La tour du fer à cheval

C’est par une lettre du 26 avril 1957, émanant du service des permis de construire de Roubaix qu’on apprend que les travaux de construction de l’immeuble-tour sur le terrain municipal du Parc de Barbieux, au lieudit « Le fer à cheval » ont démarré, sans que l’administration en soit avertie. Cette lettre est adressée à l’architecte Guillaume Gillet, auteur des plans de la dite tour, domicilié à Paris. Erreur de jeunesse ? Problème de coordination dans les échanges administratifs ? Toujours est-il que cela représente un faux départ pour le chantier, car l’ordre formel d’arrêter les travaux est donné, à l’architecte et à son entrepreneur, la société Planquart et fils. Guillaume Gillet, responsable des travaux, doit se mettre en contact avec les services compétents, en vue de l’obtention du permis de construire.

l'architecte Guillaume Gillet Photo NE

l’architecte Guillaume Gillet Photo NE

Cela ne nuira pas à la carrière de l’architecte, ni à ses relations avec les autorités roubaisiennes, car on le retrouvera sur des chantiers importants et ultérieurs : il œuvrera à Roubaix de 1958 à 1972 dans le quartier Édouard Anseele, pour la construction de logements et du centre commercial Roubaix 2000, puis de 1961 à 1975 dans la zone à urbaniser en priorité (ZUP) des Trois Ponts, pour des logements et commerces. L’opération de la Tour du Fer à cheval s’inscrit dans un programme de constructions de tours (on construit également quasi simultanément quai de Marseille) voulu par le CIL dont l’architecte en chef Guy Lapchin avait réalisé les premières études avant de les confier à son jeune collègue. Le 17 mai 1957, une demande de permis de construire est dûment demandée pour l’édification d’une tour de 60 logements. Le 22 mai parvient une première réponse avec demande de modifications concernant la conformité des conduits, de la ventilation des toilettes et des salles de bains et des fosses septiques. Le 20 août, le permis est accordé sous réserve des modifications à opérer.

Situation du chantier en octobre 1957 Photo NE

Situation du chantier en octobre 1957 Photo NE

Le chantier redémarre, comme l’atteste un article de presse d’octobre 1957, qui nous en apprend un peu plus sur le programme des tours. On annonce l’édification de quatre tours d’une quinzaine d’étages. Sont citées la tour du quai de Marseille, et celle du fer à cheval, mais aucune indication pour les deux autres.

La tour du fer à cheval est située en bordure de l’avenue jean Jaurès, et à proximité de la résidence du Parc située à Croix, dont elle semble toutefois faire partie, bien qu’elle en soit séparée par un morceau de la rue Jussieu, à Croix. En octobre, les fondations sont faites et on a réalisé le sous-sol, deux rez-de-chaussées et le premier étage. On prévoit la fin du gros œuvre pour le mois d’août 1958, la fin des travaux pour la fin de l’année, et la réception des premiers locataires en 1959.

Le journaliste vante les matériaux employés : pierres blanches de l’Oise et panneaux d’aluminium. Quatre appartements sont prévus par étage, deux avec une chambre et deux avec trois chambres, et chacun aura son balcon. Le quinzième et dernier étage sera commun aux locataires : des salles de jeux, une bibliothèque y seront installées ! La tour de la Résidence, tel est son nom, est alors présentée comme une curiosité sur la route de Lille à Roubaix, et comme le symbole d’une architecture futuriste !

Mais il semble qu’on soit revenu sur l’utilisation du 15e étage, qui sera transformé en quatre appartements, portera donc le nombre à 64 logements, et nécessitera une demande de modification le 25 mai 1958, accordée en juillet de la même année.

Deux vues de la tour aujourd'hui Photo PhW

Deux vues de la tour aujourd’hui Photo PhW

Le Ravet Anceau de 1961 indique que la tour du fer-à-cheval accueille parmi ses locataires des représentants, des ingénieurs, des pharmaciens, des directeurs, des industriels, des professeurs, et même l’architecte Guillaume Gillet venu habiter l’un des quatre appartements du 15e étage.

Guillaume Gillet est un architecte français, né le 20 novembre 1912 à Fontaine-Chaalis (Oise) et mort le 23 septembre 1987 à Paris. Grand Prix de Rome, il est connu pour son architecture moderne, principalement dans le domaine de l’architecture religieuse et pénitentiaire. (d’après Wikipédia)

La clinique Descarpentries

Maurice Descarpentries est fils et petit-fils de médecin. Originaire de Lomme, après ses études au collège d’Armentières, il entre à la faculté de médecine de Lille. Il passe ses examens avec succès, devient médecin et continue donc la tradition familiale : docteur de père en fils. En 1905 il habite au 6 rue Pauvrée et partage son cabinet médical du 46 rue Pauvrée avec le Docteur Fauverghe. Il entre comme chirurgien à l’hôpital de la Fraternité de Roubaix.

Maurice Descarpentries ( coll privée )

Maurice Descarpentries ( coll privée )

En 1910 il a 31 ans; il décide de construire sa propre clinique privée. Il choisit un terrain vierge, à l’angle du Boulevard de la République à Roubaix et du Boulevard Descat à Tourcoing. Selon lui, c’est un endroit très bien placé, au beau milieu de ces 2 importantes cités, qui lui assure de grandes facilités de communication avec le passage des tramways; c’est un lieu très calme face au canal, éloigné des usines et des quartiers populaires. Il souhaite une clinique modèle, gaie, avec toutes les techniques modernes d’hygiène. Il s’est inspiré pour cela, des autres cliniques privées qu’il a visitées, Pour la construction, il confie le dossier à Auguste Dubois, architecte diplômé par le gouvernement, qui a son bureau au 4 rue de la Fosse aux chênes.

La clinique Descarpentries (coll privée )

La clinique Descarpentries (coll privée )

La clinique ouvre en Avril 1913. Elle comprend un vaste bâtiment dont une aile est formée par l’habitation du docteur, et l’autre par les chambres des malades. Ce bâtiment entoure le jardin. Le rez de chaussée comprend un vestibule, un bureau, une salle d’attente. Dans le fond se trouvent le laboratoire et la salle de radiographie.

Une chambre ( coll privée)

Une chambre ( coll privée)

Au premier étage, on trouve les chambres des malades, et une longue galerie de 100 mètres, qui donne sur le jardin. Toutes les chambres sont gaies; elles sont bien isolées du bruit et de la chaleur, avec des matériaux très modernes pour l’époque. Elles sont éclairées à l’électricité par un plafonnier, et chauffées par un radiateur. Certaines chambres ont des toilettes. Les malades peuvent contacter la salle de garde, par une sonnette électrique. La salle d’opération se trouve au même étage, très moderne, très vaste, avec une hygiène absolue. Tout le personnel est logé au deuxième étage.

La salle d'opération moderne ( coll privée )-Le docteur Descarpentries entouré de ses deux enfants, et du personnel de la clinique 1916 ( coll M. Samsoen )

La salle d’opération moderne ( coll privée )-Le docteur Descarpentries entouré de ses deux enfants, et du personnel de la clinique 1916 ( coll M. Samsoen )

Les débuts pour la clinique sont difficiles; la guerre 14-18 commence juste après l’ouverture de 1913. Il faut attendre le début des années 1920 pour que le succès soit au rendez vous; la clinique ne désemplit pas, et Maurice Descarpentries pense déjà à agrandir. En 1926 il fait construire un logement de 4 pièces au dessus de l’entrée principale. C’est une prouesse technique que de construire un étage sur le vide, et c’est un bel ensemble homogène et harmonieux puisque le constructeur a utilisé les mêmes matériaux.

Entrée de la clinique ( coll privée )

Entrée de la clinique ( coll privée )

La fille du docteur Descarpentries, Marguerite, se marie en 1927 avec Michel Samsoen, qui est également médecin chirurgien et va donc pouvoir aider son beau père à la direction de la clinique. En 1936 la clinique se modernise encore: un monte malade est installé par l’entreprise Henri Monnier de Roubaix. Cet ascenseur est particulièrement utile et pratique et on imagine aisément le soulagement des brancardiers! Parmi les clients de la clinique, on trouve des personnalités renommées, comme par exemple Maxence Van Der Meersch qui s’y fait soigner par son ami de longue date,

Carte de visite M Van Der Meersch ( coll M. Samsoen )

Carte de visite M Van Der Meersch ( coll M. Samsoen )

Maurice Descarpentries continue ses nombreux travaux de recherches pour le développement de la médecine. Il se spécialise dans la chirurgie, l’anesthésie, la gynécologie. Il se signale au monde savant par des publications remarquables. De nombreuses distinctions lui sont décernées: chevalier de l’ordre de Léopold, officier de l’instruction publique, médaille d’argent de l’assistance publique, officier d’académie,

Maurice Descarpentries recevant des distinctions ( coll M. Samsoen )

Maurice Descarpentries recevant des distinctions ( coll M. Samsoen )

Michel Descarpentries décède en 1945. Son gendre Michel Samsoen continue alors à gérer la clinique, aidé par son directeur Casiez Ecrepont qui occupe le logement de fonction de l’établissement,

Projet d'aménagement 1963 ( archives municipales )

Projet d’aménagement 1963 ( archives municipales )

Les affaires sont toujours florissantes dans les années 50, et en 1963 Michel Samsoen fait une demande de permis de construire pour une chaufferie et une chambre, mais ne réalisera pas les travaux, car les premières difficultés apparaissent. Un rapprochement avec d’autres établissements est nécessaire ( comme par exemple la clinique du Dr Omez boulevard de Cambrai ou la clinique Saint Martin rue de l’Amiral Courbet ) Malheureusement la clinique ferme au milieu des années 1970 entraînant le licenciement d’une quinzaine de personnes. Michel Samsoen prend sa retraite. Son fils Maurice Samsoen, qui l’aidait à la gestion, participera à la création de la Clinique du Parc à Croix, puis partira à la clinique de Wattrelos. La clinique Descarpentries est vendue en 1980 à Lucien Lagache, commerçant possédant 3 magasins de meubles et d’électro-ménager rue de Lannoy, dépositaire des produits Brandt et Grammont. Il va transformer le bâtiment en magasin de meubles haut de gamme. La clinique va pouvoir revivre à nouveau sous une forme différente !

Lucien Lagache ( coll privée )

Lucien Lagache ( coll privée )

Le concept est intéressant et original. L’idée est de proposer des meubles de très grande qualité et de finition parfaite à la clientèle, en conservant l’architecture et l’agencement intérieur. Lucien Lagache veut que chaque meuble soit présenté un peu «comme chez soi». La clinique a été livrée «dans son jus» avec tous les meubles, la salle d’opération, les bureaux, etc… Les chambres de la clinique deviennent des salons, des salles de séjour ou des cuisines. Il est nécessaire que le meuble soit présenté dans une ambiance adéquate, comme par exemple un meuble Louis XV dans une pièce de couleur vieux rose, un style Empire dans un décor vert. Le nom donné est «La Châtellenie». D’importants travaux sont donc réalisés en 1981:rénovation de la façade et peintures intérieures. L’emplacement des deux maisons situées au 71 et 73 du Boulevard, qui avaient été rasées, va devenir le parking clients pour le magasin. Une mini cafétéria sera créée.

La Châtellenie ( archives municipales )

La Châtellenie ( archives municipales )

Le démarrage est difficile: retard dans les travaux, manque de trésorerie , peu de rotation des stocks, tracasseries administratives. Lucien Lagache se démène pour s’en sortir; ainsi il expose et vend ses meubles soldés à la salle du Fresnoy de M Deconinck, toute proche. Deux ans plus tard «La Châtellenie» dépose le bilan. En 1986, celui-ci est assorti d’un concordat en vue de l’apurement des dettes. En 2001, le bâtiment est vendu aux enchères. S’en suit alors un imbroglio juridique sur les actes de propriété du bâtiment, qui va durer quelques années, et n’est pas terminé, car Lucette Lagache continue à se battre.

Lucien et Lucette Lagache devant le bâtiment ( Document Nord Eclair )

Lucien et Lucette Lagache devant le bâtiment ( Document Nord Eclair )

Début 2015, LMH Lille Métropole Habitat, propriétaire de l’immeuble, envisage des travaux de réhabilitation et extension pour la création de 88 chambres pour l’Oasis, foyer de jeunes travailleurs de la rue de Lille, ce qui entraîne un mécontentement des riverains inquiets. Une procédure judiciaire est engagée. Un nouveau permis de construire est délivré en Juillet 2016.

Le bâtiment de nos jours ( Photo BT avec l’aimable autorisation de Lille Métropole Habitat )

Cela fait maintenant 35 ans que ce superbe immeuble à l’entrée de la ville est inoccupé, dévasté, pillé, défiguré. Pendant combien de temps encore va-t-on laisser à l’abandon ce bâtiment, mémoire des Roubaisiens ?

 

Remerciements à Maurice Samsoen et Lucette Lagache pour leurs témoignages et documents

Les déménagements Voreux-Lauwers

Document Médiathèque Rx

Document Médiathèque Rx

L’entreprise de déménagement est créée en 1890 par Jules Voreux et son épouse Berthe Lauwers. Ils s’installent à Roubaix au 37 rue du chemin de fer.Au début des années 1900, les déménagements s’effectuent au moyen d’une tapissière, sorte de voiture légère, fermée, à deux essieux, posée sur des plateaux tirés par des chevaux, puis on utilise des cadres capitonnés (en bois puis en métal) qu’on amène en gare pour les poser sur des wagons et les transporter par voie ferroviaire. Il est donc pratique que l’entreprise soit à proximité immédiate de la gare de Roubaix.

Document Ets Voreux Lauwers

Document Ets Voreux Lauwers

Fin 1909, Jules installe son entreprise au 58 rue de l’Alouette. Le local, plus grand, permet de développer l’activité de garde-meubles. De plus, il dispose d’une deuxième entrée au 70 rue de l’Espérance.

façade rue de l'Alouette ( collection privée )

façade rue de l’Alouette ( collection privée )

Jules décède en 1919 ; son fils Edmond Voreux a 20 ans. Avec son épouse, Suzanne Molard, ils reprennent l’entreprise. Ils achètent leurs premiers camions d’occasion après la guerre, de ceux qui ont été utilisés à la bataille de Verdun.

Edmond Voreux et ses collaborateurs ( Document Ets Voreux Lauwers )

Edmond Voreux et ses collaborateurs ( Document Ets Voreux Lauwers )

L’entreprise connaît une forte expansion dans les années 1930 et développe surtout son action sur Lille. Edmond Voreux se spécialise dans les déménagements d’objets très lourds comme les coffre-forts et les pianos. La première photo nous montre le déménagement d’un coffre fort pour l’assureur « Cuisinier Motte » au 2 rue de la gare à Roubaix, à côté du Restaurant du « Grand café », l’autre toute l’équipe rue de l’Alouette, au retour d’un déménagement.

Document Ets Voreux Lauwers

Document Ets Voreux Lauwers

En 1937 il investit dans de nouveaux véhicules : des camions de plus en plus solides, dans lesquels il peut augmenter les volumes chargés ( 4 tonnes ). La guerre éclate ; Edmond est mobilisé avec un de ses camions ; il a pour mission de transporter du matériel. Il est blessé gravement par des éclats d’obus. Les affaires tournent au ralenti ; les camions sont équipés pour rouler au gazogène. La plupart des véhicules seront d’ailleurs réquisitionnés par les Allemands.

Document Ets Voreux Lauwers

Document Ets Voreux Lauwers

Pendant toute la guerre, seule l’activité de garde meubles fonctionne bien car de nombreux roubaisiens souhaitent stocker leurs meubles de valeur, surtout lors de l’exode de 1940. L’entreprise passe d’ailleurs un accord avec son voisin « Le Bon Génie » au 60 rue de l’Alouette, pour y entreposer davantage de meubles. Après guerre, de nouveaux camions arrivent sur le marché, tels ces fourgons Citroen de 23m3

Document Ets Voreux Lauwers

Document Ets Voreux Lauwers

Michel Voreux, le petit fils du fondateur, et son épouse Huguette prennent la direction de l’entreprise en 1958, au décès d’Edmond. L’entreprise reste plus que jamais spécialisée dans les déménagements de pianos, de coffre-forts, mais également d’oeuvres d’art et de tout autre objet de valeur. Dans les années 70, l’entreprise continue son fort développement, et étend son activité à toute la métropole lilloise

collection privée

collection privée

Michel décède en 1975. Son fils Bruno a 20 ans ; c’est l’arrière petit fils du fondateur ! Il continue l’activité. En 1983 l’entreprise va prendre un essor national en s’affiliant au groupe « Inter Dem ». Le savoir faire et l’expertise de la société sont reconnues. L’hôpital de Roubaix n’hésite pas un seul instant à confier à l’entreprise Voreux Lauwers, en 1985, le déménagement depuis l’hôpital de la Fraternité jusque l’hôpital Victor Provo. C’est un chantier colossal, et une opération couronnée de succès pour la direction de l’hôpital, le matériel, et le personnel hospitalier.

Document Ets Voreux Lauwers

Document Ets Voreux Lauwers

Un ami et confrère, Jean Pierre Van Hullebusch, reprend l’entreprise en 1993 ; il veille aux intérêts de la société et marque de son empreinte l’entreprise Voreux Lauwers. Un nouvel accord est passé avec « France Armor » pour assurer une couverture nationale et internationale. L’entreprise est désormais installée au 28 rue Kellermann depuis 1999, et est dirigée par Eric Marquis.

 Document Ets Voreux Lauwers

Document Ets Voreux Lauwers

Les équipes de déménageurs professionnels, équipées de matériel haut de gamme et dotés du savoir-faire ancestral Voreux-Lauwers, peaufinent le travail et garantissent le succès du déménagement .Cette entreprise est Roubaisienne depuis près de 130 ans !

Remerciements aux archives Municipales et à Bruno Voreux pour leurs documentations et photographies

On reconstruit aux Nations Unies

Photo Nord Éclair

Photo Nord Éclair

En janvier 1980, toute la zone située devant l’église Notre-Dame, nivelée, attend le bon plaisir des lotisseurs. Avant la fin des démolitions dans la partie nord, avant la construction des chaussées, les travaux vont commencer par la plantation du mail destiné à aérer le centre ville. En avril, on plante 73 marronniers sur 485 prévus au total. Le maire, Pierre Prouvost et les responsables des espaces verts vont assister aux travaux, confiés à l’entreprise Masquelier. On choisit des arbres déjà vieux de 15 ans pour faciliter la reprise de leur végétation. Ce premier espace vert, représentant 6000 mètres carrés, devrait être suivi d’un autre, côté Blanchemaille, de deux hectares. Les 73 arbres sont plantés en deux jours.

Photos La Voix du Nord

Photos La Voix du Nord

Dès le mois de mai on met en chantier le parking et 193 logements. MM. Avinel, vice-président de la CUDL, Prouvost, le député-maire de Roubaix, et Albert Crépeau, secrétaire général du Nord posent la première pierre du Parking-Silo et d’un premier immeuble, la résidence Notre-Dame, qui sera érigée près de l’église, entre les rues Nain, des Lignes, et le prolongement de la rue de l’Hospice, sous l’égide du CIL et de la société d’HLM « Le Toit Familial ».

Les immeubles en construction au coin des rues Nain et des Lignes. Photo LVDN

Les immeubles en construction au coin des rues Nain et des Lignes. Photo LVDN

Tous ces logements seront pour une part livrés en la location, les autres en accession à la propriété, dans le but de mêler les populations. En septembre, le chantier est bien avancé. Il concerne 193 appartements. On constate pourtant qu’il reste encore une zone à démolir entre cet ensemble et la rue du vieil abreuvoir, au premier plan sur la photo suivante.

L'état des travaux - Photo Delbeck

L’état des travaux – Photo Delbeck

La tranche suivante intéressera les rues du Vieil Abreuvoir et du Curé, tout au sud de la zone à lotir. La première de ces deux rues devant devenir piétonnière, Au coin de ces deux voies, seul aura survécu le bloc du café du Carillon, qui sera désormais flanqué d’immeubles neufs représentant 26 logements rue du Curé et 28 rue du vieil abreuvoir. Au rez de chaussée, on installera des cellules commerciales.

La rue du vieil abreuvoir avant travaux et le projet – documents Nord Eclair

La rue du vieil abreuvoir avant travaux et le projet – documents Nord Eclair

Au coin des rues du vieil abreuvoir et Nain, l’ancienne poste, devenue recette municipale, est rachetée la société Texim de Villeneuve d’Ascq, qui désire y installer commerces et bureaux. L’extérieur du bâtiment, en bon état général sera peu transformé. Le rez de chaussée abritera une surface commerciale.

Document Nord Eclair

Document Nord Eclair

En avril 1981, le CIL aménage deux appartements témoins dans l’ensemble Notre-Dame. La suite des travaux comprend un groupe d’immeubles formant un U, la résidence Le Nain, et un groupe scolaire, situés entre le prolongement de la rue de l’Hospice, les rues Nain et du vieil abreuvoir. A l’instigation du CIL également, cet ensemble représentera 46 appartements en locatif et 98 en accession à la propriété.

Document Nord Eclair

Document Nord Eclair

Néanmoins, en juillet 82, la Voix du Nord se fait l’écho des difficultés qu’éprouvent les promoteurs à vendre leurs appartements. Ceux-ci semblent pâtir d’une mauvaise réputation et peinent à attirer les classes moyennes espérées. Celles-ci seraient rebutées par la petite délinquance et les impôts locaux. La municipalité réagit par une « offensive de charme » : on déclasse fiscalement les nouveaux appartements pour diminuer les impôts des acquéreurs. ; on assure par la voix du commissaire de police que le quartier est est un des plus calmes de Roubaix, et on nomme deux îlotiers chargés d’assurer la sécurité. Cette capagne porte ses fruits. En septembre, il ne reste que 35 appartements de libres.

Les travaux se poursuivent et, à l’été 83, les ensembles de la zone sont construits.

Photo la Voix du Nord

Photo la Voix du Nord

Les prochains travaux vont maintenant porter sur la zone marquée par un 3 sur la photo précédente, dans le triangle formé par ce qu’on appelle désormais l’avenue des Nations Unies et les rues du Pays et des Lignes. Un nouvel ensemble, qu’on nomme « Ambroise Paré », va englober et former un ensemble avec l’école d’infirmières, restée debout, sera érigé par la SRIEM, la Société Roubaisienne Immobilière d’Économie Mixte et comprendra 101 logements locatifs. La même société prolongera cet ensemble, toujours le long de l’avenue des Nations Unies, sur l’autre trottoir de la rue des Lignes.

L'ensemble, vu des Nations Unies et de la rue du Pays

L’ensemble, vu des Nations Unies et de la rue du Pays

 

Les documents proviennent des archives municipales.