L’accueil des déportés

1945rapatriesmars à mai 1945 Nord Éclair

Dès le mois de janvier 1945, alors que la guerre n’est pas terminée, Roubaix, qui a été libérée en août 1944, se mobilise pour accueillir les prisonniers et déportés. Un gala de bienfaisance est ainsi organisé le 9 janvier au grand théâtre de l’Hippodrome à leur profit. En avril 1945, l’Ecole de plein air du Pont Rouge reçoit un contingent de plus de cinq cents prisonniers libérés. Un service médical composé de médecins et d’infirmières de la Croix Rouge sous la direction du docteur Carré dispense les soins aux arrivants en collaboration avec le service de désinfection de l’hôpital. Des permanences d’accueil sont organisées jour et nuit par le service des postes. Puis fin avril, ce sont 365 rapatriés de Buchenwald qui arrivent en gare de Roubaix. Les services d’accueil les transportent aux châteaux Huet et Dhalluin, rue Jules Guesde dans le quartier de la Potennerie, mais également au château Vanoutryve boulevard de la République. Les convois se succèdent pendant le mois de mai, et la presse évoque d’autres lieux d’accueil : des hôpitaux militaires auxiliaires boulevard Gambetta et rue Edouard Anseele. Une quinzaine de voitures et six ambulances transportent prisonniers, rapatriés, blessés et malades, jusqu’aux centres médicaux.

D’après les témoignages, ces personnes étaient dans un état pitoyable. C’étaient des morts vivants, épuisés par leurs années de captivité, et par leur voyage de retour interminable. Il fallait les aider pour marcher, les coucher, les nourrir…

Le château Huet remplira quelque temps cette fonction de bloc sanitaire. Au moment de sa dissolution, il sera question de le transformer en maison de repos pour les rapatriés. Mais nous n’avons pas trouvé suite du projet. Ce château sera démoli en 1951.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *