La rue des Trois Ponts, 120 mètres de vieux Roubaix

Situé au point de rencontre du chemin vicinal numéro 9 d’Hem à Wattrelos (futures rues de Charleroi et d’Anzin), des chemins vicinaux numéro 10 du pont du Galon d’eau au chemin n°9 (future rue Beaumarchais) et numéro 15 de Roubaix à Leers (future rue de Tournai) ainsi que du chemin de Courcelles, du chemin de Lannoy aux trois Ponts (future rue Victor Hugo), le hameau des trois Ponts est un lieu de transit très fréquenté. Le point de passage obligé entre tous ces chemins, bordé d’une extrémité à l’autre par un ruisseau, le riez des trois Ponts, prendra le nom de rue des Trois Ponts en 1893, bien qu’on trouve déjà mention de ce nom dans un acte notarié de 1888.

Le hameau après la révolution

Le hameau après la révolution

L’importance de la circulation nécessite des aménagements et les riverains ne manquent pas de pétitionner pour obtenir le pavage et l’élargissement du chemin, quitte à abandonner gratuitement à la ville le terrain nécessaire. La ville complète en 1867 le projet par des aqueducs traversant les chemins près du carrefour de la ferme Lebrun pour renvoyer les eaux du riez sur le côté droit du chemin et lui faire traverser le chemin n°15 à l’autre extrémité. Jules Desplanques, entrepreneur, s’engage à réaliser les aqueducs.

Projet de 1867

Projet de 1867

Une autre pétition de 1876 réclament l’installation de quelques lanternes à huile pour assurer l’éclairage du hameau. Mais un problème récurrent apparaît, celui de l’évacuation des eaux pour cette partie basse de Roubaix. En 1879, pour faire face aux nombreuses inondations qui se produisent dans le village, l’ingénieur en chef des ponts et chaussées préconise la construction d’un aqueduc central sous la chaussée, permettant la suppression du fossé latéral, qui rétrécit la rue et est qualifié de dangereux et d’insalubre. Mais on continue à élargir la rue, parfois au détriment des bâtiments existant antérieurement, comme la ferme Lebrun, frappée d’alignement en 1900.

alignement lebrun-96dpi

Cette rue semble très commerçante. On y trouve, selon le Ravet Anceau de 1895, outre la ferme Lebrun au n°2, et les fermes Delannoy, Desprez, Loridan, et Tiers, non numérotées, au 1 l’estaminet des trois Ponts, seule construction côté gauche, au 10 un marchand de chaussures, au 12, un commerce de fruits et légumes, un épicier au 18, un charcutier au 26, et un autre estaminet A l’av(enir?) des Trois Ponts. A partir de 1925, deux autres maisons s’installent au 3 et au 5 du côté impair, puis une troisième au 9 en 1930. Des jardins s’étendent sur le reste de la rue du côté gauche. Au 3 s’ouvrira une crèmerie en 1935.

Le Journal de Roubaix fait état, dans une édition de 1931 d’une importante inondation due au vieux riez, insuffisamment profond entre la rue des trois ponts et l’Espierre pour évacuer les pluies importantes cette année là. Toutes les maisons sont envahies par l’eau et la ferme Lebrun est ravagée.

La rue n’évoluera plus durant de nombreuses années, et une photo aérienne de 1953 nous la montre inchangée. Pourtant, les années 60 voient la naissance d’un vaste projet d’urbanisation du quartier qui va rapidement se transformer de fond en comble.

1953-1971-96dpi

On voit que dès 1962 les bâtiments « techniques » de la ferme Lebrun disparaissent. Seul demeure celui constituant l’habitation. Puis, en 1965 ont disparu les maisons du côté impair, et une propriété côté droit. L’année suivant, c’est presque l’ensemble des constructions qui ont disparu. Cinq ans plus tard, des immeubles neufs ont pris la place des anciennes maisons de cette rue, rayée de la voirie Roubaisienne.

 Les documents proviennent des archives municipales

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *