Le double chantier

Il est donc question de construire sur la plaine des Hauts Champs, entre l’église Sainte Bernadette et l’usine Motte, où deux organismes, l’office départemental des HLM et le CIL prévoient de faire sortir de terre une cité de 1200 logements. D’ici deux ans, existera une superbe cité moderne où d’innombrables mal logés auront enfin un logis confortable et lumineux à souhait. Les architectes désignés pour aménager ce secteur sont MM Jean Dubuisson, et Guy Lapchin.

Jean Dubuisson fait partie d’une famille d’architectes. Son père Emile, est l’auteur de l’hôtel de ville de Lille et de son beffroi. Lui-même est Grand Prix de Rome, et avant qu’il ne s’occupe du dossier des Hauts Champs, il a déjà réalisé la résidence du Parc à Croix en 1956. Son collègue Guy Lapchin  a travaillé à la réalisation de la résidence d’Armenonville, boulevard de Gaulle à Roubaix, avec les architectes Guillaume Gillet, et Pierre Ros en 1958. Ensemble, Dubuisson et Lapchin mèneront à bien le projet de la résidence du parc Saint-Maur à Lille de 1961 à1967.

architectesLes architectes Dubuisson, Lapchin et Gillet Photos Nord Eclair

Le projet n’est pas nouveau, car dès septembre 1952, le Conseil Municipal décide qu’on va bâtir aux Hauts Champs. Les travaux sont cependant divisés en deux tranches : neuf cents logements pour les Hauts Champs, et trois cents pour la Potennerie, pour le groupe Cavrois rue du Puy de Lôme.

Dès le mois de juin 1958, on aménage le terrain, on creuse des aqueducs, on trace des routes et des voies d’accès : on projette ainsi de prolonger la rue Léon Marlot jusqu’à la rue du chemin vert à Hem, et la rue Emile Zola à la Justice aboutira à la rue du bas voisinage à Hem. Ces projets ne seront pas menés à bien. La rue Léon Marlot vient de reprendre sa progression à travers la cité des Hauts Champs, et la rue Emile Zola s’est définitivement arrêtée rue Michelet. La configuration de la future cité a transformé les projets de rue envisagés. La ville de Roubaix a cependant déjà construit une école qui n’attend plus que ses élèves, sans doute l’école Brossolette, dans la rue du même nom, ouverte par la société du Toit Familial de Roubaix Tourcoing[1].

une nouvelle cité 1959Le chantier des Hauts Champs Photo Nord Eclair

La première pierre est posée le 24 juin 1958 et la fin du chantier est estimée à la fin de l’année 1960, au plus tard. Une centrale thermique souterraine doit alimenter les appartements en eau chaude et en chaleur qui viendra des parquets. Pour parer à l’éventualité d’une panne, il y aura des cheminées qui pourront servir à des poêles. Les appartements seront de grandeur différente, du studio au logement avec plusieurs chambres, comprenant pièce de séjour, salle d’eau, et tout le confort. Le coût de la construction est évalué à trois milliards, mais il y a encore de l’espace pour une deuxième tranche : ce sera l’opération du chemin vert en 1965.

Le chantier avance bien, en août 1959, Nord Eclair titre : la vaste plaine des Hauts Champs devient peu à peu une cité résidentielle. Les immeubles s’élèvent et s’allongent  les uns après les autres, avec leurs façades à l’aspect coquet et agréable. C’est devant une cité des Hauts Champs dont les bâtiments sont quasiment achevés, que passera Nikita Kroutchev, le Président de l’Union Soviétique, en mars 1960, sur le chemin de sa visite aux établissements de la Lainière de Roubaix. L’industrie textile et le bâtiment composaient à l’époque une grande part de la vitrine de la ville.


[1] D’après les Flâneurs de la société d’Emulation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *