La fin de la Laiterie

En 1907, la commission municipale du 8 février décide de la démolition de l’ancien cabaret des mille colonnes, placé au milieu du parc, et devenu trop vétuste. Dans son édition du 14 avril, le Journal de Roubaix explique qu’on déplacera le cabaret pour préserver « la superbe perspective ». Le nouvel établissement sera construit dans le massif de ceinture du parc avec sa façade sur l’avenue de Jussieu, presque en face du kiosque.

La Laiterie - document médiathèque de Roubaix

La Laiterie – document médiathèque de Roubaix

Cette situation excentrée devient cependant un inconvénient après la 1ere guerre lors du percement de l’avenue Jean Jaurès et le déplacement des voies du Mongy qui passent de l’avenue Le Nôtre à cette nouvelle artère. En effet, pour conserver un tracé rectiligne à celle-ci, on est contraint de la faire passer très près de l’arrière du débit de boissons, à tel point que la double voie du tram est obligée de faire un détour pour éviter la brasserie en empruntant la chaussée.

Photo IGN - 1950

Photo IGN – 1950

Au fur et à mesure que la circulation augmente, ce tracé présente des dangers d’accidents de plus en plus grands et oblige les wattmen à redoubler de vigilance en abordant cet endroit. Une carte postale nous montre les voies faisant une courbe pour éviter le café. Les poteaux supportant la caténaire indiquent bien leur position sur l’emprise de la route  :

Document coll. Particulière

Document coll. Particulière

En 1950, Nord Matin fait état de nombreux accidents, dont certains mortels, et nous apprend que la municipalité a décidé de supprimer l’établissement, envisageant de le remplacer plus tard par une nouvelle brasserie-restaurant, mieux placée pour attirer les roubaisiens et animer le parc.

Nord Matin 1950

Nord Matin 1950

La démolition a lieu, et une photo aérienne datée de fin mai 1951 nous montre l’ancien emplacement de la brasserie disparue. On y voit également que les voies ferrées contournent toujours la zone :

 

document IGN

document IGN

Très vite, on modifie le tracé des voies : pour les redresser, on les fait passer là où se trouvait la Laiterie.

Photo Nord Eclair

Photo Nord Eclair

On modifie également le carrefour, doté maintenant de deux branches en Y, et on installe près des rails, au milieu d’un massif, l’aubette en béton qui était placée un peu plus loin vers Roubaix.

documents Nord Eclair 1951 et Archives municipales 1953

documents Nord Eclair 1951 et Archives municipales 1953

Pourtant, ce nouveau carrefour s’avérera, lui aussi, très vite dangereux et, en 1957, on le modifie pour le simplifier. Il perd l’une de ses branches, qui sera transformée en parking, très vite réclamé par les utilisateurs du parc. Pour cela, il faut diminuer la largeur du massif de fleurs qui entoure l’aubette.

Photo IGN 1962

Photo IGN 1962

La situation va rester sans changement jusque dans les années 2000. L’aubette, supprimée, est remplacée par deux abris placés l’un côté Roubaix, l’autre côté Lille du carrefour.

 

L'ancien emplacement de l'aubette, et les deux abris – photos Google

L’ancien emplacement de l’aubette, et les deux abris – photos Google

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *