Le lotissement fantôme 

Sur une propriété allant de la rue de Lannoy à la rue Leconte-Baillon, appartenant en 1903 à Mme veuve Boittiaux, et reprise par Bernard Spriet en 1930, est construite une maison de maître en bordure de la rue Leconte-Baillon. Un second bâtiment , plus petit, est également visible près de l’autre. Un mur haut clôture la propriété du côté de la rue.

Photos aériennes IGN 1965 et 1976
La propriété dans les années 50. Photo L’Usine

En 1939, Bernard Spriet partage sa maison avec J. Bernard, industriel. Celui-ci figure à cette adresse jusqu’après 1970. Mais, d’après les voisins, la propriété est ensuite assez vite laissée à l’abandon, et une photo aérienne de 1983 montre les bâtiments supprimés, en prologue à une construction future. On voit encore aujourd’hui sur le mur de la maison voisine la trace du pignon du plus petit des bâtiments, qui s’avançait plus sur le trottoir.

Photo Jpm

A cette époque, la propriétaire, se fait construire une maison du côté de la rue de Lannoy et cède le reste du terrain pour y construire un lotissement. C’est sous la houlette du crédit immobilier de Douai que démarrent les travaux. La première maison, celle du fond, est vendue en Août 1984, mais le premier propriétaire va rester isolé près d’un an et demi : ce n’est qu’en décembre 1985 qu’un deuxième acheteur s’installe.

En Juillet 1986, un article paraît dans Nord Éclair s’inquiétant de ce qu’un nouveau lotissement soit complètement laissé à l’abandon, avec seulement deux maisons habitées, alors que le quartier paraît avoir tout pour attirer les acquéreurs.

Photo Nord Eclair 1986

André nous confie : « C’était un terrain qui allait de le rue de Lannoy et la rue Leconte-Baillon. Le mur de séparation avec la propriété suivante (là où a été construite la résidence Passy) est resté en place ». Au cours d’un déplacement professionnel, il passe devant le lotissement qu’il voyait en construction depuis très longtemps. S’engageant dans l’impasse, il rencontre sa future voisine. Celle-ci lui propose de visiter la maison-témoin. Intéressé, il prend contact avec le notaire de Douai pour entamer une transaction.
Selon lui, le promoteur, peut-être pour des raisons financières, avait dû arrêter le chantier en cours de réalisation. « Il y avait une grande tranchée au milieu de la chaussée ». Le premier acheteur, celui de la maison du fond, a essuyé les plâtres pendant de nombreux mois, et le chantier est resté en panne derrière le grand panneau de bois placé à l’entrée. « Il a dû se raccorder électriquement au branchement du chantier... » Finalement, les travaux ont repris et menés à bien, les maisons ont été terminées pour être vendues. Quand André l’a visitée, sa maison était terminée, sauf la décoration (papiers peints et peintures). Il l’a achetée et a été ainsi le troisième propriétaire de la rue. Dans les six mois qui ont suivi, toutes les autres ont été vendues, et le lotissement fantôme est devenu un lieu de vie paisible…

La Closeraie Photo Jpm

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *