De Ternynck à Damart

353_001

Photo Collection particulière

La société Damart s’installe sur le site de l’usine Ternynck à la fin des années 50, et prolonge le bâtiment de la filature vers le Boulevard de Fourmies. Le site abrite les services des expéditions, (la majorité des ventes se faisant par correspondance), qui emploient à cette époque 200 personnes. Le nom de Damart vient du fait que les Etablissements Despature étaient installés à l’angle de la rue Dammartin et du boulevard de Paris. Damart est, à l’époque, renommé pour ses sous-vêtements dont le succès est dû à la fibre « thermolactyl » utilisée.

En 1960, Nord Matin et La Voix du Nord relatent la remise du diplôme « Prestige de la France » à Damart-Thermolactyl, rue David Dangers. A ce moment, le directeur général de l’entreprise est Jules Despatures. Joseph et Paul Despatures dirigent également. Lors de la cérémonie, des médailles du travail sont remises à 22 employés, dont le plus ancien avait 51 ans de présence dans l’entreprise.

Une grande partie des personnalités qui participaient à cette cérémonie ont fait le trajet Orly-Lesquin dans une Caravelle spécialement affrétée par Damart. Des motards ouvraient la route aux voitures officielles entre Lesquin et Roubaix. Après le cocktail servi dans l’entreprise, les personnalités se rendirent au Grand Hôtel, où un déjeuner leur fut servi, avant de reprendre leur vol jusqu’à Paris.

Un appel à vos souvenirs : Damart commercialisait dans les années 60 sous le nom de « Buimassor », un appareil destiné au massage et garni de boules en buis :

Buimassor

Le Buimassor – Photo coll. Particulière

Quelqu’un a-t-il utilisé cet appareil ? Avez vous des souvenirs relatifs à ces évènements ou à cette entreprise ? À vos claviers !

2 thoughts on “De Ternynck à Damart

  1. Je possède ce BUIMASSOR depuis des années et je l’utilise tous les soirs en massage sur le ventre.

    Malheureusement, il est usé … aussi, je cherche à acheter l’identique car c’est une petite merveille.

    Voilà, mon humble commentaire.

  2. J’ai acheté un Buimassor en… 1956, en catimini, sur mon argent de poche, à l’insu de mes parents qui certes ne me l’aurait pas interdit, mais se serait peu-être moqués de mon désir d’effacer quelques rondeurs plus imaginaires que réelles. Bien qu’ayant beaucoup changé d’adresses, j’ai toujours gardé cet objet que je remets en service de temps à autre. C’est le cas en ce moment. Simple, sans danger, j’ai la faiblesse de croire qu’il est efficace, sinon pour l’amincissement, du moins pour aider au transit. Je ne m’en séparerais pour aucun empire. Et j’ai été heureuse d’en apprendre l’origine que j’ignorais totalement. Merci Damart.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *