on ajoute un bâtiment en forme de U pris sur l’emplacement des serres municipales. Il comprend des salles de classes et des locaux destinés à l’internat, ainsi qu’au sous-sol, la cuisine et un réfectoire. Les agrandissements sont inaugurés en septembre 1935. La directrice est alors Mlle Couteaux et le collège devient Lycée de jeunes filles, avec un effectif de 613 élèves.

Photos Delbecq (Archives municipales) et IGN (1947)

Mme Brincourt va ensuite diriger le Lycée jusqu’en 1950, remplacée en 1952 par Mme Moulier-Brunel, alors que l’établissement comporte 900 élèves. Cette année voit la création de l’association de parents d’élèves. L’année suivante, en 1953, Mme Duthoy, une ancienne élève de l’établissement, prend sa direction. En 1954 on récupère le reste du terrain des anciennes serres municipales pour y faire un terrain de sports. Le Lycée possède alors deux dortoirs et deux réfectoires, mais Nord Matin assure néanmoins que la place manque, et qu’il sera nécessaire d’agrandir encore l’établissement.

1966 voit l’édification, en face du Lycée, en traversant la rue de Barbieux, de l’école Anatole France, qui va décharger l’établissement de ses classes maternelles et primaires. Néanmoins la décision est prise de construire des locaux supplémentaires. Les travaux débutent l’hiver suivant.

Photo Nord Eclair

Il s’agit de construire côté boulevard de Paris un immeuble pour les logements des administratifs et dans le prolongement du bâtiment de 1935, les bureaux de l’administration entourant un patio, ainsi que la loge du concierge et la nouvelle entrée principale, ouvrant sur l’avenue Le Nôtre. Perpendiculairement au boulevard de Douai, d’autres bâtiments abriteront des classes, une piscine et des salles de sport. Des terrains de sports seront aménagés le long de la rue de Barbieux.

Document Nord Eclair

La conduite des travaux d’extension est confiée aux architectes Guy Lapchin, Luc Dupire et Constant Verdonck. L’aspect du Lycée, vu de l’avenue Le Nôtre, est radicalement changé.

Le bâtiment administratif et la piscine

La communauté urbaine décide en 1968 de procéder à la dénomination des établissements scolaires sur proposition des municipalités. Le 19 mai 1969, le conseil municipal choisit le nom de Baudelaire.

Il reste encore à construire un nouveau réfectoire. Celui-ci prendra place au coin du boulevard de Douai et de la rue de Barbieux. Sa construction nécessitera la démolition de l’ancienne maison de la directrice et du jardin d’enfants. Le nouveau bâtiment est constitué d’un corps avec un étage, auquel conduit une partie basse qui s’appuie sur l’ancien bâtiment d’enceinte dont l’aspect extérieur, tout comme celui de l’ancienne porte d’entrée qui a été conservée, ne change pas. La nouvelle demi-pension est fonctionnelle en 1997.

Le nouveau réfectoire. Photo site Cité Scolaire Baudelaire

Les autres documents proviennent des archives municipales, du site de l’Institut Géographique National, et d’une collection particulière.

2 thoughts on “Le Lycée de jeunes filles

  1. J’y suis entrée en maternelle en 1955 et sortie en terminale en 1968 : je devais être la plus  » vieille » élève du lieu; je connaissais tous les sous sols et étais toujours préposée à distribuer toutes sorte de documents dans tout l’établissement.
    Malheureusement je n’ai plus de contact avec les anciennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *