Évolutions d’un carrefour

 La jonction de l’avenue Delory et de la rue Henri Regnault est parcourue, dès l’origine, par la ligne 3 de tramway, venant de la place du Travail pour emprunter le boulevard Clemenceau vers Hem. Au début des années 50, les rues Charles Fourier (ancien chemin vicinal menant à Hem) et Horace Vernet, après avoir traversé une zone de jardins ouvriers, sont encore à peine ébauchées à leur extrémité, tandis que du côté de Hem, l’avenue de Roubaix sert essentiellement à desservir la ferme de la Tousserie, avant de rejoindre le boulevard Clémenceau. La ferme de la Haye vient d’être abattue pour faire place à des maisons individuelles. Sur son emplacement va s’édifier l’école Ste Bernadette.


Dans la deuxième partie des années 50, le carrefour prend de l’importance avec l’implantation définitive des rues  Charles Fourier et Horace Vernet, et la construction d’immeubles collectifs importants. Pourtant, malgré l’augmentation du trafic, on ne se préoccupe toujours pas de l’aménager.

L’immeuble de la rue Régnault, plus connu sous le nom de la Banane

En 1960, l’importance de la circulation oblige à prendre des mesures. On décide d’implanter des îlots directionnels pour séparer les flux et protéger les piétons. Le terre-plein principal doit comprendre un espace vert, entouré d’un trottoir revêtu de carreaux de ciment. Des poteaux d’éclairage sont également prévus. Une adjudication est lancée, précisant que les adjudicataires sont obligés d’utiliser de la main-d’œuvre locale pour réaliser les travaux.


A la même époque, on généralise l’opération en installant des refuges pour piétons aux intersections importantes de l’avenue. Les habitants signent une pétition pour réclamer des feux rouges pour rendre la traversée de l’avenue moins dangereuse, tout en saluant les mesures prises : création des refuges, matérialisation des passages pour piétons ainsi que la limitation de vitesse.

Photo La voix du Nord

Nord Éclair insiste sur le fait que l’avenue très roulante et protégée par des « stops » aux intersections, incite les automobilistes à la vitesse. Le journal déplore le nombre important d’accidents. Il faut implanter des feux rouges. C’est chose faite au début des années 70 et la circulation est désormais rythmée par des feux tricolores montés, placés sur des portiques au carrefour qui nous intéresse.

En 1974, on remodèle l’aménagement du terre-plein pour permettre un accès plus direct à la rue Henri Regnault en venant du rond-point des trois baudets par l’avenue Delory, mais aussi pour desservir la nouvelle voie rapide. A cet effet, le terre-plein principal est coupé en deux, et les voies de circulation sont matérialisées par une signalisation peinte au sol.


Mais la circulation reste dangereuse, et on se préoccupe ensuite de séparer sur l’avenue Delory les sens opposés de circulation autrement que par une ligne continue. On élargit la zone d’exclusion centrale, et on en profite pour matérialiser des voies cyclables de manière à supprimer une des voies  dans chaque sens. Les circulations ne se font plus désormais que par une seule voie pour chaque direction sur l’avenue.  Notre carrefour s’enrichit alors de terre-pleins de séparation, qui s’ajoutent à ceux déjà existants. Il prend alors l’aspect que nous lui connaissons aujourd’hui.

Photos aériennes IGN – autres documents Médiathèque de Roubaix et Archives municipales

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *