La vérité sur la Basse Masure

Des articles parus il y a quelque temps laissaient entendre que le café de la Basse Masure existait encore, et qu’il s’était transformé en boucherie. Il n’en est rien. Nous allons en faire la preuve, après un bref rappel des faits.

Le café de la Basse Masure en 1924 Photo JdRx

Le café de la Basse Masure en 1924 Photo JdRx

Le café de la Basse Masure était situé le long du chemin vers Mouscron au siècle avant dernier. Ses murs étaient recouverts de plâtre, et elle était déjà habitée en 1817 par une famille de 17 enfants ! Une « cantine » fut bientôt ouverte, où l’on vendait de l’épicerie et des alcools divers. Puis l’épicerie buvette devint un vrai café, qui fut une halte obligée pour les gens qui allaient de la Fosse aux Chênes vers Mouscron. Le café eut sa célébrité, en la personne de « Cho de l’Basse » François Fauvarque, son tenancier, lequel alliait bonne humeur et parties de boules mémorables. Le café se trouvait souvent sur le parcours des sorties carnavalesques et des cortèges ludiques. C’était un autre temps, sans voitures et sans télé.

Le café à l'orée des années soixante Photo NE

Le café à l’orée des années soixante Photo NE

L’urbanisation rattrape bientôt le café, et la Basse Masure devient un quartier, un genre de cité très animée. La maison tenait bon, elle restait le siège de tournois de boules, et s’associait régulièrement aux fêtes annuelles du Cul de four et de la Basse Masure.  Le café de la Basse Masure a-t-il survécu ? A-t-il été transformé ? Un témoignage de l’ancienne bouchère de la rue des Récollets, dont le magasin est cité comme étant l’ancien café, vient démentir cette assertion. En effet, sa boucherie a toujours été recensée dans la rue des Récollets, au n° 36 en 1929, alors que l’estaminet a longtemps été au n°70 de la rue de la Basse Masure. Le café n’existe plus en 1973, alors que la boucherie existe toujours vaillamment au n°36 de la rue des Récollets. A-t-il été démoli comme le café de la planche trouée dans le quartier des longues haies ? La réponse est affirmative, la démolition a été effectuée à la fin de l’année 1961, alors qu’il n’était plus qu’une ruine. Alors pourquoi cette erreur ? Les photos que nous a aimablement confiées Mme Gauquie nous renseignent sur ce qui s’est passé.

La boucherie de la rue des Récollets en 1973 Coll. Privée

La boucherie de la rue des Récollets en 1973 Coll. Privée

Sur cette photo de 1973, on voit très nettement l’emplacement de l’ancien café, qu’occupe un parking de voitures garées en épi. La boucherie apparaît comme la dernière maison de la rue des Récollets, au n°36.

La boucherie Gauquie en 1979 Coll Privée

La boucherie Gauquie en 1979 Coll Privée

En 1979, M et Mme Gauquie, voulant profiter d’un éclairage supplémentaire pour leur magasin, firent procéder à des travaux. Ainsi la boucherie eut une ouverture sur la rue de la basse masure, ce qui a pu faire croire qu’elle en constituait l’angle.

Merci à Mme Gauquié de nous avoir expliqué l’évolution de ce bout de quartier, photos à l’appui.

Autres sources : le Journal de Roubaix , Nord Éclair, annuaires Ravet Anceau

 

7 thoughts on “La vérité sur la Basse Masure

  1. J’ai une jolie photo avec des joueurs de boules 1926 ( Les vainqueurs du grand tournoi de boules (276 joueurs) Je suis auteur et collectionneur de jeu de boules et je cherche tous les documents sur les jeux de boules. J’ai meme ecrit deux livres sur les jeux. Je m’occupe pour un troisieme livre sur les jeux. Si vous voulez une copie faites-moi le savoir. Excusez les fautes. Le texte (histoire)du cafe est interessant pour moi.

    Henk Reesink

    • Merci pour votre commentaire. Nous serions intéressés par les titres de vos ouvrages et l’endroit où nous pourrions nous les procurer. Si vous avez d’autres souvenirs n’hésitez pas! Nos recherches mentionneront sûrement d’autres lieux où l’on jouait aux boules, à la bourle, les bourloires…mais c’est au fil de nos découvertes!

  2. Ayant quelques temps hanté cet endroit (j’ai habité dans la courrée, au 30 bis de la rue des Recollets, et ayant eu de la famille dans la rue Basse Masure), ce sont des informations teintées de nostalgie… Merci pour cet article!

  3. à coté de ce café rue de flandres il y avait une courée au nom poétique de cour des tros pot d’nu.
    un autre café existait rue Basse Masure face au débouché de l’impasse vandamme. il s »agissait pendant la seconde guerre Mondiale du café du billard que tenait ma grand mère Mme Kindt .
    Dans l’autre sens vers la rue de Flandres il y avait dans les années 50 60 le café epicerie chez Théo ou se retrouvait des supporters du CORT.

    • Mes grands-parents habitaient au 63 de la rue de la Basse-Masure.
      Ci-après, un extrait d’article de journal datant des années 1955-1959 (19 février), Nord Eclair :
      « La rue tortueuse de la Basse-Masure avec ses vieux immeubles, abrite le ménage de M. et Mme Desmettre-Morant. Cette rue doit-elle son nom à la basse et ancienne masure, sise au numéro 63, où vivent les deux jubilaires ? Toujours est-il que l’immeuble doit être vieux de plus d’un siècle. Il ne serait pas surprenant qu’il additionne les âges de M. et Mme Desmettre, soit 150 ans environ.
      C’est dans ce logis que les jubilaires sont venus se réfugier, il y a plusieurs années, quand le café qu’ils exploitaient rue Notre-Dame-des-Victoires, fut condamné pour faire place aux immeubles du C.I.L. »

Répondre à pwaret Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *