La deuxième vie de « La Goutte de Lait »

Vers la fin du 19° siècle, le docteur Hippolyte Butruille, face au taux de mortalité infantile à Roubaix propose d’assurer une distribution de lait aux familles nécessiteuses. Reprenant cette idée, le Conseil général, présidé par M Eugène Motte, vote en 1896 une première subvention, puis, un généreux roubaisien, M Pierre Wibaux est à l’origine de la création en 1903 d’un local : La Goutte de Lait.

L’objectif est d’encourager l’allaitement maternel, de respecter les règles de l’hygiène infantile, de fournir un lait sain pour les enfants obligés à l’allaitement artificiel, et de donner aux mères les conseils d’hygiène nécessaires pour les enfants.

La Goutte de Lait – 31 Boulevard Gambetta ( Journal de Roubaix 1912 )

 

Après un demi siècle de fonctionnement, une circulaire ministérielle oblige à fournir aux enfants des écoles des rations de lait journalières. Le centre ne peut suffire à la tâche et la municipalité fait appel à des sociétés extérieures pour fournir les grandes quantités de lait nécessaires. La Goutte de Lait perd alors sa raison d’être et, en 1959, le Conseil Municipal décide la désaffection du service et procède à la vente du matériel.

Le 1er février 1961, le bâtiment du 31 Boulevard du général Leclerc est loué à l’État pour l’installation de la recette perception de Roubaix nord. Un bureau sera réservé à une infirmière Mme Belpalme. Cette situation va durer jusqu’en 1977.

Document VDN 1977

La Municipalité autorise en 1977, Joseph Kolodziej président de l’Aquaclub 59 à installer dans les locaux de la Goutte de Lait, une exposition intitulée L’Animaquarium : exposition aquariophile et terrariophile, poissons et reptiles.

C’est un musée qui regroupe une quarantaine d’aquariums d’eau douce et d’eau de mer, de 40 à 500 litres, ou les visiteurs peuvent admirer une faune et une flore formant une féerie de couleurs. 200 amateurs passionnés font partie du club.

La Municipalité est ravie. L’Animaquarium est situé dans le prolongement du secteur piétonnier et constitue en quelque sorte le prolongement du centre culturel de la ville.

Inauguration ( Document VDN 1978 )

L’inauguration a lieu en Décembre 1978 en présence de M Pierre Prouvost député maire. Joseph Kolodziej lui fait découvrir le monde aquatique de l’Aquaclub59, et lui fait part des projets d’agrandissement avec un nouvel aquarium de 5000 litres.

L’exposition est ouverte à toute la population et surtout aux écoliers et étudiants, de 14h à 20h pendant une dizaine de jours. Entrée 5 Francs pour les adultes, et 3 Francs pour les moins de 18 ans.

Le club se développe. En deux ans, de nouveaux aquariums sont arrivés. On y trouve une arche de Noë aquatique dans de l’eau douce, eau de mer, et eau saumâtre. Chaque exposition attire un public de plus en plus nombreux, et l’association bénéficie de subventions municipales.

En 1986 les relations entre la Municipalité et l’association Aquaclub59 se dégradent. Les commerçants locaux se plaignent d’une certaine concurrence déloyale de Roubaix-Animaquarium. Ils estiment que sous couvert d’un objectif louable, les responsables en profitent pour faire du commerce ; vente d’aquariums, de poissons etc. . .

En 1987 la mairie demande officiellement aux responsables Aquaclub59 de continuer leur activité en cessant toute activité commerciale.

Et malheureusement la liquidation totale et définitive est prononcée en 1988. Au début des années 1990 l’Aquaclub 59 déménage dans un autre endroit à Wattrelos,

Le déménagement de 600 kgs de verre des aquariums ( Doc Aquaclub59 )

Le bâtiment de la Goutte de Lait va rester inoccupé pendant 10 ans. L’architecte roubaisien Jean Charles Huet reprend le bâtiment dans un état déplorable. Seule la façade du Bld Leclerc va pouvoir être sauvée. Le reste n’est que désolation ! Les toitures fuient, les planchers s’écroulent, la mérule est omniprésente. C’est une catastrophe !

Façades : Bld Leclerc et rue de la Poste avant travaux ( Document Archives Municipales )

JC Huet dépose un permis de construire en 2000. Le projet consiste pour le côté Leclerc, à sauvegarder bien-sûr la magnifique façade existante et de refaire complètement l’intérieur qui est transformé en bureaux.

La partie centrale est rasée et devient une terrasse.

Pour le bâtiment arrière ( rue de la Poste ) la façade est conservée, c’est l’ancien vestige de l’usine Motte Bossut avant son incendie de 1866. Au rez de chaussée, l’architecte prévoit un logement, et à l’étage des bureaux.

L’usine Bardahl à côté est démolie et le jardin qui se trouve derrière la monument Eugène Motte est devenu une forêt vierge, cet espace vert est bien évidemment conservé et entretenu.

( Document Archives Municipales )

Le projet est accepté par la Mairie. Les travaux débutent. La façade rénovée est magnifique. C’est un projet conscient de l’histoire du site, respectueux et délicat qui vient prolonger l’histoire de la Goutte de Lait.

Aujourd’hui le bâtiment est occupé par un cabinet médical ; des médecins spécialisés en rhumatologie ( côté Leclerc ) et par des médecins en dermatologie ( côté Poste )

Façade actuelle ( Photo BT )

Remerciements aux Archives Municipales pour la documentation, et à Jean Charles Huet pour son témoignage.

Inauguration du groupe scolaire

Plan du groupe scolaire Jules Guesde doc AmRx

Le groupe scolaire Jules Guesde est constitué d’une école maternelle, d’une école de garçons et d’une école de filles. Il a été réalisé de 1931 à 1933. L’architecte est Pierre Neveux et treize entreprises roubaisiennes ont participé au chantier sur une vingtaine de sociétés listées. On y trouve Léon Planquart Grand rue 222, Pennel et fils Crouy 39, Ferret Savinel et cie avenue Louis Pluquet, Derville fils rue de l’alma, Verbeeke-Beert, boulevard d’Armentières, Levast-Bayart et Adolphe Mazeman rue Pierre de Roubaix, Delespaul et fils rue d’Oran, Carette Duburcq rue du Luxembourg, Le Morvan et Stiernet rue Pellat, Rodolphe Frappe rue d’Alger, Gaston Prouvost Grand Rue et Maurice Fougous rue Pauvrée (Horlogerie électrique industrielle).

Fête pour l’inauguration doc AmRx

L’inauguration du nouveau groupe scolaire Jules Guesde prévue initialement en avril 1933, eut finalement lieu le 3 septembre de la même année. Entre-temps, il a été question de faire coïncider cet événement avec la fête annuelle de l’amicale Marlot Linné, dans le courant du mois d’août. Mais l’amicale Jules Guesde souhaite organiser elle-même cette fête. La date du 3 septembre est donc prise début juillet, et l’on annonce pour le programme des réjouissances : un cortège dont le rassemblement sera fixé à 15 heures, place du Travail, et un concert à donner après la cérémonie inaugurale. C’est la Philharmonie de Roubaix qui est désignée pour participer à ces deux moments de la journée. Son président, Paul Verbrackel, va se mettre en rapport avec le Président de l’amicale Jules Guesde, Louis Droit. La clique scolaire et post scolaire de la FAL est également sollicitée, pour la retraite aux flambeaux du samedi soir, et pour le cortège du dimanche. Pour le concert apéritif de 11 h 30, il est fait appel à la Fanfare La Paix, qui participera également au cortège dominical. Qui dit cortège, dit défilé de sociétés, et le Sport Ouvrier Roubaisien sera de la partie, de même que les sociétés de gymnastique « La Roubaisienne » et « l’Ancienne ». On complète le défilé avec des musiques : la fanfare des Trompettes « les dévoués », les accordéonistes roubaisiens de la rue Bernard, la société des Trompettes « les enfants du nord », les accordéonistes du Pile. L’illumination de l’inauguration sera assurée par la maison Albert Deny (rue decrême 170).

Officiellement invités, les directrices et directeurs sont prévenus le 11 août et il leur est suggéré d’aviser leur équipe. Melle Vandercruysse (directrice de l’école des filles) M. Huard (directeur de l’école de garçons) et la directrice de l’école maternelle non identifiée sur le courrier.

le défilé des amicales Photo JdeRx

L’ordre du cortège est ainsi défini : en tête la clique des tambours, clairons et fifres de la F.A.L, suivie par la section féminine et la section masculine de la F.A.L, les fanions des amicales laïques. Puis viennent la fanfare des Trompettes « les enfants du Nord », les élèves filles et les élèves garçons du groupe scolaire Jules Guesde et l’amicale laïque du groupe scolaire. L’Harmonie des accordéonistes du Pile fait une respiration musicale avant les amicales laïques, puis la Philharmonique de Roubaix précède la société de gymnastique « la Roubaisienne », les accordéonistes Roubaisiens, les gymnastes de l’Ancienne. Le Sport Ouvrier Roubaisien vient à la suite de la fanfare des Trompettes « les dévoués », et devant la Fanfare Ouvrière « la Paix ». Le public et les enfants des écoles publiques suivent.

Le défilé des élèves Photo JdeRx

Le regroupement a lieu à 15 heures place du Travail, on démarre une demi-heure plus tard, par le boulevard de Fourmies, les rues Raphaël, Jean Macé, Horace Vernet, Léon Marlot, l’avenue Alfred Motte et la rue Jean Macé.

Les officiels photo AmRx

À 15 heures, on procède à la réception des personnalités officielles invitées, des vins d’honneur sont offerts dans la salle du réfectoire, avant qu’on visite les locaux sous la direction de l’architecte Pierre Neveux. Le cortège arrive vers 16 heures 30, et il se place dans la cour des garçons. La Clique scolaire fait une sonnerie, et les discours s’enchaînent : Paul Droit président de l’amicale Jules Guesde, Gaston Duburcq pour la F.A.L, M. Laforest pour l’inspection académique, et Jean Lebas maire de Roubaix. Une nouvelle sonnerie de la clique clôture ce moment officiel. Le public est alors invité à visiter les locaux.

École de garçons côté rue Jean Macé Photo PhW

Le concert des fêtes inaugurales est organisé le lundi 4 septembre, avec le concours des grands prix et lauréats du 14 juillet 1933, parmi lesquels on retrouvera les noms suivants : Mademoiselle Odette Proisy, Monsieur Maurice Gilmé, Monsieur Léon Briffaut, Monsieur Robert Gilmé et Monsieur Vanoteghem. La pianiste acompagnatrice est Madame Scalbert.

Le Garage du Parc

Amédée Haustrate est passionné d’automobiles. Il construit un garage sur un terrain vierge, au 70 Boulevard de Cambrai, au début des années 1920 et commence son activité en tant que réparateur de toutes marques.

L’activité est très rapidement satisfaisante, si bien qu’Amédée Haustrate passe un accord avec le constructeur des automobiles « La Licorne » pour l’exclusivité sur les métropoles Lilloise et Douaisienne. Il devient également dépositaire des marques Fiat, Donnet et Dodge.

 

collection privée et La Licorne

Afin de développer son garage et la marque automobile « La Licorne », peu connue, il réserve deux stands à la Foire Commerciale de Lille.

Dans les années 1930, il engage un directeur commercial, Georges Briet, pour l’aider à satisfaire les nombreuses demandes de ses clients

Amédée Haustrate est également expert automobile. En 1937, il a son bureau au 59 rue du Trichon, et son domicile au 202 rue du Moulin.

Désiré Henneron reprend le garage en 1938, juste avant guerre. Il n’est pas mobilisé, car il est affecté à la réparation des véhicules militaires.

A la libération, il reprend son activité et décide de prendre le nom de « Garage du Parc » pour son établissement, vu la proximité immédiate du parc de Barbieux.

Il fait construire sa maison sur le terrain à la droite du garage en 1946, par l’entreprise de M Delfosse sise rue de Crouy.

document BNR Médiathèque

Sur cette photo, entre les deux pompes à essence ( Super et Ordinaire ), on reconnaît Désiré Henneron, qui est le 2° en partant de la droite. Son salarié à sa gauche est Maurice Roucou, et tout à gauche, deux autres collaborateurs du garage.

Il devient agent Citroën en 1948.

En 1961, il réalise quelques travaux sur sa façade : modification d’une fenêtre et percement d’une porte ( à la gauche de la porte d’entrée du garage ) pour l’installation d’un petit bureau. Les travaux sont confiés à M Delfosse qu’il connaît bien et qu’il apprécie.

document Archives Municipales

Paul Deldalle travaille dans un garage à Paris. Il élève ses deux enfants avec son épouse Thérèse. La vie n’est pas facile à Paris et ils décident de revenir dans le Nord.

Par relation, il rencontre Désiré Henneron. Le courant passe bien entre les deux hommes.

Paul Deldalle reprend le garage en Mai 1964, et embauche Désiré Henneron et Maurice Roucou.

Paul veut réussir, il a plein de projets pour développer sa petite entreprise. Il ne compte pas ses heures : levé à l’aube, il termine ses journées très tard et ce 6 jours sur 7.

En 1968, il fait modifier sa façade en aménageant une baie à droite de l’entrée principale, par l’entreprise de Thomas Piskozub sise rue Emile Moreau. Cette porte donne accès à une mini station de lavage pour les véhicules des clients.

Cette même année, il remplace les 2 pompes à essence par des volucompteurs plus modernes qu’il supprimera malheureusement en 1980 car le prix des carburants devient très concurrencé par les Hypermarchés.

Archives Municpales

Il souhaite s’agrandir et réussit à faire l’acquisition de 3 petites parcelles de terrain, à droite de son habitation, juste avant la maternité Boucicaut et, après de longues négociations difficiles avec la mairie, les plans de l’architecte Jacques Mollet sont enfin acceptés en 1981 ; le garage ouvre enfin en 1983.

Photos Google Maps et Archives Municipales

C’est maintenant un garage moderne de 1200 m2 très lumineux, très fonctionnel.
L’ancien garage de 400 m2 devient un parking pour les véhicules et l’atelier de carrosserie. La cabine de peinture se trouve au fond derrière le jardin. A droite est aménagée une longue cour pour stocker provisoirement les épaves.

En 1985, la concurrence est rude sur la ville de Roubaix : un seul concessionnaire, les Ets Cabour Van Cauwenberghe situé Grande Rue et rue Racine, mais surtout, onze agents Citroën répartis sur la ville.

Paul Deldalle prend une retraite bien méritée en 1990, et laisse ses 2 fils, Jean et Xavier, aux commandes du garage. Ils sont complémentaires, l’un étant mécanicien, l’autre carrossier.

Les affaires continuent à être satisfaisantes, malgré des marges de plus en plus réduites et la concurrence de grandes enseignes spécialisées dans le petit entretien automobile. Mais, les deux fils de Paul ont été à bonne école, ils appliquent la recette paternelle : travailler dur avec ténacité et persévérance.

Photos actuelles BT

 

 

Remerciements aux Archives Municipales et à la BNR pour leur documentation, et à Paul, Jean et Xavier Deldalle pour leurs témoignages.

Les cars Mongy

Alfred Mongy, ingénieur de la ville de Lille, puis du Département, pense à améliorer les communications entre villes. Il projette de notamment relier les agglomérations de Lille, Roubaix et Tourcoing en créant un boulevard en Y, qui comporte trois chaussées de circulation, une piste cavalière, et une double voie réservée à un tramway interurbains. Il fonde à cet effet la compagnie de l’Electrique Lille Roubaix Tourcoing (ELRT) dont le but est d’exploiter des lignes de tramway. A l’issue des travaux, la ligne est inaugurée par des personnalités locales qui parcourent la ligne, en décembre 1909, dans les voitures pavoisées.

Journal de Roubaix – 1909

La ligne comporte une double voie située en site propre, commune entre Lille et le croisé Laroche, qui se sépare ensuite pour se diriger vers les deux destinations. Les rails en sont à l’écartement d’un mètre, comme ceux des tramways de Roubaix-Tourcoing, et à la différence de ceux de Lille, construits à l’écartement « normal » de 1 mètre 43. La ligne ne comporte qu’un nombre réduit d’arrêts, placés aux intersections des routes qui croisent le nouveau boulevard. Ces heureuses dispositions permettent des communications rapides entre les trois villes.

Photo collection particulière

Le matériel utilisé est d’abord constitué de motrices à bogies, le type 400, qui réunit des caractéristiques innovantes. Pour profiter des possibilités de vitesse fournies par la ligne tracée majoritairement en site propre, elles sont placées sur des bogies qui améliorent la tenue de voie et donc le confort et la célérité. Elle comportent un lanterneau vitré sur le toit pour augmenter l’éclairement intérieur, à la manière des voitures à voyageurs qui parcourent les voies ferrées américaines à cette époque.

Photo Journal de Roubaix 1909

Ces voitures ultra-modernes, comportant quatre moteurs leur permettant d’atteindre près de 60 kilomètres-heure, sont tout de suite surnommées les cars Mongy. Une première série de 25 voitures, numérotées 401 à 425 et construites par la société Franco-Belge, sont d’abord mises en service, et complétée ensuite par dix autres automotrices. Elles sont conçues au départ pour prendre le courant par une perche, mais celle-ci sera remplacée par un pantographe Siemens en 1950.

Des motrices 400 au dépôt de Marcq.

Document Translille

Outre l’unique phare, caractéristique des tramways roubaisiens, elles comportent également une curieuse lanterne en toiture. L’intérieur est équipé de confortables banquettes aux dossiers basculables pour faire face à la marche.

On leur adjoint à partir de 1911, pour renforcer leur capacité lors de l’exposition, des remorques à essieux d’abord, construites par Baume et Marpent, puis à bogies, construites cette fois par la Franco-Belge. Les couples motrice/remorque vont parcourir les lignes jusqu’en 1950. Les dernières automotrices 400 seront réformées en 1972.

Une motrice et sa remorque à l’entrée du parc Barbieux.

Une partie des informations provient de l’ouvrage « Au fil des Trams » de Claude Gay.

Les documents proviennent des archives municipales et de la Médiathèque de Roubaix.

Les photos couleur sont des documents qui proviennent de l’Amitram.

A suivre…